Restructure the Molded Mind

Hemotoxin

16/03/2020

Unspeakable Axe Records

Après un rapide coup d’œil à l’objet en question, mon expérience m’aiguillait vers une énième sortie Death anonyme perdue dans le flot de la production. Et puis, en y regardant de plus près, j’ai décelé des indices menant sur une autre piste. Le logo, le graphisme futuriste de la pochette, la police du titre, tout semblait renvoyer à une époque que je chéris plus que d’autres, celle de l’éveil du Techno Thrash/Death de la fin des années 80/orée des années 90. Les NOCTURNUS, ATHEIST, PESTILENCE, CYNIC, et en louchant sur la rubrique « Similar artists » de The Metal Archives, je me rendais compte que j’avais entièrement raison. En citant DEATH, deux des influences susnommées, mais aussi VEKTOR et HAVOK pour les plus récents, ce site référentiel validait mes impressions, et l’écoute des premiers morceaux suffisait à entériner mon sentiment. HEMOTOXIN appartient donc bien à cette caste de groupes nostalgiques d’une percée technique ancienne, qui permit à de nombreux ensembles de faire valoir leur droit à la différence et à la sophistication. Mais bien qu’étroitement lié à cette vague, ce trio américain n’en est pas pour autant un simple clone malhabile recyclant de vieilles recettes ; il possède son identité propre, et son énergie caractéristique. Fondé en 2010 en tant que projet solo par Michael Chavez, guitariste/chanteur, HEMOTOXIN a vu défiler bon nombre de musiciens en son sein, passant de trio à quatuor à trio, avant de se stabiliser plus ou moins en tant qu’hydre à trois têtes. Aujourd’hui, en 2020, on retrouve toujours Michael aux commandes, secondé par le batteur Brandon Wilcox, membre depuis 2011 et le bassiste Shane Hunt-Dussé, à bord depuis 2018. Et si l’on en croit les paroles du leader, Restructure the Molded Mind serait l’album le plus Heavy de la formation, une véritable déclaration d’intention n’ayant qu’un seul but : mettre l’auditeur à genoux.

Et avec une musique pareille, il n’y a aucun doute à avoir sur les répercussions de l’œuvre en question. Suivant deux autres longue-durée, Between Forever... and the End en 2013 et Biological Enslavement en 2016, bénéficiant tous deux d’un feedback très favorable, Restructure the Molded Mind risque de trouver un écho très fort dans le cœur des fans d’un Death progressif et technique aux légères touches de Thrash, optique emblématique du tournant des deux décennies évoquées plus en amont. On pense évidemment à l’héritage de tous les groupes déjà énoncés, mais surtout, à une version très fidèle et retranscrite du DEATH le plus technique de fin de carrière, dans une traduction beaucoup plus bestiale et violente. Il n’est d’ailleurs pas interdit d’évoquer un possible mélange entre DEATH et SADUS, entre le ATHEIST de Piece of Time et le PESTILENCE de Testimony, tant les morceaux mélangent avec bonheur technique poussée et brutalité maîtrisée. Une fois les éléments mis en place sur l’introductif « Nihilistic Principle », le fan éventuel comprend que l’obsession majeure du groupe reste de bousculer les tympans en les confrontant à une multitude de plans, qui s’entrechoquent à vitesse grand V, sans perdre le fil conducteur de l’inspiration. En bon leader, Michael Chavez met évidemment en avant ce qui fait un grand album de Death/Thrash aux prétentions artistiques : le riff. Cet art ancien retrouve ici ses lettres de noblesse, celles que Chuck lui a conférées en transformant sa créature hideuse en monstre de précision, mais cet art est ici doublé d’une intention très claire : assommer les oreilles d’un pilonnage incessant de la rythmique, avec en exergue la frappe infatigable d’un batteur qui démultiplie les fills, breaks, accélérations, sans perdre le fil de sa trappe. C’est ainsi que l’ensemble donne une impression de chaos intense, avec parfois des passages plus limpides sur lesquels Michael se lâche en solo, donnant une démonstration de talent incroyable de feeling acide.

De là, tout s’enchaîne très vite, pour nous faire perdre tous nos repères. Les morceaux, incroyablement bien construits forment une fois assemblée une symphonie composée en l’honneur de la débauche sonore la plus débridée, et pourtant, l’album dégage un parfum de perfection dans la bestialité assez difficile à définir. Certains titres, encore plus denses que d’autres sont de véritables boucheries, à l’image de « Corrupted Flesh » qui prend un malin plaisir à multiplier les passages en double, soulignés de riffs démoniaques que le grand MORBID ANGEL aurait pu coucher sur partition damnée. Mais parfois, le trio gagne en simplicité et en franchise, lorsqu’il se lâche sur des parties plus Thrash, à l’occasion de « Automation » qui évoque avec acuité ce moment T où le Thrash a commencé sa mutation vers un Death plus élaboré que la moyenne. En choisissant de rester concis dans le temps, et en ne se perdant jamais dans des digressions de plus de six ou sept minutes, HEMOTOXIN se montre efficace et puissant de bout, nous ménageant des instants de démence pure (« Restructure The Molded Mind »), et évoquant parfois les mythiques RIPPING CORPSE. Ne refusant pas la délicatesse d’une transition mélodique (« Self Realisation Through The Sub-Conscious »), pour mieux nous lacérer d’une reprise encore plus tranchante (« The Alchemist »), Restructure the Molded Mind remodèle notre pensée pour la préparer à un trip nostalgique mais pas trop, stimulant les zones de notre mémoire les plus réceptives aux stimuli des années 90, pour mieux imposer quelques tirades plus ambitieuses, mais pas moins dantesques dans la puissance (« Postwar Civilization », orgiaque, et au chant très Schuldiner).

Sans vraiment inclure de données très personnelles dans son travail, mais en adaptant d’anciennes méthodes pour se les approprier, le groupe de Pittsburg réalise donc une opération séduction/destruction tout à fait probante, malgré le handicap certain d’une production légèrement déficiente. La basse, qui tente des circonvolutions intéressantes est souvent enterrée dans le mix d’un magma compact, et la batterie souffre aussi d’un manque de dynamique. La grosse caisse sonnant incroyablement clinique, alors que les cymbales se perdent dans les fréquences. Mais ce handicap, loin de nuire, confère à l’album une aura presque mystique, et achève de le transformer en troisième étape cruciale franchie avec un brio indéniable. De fait, HEMOTOXIN confirme qu’il est vraiment le meilleur dans sa catégorie, et replace les débats sur le terrain de l’ambition efficiente, et pas juste démonstrative.  

             

Titres de l’album :

01.Nihilistic Principle

02.Acrimony

03.Legions Of Alienation

04.Unreality

05.Execution

06.Corrupted Flesh

07.Automation

08.Restructure The Molded Mind

09.Self Realisation Through The Sub-Conscious

10.The Alchemist

11.Incessant Existence

12.Postwar Civilization

 13.After Forever


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 31/10/2020 à 18:11
80 %    605

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
11/11/2020, 17:57:59

Voilà qui donne envie de découvrir la chose. Merci pou ce papier

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une(...)

21/06/2024, 08:55

Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01