On va mettre les choses au point dès le départ ça évitera de donner trop de détails pour rien. D’autant plus que d’un simple coup d’œil à la pochette, bien des interrogations sont levées.

Les SMASH POTATER ont donc été élu « Groupe le plus attractif de Chicago », ont gagné le prix des « riffs les plus médiocres », ont quand même raflé quelques grammys au passage, et admettent comme influences des artistes/groupes aussi divers que  Morrissey, De La Soul, Biz Markie, Jungle Brothers, tupac, A tribe called quest, N.W.A., Public Enemy, Boogie Down Productions, Fat Boyz, 2 Live Crew, Run DMC, Bone Thugz, Beastie Boys, the notorious B.I.G., Wu Tang clan, Doug-e fresh, Slick Rick, Big Daddy Cane, Heavy D and The Boys, Marvin Gaye, Al Green, Rick James, George Clinton and the Parliament Funkadelic, et James Brown.

Avec tout ça, vous n’avez plus qu’à mettre vos mains dans le bourrier et faire le tri.

Ils viennent donc d’Aurora, Illinois, et si votre mémoire de cinéphile potache ne vous fait pas défaut, vous saurez que c’est également là que vivaient Wayne et Garth, nos deux trublions de Wayne’s World, et faites-moi confiance, l’analogie n’est pas purement gratuite, loin de là.

Si nos deux héros hirsutes blond et brun ne faisaient pas dans la dentelle et affectionnaient un Hard Rock de tradition (surtout lorsqu’il était chanté par une sublime créature comme Tia Carrere), nos quatre anti-héros de ce matin semblent préférer un gros Crossover in your face, qui va puiser chez les DRI, EXCEL et autres LUDICHRIST son pesant de cacahouètes, qu’ils nous jettent d’ailleurs en pleine gueule pendant une bonne quinzaine de minutes.

Eddie Esquivel (Guitare/Chant), Aaren Pantke (Guitare/Chant), Julian Walter (Basse) et Allan Gonzales (Batterie) ont visiblement pas mal écouté les premières œuvres humanistes des SUICIDAL, de SOD, et tentent à leur tour la combinaison fatale entre Thrash, Hardcore et humour, et admettons qu’ils le font à fond, en tombant dans un délire contagieux, qui il est vrai, s’articule autour de riffs pas si médiocres que ça, loin de là, et de rythmiques qui n’hésitent jamais à pousser le bouchon trop loin.

Musicalement, tout ceci est très coloré, et ressemble à un gros barbecue de banlieue qui tourne mal, avec des invités qui plongent encore habillés dans une piscine de fortune, la bière ouverte à la main. Les riffs fleurent bon les ribs qui grillent sur la grille et au-dessus du charbon, et les hurlements poussés par nos deux vocalistes singent les invectives d’une mère qui en a ras le bol que ses marmots se recouvrent de ketchup dès qu’elle a le dos tourné.

Vous l’aurez compris, la morosité n’a pas le droit de cité sur ce Food Fight! - Texas Toast Chainsaw Massacre vs. Smash Potater au titre interminable, qui se prend pour un bon vieux film de série Z diffusé dans un drive-in pourri du fin fond de l’Illinois. Mais la blague est drôle, parce que préparée avec sérieux, et racontée par de vrais amoureux du genre qui ne se contentent pas de quelques calembours vaguement soulignés d’un Thrash faisandé.

Le leur est plutôt du genre « hot », et ramène le souvenir d’un DRI à cheval entre sa période Core des débuts et ses exactions Thrash des mid 80’s. Loin d’être manchots, les musiciens alignent les plans radicaux mais bien mesurés, qui s’insèrent parfaitement dans un contexte global de fiesta imparable, et entre les interludes samplés que les non anglophones auront du mal à apprécier et les saillies joyeusement violentes et débridées. Cet EP n’est donc qu’euphorie débile de l’entrée au dessert.

Ce fameux dessert prend d’ailleurs la forme d’un gâteau improbable genre pudding dans lequel on a tout mélangé, et se plaît à retranscrire une parodie électronique Bontempi à la TENACIOUS D (« Chicago Love - A Smash-Toast Joint Collab »).

Mais avant d’en arriver là, il aura fallu déguster quelques amuse-gueule Crossover assez épicés (« The Texas Toast Chainsaw Massacre », entre CRYPTIC SLAUGHTER et le SUICIDAL des débuts), une entrée en forme de clin d’œil très appuyé et assez borderline (« Fast Food And The Furious », merci la mémoire de feu Paul Walker qui aurait sans doute dégusté ce Thrashcore bien velu et amusé), un plat de résistance/barbaque bien saignant aux entournures (« Booze Is Food, F**k You », genre d’omelette au lard AGNOSTIC FRONT avec des œufs pas super frais piqués chez les SOD), un trou Normand/Américain qui fait digérer par ingestion de gros bordel à la limite du Thrashcore (« Botulism », à moitié blague de milieu de pique-nique et stand up éthylique), mais aussi un gros plat de fromage industriel qui fond étrangement en bouche sans vous laisser sur la touche ( « Yeast Infection » et « Gentri-Friend », qui osent le Crossover le plus parfait, comme si de rien n’était).

Bon, de toute façon, ce genre de fouteurs de merde, vous connaissez. Les Etats-Unis nous en refilent à intervalles réguliers et semblent beaucoup s’amuser de nos réactions enthousiastes et médusées.

Mais dans le créneau, et de la pochette gerbante de couleurs criardes au final en faux rap de ghetto, tout est parfait sur ce Food Fight! - Texas Toast Chainsaw Massacre vs. Smash Potater, qui effectivement, me rappelle les batailles rangées de bouffe à la cantine, lorsque le gros Kevin ne pouvait pas finir son poulet parce qu’il prenait une grosse cuillère de purée sur le coin du nez.

Thrashcore, Parodycore, Hardcore, Partycore, c’est comme vous voulez, mais mettez quand même de vieilles fringues pour ne pas trop vous souiller.

 C’est assez gras, ça tâche, mais ça permet le temps d’un repas improvisé d’oublier son régime et de se replonger dans les déjeuners des années passées, lorsqu’on pensait plus à s’amuser qu’à bouffer équilibré.


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/11/2016 à 12:44
68 %    350

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !