Beneath the Blood Red Sky

Axxios

22/06/2019

Autoproduction

Encore un groupe que la toile ne semble pas connaître plus que ça, et dont les renseignements sont quasiment inexistants. En parcourant la succincte bio présente sur leur page Facebook, on apprend que les AXXIOS ont été formés autour du tandem Ben Rose et Martin Bowman, désireux de jouer une musique plurielle en adéquation avec leurs goûts personnels. Sauf que depuis, ces deux-là semblent avoir disparu pour le compte, puisqu’on ne trouve plus trace d’eux dans le line-up actuel. Ce line-up, en formation quintet (Dave Matthews & TJ Fernandez - guitares, Alex "Chucho" Barrios - basse, Aaron Grove - batterie et Dan Baggarly - chant) semble donc assez récent, puisque la dernière réalisation EP du groupe mentionnait encore Ben Rose à la basse et au chant (The Curse of Anathemia en 2016)…Difficile donc de brosser un historique du combo, surtout lorsque la matière manque pour remplir les blancs, mais à l’écoute de ce premier long qui ne l’est pas vraiment, inutile de jouer les biographes/archéologues, la musique parle d’elle-même, et d’une bien étrange façon. AXXIOS, dérivé du Grec et qui signifie plus ou moins « de valeur » a donc choisi une voie plutôt bizarre pour s’exprimer, se définissant avec beaucoup de culot comme un groupe de Blackened Power Metal, empruntant donc les tics des deux courants pour les amalgamer dans une approche radicale, mais délicatement mélodique, en confluence du Néo Death des années 90 et du Power/Thrash des années 80/90. Mélange hautement explosif pour prise de risque maximale, mais aussi étrange que cela puisse paraître, le cocktail fonctionne très bien, et fait preuve d’autant d’audace que d’efficacité…

Dans les faits, Beneath the Blood Red Sky est d’une puissance rare. Ce premier LP tente une opération séduction osée, et réussit à relever le défi de mélanger la rudesse d’un BM somme toute assez abordable, et la puissance harmonique d’un Power Metal tirant la plupart du temps sur un Thrash vraiment dur et âpre. C’est surprenant, d’autant que les lignes vocales se veulent bizarres elles aussi, entre envolées lyriques typiques du Power, raclage de gorge purement BM et sévérité de graves d’un Thrash classique, transcendant des parties instrumentales tout sauf convenues, qui semblent sauter du coq à l’âne en savant parfaitement ce qu’elles font. L’exemple le plus probant de cette philosophie très personnelle nous est donné par « Consuming Chaos », qui dans un même élan évoque TOURNIQUET, AT THE GATES, FATES WARNING et quelques autres, dont les CRADLE même parfois dans une version moins Grand-Guignol, ce qui a pour but de nous faire dévier de notre routine quotidienne, spécialement lorsque le chant de Dan Baggarly se pare d’intonations lyriques. Difficile dès lors, voire impossible de ranger les AXXIOS dans une catégorie précise et définie, leur seul but avoué étant justement d’échapper aux étiquettes pour affirmer leur singularité. Et les bougres assument totalement leur parti-pris, acceptant la démesure comme seule limite, mais ne se reposant pas sur une originalité de ton pour faire oublier des faiblesses de composition. D’ailleurs, « Conquests of the Insatiable » affirme ses positions avec fermeté, entamant les hostilités par un Power/Thrash de première catégorie, avec double grosse caisse à bride abattue, et riffs ténus, et parties de chant versatiles qui ajoutent à l’exubérance globale. Un son un peu étrange et diffus achève de conférer à cette première réalisation le parfum opaque dont elle avait impérativement besoin, et nous voilà englués dans la toile d’un Blackened Power Metal qui explique d’entrée ses objectifs et méthodes.

Entre un JUDAS PRIEST soudainement pris d’une crise de folie Thrash, un DREAM THEATER qui pousserait encore plus loin les préceptes d’Awake et Train of Thought, un SOILWORK converti aux méthodes du ANNIHILATOR des dernières années, AXXIOS aime à se déguiser d’un morceau à l’autre pour garder la surprise intacte, et frappe le centre de la cible grâce à un jeu habile de guitares assassines, de rythmiques compactes mais efficientes et d’une osmose globale troublante eu égard à l’optique de biais. Et les choses se compliquent dès qu’on comprend que le quintet souhaite aussi mettre sa technique en avant, densifiant de fait sa musique sans nuire à son impact, mais laissant traîner de çà et là quelques prouesses individuelles, des arythmies symptomatiques du Tech-Metal moderne, le tout pimenté d’une grosse rugosité BM qui rend certaines compositions fatales et irrésistibles. Ainsi, le furieux et tempétueux « The Curse of Anathemia » transpose les codes du Power traditionnel dans l’univers sombre du BM le plus épais, transformant les américains en sorte de pendant encore plus diabolique de MERCYFUL FATE ou KING DIAMOND, travaillant ses tics occultes pour mieux les intégrer à un contexte toujours aussi mélodique. Et avec des soli rapides mais compréhensibles et des cassures rythmiques fréquentes, Beneath the Blood Red Sky finit par nous emporter dans un monde d’excès et de débordements, ne reculant devant aucune exagération pour nous convaincre, et refusant de rester raisonnable pour ne pas trop choquer les masses. Feedback et dissonances, frappes plus directes et simples (« The Lost Legions », archétype du Power/Thrash des années 80 transposé dans une époque plus épique et contemporaine), retour vers un Heavy plus limpide et simple (« The Trojan Heart », mais toujours distordu d’une envie fielleuse et strié d’interventions en solo lumineuses), le passage en revue est impressionnant, et la variété tout autant eu égard au métrage plus que concentré du LP.

Le final fait tout pour offrir à cet album la porte de sortie digne qu’il mérite amplement, et « Beneath the Blood Red Sky » de se poser en véritable title-track, avec une fois encore ce mélange entre le Heavy viril de Rob Halford, le Néo Death des suédois revanchards des nineties, et cet enrobage purement Thrash hérité de la Bay Area. Et au bout du compte, et d’une demi-heure de jeu, on acquiert la certitude que les AXXIOS, comme leur nom l’indique, sont des gens de valeur, qui gagnent à être connu, ne serait-ce que pour avoir le plaisir d’écouter quelque chose de différent.   

    

Titres de l’album :

                            1.Conquests of the Insatiable

                            2.The Curse of Anathemia

                            3.Consuming Chaos

                            4.The Lost Legions

                            5.The Trojan Heart

                            6.Beneath the Blood Red Sky

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/09/2019 à 17:19
78 %    295

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Excellent !!! \m/

01/06/2020, 17:16

Moshimosher

Mais c'est pas mal du tout ! :)

01/06/2020, 16:46

Humungus

Pour ma part, je rejoignais surtout asqer sur le fait que je n'aimais pas le bazar...
Après, j'aurai très bien pu moi aussi utiliser ce genre de phrase fourre tout (c'est d'ailleurs tout à fait mon style) car et d'une j'ai une fâcheuse tendance à amalgamer très facilement Power et Sympho(...)

01/06/2020, 05:58

JTDP

Très content de voir que BOISSON DIVINE a les honneurs de ta plume, mortne2001, tant j'estime ce groupe. Pour moi, ils n'ont pas d'équivalent dans la scène Folk Metal française actuelle (bon faut dire qu'elle est bien sinistrée aussi). "Volentat" était déjà un bijou, celui-ci enfonce le clou(...)

01/06/2020, 01:20

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39

Living Monstrosity

Alors là, itou ! je ne connaissais que de nom et de très loin.
Ca a l'air d'être vachement bien !!! :-O
Merci pour la chro et le lien youtube qui donnent bien faim, je vais écouter ça attentivement.

(et merci aussi pour les tuyaux, il existe effectivement dans le shop(...)

29/05/2020, 18:55

Lifting Catastrophy

Ah je confirme : l'expression "bouillie sonore" était encore faible.
Dès que le groupe a eu un peu de presse chez nous, les chroniques de concerts ont été très peu flatteuses, mais j'avais quand même tenu à juger sur pièce, eh bien ça m'a littéralement dégoûté de ce groupe. :-( (...)

29/05/2020, 18:46

Smashing Jewelry

YES ! Bourdal dou mardch, ça c'est de la niouze !!

Ca va distribuer des baffes, cette histoire !!
(quoi, j'ai dit une connerie ?)

29/05/2020, 18:38

LeMoustre

Excellente nouvelle !

29/05/2020, 18:34