« NOYDEM est un groupe de rock originaire de Paris fondé en 2011. Avec Julien au chant et à la guitare, Jules à la basse, Gia à la guitare et Joffrey à la batterie le style musical de NOYDEM est un rock terriblement moderne aux teintes d'électro.»

Voilà présentation qui ne met pas forcément l’eau à la bouche, mais qui ne survend pas non plus une nouvelle sensation surcotée par son agence de promo ou son label. Pourtant, les parisiens sont à même de vous en procurer, pas du genre cheap qu’on oublie dans la seconde, mais plutôt de celles qui s’insinuent sous votre derme assez discrètement, pour vous hérisser la peau de ses accents mélodiques et puissants. L’histoire ? Il n’y en a pas, ou elle est si simple qu’elle ne vaut même pas la peine d’être narrée. Juste quatre mecs (Julien Prouveze : chant/clavier/guitare, Gia Vcgr : guitare/chœurs, Jules Brosset : basse et Joffrey Hebert : batterie) qui depuis 2011 taillent leur route sur elle, et tentent de trouver leur identité via une démarche musicale sincère qui refuse les effets de manche et le sensationnalisme. Un premier EP, The Landing, en 2012, sans doute trop marqué par l’Electro et pas assez par le Rock, et puis ce second essai, A Time Will Come, qui semble leur promettre de plus beaux lendemains auprès d’un public très exigent. Ces temps qui viennent, que nous offrent-ils ? Une musique faussement simple, mais réellement riche, des chansons qui en sont, et qui ne sacrifient pas des couplets hâtivement troussés sur l’autel de refrains collégiaux mais stérilement bâclés, et surtout, une foi, et des arrangements discrets, mais palpables, qui enrichissent des compositions léchées, mais énergiques en diable.

Plus Rock donc le NOYDEM 2017 ? Certes, mais pas moins malin, et si la tendance radicalise le propos, et durcit le ton, elle ne fait pas sombrer le projet dans le Metalcore faisandé ou l’Alternatif pré mâché. Non, nous restons ici entre gens de bonne compagnie, qui ont su agrémenter des cloisons Pop de fondations Rock, couvrant le tout d’une toiture Electro aux ardoises fines, mais imperméables. Et surtout, qui ont pris la peine de tisser des canevas précis, s’entremêlant de motifs accrocheurs, histoire d’aboutir à des tissus de mélodies qu’on retient du lundi au vendredi, pour les hurler à tue-tête une fois arrivé au samedi. Des chansons qui paraissent légères de leurs rythmiques élastiques, mais dont les textes sont concernés par une époque qui ne laisse que peu d’espoir aux rêves à accrocher.

« Cet EP exprime le ressenti de personnes frappées d'ostracisme par la société actuelle. Le titre « Bring me Down » a, à titre d'exemple, pour sujet la radicalisation d'un adolescent, tandis que le titre « Welcome Home » se révèle plus être un message d'espoir envers des personnes se focalisant sur leurs problèmes et fermant les yeux sur les choses positives qu'ils possèdent ou les entourent. »

Les NOYDEM quant à eux ne ferment les yeux sur rien, et surtout pas leurs oreilles, qui se sont ouvertes à des choses plus exposées, et qui finalement, les ont convaincus de tenter le coup des cinq hits en forme de EP, ce qui permet à A Time Will Come de se poser en best-of d’une jeune carrière à peine entamée, alors même que le matériel proposé est uniquement inédit. Beau tour de force, et un gros quart d’heure de démonstration Pop-Rock alternative, s’articulant autour de riffs simples mais porteurs, d’un chant modulateur, et d’une rythmique souple mais efficace à toute heure. En témoigne le premier jet, « Welcome Home », qui de son format presque adapté pour l’Eurovision de trois minutes à peine dépassées, évoque le PAPA ROACH le plus primesautier, ou le MADINA LAKE le plus engagé. Binaire sautillant, guitare en traque de riffs sombres et de déliés aérés, pour un refrain qui explose d’une exubérance pas dupe d’une ère qui nous trompe de ses illusions caduques.

Le groupe joue, s’investit, et se permet quelques idées pas forcément novatrices, mais efficaces et ludiques, comme cette grosse basse qui roule mais n’amasse pas mousse en restant maousse, ou cette intro très Mansonienne de « Bring me Down », qui laisse soudainement place à un Boogie Electro pataud que les SOFT CELL auraient pu danser, collés à un ORGY plus câlin qu’à l’ordinaire en fin de soirée. On sait qu’un EP ne laisse qu’un temps imparti réduit, alors on a balayé les scories, pour ne laisser que les meilleures parties, celles qui nous poussent à rester, et à apprécier un « Stay » balayé de synthétisme purement eighties et d’un falsetto appuyé, tutoyant la Post Wave la plus éclatante, de celle qu’on retrouve sur les B.O des films de Nicolas Winding Refn, lorsque le héros aux yeux bleutés par les néons rentre chez lui sans regarder dans le rétro. Celui des NOYDEM leur permet de zieuter vers leur passé sans le renier, et « Your Other Self » de nous noyer dans des teintes veloutées, délavées par une guitare en carillon et des chœurs en coton, qui drapent la nuit d’émotion, sans pour autant nous éviter des cauchemars en décibels organisés. Il est certain que les rockeurs les plus durs auront du mal à avaler cette pilule un peu trop soft en bouche, mais lorsque le refrain surgit, il s’accompagne d’une distorsion certes discrète, mais apte à dynamiser une harmonie assez tenace en ouïe. Pas d’excès, pas de digression inutile, juste l’essentiel, et des titres qui ne dépassent que très rarement les quatre minutes, pour rester efficace. Même le final « A Place To Live » n’échappe pas à cette règle, et nous fait bondir d’un tempo prêt à rugir, et nous refait le coup des couplets fins sur refrain incendiaire, pour emballer l’affaire dans un packaging d’enfer.

Pas vraiment la sortie tape à l’œil, bien au contraire, malgré une pochette aux tonalités contrastées qui l’attirent, mais plutôt un EP qui prend le temps de s’installer dans votre inconscient, pour ne plus lâcher votre mémoire des heures durant. En faisant le choix d’un Rock moderne aux accents Electro dansants, les NOYDEM remportent leur pari, et se montrent à l’aise dans une époque qu’ils conchient de leurs textes lucides. De quoi danser et réfléchir, headbanguer et s’adoucir. Une friandise qu’on accepte en bouche et qui y fond, mais qui va plus loin que le simple plaisir éphémère bidon.


Titres de l'album:

  1. Welcome Home
  2. Bring me Down
  3. Stay
  4. Your Other Self
  5. A Place To Live

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/12/2017 à 14:32
78 %    194

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...