Le hasard, la chance, le coup de pouce, un destin favorable…Autant de facteurs qui expliquent pourquoi certains groupes bénéficient du soutien d’un label indépendant ou d’une major, tandis que d’autres ne peuvent compter que sur leurs propres moyens pour avancer. Je le sais, la justice et la logique ne sont pas des paramètres à prendre en compte au moment de comprendre pourquoi certains artistes médiocres peuvent se reposer sur des lauriers de distribution et de promotion à grande échelle, toisant de leur superbe usurpée la masse grouillante de combos qui eux, mériteraient une logistique à la mesure de leur talent…Ainsi vont la vie et le business, mais en écoutant ce matin le premier longue-durée des mexicains de JUGGERNAUTT (à ne pas confondre avec les 150 groupes baptisés JUGGERNAUT, avec un seul T), je ne peux m’empêcher d’éprouver une certaine injustice face au mépris affiché par les structures qui auraient mieux fait d’adopter leur cause plutôt que celle d’une étoile filante à la mode. A l’heure où les side-project lourdingues de stars en mal d’attention se retrouvent au catalogue de labels confirmés, je m’insurge quant au fait que cet Infierno y Gloria ne puisse compter que sur la ferveur des fans et l’éthique des webzines pour exister et bénéficier d’un écho plus que mérité. Car il le mérite, sans contestation possible, et à tous les niveaux, puisque de sa sublime pochette aux couleurs chatoyantes à ses compositions tout aussi brûlantes, ce premier témoignage discographique peut prétendre au haut d’un panier un peu trop encombré par des sorties déjà périmées avant d’avoir été écoutées.

Mais personne ne peut réécrire l’histoire, tout au plus en influer le cours, alors autant parler des choses les plus importantes, à savoir l’intérêt que représente ce prologue dans la carrière d’un groupe plus que méritant. Les JUGGERNAUTT nous en viennent donc de Guadalajara, se sont formés en 2012, et n’ont pour le moment publié qu’un seul EP (El Principio del Caos en 2013), avant de se lancer dans le grand bain du longue-durée, qu’ils traversent sans bouée, sans avoir pied, mais avec un panache incroyable et un flair remarquable. Fascinés par l’orée du genre qu’ils admirent, ces cinq musiciens (Ángel Ramírez & Emmanuel Acero - guitares, Mario Acero, - guitare/chant, Manuel García - basse et Mark Dragunov - batterie) avouent des penchants prononcés pour la première vague Thrash US, METALLICA et MEGADETH en tête de liste, à laquelle il conviendrait d’ajouter les noms de TESTAMENT, de DEATH ANGEL, d’ANTHRAX évidemment, mais aussi des HEATHEN, FORBIDDEN, soit la quintessence absolue d’un Thrash ténu, qui trouve encore aujourd’hui un écho non négligeable auprès de la jeune génération. De la puissance donc, mais aussi de la modulation, pour un festival de guitares déchaînées, soutenues par une rythmique évolutive et un chant hargneux intuitif. Au menu, un mid tempo global terriblement efficace, des idées pertinentes, quelques surprises notables, mais surtout, un désir de faire le lien entre l’ancien et le nouveau, histoire de ne pas surfer sur une vague old-school qui a déjà honoré ses plus glissants représentants.

Pourtant nos amis mexicains du jour n’ont pas joué la facilité. En adoptant une posture durable, et en laissant parler leur inspiration au-delà de l’heure de jeu, les JUGGERNAUTT provoquent la redite pour stimuler la créativité, et s’en tirent admirablement bien. Tirant leur épingle du jeu en multipliant les rythmes, en durcissant des riffs déjà bien velus à la base, et en se reposant sur le talent individuel de solistes qui n’ont pas oublié les enseignements de Dave Mustaine et Rob Cavestany, le quintette nous offre une démonstration de modulation, passant d’une agressivité assumée à une ambivalence revendiquée, leur permettant de tenir la montre sans avoir à balbutier des liaisons tirées par les cheveux. Travaillant leurs ambiances au même titre que leur démence, les originaires de Guadalajara nous offrent donc l’un des meilleurs LP du cru, en jouant crânement leur carte, mais en visant des ambitions un peu plus élevées que la moyenne. Et pour être honnête, de cette production étonnamment brillante et profonde en passant par cette fluidité diabolique, Infierno y Gloria fait honneur à son titre, et prône la véhémence d’un enfer de violence et la gloire d’un Thrash miraculeux, nous ramenant aux heures légendaires des pamphlets les plus célébrés du genre, sans pour autant piquer leurs idées l’air de rien dans les poches des vieux sages. Ne reculant devant aucune possibilité d’enrichir leur musique, les JUGGERNAUTT n’hésitent pas à diluer leur Metal incandescent dans un bain de jouvence purement Hardcore, frisant même en plus d’une occasion les limites d’un Rock mutin qui confère à leur colère un aspect très chafouin. Et lorsque le mélange atteint son apogée, nous sommes livrés en pâture à des exercices de style qui tournent à la démonstration, lorsque « Panico » parvient à synthétiser dans un même élan la magie des LUDICHRIST et la brutalité contrôlée des DEATH ANGEL. Mais à vrai dire, et pour rester objectif, chaque portion de ce premier album a de quoi satisfaire votre faim de riffs malins et de rythmiques en coup de fusil dont chaque plan s’imbrique au précédent avec une facilité déconcertante.

Pourtant, avec plusieurs segments piétinant allégrement les sept ou huit minutes, le risque était élevé, mais le résultat s’avère payant. Nous constatons d’ailleurs que le mimétisme respectant METALLICA fonctionne à plein régime (« Detengamos Las Balas », le genre de tuerie que Master of Puppets aurait béni), et que le décalage ANTHRAX permet de headbanguer comme un damné (« Infierno y Gloria », Benante et Ian seraient fiers de leurs rejetons illégitimes revenus de l’enfer). En découpant leur LP en deux parties bien distinctes en matière de durée, les mexicains ne se sont pourtant pas facilité le travail, mais même en version longue, leur Thrash convainc vaille que vaille. Et le miracle opère de la première à la dernière seconde, puisque les guitares cherchent et trouvent les motifs les plus féconds (ce riff redondant à l’extrême sur « Criminal » en est une preuve indéniable), et que le tout se termine par un feu d’artifice de violence et d’aisance, via l’épique « El Principio Del Caos », et ses dix minutes de délire total qui laissent l’imagination exploser de toute part. Les instants les plus lapidaires permettront aux afficionados des attaques éclairs de se satisfaire, et « Humanidad » et son motif circulaire d’intro de sustenter les plus enragés, puisque le quintette à tout prévu pour nous combler.

Et la question initiale de revenir comme un boomerang en pleine face. Comment un tel groupe doit-il encore compter sur lui-même pour avancer, alors même que son premier LP a de quoi ridiculiser bien des formations acclamées ? Je ne comprendrai donc jamais la logique de promotion des disciplines artistiques, qui préfère laisser dans l’ombre des groupes qui méritent l’exposition, tout en l’offrant à des seconds couteaux qui auraient dû raccrocher depuis longtemps. Une injustice de plus contre laquelle se battre, pour permettre aux JUGGERNAUTT de savourer ce succès qu’ils ont amplement mérité.                

Titres de l’album:

              01. Tu Sangre en Mi Flecha

              02. Vellocino

              03. Humanidad

              04. Ghost

              05. Panico

              06. Detengamos Las Balas

              07. Infierno y Gloria

              08. Debilidad de Ares

              09. Criminal

              10. El Principio Del Caos

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/06/2018 à 18:33
90 %    251

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)