Stray From The Flock

Mike Tramp

01/03/2019

Mighty Music

Il y a des musiciens qui marquent plus que d’autres. Je ne parle pas là de légendes, d’artistes hors du commun qui vous écrasent de leur génie, mais plutôt d’auteurs/compositeurs/interprètes qui ont marqué votre vie de façon plus humble mais en laissant des traces tout aussi indélébiles dans votre mémoire. Pas le genre de gars à plaquer un chef d’œuvre intemporel sur la partition de l’histoire, plutôt le mec que vous avez connu au détour du hasard et qui depuis, ne vous a jamais lâché. Parce que vous lui êtes resté fidèle, mais aussi parce qu’il a continué sa route avec honnêteté, faisant presque profil bas de son talent pourtant indiscutable. Mike TRAMP fait partie de ces artistes qui m’accompagnent depuis mon adolescence, qui n’ont jamais pu rivaliser avec McCartney, Elton JOHN, Bowie ou Nick Cave, mais qui se sont fait une place dans mon cœur pour l’éternité. Le genre de type qui vous embrume la plume de son émotion sincère, et qui vous fait employer des tournures de phrases un peu nostalgiques sur les bords. Mike, je l’ai connu un après-midi de 1987, lorsque j’ai entendu pour la première fois sa voix voilée sur le séminal « Wait » de WHITE LION. Et derrière cette pochette blanche et féline se cachait un beau danois aux bouclettes blondes et au timbre cassé, qui de ses intonations fragiles était capable de hurler le Hard-Rock comme un diable dans sa boîte, et qui savait profiter avec intelligence de la maestria d’un guitariste hors-norme, un duo qui évoquait une sorte de démarquage angélique du tandem maléfique et roublard David Lee Roth/Eddie Van Halen. Mais le passé étant le passé et les stades s’étant transformés en salles de capacité plus humaine, l’homme n’a jamais rengainé sa musique, pour le plus grand bonheur de ses fans, qui comme moi, apprécient chacune de ses apparitions, qui ont en outre le mérite d’être fréquentes. Certains l’ont abandonné durant sa parenthèse FREAK OF NATURE, qu’ils jugeaient opportuniste, mais d’autres sont revenus dès Capricorn, qui renouait avec la simplicité d’une musique américaine délocalisée quelque part au cœur du Danemark. Quelque chose de pourri dans ce royaume ? Non, juste un homme sans autre ambition que de satisfaire vos envies d’ailleurs et d’autre chose.

2019, Mike est toujours là, peut-être de plus en plus intimiste, mais toujours aussi attachant. Avec une discographie ne laissant que peu de place au silence, le sieur TRAMP nous en revient donc avec un nouvel album, faisant rapidement suite au précédent Maybe Tomorrow, paru presque hier, mais reprenant visiblement les choses là ou Cobblestone Street les avaient laissées. Mais avec Mike, aujourd’hui est toujours un peu hier tant sa musique évoque un passé plus ou moins lointain, mais pas forcément le sien. Il l’avoue, avec peut-être un peu de condescendance promotionnelle, les stades, c’est fini pour lui, et les limousines aussi. Il se sent bien en jean, avec sa guitare et un public proche de lui, venu non pour admirer la rock star, mais pour partager avec l’artiste un petit bout de temps et une bonne dose de feeling. Et ça tombe bien pour la tournée à venir, puisque Mike nous a réservé avec Stray From The Flock un traitement à l’écart de l’esbroufe et de la retape de saison, lui qui nous garantit une fin d’hiver aussi chaude qu’un amour d’été. Rien de spécial à son programme, juste quelques chansons simples qui « ruissellent de sa guitare », lui qui a composé des centaines de morceaux, mais qui ne s’imagine pas faire autre chose. La passion guide toujours ses pas, et la sincérité aussi, puisqu’on ne peut pas nier que ce onzième album en solo porte les traces des routes arpentées et des amis rencontrés, comme l’indique cette pochette sur laquelle il pose nonchalant, près de sa moto qui a bouffé les kilomètres et transpercé des nuages noirs comme lui les décibels et les sourires lumineux. Du Rock donc, d’obédience classique, qui paie son tribut au patrimoine US, en saluant les ombres de Bruce, Tom, Bob, John Cougar, John Fogerty, mais aussi Dave Pirner, Eddie Vedder, Chris Cornell, puisque les nineties ont aussi été sa décennie d’adoption/rédemption, et le réel démarrage de sa carrière solo. Et plus de vingt ans après Capricorn, la première étape, Mike accepte les années qui passent, la nostalgie qui reste, et surtout, continue de nous aimer avec la même ferveur et la même discrétion.

Mon clavier avait déjà exprimé tout le bien que mon âme pensait de Nomad en 2015, et il reprend du service aujourd’hui pour confier le bonheur ressenti par mon cœur à l’écoute de ce Stray From The Flock. Pourtant, pas grand-chose d’inédit à se mettre sous la dent, mais des saveurs auditives traditionnelles qui réchauffent le gosier, des guitares, distordues mais polies, et surtout, une voix, CETTE voix dont on se délecte depuis plus de trente ans, et qui continue de transcender des morceaux d’apparence simples, mais réellement riches au niveau des mélodies et des arrangements. Une continuité du chemin que Mike a emprunté il y a maintenant fort longtemps, et qui retranscrit parfaitement son apprentissage de l’Americana, lui qui se prétend encore simple gamin de Copenhague qui n’a jamais été à l’aise à l’arrière des grosses bagnoles. Et on le croit sans peine, lui qui se rapproche de plus en plus de la synthèse parfaite de la nostalgie un peu amère des SOUL ASYLUM et de la fierté américaine quinquagénaire de BON JOVI, sans copier l’un ou l’autre, mais en suivant leurs traces Classic Rock presque sans faire exprès, à pas feutrés, avec cette volonté incroyable de ne jamais trahir ses idéaux. Des idéaux parfaitement retranscrits par « No End To War », aux mots un peu désabusés, mais qui en huit minutes et trente-sept secondes représente la quintessence du Hard Rock à la sauce TRAMP 2019. Comme un vétéran qui rentre au pays pour le retrouver déchiré, le drapeau en berne et le nationalisme capitaliste exacerbé, les larmes aux yeux mais la rage en écume, et les guitares qui déchirent un ciel encombré d’un gigantesque mur de haine. Ce morceau, très intelligemment placé en intro rappelle évidemment le FLOYD des années de désillusion, le Roger Waters le plus Heavy lorsqu’il s’enfermait dans son imaginaire paranoïaque vicié, avec son faux rythme roublard à la « Have a Cigar » et son riff tendu comme « In The Flesh ». Admirable pour le moins, épique, et une autre facette de l’artiste danois qui décidément à tout compris à l’essence même d’une musique qu’il parle comme une première langue apprise à la naissance…

Mais ce lyrisme ne fait pas oublier les fulgurances plus intimistes, celles qui strient « Homesick » comme un mal du pays qu’on ressent lorsque les tournées s’éternisent et que votre terre natale vous manque. C’est dans ces moments de pudeur extrême que la voix de Mike retrouve toute sa grandeur, loin du vibrato un peu forcé de « When The Children Cry », et plus proche des cordes abimées d’un Bob Seger. On sent le mec qui a roulé sa bosse et sa moto aux quatre coins du monde, mais qui n’a pas oublié son pays, même si l’Amérique de Bruce Springsteen a toujours été son Graal personnel. Et puis, « You Ain’t Free No More », au lick gluant mais pas dupe à la Keith Richards, soutenu par un orgue mutin et un peu fatigué, « One Last Mission » et son mid tempo lourd comme un sac à dos, « Messiah », pesant comme les claviers de Jon Lord mais léger comme la guitare de Tom Petty, et « Die With A Smile On Your Face », qui suggère les production de Daniel Lanois, mais qui se niche au creux des reins de Loreena McKennitt et qui caresse avec tendresse la nuque de Bonnie Raitt. Country à violons, Folk de raison, pour un âge de saison qui ne regarde plus le soleil se coucher. Les meilleurs jours de notre vie ? C’est bien ce que « Best Days Of My Life » nous promet en bon contemporain de Jon Bongiovi, et c’est finalement le constat dressé par Stray From The Flock, qui de la part d’un new old kid on the block, est plus qu’un simple onzième album, mais une photo de plus dans l’album de famille.

« Je veux que les fans sachent que lorsqu’ils cherchent un album de Mike TRAMP sur les étagères, quel que soit celui qu’ils prennent, ils trouveront toujours ce que je suis. »  

Un musicien qui nous a marqué plus que d’autres.


Titres de l'album :

                          1. No End To War

                          2. Dead End Ride

                          3. Homesick

                          4. You Ain’t Free No More

                          5. No Closure

                          6. One Last Mission

                          7. Live It Out

                          8. Messiah

                          9. Best Days Of My Life

                          10. Die With A Smile On Your Face

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/02/2019 à 17:38
92 %    487

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42

Arioch91

encore moins sur Conan*

27/02/2021, 19:35

Arioch91

Jamais un patronyme d'un groupe n'a été en aussi inadéquation avec sa musique.Je ne crache pas sur le Doom, encore moins que Conan (le personnage) mais sans déconner : quiconque a lu une aventure de Conan, en particulier sur un champ de bataille, que l(...)

27/02/2021, 19:34

Gargan

Je pense de plus en plus que la critique "des lois archaïques" est un faux-nez du libéralisme (celui qui ne te veux vraiment pas du bien si tu ne fais pas partie des 1%). 

27/02/2021, 18:27

Simony

Perso, je reste mesuré sur la non menace que représente les lois religieuses archaïques de son pays. Loi anti-avortement, répression et censure envers les artistes qui ne respectent pas les lois sur le blasphème, et ça ce n'est que ce que nous, bons Fr(...)

27/02/2021, 17:56

KaneIsBack

Ce mec a toujours été une trompette...

27/02/2021, 17:33

Buck Dancer

En plus il demande un don....Je fais mon rebelle mais c'est vous qui payez l'amande. Il se fout du monde sur ce coup là. 

27/02/2021, 16:35

MorbidOM

Quel rebelle !Sinon, désolé mon grand je n'ai pas l'impression que "lois religieuses archaïques de ton pays" soient la plus grande menace pour notre liberté (en tout cas à l'Ouest mais même à l'Est j'(...)

27/02/2021, 15:58