Au moment de trouver un titre, les groupes de Thrash rivalisent tous d’imagination, quelle que soit leur inclinaison thématique. Comment imaginer le chef d’œuvre de SLAYER baptisé autrement que par ce Reign In Blood évocateur, ou tenter de visualiser le second LP de KREATOR sans ressentir ce plaisir de tuer qui colle à la peau de ces morceaux sans pitié et redoutablement guerriers ? Il ne faut donc pas se tromper et susciter des sensations, des sons, des odeurs, qui restent fidèles à une démarche artistique, et à ce petit jeu, les suisses de FINAL CUT ont bien joué leur coup, puisque après écoute de leur second long, aucune visualisation n’est plus fidèle que celle de ce marteau-piqueur qui défonce les routes et fait trembler les bras, si possible à une heure indue le matin. On pense très bien à ces musiciens d’ailleurs, reconvertis dans les travaux public, le heaume de chantier vissé sur la tête et le casque protecteur sur les oreilles mutiler le bitume dans un nuage de fumée, l’air satisfait et le sourire affiché, heureux de pouvoir détruire pour mieux reconstruire, et de faire chier le monde avec leur barouf mécanique. Le souci étant qu’avec un intitulé pareil, le droit à l’erreur est infime, mais heureusement pour nous, l’assemblée helvète ne s’est pas pris les pieds dans les câbles et nous a délivré un message purement Thrash moderne qui a de quoi filer la tremblote pendant des heures. Fondé du côté de Seon, en 2011, ce quintette de joyeux drilles a d’abord pris le temps de narrer ses histoires en version courte, via une première démo publiée en 2013, Voice of the People, avant de se lancer dans l’exercice de l’entrée en matière via Massive Resurrection en 2014 à compte d’auteur. On y sentait déjà les prémices d’un groupe volontaire, classique dans sa démarche mais ouvert aux compromis et à l’innovation mesurée, et la publication de ce second LP ne fait que confirmer leur envie, cette fois-ci appuyée par le label espagnol Art Gates Records.

Le quintet (Christoph Krippel - basse, Christian Abt & Lukas Bühler - guitares, Florian Brändle - batterie et Giulio Serratore - chant, depuis l’année dernière) avoue donc évidemment de sérieuses accointances avec le Thrash old-school, et n’hésite pas à formuler son admiration au travers d’une liste d’inspiration assez exhaustive (EXODUS, SLAYER, REVOCATION, GAMA BOMB, MUNICIPAL WASTE, SUICIDAL TENDENCIES, VADER, ALL SHALL PERISH, SEPULTURA, PANTERA, GWAR, PSYCROPTIC, GRAVEYARD, MISERY INDEX, ANNIHILATOR). Et si cette liste se valide d’elle-même une fois leur musique connue, autant dire qu’ils se permettent de la compléter d’un grain de folie tout à fait personnel, allant même jusqu’à utiliser un harmonica parfaitement incongru sur certains passages velus. Ainsi, « Generation Y » donne le ton de leur singularité qui s’articule autour d’une envie commune de réunir les époques, et de lier les générations se succédant dans le temps, allant jusqu’à créer des liens entre la scène allemande des KREATOR et autres LIVING DEATH et les plus récents AT THE GATES ou THE HAUNTED. Plus qu’une simple nostalgie, c’est donc une véritable passion sans frontières qui guide les pas rapides des suisses, et Jackhammer de foncer bille en tête tout en prenant soin de concasser le moindre caillou pas totalement pulvérisé, sans pour autant passer pour des brutes déchaînées et hystériques. Car les bougres sont bons musiciens et compositeurs habiles, malgré une entame en installation globale de chantier, avec tout le bordel que ça peut impliquer. On commence à bosser avec énergie donc et « Full Steam Ahead » de justifier son titre avec force blasts et accélérations déjantées, histoire de placer les débats sur le terrain de la vélocité et de la férocité. Mais la férocité chez les suisses n’est jamais une excuse ou un alibi, et leur musique dégage une indéniable euphorie, que des riffs presque Mosh dans l’esprit accentuent de leurs saccades volubiles et graciles.

Difficile de résister à cette exubérance bon enfant, qui ne crache toutefois pas sur un surplus de violence peu avenante. Passé rois dans l’art du contrepied, le quintet ose de couts inserts à la limite du Death potache, et « Momentum » de sa minute et quelques secondes d’appuyer sur la corde sensible la plus grave, nous permettant de deviner des capacités qui vont bien au-delà de la simple copie carbone d’idoles du passé. Vitesse donc, mais aussi puissance, et balancements en rythmiques mouvantes, ce qui permet aux suisses de se distinguer de la masse des nostalgiques sans totalement tremper les pieds dans l’océan Groove Metal qui parfois gâche les tentatives les moins timorées. Car leur Thrash reste formel dans les faits, mais plus aéré et coulé dans le fond, et même les compositions les plus béton affichent une belle somme d’idées et de variations, passant d’une décennie à une autre sans vraiment tergiverser, mais en  piquant au passage ce qu’il leur faut pour avancer (« Prejudice », 80’s, 90’s, 00’s, mais surtout purement Thrash et sans ambivalence). On se laisse donc happer par cette énergie qui ne se dément pas, et même lorsque la rythmique marque le pas, l’intensité n’en pâtit pas, comme le démontre avec assurance l’ultra-écrasant « Regrets », qui une fois encore associe la vélocité à la méchanceté, dans un bal furieux qui lui, ne regrette aucune invitation lancée. Doté d’une production sèche et humble mais qui permet à tout le monde de briller, Jackhammer se situe même parfois en convergence d’un Thrash Death que la voix grave et rauque du petit nouveau Giulio Serratore met admirablement bien en exergue, et les titres se succèdent donc sans répéter ad nauseam les mêmes plans éculés, que les BPM imitent la cadence du fameux marteau-piqueur (« Grin », plus ASSASSIN que CORONER malgré le titre), ou qu’au contraire ils jouent l’économie pour aplanir plutôt que détruire (« Die or Die, Guaranteed », mais ne vous inquiétez pas, l’accélération ne vous épargnera pas).

Un final en pirouette bluesy qui mélange le Thrash d’Oncle Tom et les délires de PANTERA, sur fond de brutale montée en puissance instrumentale (« Picasso's Thoughts »), et le bilan est plus que positif pour ce second longue durée des suisses de FINAL CUT dont le montage final du dernier métrage est un modèle d’intelligence dans la déviance. Une preuve que l’on peut se vouloir classique sans stagner dans le passé, et une illustration parfaite des émanations sonores des travaux publics le dimanche matin alors qu’on aimerait bien faire la grasse matinée.        

   

Titres de l'album :

                        1.Full Steam Ahead

                        2.Creature

                        3.Break the Barriers

                        4.Momentum

                        5.Generation Y

                        6.Prejudice

                        7.Regrets

                        8.Grin

                        9.Die or Die, Guaranteed

                        10.Picasso's Thoughts

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/05/2019 à 16:37
80 %    66

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@77.146.224.133
15/05/2019 à 21:29:36
Pantera et Assassin dans le même texte, j'ai un peu de mal. Malgré ça, j'irai jeter une oreille attentive. Merci pour le papier.

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)