The Redemptive End

Groza

06/08/2021

Aop Records

GROZA est un groupe allemand, formé de musiciens totalement anonymes. Pas de noms, pas d’image, impossible de savoir d’où ils sortent ni ce qu’ils veulent. Mais là n’est pas le plus grand mystère à propos du groupe. Pour toucher du doigt l’énigme la plus absolue à leur égard, il faut aller consulter leur entrée sur le site référentiel The Metal Archives, en s’intéressant de près à leur premier album, Unified in Void, sorti en 2018. Sorti du contexte, ce premier chapitre diabolique était écrit d’une main ferme et versatile, et empilait les lignes Black Metal comme Baudelaire les rimes pour ses poèmes. Un album tout à fait digne d’intérêt, pas transcendant pour autant, mais faisant preuve d’une vraie dualité brutalité/harmonie. Pourtant, ce premier album qui aurait pu passer inaperçu ou au moins séduire une partie de la frange la plus tolérante du BM underground a été massacré par les critiques publiques, récoltant un sidérant 0% en trois chroniques. Dès lors, et une fois l’album écouté et apprécié ou non, l’unique question émerge : pourquoi cette haine viscérale ? Tout simplement parce que les puristes avaient condamné le groupe dès le départ, le reléguant à une copie carbone d’un autre groupe détesté et décrié par les true.

MGLA.

Je le concède, à l’époque, trois ans avant cette chronique, les allemands de GROZA ressemblaient énormément à MGLA, et tout le monde sait que MGLA est le groupe qu’on aime haïr dans les cercles fermés pour sa grandiloquence, et, osons-le terme, sa façon de banaliser la violence pour la rendre plus consensuelle. Alors pensez donc, un autre groupe s’amusant à copier avec bonheur un bouc émissaire ne pouvait s’attirer les bonnes grâces de la plèbe, et c’est telle une armée revancharde que les opposants sont tombés sur ce quatuor allemand qui dépassait les bornes déjà dépassées par leur modèle honni.

Trois ans plus tard, et cette histoire plus ou moins enterrée, GROZA revient, avec un second album ambitieux, qui s’éloigne plus ou moins des influences de départ. Si l’empreinte de MGLA est toujours là, elle s’enfonce dans le sol et devient moins perceptible. Les quatre allemands de Bavière ont donc légèrement dévié de leur trajectoire, mais n’en ont pas pour autant trafiqué leur ADN. The Redemptive End repose donc sur la même stratégie que Unified in Void, opposant la lumière des mélodies aux ténèbres de la brutalité, avec une précision chirurgicale à rendre fou un légiste fan de CARCASS. Enrobé dans une production exemplaire, permettant même de ressentir la basse dans son échine, ce second épitre maléfique développe des trésors de séduction pour s’attirer les grâces de détracteurs qui seront bien obligés de se rendre à l’évidence : GROZA possède désormais une identité propre, encore légèrement ombragé par leur admiration, mais prometteuse d’un avenir sombre et déliquescent.

Entre délicatesse et destruction de masse, The Redemptive End propose un superbe diptyque d’intro qui pose les jalons, et résume les intentions. « Sunken In Styx », entre mélodies Post et bestialité blasts, accroche l’oreille, et donne méchamment envie d’en savoir plus. Le chant rauque et assuré rétablit l’équilibre en tassant les harmonies subtiles, avant évidemment que le groupe ne cède à ses instincts les plus primaux, poussant la rythmique dans ses derniers retranchements à la MARDUK de Heaven Shall Burn pour bien nous assurer de sa fidélité envers la tradition du nord. Dans les faits, GROZA n’a jamais caché qu’il ne se sentait pas à l’aise sur la scène BM nationale, très âpre, industrielle, lourde et belliqueuse. Ses références se situeraient plus volontiers en Scandinavie, avec une attitude que le DISSECTION de la belle légende prônait avec emphase. Ainsi, « The Redemptive End », superbe suite de plus de huit minutes synthétise le meilleur de l’avant et du maintenant, et nous offre une performance collective hallucinante de cohésion. Avec quelques transitions mélodiques héritées du Post ou du Blackgaze, le groupe aère sa haine et construit ses progressions, nous emmenant aux limites du BM moderne qui respecte la tradition.

Concrètement, ce second album publié par la compagnie nationale AOP Records regorge d’idées, fourmille de plans fascinants, et propose un BM entre deux eaux, mais plus proche de la lave que de la rivière au clapotis apaisant. Avec une fin d’album en trois parties dépassant les vingt-cinq minutes, et des évolutions de plus en plus ambitieuses, il prend des airs de descente dans les abysses des traumas modernes, et des obsessions malfaisantes. Ainsi, la lancinance de « Nil » retrouve l’impulsion originelle des groupes les plus cités dans les encyclopédies noires, mais aussi le malaise CELTIC FROST par moments.

Pluriel, le groupe évitera donc cette fois-ci les comparaisons embarrassantes permettant aux juges de crédibilité de les enterrer vivants. Avec cette constante juxtaposition de sophistication mélodique et de crudité rythmique, GROZA développe une œuvre aux contours fascinants, et à la progression envoutante. Certes, les recettes sont d’usage, les plans connus, mais la façon de les assembler est terriblement personnelle, entre DSBM pas totalement décomplexé de la lame de rasoir et BM traditionnel et brutal nuancé de romantisme morbide.

« Homewards » en final, donne des indices sur les capacités. Epilogue aux proportions dantesques, il est le point final dont cet album avait besoin pour faire taire les hyènes. Avec un riff d’entame simplissime et quelques coups de cymbales sentencieux, des samples de voix enterrés dans le mix, il lâche une intro majestueuse, avant de reprendre le travail de sape et replacer au centre des débats ces patterns si catchy qui rendent la musique si attachante et presque groove.

De là, deux questions restent en suspens. Les détracteurs parviendront-ils à passer l’éponge et à considérer GROZA comme un véritable groupe et non une vulgaire photocopieuse laser, et pourquoi MGLA est-il un combo si haï ?        

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Sunken In Styx – Part I : Submersion

02. Sunken In Styx – Part II : Descent

03. Elegance Of Irony

04. The Redemptive End

05. Nil

06. Homewards


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/03/2022 à 15:27
80 %    561

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49