« NOYDEM est un groupe de rock originaire de Paris fondé en 2011. Avec Julien au chant et à la guitare, Jules à la basse, Gia à la guitare et Joffrey à la batterie le style musical de NOYDEM est un rock terriblement moderne aux teintes d'électro.»

Voilà présentation qui ne met pas forcément l’eau à la bouche, mais qui ne survend pas non plus une nouvelle sensation surcotée par son agence de promo ou son label. Pourtant, les parisiens sont à même de vous en procurer, pas du genre cheap qu’on oublie dans la seconde, mais plutôt de celles qui s’insinuent sous votre derme assez discrètement, pour vous hérisser la peau de ses accents mélodiques et puissants. L’histoire ? Il n’y en a pas, ou elle est si simple qu’elle ne vaut même pas la peine d’être narrée. Juste quatre mecs (Julien Prouveze : chant/clavier/guitare, Gia Vcgr : guitare/chœurs, Jules Brosset : basse et Joffrey Hebert : batterie) qui depuis 2011 taillent leur route sur elle, et tentent de trouver leur identité via une démarche musicale sincère qui refuse les effets de manche et le sensationnalisme. Un premier EP, The Landing, en 2012, sans doute trop marqué par l’Electro et pas assez par le Rock, et puis ce second essai, A Time Will Come, qui semble leur promettre de plus beaux lendemains auprès d’un public très exigent. Ces temps qui viennent, que nous offrent-ils ? Une musique faussement simple, mais réellement riche, des chansons qui en sont, et qui ne sacrifient pas des couplets hâtivement troussés sur l’autel de refrains collégiaux mais stérilement bâclés, et surtout, une foi, et des arrangements discrets, mais palpables, qui enrichissent des compositions léchées, mais énergiques en diable.

Plus Rock donc le NOYDEM 2017 ? Certes, mais pas moins malin, et si la tendance radicalise le propos, et durcit le ton, elle ne fait pas sombrer le projet dans le Metalcore faisandé ou l’Alternatif pré mâché. Non, nous restons ici entre gens de bonne compagnie, qui ont su agrémenter des cloisons Pop de fondations Rock, couvrant le tout d’une toiture Electro aux ardoises fines, mais imperméables. Et surtout, qui ont pris la peine de tisser des canevas précis, s’entremêlant de motifs accrocheurs, histoire d’aboutir à des tissus de mélodies qu’on retient du lundi au vendredi, pour les hurler à tue-tête une fois arrivé au samedi. Des chansons qui paraissent légères de leurs rythmiques élastiques, mais dont les textes sont concernés par une époque qui ne laisse que peu d’espoir aux rêves à accrocher.

« Cet EP exprime le ressenti de personnes frappées d'ostracisme par la société actuelle. Le titre « Bring me Down » a, à titre d'exemple, pour sujet la radicalisation d'un adolescent, tandis que le titre « Welcome Home » se révèle plus être un message d'espoir envers des personnes se focalisant sur leurs problèmes et fermant les yeux sur les choses positives qu'ils possèdent ou les entourent. »

Les NOYDEM quant à eux ne ferment les yeux sur rien, et surtout pas leurs oreilles, qui se sont ouvertes à des choses plus exposées, et qui finalement, les ont convaincus de tenter le coup des cinq hits en forme de EP, ce qui permet à A Time Will Come de se poser en best-of d’une jeune carrière à peine entamée, alors même que le matériel proposé est uniquement inédit. Beau tour de force, et un gros quart d’heure de démonstration Pop-Rock alternative, s’articulant autour de riffs simples mais porteurs, d’un chant modulateur, et d’une rythmique souple mais efficace à toute heure. En témoigne le premier jet, « Welcome Home », qui de son format presque adapté pour l’Eurovision de trois minutes à peine dépassées, évoque le PAPA ROACH le plus primesautier, ou le MADINA LAKE le plus engagé. Binaire sautillant, guitare en traque de riffs sombres et de déliés aérés, pour un refrain qui explose d’une exubérance pas dupe d’une ère qui nous trompe de ses illusions caduques.

Le groupe joue, s’investit, et se permet quelques idées pas forcément novatrices, mais efficaces et ludiques, comme cette grosse basse qui roule mais n’amasse pas mousse en restant maousse, ou cette intro très Mansonienne de « Bring me Down », qui laisse soudainement place à un Boogie Electro pataud que les SOFT CELL auraient pu danser, collés à un ORGY plus câlin qu’à l’ordinaire en fin de soirée. On sait qu’un EP ne laisse qu’un temps imparti réduit, alors on a balayé les scories, pour ne laisser que les meilleures parties, celles qui nous poussent à rester, et à apprécier un « Stay » balayé de synthétisme purement eighties et d’un falsetto appuyé, tutoyant la Post Wave la plus éclatante, de celle qu’on retrouve sur les B.O des films de Nicolas Winding Refn, lorsque le héros aux yeux bleutés par les néons rentre chez lui sans regarder dans le rétro. Celui des NOYDEM leur permet de zieuter vers leur passé sans le renier, et « Your Other Self » de nous noyer dans des teintes veloutées, délavées par une guitare en carillon et des chœurs en coton, qui drapent la nuit d’émotion, sans pour autant nous éviter des cauchemars en décibels organisés. Il est certain que les rockeurs les plus durs auront du mal à avaler cette pilule un peu trop soft en bouche, mais lorsque le refrain surgit, il s’accompagne d’une distorsion certes discrète, mais apte à dynamiser une harmonie assez tenace en ouïe. Pas d’excès, pas de digression inutile, juste l’essentiel, et des titres qui ne dépassent que très rarement les quatre minutes, pour rester efficace. Même le final « A Place To Live » n’échappe pas à cette règle, et nous fait bondir d’un tempo prêt à rugir, et nous refait le coup des couplets fins sur refrain incendiaire, pour emballer l’affaire dans un packaging d’enfer.

Pas vraiment la sortie tape à l’œil, bien au contraire, malgré une pochette aux tonalités contrastées qui l’attirent, mais plutôt un EP qui prend le temps de s’installer dans votre inconscient, pour ne plus lâcher votre mémoire des heures durant. En faisant le choix d’un Rock moderne aux accents Electro dansants, les NOYDEM remportent leur pari, et se montrent à l’aise dans une époque qu’ils conchient de leurs textes lucides. De quoi danser et réfléchir, headbanguer et s’adoucir. Une friandise qu’on accepte en bouche et qui y fond, mais qui va plus loin que le simple plaisir éphémère bidon.


Titres de l'album:

  1. Welcome Home
  2. Bring me Down
  3. Stay
  4. Your Other Self
  5. A Place To Live

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/12/2017 à 14:32
78 %    275

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)