Douce Fange

Pensées Nocturnes

21/01/2022

Les Acteurs De L'ombre Productions

Les subtiles touches de couleur de la pochette, évidemment en bleu, blanc, et gros rouge, les saucisses bien en évidence, pointant du gras les têtes de porc, évoquent cette France, si chère à une certaine frange politique qui s’accorde à ne retenir de notre patrimoine que ses clichés les plus éculés. Et entre Charles Trénet et la musette qui inaugurait les centres commerciaux fraichement ouverts pour ruiner les commerces locaux, PENSEES NOCTURNES s’en revient, l’œil luisant et le geste malhabile nous présenter sa version des choses, entre guinguette de guingois et orchestre de cirque qui clôture le spectacle sur une note de terreur…nocturne. 

Les PENSEES NOCTURNES ont toujours été les plus dangereuses, puisque les plus franches dans l’opacité de la nuit. Les avis se donnent, les contradictions se soulignent sous une lune blafarde, et les masques tombent sous les néons fatigués d’une fête qui n’en peut plus de se finir. Alors, deux ans après le fantastique Grand Guignol Orchestra qui enfonçait plus en profondeur la ligne éditoriale de A Boire et à Manger, Douce Fange, cher pays qui nous dérange, revient avec ses cotillons ternis et son ambiance de sciure pour nous rappeler que cette même fête, aussi tragique soit-elle, peut encore faire danser les plus fidèles et les plus fous.

Le coq, verre de rouge à la main, célèbre des siècles de fierté nationale à base d’arrogance et de pinard plus ou moins goûtu. Une sorte d’ivresse le torse bombé et le marcel tâché, qui se tourne vers le maréchal et autres échoppes d’un temps ancien, lorsque la viande ne se négociait plus sous le manteau durant l’occupation. Vaerohn, en maître de cérémonie indéboulonnable arbore toujours sa tenue de monsieur loyal de l’extrême, apocalypse annoncée d’un règne culturel sur une Europe qui nous regarde toujours plus de travers. Le numéro de cirque commence donc comme d’habitude, sous les soupirs d’une foule bigarrée qui se presse mollement vers le chapiteau, cabaret de l’étrange délocalisé en banlieue pour ne pas froisser le Paris historique. 

Comme d’habitude, le son énorme prend aux tympans, dès le premier pas sur la terre battue. Les instruments se tutoient et se racontent des histoires anciennes, tandis que les couches de voix, à la frontière entre la chanson réaliste et l’opéra bouffe, nous en racontent d’autres, entre carrousel démoniaque, viande fraiche au sang dégoulinant, escarmouches entre iconoclastes de la nuit, et accordéon exténué aux respirations haletantes tenant de l’extrême onction.

Entre NOTRE DAME, les bals du dimanche ravagés par un clown BM grotesque au maquillage bon marché, un DIABLO SWING ORCHESTRA de Ménilmontant, et une Damia soudainement convertie à l’église de Satan, PENSEES NOCTURNES, la cour des miracles des laissés pour compte continue son spectacle quoiqu’il lui en coûte, et nous offre avec ce déjà septième album une autre échappatoire à la réalité puante d’un quotidien fait de lutte pour survivre, d’asservissement des masses par la pensée unique des médias, et affrontements par meeting interposés de candidats misant tout sur la peur de l’autre, et de l’insécurité galopante, mais fantasmée.

L’ambiance est donc à la fête un peu étrange, entre cauchemar qui n’en finit pas et rêve de manchot qui tend quand même la main pour une dernière piécette, et si l’alcool à cet arrière-goût de vendanges trop tardives, l’enivrement est lui bien réel, près d’un bandonéon rapiécé et d’une fille de joie aux courbes charnues, mai usées par les fausses caresses.

Le carrousel tourne donc de façon erratique, s’arrêtant sur les cases les plus improbables de l’underground, les manèges à queue de Mickey moisies offrent des cadeaux poussiéreux, mais pourtant, l’exubérance magnifique, le drame qui se trame dans les coulisses, et cette instrumentation en piles qui s’éloignent du négatif au positif nous font oublier pour quelques instants les turpitudes d’une vie trop bien réglée, et incitent à l’abandon des corps et des âmes au Dieu de la nuit. Celle des cotillons fanés, celle des embrassades chancelantes, et des pas de java qui prennent des airs de claudication sous l’emprise du Beaujolais.

Vaerohn, toujours aussi excessif dans ses choix, a choisi la voie des arrangements poussés au maximum de leur rendement, et continue de bricoler dans son coin de petites pièces musicales, qui une fois enfilées, narrent les légendes les plus obscures d’un pays qui n’en manque pas. Conteur, hâbleur, un peu menteur sur les bords, mais sincère, l’auteur reste fidèle à sa ligne de conduite de déconstruction, et fait se percuter l’esprit des bals de nos grands-parents, et la démence actuelle de la scène extrême française.

Et on ne peut se contenter d’écouter Douce Fange, il faut s’y immerger et s’y saouler, comme lorsque ces pistes de danse du dimanche incarnaient l’unique exutoire d’une semaine de labeur.

Il faut en ressentir la moindre vibration, de cette double grosse caisse qui ose bousculer cet accordéon traditionnel qui chante la joie, à cette guitare qui tournoie come un vautour à la recherche d’une proie facile, et à cette ambiance de pickpocket de l’esprit qui vous l’enfume avec deux ou trois phrases musicales bien senties, avant de vous faire les poches. A prendre comme de petites vignettes tendres et cruelles, ce nouvel album s’appréhende d’abord comme un tout, comme la célébration d’une France qui part à vau-l’eau, et qui a tendance aux extrêmes. A mettre en avant son patrimoine porcin et ses vignes, ou a multiculturiser ses origines pour les rendre plus acceptables et intégrantes.

Cette France-là donne-t-elle la Gaule ?

Elle rappelle le sang versé, la collaboration, les happenings étranges et les sans-logis qui arpentent les rues à la recherche d’un coin de trottoir moins humide. Une France qui tango, qui valse, qui javase et qui jase, et finalement, notre pays, quoi que nous en disions. Alors, reprenez une fine tranche de saucisson et un peu de pâté de tête.

Et dansez à en perdre la tête.

               

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Viens tâter d'mon Carrousel   

02. Quel sale Bourreau   

03. PN mais Costaud !   

04. Saignant et à Poings   

05. Charmant Charnier   

06. Le Tango du Vieuloniste   

07. Fin Défunt   

08. La Semaine Sanglante   

09. Gnole, Torgnoles et Roubignoles


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/01/2022 à 18:17
85 %    626

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23