« Nuit Noire évoque sous différents aspects, la perte de repères. Qu’il s’agisse d’hypnose, de la mort, des rêves… LOST IN KIEV a créé des personnages qui vont se rencontrer, se séparer et découvrir tous deux l’inconnu, en quelque sorte leur propre Nuit Noire. »

On le sait, la nuit a toujours été évocatrice d’images fugaces, d’impressions abstraites, de silhouettes qui se découpent dans un paysage urbain, de rencontres improbables qui découlent parfois sur des unions contre-nature…Elle a toujours inspiré les poètes, et continuera de le faire tant que le jour se lèvera…

La nuit, tous les chats sont gris selon l’adage, et tous les hommes dévoilent leur véritable nature, déguisée dans l’opacité d’une lune qui n’éclaire plus la lucidité…La nuit révèle les mystères sans y apporter de solution, couvre les mensonges de son obscurité, et vous permet de jouer un rôle, d’être celui que vous aviez toujours rêvé d’être…

Mais la nuit, c’est aussi cette portion de temps qui permet à LOST IN KIEV de se découvrir partiellement, suffisamment pour que nous apercevions sous son manteau de samples la chair de sa musique, étrange, envoutante, hypnotique parfois, et évidemment très personnelle.

Impudeur, exhibitionnisme, ou au contraire complexes inavoués, transposés dans la réalité des personnages qu’ils ont créés et qu’ils confrontent à la noirceur du temps et de leur propre destinée…

Plus concrètement, LOST IN KIEV est un quatuor (Yoann Vermeulen – batterie et samples, Maxime Ingrand : guitare et synthés, Jean-Christophe Condette : basse et synthés et Dimitri Denat : guitare), originaire de Paris, qui depuis quelques années essaie d’imposer sa patte dans l’univers très clos du Post Rock/Metal instrumental, et qui vous propose aujourd’hui de le suivre dans son dernier voyage, un peu à la manière d’un Céline qui vous emmenait au bout de la nuit.

Si les Parisiens avouent l’influence notable de CULT OF LUNA, RED SPAROWES MOGWAI ou RADIOHEAD, il est aussi possible de les rattacher par certains aspects oniriques aux HYPNO5E, aux 7 WEEKS de Dead Of Night, mais en fait, pour bien comprendre leur psyché, il vaut mieux les aborder en tant que créateurs uniques, ce qu’ils sont sans conteste…

Plus qu’un album, Nuit Noire est un conte, un songe éveillé que l’on suit et dont les aventures nous sont narrées en toute absence de mots. Les emphases sont musicales, avec des tonalités de guitares changeantes, symptomatiques du Post Rock parfois, et se noyant dans des arpèges harmoniques, et parfois assurées d’un Post Metal grondant et puissant, comme une réalité qui explose à la surface de la conscience.

«On voulait avoir quelque chose de plus « tribal « sur certaines compos comme « Narcosis » ou « Emersion », où il y a beaucoup de toms, de tambourin, de voix en fond et de boucles hypnotiques »

 

Hypnotique, le mot est lâché. Le périple qui se déroule sous vos oreilles est orchestré avec une intelligence rare, et vous plonge dans le monde en demi-teinte des déambulations nocturnes, un peu à la manière d’un Djian subtilement concret, d’un Paul Auster plus porté sur l’introspection que l’abstraction, ou d’un Louis Ferdinand Céline qui adopterait un point de vue renouvelé sur la poésie urbaine du 21ème siècle.

Les samples sur Nuit Noire occupent une part importante du métrage musical, mais ne sont jamais envahissants. Les rares mots dispensés le sont de façon particulièrement efficace, et prennent le relais de longues phrases musicales qui ont le temps de se développer, et là est le centre du concept même de ce second album (après Motions en 2012)…

…le temps.

Le temps ici est géré avec la patience de ceux qui savent que l’aube finira par se lever, avec un mélange de crainte et d’excitation, et surtout, avec un certain sens de l’urgence qui n’empêche nullement de profiter du moment. Ce qui nous donne des constructions parfois longues et étirées, comme ce « Mirrors », composé comme une marche dans les rues d’une ville qui pourrait être Paris ou ailleurs, comme une promenade partagée par un homme et une femme qui apprennent à se connaître au son de guitares en écho qui ne pressent pas le pas de leurs héros.

Mais lorsque les masques tombent, la réalité crue se fait violence, et le titre éponyme nous révèle les grimaces, les regards fuyants, les faux-semblants, en puisant dans les principes sombres de NEUROSIS à grands coups de riffs épais et partiellement Stoner et Doom, qui contrebalancent et nuancent les longues secondes éthérées d’arpèges électriques qui se fixent sur des néons fatigués.

Nuit Noire aurait pu être la bande son idéale d’un cauchemar de Nicolas Winding Refn, sans artifices, sans voiture, mais avec un héros presque muet qui laisse parler la vie à sa place. Il aurait aussi pu être la dérive instantanée de héros paumés de Beineix, humant la vie et la respirant avec difficulté, mais en fait, il est le résultat de la collision de plusieurs inspirations, dont celle unique de ces concepteurs.

C’est ce qu’indiquent sans hésitation des segments comme le troublant « Narcosis », qui déroule des percussions tribales le long d’un thème qui entrechoque des lambeaux de phrases susurrées, des notes de basses distordues comme le corps d’une femme déformé par la lumière des phares, et quelques éclairs de guitare retenus par la bride d’une obscurité qui rechigne à les libérer.

Et si le groupe se laisse aller à quelques divagations presque Trip-Hop/Electro (« Somnipathy »), s’il admet que parfois, les harmonies les plus pures et simples sont à même de décrire l’état apathique d’une âme qui s’éteint dans les heures et les heurts (le piano sublime de pureté de « Catalepsy »), il n’hésite pas non plus à rappeler à ses personnages que la fin du voyage est proche (« Resilience », qui trouve la résurgence de la conscience dans une longue suite Post Rock qui monte en crescendo).

Et finalement, lorsque l’aube dessine avec plus de clarté les contours d’une ville qui a encore observé une histoire banale qui pourrait être la vôtre, elle utilise ses pinceaux musicaux avec délicatesse et finesse pour ne pas réveiller les amours déçus d’une aventure déchue (« Emersion », qui multiplie les couleurs et les monochromes, à la manière d’un THE OCEAN ou d’un MONO)    

 

Je ne ferai rien pour dissimuler mon enthousiasme né de l’écoute d’un album à part, qui s’écoute comme on vit quelque chose de différent ou comme on lit un livre ouvert sans vraiment savoir ce qu’il contenait. LOST IN KIEV a réussi avec Nuit Noire à transposer en musique une histoire que beaucoup d’entre nous ont vécue, sans se fixer sur un style particulier, en un savant travail rythmique et harmonique, et en dispersant des bribes de dialogues qui n’empêchent pas l’esprit de vagabonder et d’imaginer sa propre suite. Post Rock évidemment, Post Metal parfois, mais musique avant tout, ce deuxième LP des Parisiens fait preuve d’une maturité d’écriture incroyable et vous emporte dans les dédales d’une ville imaginaire dont ils sont les seuls à connaître les méandres. Et si vous êtes prêt à vous abandonner, si vous êtes prêt à laisser vos repères à l’abri de vos chambres d’illusion, alors ce voyage vous emmènera si loin que vous ne penserez même pas au voyage retour.

 Un pont, des néons blafards, une lumière aveuglante, des silences, quelques mots d’amour, et la nuit pour témoin d’une rêverie qui pourrait durer pour toujours…


Titres de l'album:

  1. Narcosis
  2. Insomnia
  3. Mirrors
  4. Nuit Noire
  5. Somnipathy
  6. Catalepsy
  7. Resilience
  8. Celestial
  9. Emersion

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/10/2016 à 12:39
95 %    276

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !