Indoctrinate

Concede

20/11/2020

Petrichor

Le temps de l’analyse est fini, le constat est là, et irréfutable : c’est la merde la plus totale. Le monde tel que nous l’avons connu touche à sa fin, et si ma génération aura peut-être la chance de ne pas assister à cette triste mais logique apocalypse, la génération suivante va manger chaud dans ses illusions. Avouons-le, cette planète ne veut plus de nous, et je peux la comprendre. Nous l’avons pillée, détruite, ravagée, polluée, infestée jusqu’au noyau, dépeuplée de la plupart de ses espèces et rasée de son écosystème, et le pire, c’est que nous n’éprouvons que peu de remords pour cette abomination. Alors, ne reste plus qu’à trouver la bande-son parfaite pour des adieux programmés, et le premier LP des australiens de CONCEDE me paraît le chaos parfait pour illustrer cette dernière séquence de poulets sans tête qui courent dans toutes les directions en sachant qu’aucune n’est la bonne. Seul un groupe de Detroit, de Boston, de Birmingham ou de Perth était capable de retranscrire les affres de cette époque de désolation, et c’est justement d’Australie que viennent les CONCEDE, qui depuis quelques années assènent leur message avec une véhémence incroyable. Et après quelques EP’s et singles, le groupe a décidé de passer à la vitesse supérieure et de lâcher une bombe à la puissance phénoménale, compilation de vingt-deux explosions toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Et le hasard n’a rien à voir avec le fait que leur label hollandais les compare avec des références comme NAILS, le vieux NAPALM DEATH, DISCORDANCE AXIS, COCAINE PISS ou NASUM, puisque les australiens boxent dans la même catégorie. Il est certain qu’en affirmant qu’Indoctrinate renvoie les NAILS dans les cordes du Blues, Petrichor prend des risques inconsidérés, et se prépare à essuyer des critiques de la part des fans. Mais croyez-moi, si le label s‘engage dans cette voie, c’est qu’il sait pertinemment ce qu’il fait.

Et les faits sont là justement. CONCEDE sans rien proposer de neuf que ce mélange de Powerviolence et de Grind ne fait que copier ses aînés, mais avec une morgue incroyable. Rythmique atomique qui alterne le D-beat et le Grind, guitare qui tronçonne des riffs monolithiques, stridences et feedback en étendard, ce premier LP jette toutes ses forces dans la bataille, et ne fait pas de quartier. Disposant d’un son énorme, digne de l’association entre Kurt Ballou et Brad Boatright, Indoctrinate nous lave le cerveau des fausses informations, pisse sur les fake news, les prédicateurs de fortune, et les chefs d’état et d’entreprises qui continuent de voir la terre et ses ressources comme des valeurs marchandes. Tant de ressentiment et de haine émergent de ce longue-durée qu’on a du mal à l’écouter d’un trait, tant les titres nous étouffent de leur violence ininterrompue. Pourtant, cette brutalité a quelque chose d’hypnotique qui nous empêche de regarder loin du pendule que le groupe agite sous nos yeux, et dès « Indoctrinate », notre libre arbitre nous échappe, et notre sort est réglé d’avance. Nous sommes obligés de nous ranger à l’avis d’un groupe qui dépeint son époque avec une acuité musicale incroyable, et qui effectivement, ne peine pas à atteindre le niveau d’intensité d’un NAILS en pleine possession de ses moyens. Pas plus d’une minute et quelques secondes par morceau, ça suffit amplement à mettre le feu un peu partout, et à se rappeler au bon souvenir d’un Powerviolence joué à fond les ballons, et tirant méchamment sur le Grind.

Comme tout bon album du genre qui sait respecter les impératifs, Indoctrinate se termine évidemment sur un long et lent pamphlet de plus de cinq minutes, ce genre de pamphlets qui ont fait la réputation de BRUTAL TRUTH et NAPALM DEATH. Des conclusions lourdes et oppressantes, à la limite de l’Indus, qui ne font qu’ajouter au malaise ambiant. Mais le reste du répertoire, lapidaire et immédiat ne fait rien pour atténuer cette impression de désespoir, entre un chanteur qui crache ses tripes à chaque intervention, une section rythmique qui ne sait pas ce que « mid tempo » signifie, et un guitariste qui n’explore que la face la plus sombre de son instrument. Vraiment méchant et assourdissant, ce premier LP est plus qu’un simple départ, c’est une déclaration d’intention, un manifeste de brutalité livré tel quel, comme un cri de Janov poussé lorsqu’on a trop exploré son inconscient et fouillé ses souvenirs. C’est la bande-originale d’une époque qui ne connaît plus l’empathie, et qui continue sa course en avant à la recherche de sa propre destruction. Il n’y a pas grand-chose à dire d’œuvres pareilles, sinon les écouter, les approuver, et panser ses plaies avec un chiffon de fortune. CONCEDE se place donc directement dans la file des leaders, et n’attend pas son tour. De là, inutile de broder pendant des heures, le laïus ne ferait que desservir un album qui crie de lui-même. Mais la révélation du mois est déjà là, et peut-être celle de l’année dans le genre.      

                 

We are everything wrong with the world affirme le Bandcamp du groupe. Comment les contredire ?

                                                                                                                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Indoctrinate

02. Through The Teeth

03. Brainwash

04. Burn In Your Own Hell

05. You Ruin Me

06. Proselytise

07. Misgiven

08. No Certainty

09. Influence

10. Baited

11. Deliverer

12. Bottom Feeder

13. Conditioned

14. Plagued

15. One With The Earth


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/11/2020 à 17:57
90 %    127

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15