On le sait, et aussi bizarre que soit ce constat, le Black Metal est sans doute le genre musical extrême qui ose le plus expérimenter, au risque de trahir ses dogmes de bases. Je ne m’amuserai pas à reproduire ici la liste des groupes ayant un jour tenté de repousser les limites du genre, mais il faut admettre que cette excroissance bâtarde qui semblait au départ condamnée à mordre la queue fourchue du malin, fut celle qui au contraire apporta le plus d’eau au moulin de l’avant-garde.

Etrange ?

Pas tant que ça, et finalement, le nihilisme mélodique des racines à fait place à une audace rythmique et instrumentale incroyable qui a permis à des musiciens de s’extirper du bourbier marécageux de l’assaut sonique en forme d’impasse.

En guise de nouvel exemple pour étayer cette théorie toutefois incontestable, le premier album d’un duo étrange qui en une décision assez culottée, a tenté l’un des paris les plus intrigants de l’underground…

WRECHE, duo de l’impossible originaire de Los Angeles, Californie, a en effet tablé sur une hérésie (ce qui, pour le genre n’est pas forcément inconcevable…) pour mettre en avant son premier album. On sait la guitare instrument noble par excellence en matière de Metal, et inamovible pivot de morceaux agressifs construits autour de riffs puissants et distordus. Mais WRECHE n’étant décidément pas un groupe comme les autres, ce vénérable vecteur de sensations électriques est soudainement devenu dispensable, facultatif, voire encombrant.

Et pour le remplacer, les deux associés ont parié sur l’approche d’un piano utilisé de façon rythmique et harmonique, ce qui n’est pas une mince gageure, vous l’admettrez.

John Steven Morgan (piano, chant) et Barret Baumgart (batterie) se connaissent et travaillent ensemble depuis suffisamment longtemps pour savoir exactement ce qu’ils veulent et peuvent accomplir ensemble. Leur association au sein de ce concept a fait grand bruit dans les colonnes des webzines du monde entier depuis son annonce, et sa concrétisation musicale en fait l’un des points d’orgue du premier semestre agonisant de 2017. Idée fumeuse et opaque certes, mais qu’en est-il du résultat ?

On sait que les claviers ont depuis longtemps été adoptés par le BM, mais ils sont toujours utilisés en tant que tel, et souvent comme contrepoint d’une guitare, et non comme charnière centrale. Le piano a parfois sa place sur les bandes instrumentales, mais la plupart du temps comme accompagnement, ou texture pour enrichir les intros.

Sur Wreche, le LP, il est à peu près aussi prédominant qu’il peut l’être dans le Jazz et le Free-Jazz, dont la musique présentée sur ces cinq pistes s’inspire grandement. John Steven a bien travaillé sa partition, et donne à ses ébènes et ivoires le noir et blanc indispensable à toute réalisation BM nihiliste digne de ce nom, et cogne ses touches, frappe ses dièses et maltraite ses chromatismes pour faire oublier l’absence notable de cordes pincées, lui qui maltraite par procuration les siennes du bout des doigts. L’homme accompagne ses mains d’une gorge qu’il racle avec application, s’imprégnant des émanations les plus stridentes du BM nordique des origines pour pousser au paroxysme la douleur auditive et l’absence de coutume.

De son côté, Barret multiplie les figures de style et varie les tempi, pour offrir aux (très) longues compositions l’assise qu’elles méritent, et surtout, pour nous donner un peu de variété histoire de ne pas sombrer dans la monotonie.

Mais en définitive, l’expérience est-elle concluante sur le long terme, ou ne retiendrons nous de ce premier longue durée que la performance qu’il souhaite incarner ?

Un peu des deux serais-je tenté de dire, tant il est évident que le duo cherche encore ses marques pour vous marquer au fer rouge de gammes descendues comme un schizophrénique analyse froidement ses propres personnalités.

Cinq pistes, pour une longue symphonie pas si disharmonique que ça, même si les impulsions Free-Jazz prennent parfois le pas sur les respirations rauques du BM. Le juste milieu entre expérimentation et probation de violence est souvent atteint, même si certains morceaux se contentent de reproduire à l’identique ce qu’on prenait pour des improvisations sur le morceau précédent.

C’est évidemment « Fata Morgana », le long pavé de plus de treize minutes qui saute aux oreilles et aux yeux immédiatement, et c’est sans doute le plus symptomatique de la démarche artistique des deux californiens.

Si sa construction est similaire à celle de la quasi ouverture (le quasi étant employé eut égard à la présence de la jolie intro « Pruning The Spirit », qui plonge dans le bain avec nuances) « Angel City », son long fade out en forme de sample Ambient lui permet de se démarquer, même si beaucoup trouveront ses dernières minutes un peu roboratives.

D’ailleurs, conscient que les divagations de somnambules pouvaient leur coûter cher, John Steven Morgan se permet une incartade en solitaire sur le très beau et nostalgique « Petals », qui suscite la mélancolie et le spleen bien mieux que toutes les litanies regroupés du DSBM.

Piano seul, pour une pièce semi-classique très harmonieuse, qui pourtant se fond dans l’intro dévastatrice du final « Vessel », qui revient dans le giron de la fusion piano/batterie, avec une fois encore des thèmes très proches des titres précédents.

Quelques breaks inopinés et bien enchaînés, des digressions Heavy et une emphase à la EMPEROR permettent de faire passer la pilule finale, qu’on avale juste avant l’overdose, mais qui n’évite cependant pas quelques clignements et autres manifestations de satisfaction de voir le rideau tomber.

Non que j’affirme que ce LP aurait pu ou dû être réduit à un EP, puisqu’il contient pile ce qu’il faut d’idées pour justifier de son timing, mais il est évident qu’à terme, les WRECHE devront faire preuve d’imagination pour renouveler leur spectacle.

Nous sommes toutefois loin d’un cirque de l’étrange nous permettant d’admirer des freaks déguisés en musicien et faisant jongler un ours.

A noter pour les collectionneurs que l’album se décline dans un joli digipack accompagné d’un livret de quatorze pages, disponible pour un prix très modique sur le Bandcamp du groupe. A musique unique, pièce unique, et il convient d’encourager John et Barret à persévérer dans cette voie, car on les sent d’ors et déjà capable d’accomplir des prouesses, pour peu qu’ils parviennent à trouver la bonne tangente au bon moment. Mais en attendant, Wreche reste un exercice de style crédible, et à même de rivaliser en termes de violence avec bien des groupes qui torturent leurs guitares au point de les faire geindre la nuit venue.


Titres de l'album:

  1. Pruning the Spirit
  2. Angel City
  3. Fata Morgana
  4. Petals
  5. Vessel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/06/2017 à 17:36
70 %    397

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)