baffe n.f. : Dérivé de l'onomatopée baf qui évoque ce qui est enflé, gonflé, goulu, l’ancien français buffe (« coup de poing, tape ») ou le latin médiéval buffa « id. ». 

Je me rappelle encore de la précédente... de baffe, venu de BATUSHKA, je ne m'étais pas méfié et c'est pourtant là où elles font le plus mal... les baffes, lorsqu'elles sont inattendues ! Alors on apprend un peu tous les jours, mais visiblement il y a des leçons plus difficiles à retenir, lorsqu'un groupe Roumain sort un nouvel album estampillé Death Metal avec des racines Black Metal et Doom Metal, on n'est pas forcément sur ses gardes, aïe grosse erreur. A la première écoute, tu te prends quelques taquets mais tu ne bronches pas, tu te dis que tu vas réussir à dompter cet adversaire qui donne tout dans le début du combat... penses-tu ? SINCARNATE n'est pas du genre à se coucher au premier round !

Dès la deuxième écoute, des brûlots comme "Attende Domine", "Agrat Bat Mahlat", "In Nomine Homini" ou "L̄iviᾱṯᾱn" accrochent l'oreille et on commence à prendre conscience qu'on la perd justement, la conscience, on est dans les cordes et on se prend uppercut sur uppercut. Car oui le Death Metal de SINCARNATE n'est pas rapide mais il frappe fort, les parties de batterie sur la chanson titre sont claquantes, la basse à peine apaisante ne suffit pas, ni même les chœurs qui jalonnent ce titre mais aussi une bonne partie de l'album. La gestion des changements de rythme pour mieux saisir à la gorge l'auditeur est juste parfaitement équilibrée et lorsque vous avez conscience de tout cela, alors un "The Grand Inquisitor" prend tout son sens avec ce riff mélodique entêtant bien encadré par les blasts de rigueur, de même que ce sublime "Dies Illa" qui renvoie un peu plus vers OFFICIUM TRISTE par exemple avant que la furie Death Metal ne reprenne ses droits.

Vous l'avez compris le chant majoritairement guttural peut se faire plus Black, c'est à dire criard, plus posé également avec des parties parlées du plus bel effet. Les nombreux chœurs arrivent toujours à point nommé et si la qualité d'écriture surprendra ceux qui, comme moi, découvre ce groupe, la qualité des arrangements est absolument impressionnante, il faut écouter le traitement réservé aux claviers sur l'excellent "In Nomine Homini", tout seul, cet instrument doit sonner comme un Bontempi du pauvre mais là c'est juste le son qu'il faut au moment qu'il faut, signe que SINCARNATE impose sa personnalité et ne sa cache derrière aucune influence motrice, il serait d'ailleurs bien difficile de citer un groupe pouvant laisser présager de ce qui se passe sur cette galette nommée In Nomine Homini

Pourtant, je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi suis-je resté aussi longtemps dans les cordes sans me rendre compte de ce qui se tramait et la réponse ne tient que dans la production. Le mixage de l'album est extrêmement intéressant ne serait-ce que sur les niveaux des claviers, la batterie, elle, est bien présente mais manque un peu d'espace dans le spectre sonore, les guitares manquent de peps et de gnaque mais sont loin d'être ridicules, certaines parties vocales paraissent un peu brutes et auraient peut-être méritées une production un peu plus fines pour pouvoir s'exprimer pleinement. C'est peut-être cet aspect qui pourrait freiner l'ascension de cet album vers des sphères plus grandes mais l'audace et la qualité sont bien là. Un album à découvrir d'urgence !

Track-listing :

  1. Attende Domine
  2. Agrat Bat Mahlat
  3. Curriculum Mortis
  4. She-Of-The-Left-Hand (Sophia Pistis)
  5. In Nomine Homini
  6. The Grand Inquisitor
  7. Lamentatio Christi
  8. Dies Illa
  9. L̄iviᾱṯᾱn

Facebook


par Simony le 13/10/2017 à 07:47
91 %    272

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.