L’étang Sondur. (Petit plan d’eau qui de sa surface brillante vous renvoie tous vos problèmes à la face)

Autrement dit, même quand on se ballade du côté de l’automne de la vie, on a parfois besoin, outre de s’enivrer de couleurs cuivrées, de se sentir réchauffé et rassuré, d’une façon ou d’une autre. Car la vie en elle-même est un voyage à travers l’espace et le temps, et souvent même, au travers de l’espace-temps. Le temps, ça fuit, un peu comme un robinet qu’on ne peut pas fermer, alors, attention, même au fin fond des bois, il y a peu de chance de tomber sur une fracture qui vous permettra de rattraper celui que vous avez perdu.

Alors…la musique ? L’espoir ? La jeunesse ?

Et si on combinait les trois pour une fois, et qu’on les associait à la qualité, à l’envie, à l’exubérance et à la folie ? Ça vous dit ? Et puis à la base, le Rock, ça n’est pas ça par hasard ? Un genre de «Wop bop a loo bop a lop bom bom! », mais hurlé au fond d’un désert…

Et le désert, on peut le voir où on veut, même dans une grande ville meurtrie par les coups. Tiens à Paris même, il parait que certains jouent une musique qui semble trouver écho des grandes étendues arides américaines… Un « Stoner psychédélique » qu’ils appellent ça même là-bas, ici, et sur les scènes européennes puisque ces gaillards-là ne s’arrêtent pas à leurs propres frontières.

Allez, je vous paie un voyage, et sans bouger de votre fauteuil. Pas besoin de billet d’avion, il vous suffit juste de décapsuler le deuxième album des Parisiens de DOT LEGACY, To The Others. Mais autant vous prévenir, le voyage est mouvementé, et comprend de nombreuses étapes.

Il traverse la Death Valley, se perd sur la 66, et puis, sur un caprice, s’envole dans l’espace, celui de votre âme qui décide soudain de débrancher ses responsabilités pour s’évader un peu…Un trip à la Easy Rider, sans bécanes, mais avec beaucoup plus d’imagination, et une lucidité qui finalement, révèle nos hôtes d’une demi-heure tels qu’ils sont. Un peu azimutés, mais terriblement conscients de leur liberté et de leur créativité.

On la connaît déjà, puisque leur premier trip éponyme nous avait prévenus, et emmenés dans un délire que même les étrangers nous enviaient. Et sur ce coup-là, avec un disque de cette trempe, même Lester Bangs y aurait perdu sa verve et ses insultes gratuites et véhémentes.

Parce que comme modèle d’un genre qui n’existe pas, To The Others se pose là, et toujours là où on ne l’attend pas.

Alors Stoner, bien sûr, parce qu’on ne peut pas faire autrement. Mais Free Rock aussi, parce que les limites n’existent pas. Un peu libre arbitre seventies et ouvert à toutes les influences, du moment qu’elles soient Rock et authentiques, et puis d’autres ingrédients, parfois louches, parfois western, mais qui font toujours mouche. Beaucoup de fun, mais du sérieux dans l’exécution, et de la volonté dans l’application. Des gros riffs qui pèsent, des arrangements vocaux à l’aise, du Fuzz, du buzz, fondé et défoncé, et au final, une poignée de chansons qui leur appartiennent, et qui doivent autant à MASTODON dans les moments les plus bétons, les KYUSS qui s’y frottent et qui piquent, mais aussi un Zappa atypique, HAWKWIND, nos 7 WEEKS nationaux, et puis une myriade d’autres éléments, un peu de Rap, pas mal de hot qui tape, du WITCHCRAFT, les TUBER, et même un peu de la vague Nola, quand le ton redescend et que le soleil tape vraiment.

Bon, je ne vais pas vous faire un tableau, vous connaissez les oiseaux, sauf que cette fois-ci, ils ont vraiment ouvert leur cage en grand pour s’évader complètement.

Pour être honnête, il y a très longtemps que je ne m’étais pas tant enthousiasmé pour un album de Rock gras et assimilé. Pourtant, je suis porté sur la chose fuzzy et les guitares pas encore aigries, mais je dois reconnaître que notre petite troupe parisienne a vraiment mis la barre de high très haute pour que personne ne l’attrape avant eux. Dot Legacy il y a deux ans m’avait salement ouvert l’appétit, mais nos gamins, à force de tournées en bonne compagnie sont devenus des références, et risquent bientôt de jouer l’influence, et de provoquer l’affluence.

Je m’explique, en substance.

To The Others, hommage au Golden records de la NASA (1977, deux disques d’or gravés d’images et de sons témoignant de notre histoire sont embarqués à bord de deux navettes, à l’attention d’éventuelles civilisations extraterrestres), est en quelque sorte une reproduction du concept d’origine qui se voulait « bouteille humaine lancée dans une mer d’espace », et donc un appel, un bonjour, et surtout, un résumé de tout ce qui nous rend humains et qui témoigne de notre histoire.  

Et au petit jeu du mimétisme, les parisiens de DOT LEGACY ont largement gagné leur pari, puisque leur second album résume en une poignée de minutes tout ce que la musique et les sentiments ont fait de nous, des créatures libres et créatives, lumineuses et sombres, empathiques et égoïstes.

Mis à part que leur musique est d’une générosité énorme.

Pour en arriver là, le quatuor (Damien Quintard – chant/basse, Arnaud Merckling – guitare/claviers/chœurs, John Defontaine – guitare/chœurs, et Arthur Menard – batterie/chœurs) a décidé de réfuter toute barrière, et d’explorer les sons comme bon leur semblait. Alors parler de Stoner et de psychédélisme à leur égard est très restrictif, et l’ouverture « Horizon » le démontre d’ailleurs en trois minutes et trente secondes, le format Pop par excellence. Sauf qu’il n’est pas question de Pop sur cette intervention, mais bien de Rock, et qu’après une longue intro toute en retenue de basse, de percussions et de vocaux traités, les troupes explosent d’une rage toute fusion pour un phrasé Ragga qui ne doit rien, ni aux RED HOT, ni à URBAN DANCE SQUAD ou RATM, mais plutôt aux BEASTIE BOYS dont ils empruntent le flair, l’humour, et l’air de rien.

Oui, ça commence comme ça, et ça surprend, mais LA est justement le but du truc.

Et quand ils se lancent dans une course de longue haleine sur « Grey Cardinal », ils ne reprennent jamais leur souffle et souffrent d’une apnée Free Rock un peu progressive sur les bords, mais pouvant compter sur une grosse bulle de chœurs en arrière-plan, et de quelques notes de guitare éparses cristallines…On se dit qu’on tient là une jolie plongée en territoire KYUSS/MASTODON, mais c’est tellement plus que ça, c’est… DOT LEGACY, et rien d’autre.

Ils nous refont le coup du lourd et gras qui ne l’est pas vraiment sur « Dakota », qui sonne comme un feu de camp pour lequel tout le monde se réunit et chante en cœur, avec une grosse tonalité de gratte Fuzz en arrière-plan, et une basse gironde et collante comme un aimant. C’est épais mais gracieux, mélodique et pataud mais hargneux, enfin, une autre façon de voir le Rock du désert…

Intermède mélodique et délicat, comme un dernier regard en arrière (« The Twelve »), gros pavé Garage Rock au délié vocal digne d’un rap asséché, alors même que la rythmique se révèle enfin plus en avant (« 5314 », là, je ne sais plus, ou alors un mélange des PUBLIC IMAGE, de Bunny WAILER, de PEARL JAM et des LOWRIDER), une histoire du succès un peu ironique, qui se plaît à citer un easy Rock un peu Stonien, mais qui finit par dégénérer en sortie d’étoiles de HAWKWIND sans jamais laisser tomber son mid tempo costaud (« Story Of Fame »), et puis un final aussi sombre que grandiloquent, qui joue l’intimisme d’un trio guitare/claviers/voix pour terminer la nuit sur une note de foi, celle qu’on place dans un espoir futile, mais aussi dans les promesses d’un quatuor utile…

Peut-être devrait-on envoyer To The Others dans l’espace, afin que les éventuelles traces de vie d’autres galaxies sachent qu’un jour la musique a atteint un gigantesque degré de liberté…Mais non finalement…Et vous savez pourquoi ? Parce que les DOT LEGACY ont enregistré cet album pour vous, pour nous, et pour eux, et personne d’autre…Alors gardons-le comme tel.

Et si le voyage vous a plu, les mecs sont en tournée avec les TRUCKFIGHTERS et DEVILLE ce mois-ci et le prochain, alors ne les manquez sous aucun prétexte avant que leur navette ne quitte la terre pour d’autres horizons…

 Peut-être pour de bon, sait-on jamais…


Titres de l'album:

  1. Horizon
  2. Grey Cardinal
  3. 211
  4. 5314
  5. Dakota
  6. The Twelve
  7. Story of Fame
  8. Pioneer

Site officiel


par mortne2001 le 27/11/2016 à 16:43
90 %    433

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Avatarium

The Fire I Long For

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...