Feast of the Repulsive Dead

Seven Doors

27/01/2023

Redefining Darkness Records

Le film du samedi soir.

Un concept qui ramène de charmants souvenirs à la surface de la mémoire. A l’époque (les années 80), nos fantasmes métalliques se devaient d’être accompagnés d’un film idoine, et seul le créneau horreur pouvait nous fournir les sensations dont nous avions besoin. Et en ces temps reculés où la roue venait juste d’être inventée, la seule solution pour dénicher son pesant de grisant était de parcourir les rayons des vidéoclubs. Regarder les jaquettes toutes plus morbides les unes que les autres, jaunies par le temps, épaissies d’une couche de poussière conséquente, et dont le verso révélait des images toutes plus fascinantes et macabres les unes que les autres.

C’est ainsi que nous avons découvert les pépites zombies de Fulci, les délires baroques et colorés de Dario Argento, l’horreur craspec de Tobe Hooper ou la trilogie culte de Romero. Entre deux bis italiens à deux sous joués comme des pelles et une ou deux nouveautés Craven à se mettre sous la dent, cette quête s’apparentait à une chasse au trésor, et suivait généralement sur une ligne temporelle l’assèchement des bacs de notre disquaire préféré. 

D’où l’équation suivante : VHS + Vinyle = bonheur d’une adolescence insouciante sur fond d’énucléation festive et de tripes par kilos.

SEVEN DOORS incarne en quelque sorte un packaging complet nous ramenant aux joies d’une enfance consacrée à l’ignominie et au chaos. Mené de (bas du) front par Ryan Wills, anglais au teint pâle originaire de Cornwall, ce projet est donc un hommage rendu au réalisateur italien capable de toutes les déviances, et coupable de complaisance à l’égard de morts-vivants pas du tout avenants.

Fasciné par Fulci, et plus particulièrement par son chef d’œuvre L’au-Delà, Ryan Wills a donc imaginé un concept musical s’accompagnant de multiples clins d’œil au travail de l’italien omnipotent. Et emballé sous une pochette magnifique ressuscitant l’esprit des années 80 Gore, se cache un excellent album de Death classique, violent, sourd, rapide et lapidaire.

L’homme, responsable de la composition et de l’instrumentation, a su se faire plaisir et donner l’accolade à ceux qui partagent sa passion. Evoquant GORGUTS, ASPHYX ou SKELETAL REMAINS, Ryan se complaît donc dans un passé absolument pas révolu, et cite SUFFOCATION, IMMOLATION, CANNIBAL CORPSE, et tous ces esthètes de la torture auditive et textuelle.

En découle un album, Feast of the Repulsive Dead, qui replace les zombies dans un contexte apocalyptique, entre course en avant pour fuir une mort atroce et chasse aux marcheurs qui commencent à devenir un peu envahissant. Riffs traditionnels, voix caverneuse, acrobaties rythmiques dispensées avec parcimonie, le décor est connu, mais toujours agréable à retrouver entre deux rêves éveillés.

Loin de se vautrer dans la fange glauque et lubrique, Feast of the Repulsive Dead ose le groove permanent, les riffs catchy, les soli fantomatiques et la production parfaite dans les graves. On retrouve donc les sensations éprouvées il y a une grosse trentaine/petite quarantaine d’années, lorsque nos mirettes étaient traumatisées par les exactions cannibales de céphalophages sortis de leur tombe.

Promenade dans le cimetière des souvenirs, ce premier longue-dure (après un EP en 2021, The Gates of Hell, Fulci et son Frayeurs oblige) est d’une haute teneur en nostalgie, et nous ramène directement dans ces vidéoclubs de l’enfer, un vendredi soir après l’école, lorsque était venu le temps de choisir une VHS parmi tant d’autres. Entre un OBITUARY plus sage et un énième délire de Rogga Johansson, SEVEN DOORS rejoint donc les rangs serrés de l’armée old-school, qui chaque semaine nomme un gradé de plus.

Mais l’exercice est assez fascinant. Ainsi, impossible de résister à la technique affutée de « The Graves of Matool », représentant plus que digne d’un répertoire souillé par la putréfaction purulente. Guitariste capable, compositeur discipliné, Ryan Wills a tout de même laissé les rennes du mixage à Ben King (Cryptic Sound studio) et le mastering à JB Van Der Wal, histoire de proposer un produit vraiment fini.

Et comme ses modèles cinématographiques infâmes, SEVEN DOORS alterne la tension d’une montée en puissance et la catharsis d’une décapitation décente, traduisant en album les images projetées sur nos rétines habituées à un étalage de sévices et autre chairs pendantes.

L’homme s’essaie même au hit ultime en fin de parcours, soignant aux petits oignons un « Cannibalistic Humanoid Underground Dwellers », beaucoup plus sérieux et professionnel qu’une abomination Z signée Mattei.

Des zombies, des amis, pour la vie, et la mort en sursis. Merci pour ce voyage dans le temps, et regardez-bien derrière vous : si vous traversez un ancien cimetière espagnol, prenez garde à ne pas vous manger une torgnole. 

  


Titres de l’album :

01. A Quiet Night in the Cemetery

02. Feast of the Repulsive Dead

03. Stalked, Strangled and Stabbed

04. The Morbid Mortician

05. Welcome Back to Life

06. I’ll Swallow Your Soul

07. The Hack Shack

08. Isolated Existence

09. The Graves of Matool

10. Cannibalistic Humanoid Underground Dwellers


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/01/2023 à 18:35
80 %    353

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14