Restructure the Molded Mind

Hemotoxin

16/03/2020

Unspeakable Axe Records

Après un rapide coup d’œil à l’objet en question, mon expérience m’aiguillait vers une énième sortie Death anonyme perdue dans le flot de la production. Et puis, en y regardant de plus près, j’ai décelé des indices menant sur une autre piste. Le logo, le graphisme futuriste de la pochette, la police du titre, tout semblait renvoyer à une époque que je chéris plus que d’autres, celle de l’éveil du Techno Thrash/Death de la fin des années 80/orée des années 90. Les NOCTURNUS, ATHEIST, PESTILENCE, CYNIC, et en louchant sur la rubrique « Similar artists » de The Metal Archives, je me rendais compte que j’avais entièrement raison. En citant DEATH, deux des influences susnommées, mais aussi VEKTOR et HAVOK pour les plus récents, ce site référentiel validait mes impressions, et l’écoute des premiers morceaux suffisait à entériner mon sentiment. HEMOTOXIN appartient donc bien à cette caste de groupes nostalgiques d’une percée technique ancienne, qui permit à de nombreux ensembles de faire valoir leur droit à la différence et à la sophistication. Mais bien qu’étroitement lié à cette vague, ce trio américain n’en est pas pour autant un simple clone malhabile recyclant de vieilles recettes ; il possède son identité propre, et son énergie caractéristique. Fondé en 2010 en tant que projet solo par Michael Chavez, guitariste/chanteur, HEMOTOXIN a vu défiler bon nombre de musiciens en son sein, passant de trio à quatuor à trio, avant de se stabiliser plus ou moins en tant qu’hydre à trois têtes. Aujourd’hui, en 2020, on retrouve toujours Michael aux commandes, secondé par le batteur Brandon Wilcox, membre depuis 2011 et le bassiste Shane Hunt-Dussé, à bord depuis 2018. Et si l’on en croit les paroles du leader, Restructure the Molded Mind serait l’album le plus Heavy de la formation, une véritable déclaration d’intention n’ayant qu’un seul but : mettre l’auditeur à genoux.

Et avec une musique pareille, il n’y a aucun doute à avoir sur les répercussions de l’œuvre en question. Suivant deux autres longue-durée, Between Forever... and the End en 2013 et Biological Enslavement en 2016, bénéficiant tous deux d’un feedback très favorable, Restructure the Molded Mind risque de trouver un écho très fort dans le cœur des fans d’un Death progressif et technique aux légères touches de Thrash, optique emblématique du tournant des deux décennies évoquées plus en amont. On pense évidemment à l’héritage de tous les groupes déjà énoncés, mais surtout, à une version très fidèle et retranscrite du DEATH le plus technique de fin de carrière, dans une traduction beaucoup plus bestiale et violente. Il n’est d’ailleurs pas interdit d’évoquer un possible mélange entre DEATH et SADUS, entre le ATHEIST de Piece of Time et le PESTILENCE de Testimony, tant les morceaux mélangent avec bonheur technique poussée et brutalité maîtrisée. Une fois les éléments mis en place sur l’introductif « Nihilistic Principle », le fan éventuel comprend que l’obsession majeure du groupe reste de bousculer les tympans en les confrontant à une multitude de plans, qui s’entrechoquent à vitesse grand V, sans perdre le fil conducteur de l’inspiration. En bon leader, Michael Chavez met évidemment en avant ce qui fait un grand album de Death/Thrash aux prétentions artistiques : le riff. Cet art ancien retrouve ici ses lettres de noblesse, celles que Chuck lui a conférées en transformant sa créature hideuse en monstre de précision, mais cet art est ici doublé d’une intention très claire : assommer les oreilles d’un pilonnage incessant de la rythmique, avec en exergue la frappe infatigable d’un batteur qui démultiplie les fills, breaks, accélérations, sans perdre le fil de sa trappe. C’est ainsi que l’ensemble donne une impression de chaos intense, avec parfois des passages plus limpides sur lesquels Michael se lâche en solo, donnant une démonstration de talent incroyable de feeling acide.

De là, tout s’enchaîne très vite, pour nous faire perdre tous nos repères. Les morceaux, incroyablement bien construits forment une fois assemblée une symphonie composée en l’honneur de la débauche sonore la plus débridée, et pourtant, l’album dégage un parfum de perfection dans la bestialité assez difficile à définir. Certains titres, encore plus denses que d’autres sont de véritables boucheries, à l’image de « Corrupted Flesh » qui prend un malin plaisir à multiplier les passages en double, soulignés de riffs démoniaques que le grand MORBID ANGEL aurait pu coucher sur partition damnée. Mais parfois, le trio gagne en simplicité et en franchise, lorsqu’il se lâche sur des parties plus Thrash, à l’occasion de « Automation » qui évoque avec acuité ce moment T où le Thrash a commencé sa mutation vers un Death plus élaboré que la moyenne. En choisissant de rester concis dans le temps, et en ne se perdant jamais dans des digressions de plus de six ou sept minutes, HEMOTOXIN se montre efficace et puissant de bout, nous ménageant des instants de démence pure (« Restructure The Molded Mind »), et évoquant parfois les mythiques RIPPING CORPSE. Ne refusant pas la délicatesse d’une transition mélodique (« Self Realisation Through The Sub-Conscious »), pour mieux nous lacérer d’une reprise encore plus tranchante (« The Alchemist »), Restructure the Molded Mind remodèle notre pensée pour la préparer à un trip nostalgique mais pas trop, stimulant les zones de notre mémoire les plus réceptives aux stimuli des années 90, pour mieux imposer quelques tirades plus ambitieuses, mais pas moins dantesques dans la puissance (« Postwar Civilization », orgiaque, et au chant très Schuldiner).

Sans vraiment inclure de données très personnelles dans son travail, mais en adaptant d’anciennes méthodes pour se les approprier, le groupe de Pittsburg réalise donc une opération séduction/destruction tout à fait probante, malgré le handicap certain d’une production légèrement déficiente. La basse, qui tente des circonvolutions intéressantes est souvent enterrée dans le mix d’un magma compact, et la batterie souffre aussi d’un manque de dynamique. La grosse caisse sonnant incroyablement clinique, alors que les cymbales se perdent dans les fréquences. Mais ce handicap, loin de nuire, confère à l’album une aura presque mystique, et achève de le transformer en troisième étape cruciale franchie avec un brio indéniable. De fait, HEMOTOXIN confirme qu’il est vraiment le meilleur dans sa catégorie, et replace les débats sur le terrain de l’ambition efficiente, et pas juste démonstrative.  

             

Titres de l’album :

01.Nihilistic Principle

02.Acrimony

03.Legions Of Alienation

04.Unreality

05.Execution

06.Corrupted Flesh

07.Automation

08.Restructure The Molded Mind

09.Self Realisation Through The Sub-Conscious

10.The Alchemist

11.Incessant Existence

12.Postwar Civilization

 13.After Forever


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 31/10/2020 à 18:11
80 %    87

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
11/11/2020, 17:57:59

Voilà qui donne envie de découvrir la chose. Merci pou ce papier

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Baxter

Réponse de Roseline : Cest quoi ce truc de sauvage, je comprends rien, par contre je sais que j'ai ordre de dire non, non ,non car le médicale buisness désire étendre son marché jusqu’à fin 2021, le temps de se goinfrer un peu encore pu(...)

21/01/2021, 14:31

Kairos

Oui certe le mot est mal choisi mais ça ne change pas grand chose

21/01/2021, 12:52

tonculpueducul

Une tentative de coup d'état... on était plus proche du cirque Pinder que d'un putsch.

21/01/2021, 12:45

tonculpueducul

A la cuisine les radasses! C'est mauvais!

21/01/2021, 12:42

Simony

Inattendu que ce groupe de la région de Nancy attérisse sur ce label. 

21/01/2021, 12:38

Seb

J'ai jamais aimé ce groupe ...

20/01/2021, 22:05

Stink

Très sympa ce clip dis donc !  

20/01/2021, 21:55

Kairos

une tentative de coup d'État avec agression sur forces de l'ordre, avec pour consequences 5 morts, t'as le droit de penser que c'est moins grave que des vitrines cassées et quelques vols, mais bon je partage pas vraiment cet avis.Je suis loin d'excuse(...)

20/01/2021, 20:41

Kerry King

Le metal est loin de ce résumé a Napalm Death ouvertement gauchiste, il y a de tout bord politique clairement, et perso je ne juge pas une personne sur ses idées politiques, je m'en branle complet. Tu peux avoir des idées plus ou moins proche de Schaffer(partie ex(...)

20/01/2021, 18:23

Moshimosher

La booze est bien acide et mes neurones me coulent dans le cœur... Une bien bonne distillation que voici ! A écouler dans le noir...

20/01/2021, 17:41

Chemikill

le solo...

20/01/2021, 12:55

KaneIsBack

Pas mal, pas mal. En tous cas un peu plus varié que le tout-venant de la production Brutal Death. Maintenant, de là à retenir le nom du groupe, il y a un pas

20/01/2021, 10:34

Moshimosher

A écouter ce morceau, j'ai tous les poils du corps qui me flagellent ! Je crois que ma crinière et cette musique ont une mauvaise influence sur eux !

20/01/2021, 01:20

Moshimosher

What a beautiful corpse! Franchement, du son putréfié comme je l'aime ! Achat sanctionné de mon sang corrompu ! Faites rouler le cercueil !

20/01/2021, 00:22

Adolf benssoussan

Ça sent la tôle tous ses chefs d’accusation, il a a au moins les couilles de défendre ses idées pas comme ici ou c’est devenu tarlouze land. 

19/01/2021, 22:35

LeMoustre

Comme KKing dit, il a fait une connerie, ben il assume, basta. Irreconcilables, ces deux Ameriques, en effet. Bah, lui il fera un peu de taule ou qques semaines d'intérêt general. Et franchement, les thèmes du groupe et cette connerie, je vois moye(...)

19/01/2021, 19:23

Kerry King

L'idée du test a l'entrée est la meilleure idée.48/72 heures avant, et comme on dit "l'amour du risque".

19/01/2021, 18:32

Gargan

 "no present for christmas" pour  Bones 

19/01/2021, 18:23

Kerry King

Iced Earth c'est Jon Schaffer est rien d'autre actuellement on ne va pas se mentir, la formation actuel est loin de la glorieuse de l'époque et les membres sont tous arrivé il y a moins d'une décennie, sauf le batteur qui le suit depuis pas mal d'ann&(...)

19/01/2021, 18:18

Bones

Bien vu pour le Deicide. :-)... ou un petit "Slaughter in the Vatican".  Cathartique.  :-)

19/01/2021, 17:45