Majestic Twelve

D1straught

23/07/2021

Autoproduction

Une affaire bien étrange que ce second long des chiliens de D1STRAUGHT…A plusieurs niveaux d’ailleurs, puisque huit ans après son premier méfait, le quintet se contente de huit morceaux, dont deux anciens réaménagés, mais aussi parce que son style, à cheval sur plusieurs tendances pourra rendre confus les esprits les plus clairs. Purement Thrash dans les faits, ce combo de Santiago du Chili a connu une carrière en dents de scie, l’entamant au bout de deux ans par une démo avant de lâcher Money Equal Death, son premier LP à peine un an plus tard. Depuis, pas grand-chose, quelques singles lâchés à quelques années de différence, et une disparition régulière des radars assez bizarre…

Pourtant, la musique de D1STRAUGHT, loin d’être anecdotique, nous propose de construire un pont entre les époques et les approches, empruntant à TESTAMENT de quoi rendre à SLAYER et METALLICA, tout en caressant le radicalisme en vogue en Allemagne, amoindri d’une fluidité qu’EXODUS et DEATH ANGEL n’auraient pas reniée. De l’efficacité donc, mais surtout, de l’ambition, dans la multiplication des riffs, dans la beauté précise des soli, et de la recherche d’atmosphères.  

« Majestic Twelve », déjà proposé il y a six ans se découvre donc sous un jour nouveau, plus efficace, plus musclé, et plus clair dans sa production. Archétype de thrash song évolutive et complexe, ce morceau d’entame démontre illico que les musiciens en ont sous le coude, et qu’ils connaissent leur bréviaire Thrash par cœur. Comme beaucoup d’homologues contemporains nostalgiques d’un temps ancien, les chiliens manipulent donc la brutalité avec beaucoup d’efficience, ne refusant pas à l’occasion de durcir le ton pour titiller un Death/Thrash assez costaud. Mais même ces crises s’accompagnent d’un agencement étrange, « Perpetual Life » brisant le miroir assez rapidement pour renvoyer un autre reflet, plus médium, mais tout aussi puissant.

Savoureux, riche et roboratif, constellé de plans biscornus et de cassures de rythme velues, Majestic Twelve est une sorte de hold-up de la conscience par cinq musiciens bien préparés (Juan Fuentes - basse, Christopher - guitare, Anibal - chant, Leonardo - batterie et Héctor Guzmán (guitare)), et un melting-pot incandescent de toutes les tendances Thrash de ces trente dernières années. Le chant en espagnol, rageur, permet d’apporter un peu d’exotisme à ces exactions techniques dignes des meilleurs chefs d’orchestre (WATCHTOWER, SADUS, LIFE CYCLES), et « Bajo Control » de nous évoquer un CORONER après une cure de vitamines, se frottant aux esquisses les plus denses du Techno-Thrash ricain.

Efficacité, vélocité, fluidité, changements de tempo, guitares en perpétuelle mutation, section rythmique inattaquable, chœurs à l’allemande, tout est précis, mais aussi terriblement sauvage. Cet album, assez lambda au prime abord se révèle d’une richesse incroyable, et dévoile les contours d’une philosophie moins old-school que la moyenne. En prenant le meilleur de chaque légende, D1STRAUGHT opère comme un docteur Frankenstein encore plus fou que l’original, et donne naissance à une créature hybride, à priori sans faiblesses, mais encore un peu gauche dans sa démonstration de puissance.

Le ventre de l’album, concentré de violence et d’inserts de trois minutes aussi efficaces qu’un festival outdoor berlinois des années 87/88, permettra aux thrasheurs les plus virulents de faire valser leurs baskets et leur chevelure au vent. Mais c’est décidément en version plus alambiquée et torturée que l’on préfère les D1STRAUGHT, et heureusement pour nous, le long, sinueux et tortueux « Ps1cos1s » nous ramène à cette psychose du plan incongru, via sa progression sinueuse et erratique. Décidément très convaincant en mode technique précieux, le quintet chilien démontre des qualités indéniables de composition enchevêtrée, et se montre tout à fait capable d’accoucher d’une vraie référence dans le genre. Beat irrégulier, chant en harangues viriles, riffs qui virevoltent, allusions au passé assez fines, la magie opère et le charme prend, à tel point qu’on regrette que l’album n’ait pas connu une fin plus étirée.

On regrettera aussi que ce feu d’artifices se termine sur un morceau très dispensable (« Natural Of Sorrow »), mais globalement, D1STRAUGHT  nous distrait facilement de cette vague vintage qui photocopie chaque semaine de vieilles partitions jouées et rejouées.  

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Majestic Twelve (Re-recorded)

02. Perpetual Life      

03. Bajo Control

04. Protesto (Re-recorded)

05. Newen (Res1ste) 

06. Androide

07. Ps1cos1s

08. Natural Of Sorrow


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/08/2022 à 17:59
85 %    70

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

MALEMORT: les fantômes d'Hérouville.

mortne2001 27/09/2022

Interview

Obscura + Persefone + Disillusion

RBD 26/09/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : CARDIAC CEASE

Jus de cadavre 25/09/2022

Vidéos

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 4

mortne2001 04/09/2022

La cave

MOTOCULTOR 2022 / XIII édition

Jus de cadavre 30/08/2022

Live Report

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous
Concerts à 7 jours
The Vintage Caravan + Volcanova 08/10 : Espace Solana, Chalons-en-champagne (51)
Cult Of Luna + Caspian + Holy Fawn 11/10 : Stereolux, Nantes (44)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

cool ! je connais maintenant 2 groupes Bulgares ! pour ceux qui connaissent pas, ya Terravore qui fait du bon thrash ;)

06/10/2022, 10:49

NecroKosmos

Le seul intérêt de ce concert, c'est la première partie. RAVEN : un groupe fantastique sous-estimé.

06/10/2022, 05:51

Satan

C'est terrible... Et puis, quel groupe d'exception, ça me fait mal au cœur pour eux.

05/10/2022, 21:22

Arioch91

Un concept album sur un écrit de Lovecraft ? Ok je prend direct !

05/10/2022, 20:41

VonDerKrieg

A noter que tout vient du compte twitter d'un certain "Alex", qui après avoir envoyé au maire de la ville de Bessancrout plusieurs messages publiques remplis de conclusion hâtives et de liens à l'emporte piéce quant au passé de certains(...)

05/10/2022, 18:36

Gargan

Je m'attendais à du très bon, tout sauf déçu. J'espère qu'ils vont percer au-delà de l'hexagone, car ils le méritent amplement.

05/10/2022, 09:18

Sadam Mustaine

Le reproche que je fais a Metallica c'est de vivre sur ses lauriers depuis 30 ans et de vivre sur 10 grandes années de carrière pour depuis faire des albums de la qualité d'un groupe qui remplirai tout juste des petites salles 

04/10/2022, 23:31

Adolpho Ramirez

L'orga qui réagit comme des grosses pédales en chouinant sur Internet et en faisant une cagnotte (qui a été supprimé LOL), au lieu d'aller directement confronter le cuck soyboy à l'origine de l'annulation. Finalement, si ça peut(...)

04/10/2022, 22:00

Alex fan

Magnifique retour aux sources de ma jeunesse 

04/10/2022, 19:17

Jus de cadavre

Le type à l'origine de ce merdier est un gars de la scène. Qui en son temps fut pris en photo avec des tshirts tendencieux de BM. Le monsieur veut sans doute se racheter ?Pathétique.

04/10/2022, 14:11

Jus de cadavre

Metallica n'oublie clairement pas d'ou ils viennent. Les premiers mecs / roadies du fan club recoivent encore aujourd'hui des invitations pour les concerts dans leurs villes.Juste mega respect.

04/10/2022, 14:06

Simony

Pseudo-nazi de ce que j'ai compris.

04/10/2022, 11:17

Humungus

Et l'hurluberlu dénonçait quoi exactement ?Une imagerie satanique ou une accointance pseudo-nazi ?

04/10/2022, 10:12

Humungus

Bordel !Avant de lire ton commentaire Simony, c'est exactement ce que je m'apprêtais à poster...METALLICA = Le groupe que l'on ne peut pas complétement détester.

04/10/2022, 10:08

Simony

On peut dire ce que l'on veut sur ce groupe que je ne suis plus depuis de nombreuses années mais c'est encore un des rares à faire ce qui leur chante et avoir ce genre d'attention envers ceux qui les ont aidé et leurs fans, musicalement ça ne me parle pl(...)

04/10/2022, 09:10

Simony

Pression d'un illuminé sur la localité qui accueillait l'évènement quand à la présence d'un groupe de Black Metal. Je ne sais pas quel groupe était visé par cette action remplie de courage mais il a eu gain de cause puisque le(...)

04/10/2022, 09:07

Humungus

Tout cela ne me donne toujours pas les raisons de l'annulation...

03/10/2022, 23:41

Simony

Pour ceux que ça intéresse, opération d'ANTIQ LABEL en soutien au festival,SPECIAL SALE / VENTE SPECIALEEn soutien au

03/10/2022, 22:34

Satan

Et après on dit que l'extrême-droite est le danger suprême, alors que l'extrême-gauche est en train d'installer en sous-pente la dictature. Taake et ensuite ça.... on n'est pas dans la merde avec des pignoufs pareils.

03/10/2022, 22:22

Orphan

Ils n'ont qu'à faire un "RAP FEST" avec l'idéologie nauséabonde qui va avec.

03/10/2022, 14:16