We Were Raised on Radio

Angeline

19/02/2021

Blow Yer Fez Off Music

L’énorme clin d’œil de cet album n’aura échappé à personne, puisque son titre fait référence à l’une des œuvres majeures de la discographie de JOURNEY. Souvenez-vous, « Suzanne », « Girl Can't Help It », « Positive Touch », 1986, JOURNEY s’adapte aux années 80 en s’éloignant du Hard Rock mélodique de ses seventies pour se rapprocher du son AOR des ondes américaines des eighties. Les suédois d’ANGELINE s’en rappellent eux, sans problème, et célèbrent d’ailleurs cette époque avec leur quatrième album port-reformation, We Were Raised on Radio. Et à l’époque où ces jeunes gens écoutaient la radio, les tubes de JOURNEY devaient encore y passer en heavy rotation, tout comme ceux de John Cougar Mellencamp, WHITESNAKE, BON JOVI, et tous les trusteurs d’heure de pointe qui ont vendu des palettes entières de disques grâce aux support des médias. Il est certain qu’en Suède, l’avènement de EUROPE a dû aider le Hard mélodique à se propager jusque dans les pays épargnés par la vague californienne, pourtant, ANGELINE porte encore les stigmates de cette déferlante, certainement à cause de la date de sa formation, à la fin des années 80. Je vous avais déjà entretenus ici de la réédition de leur chef d’œuvre de 2011, sorti en 2018, Disconnected, et j’aurais pu en faire de même avec le magique Shadowlands, publié la même année qui développait les mêmes qualités. Alors je rattraperai mon retard aujourd’hui en cédant la place à la nouveauté 2021.              

C’est donc avec un immense plaisir que je croise à nouveau la route de Jocke Nilsson (guitare/chant), Janne Arkegren (guitare), Uffe Nilsson (basse) et Tobbe Jonson (batterie), pour un passage en revue de toutes les tendances musicales Rock à la mode il y a quelques décennies. Pour annoncer ce retour trois ans après leur dernier effort, les quatre suédois n’ont pas lésiné sur les trailers, et nous ont balancé une palanquée de singles tous aussi imparables les uns que les autres. Et si se placer sous l’égide de la nostalgie est toujours un pari risqué, celui tenté par We Were Raised on Radio est une fois de plus remporté haut la main par des musiciens s’offrant un flashback de jeunesse qui permet à leur musique de nous rajeunir encore un peu, malgré nos cinq décennies bien tapées.

ANGELINE n’a absolument rien changé à sa recette magique, et utilise toujours les mêmes ingrédients. Après tout, les racines du groupe sont fermement plantées dans la terre qu’ils remuent aujourd’hui, mais encore faut-il avoir gardé son savoir-faire intact pur évoquer cette période bénie. Le quatuor, souvent comparé aux incomparables HAREM SCAREM continue donc sur sa lancée de recherche de hit perpétuelle, et nous sert sur un plateau de souvenirs des tubes comme il en pleuvait le vendredi soir, du côté des Etats-Unis. Ce quatrième album du comeback à de faux airs d’émission de radio magique passant en revue tous les succès du moment, tâtant de l’AOR et de la POP pour mieux imposer un Hard FM de très grande qualité, et avec moins de quarante minutes à son compteur, We Were Raised on Radio développe une grosse demi-heure sans DJ, mais avec cowbell bien frappée (« Baby Come Back ») et des gimmicks harmoniques typiques.

Tout commence avec « Helpless », qui pourrait sans peine passer pour le générique d’un de ses soaps dont les américains sont si friands. Guitares agressives mains nivelées par le mix, chant hargneux mais souple, et évidemment, mélodie imparable en étendard pour nous ramener loin en arrière, lorsque la distorsion s’accordait très bien de refrains Pop totalement fédérateurs. En un seul morceau, ANGELINE brosse un tableau très précis de la situation musicale dans les années 80, puise dans son propre coffre à partitions, mais louche aussi sur les recettes des plus grands de l’époque, sans les plagier. L’effet est évidemment inévitable et immédiat, et un immense sourire se dessine sur notre visage, puisque la musique du groupe dégage cette euphorie de l’adolescence qui nous manque à tous. Du très classique, du fondamental, mais un art consommé de la note placée au bon moment, et des chœurs puissants, pour un festival d’orfèvrerie qui remet les pendules à l’heure des montres digitales qu’on portait fièrement au poignet.

« Closer » continue sur la même lancée d’équilibre parfait entre énergie et romantisme, et nous propulse même vers les paradis mélodiques les plus purs, encore une fois à la manière du HAREM SCAREM le plus performant. Le groupe est en forme et en pleine osmose, et trouve immédiatement sa vitesse de croisière, enchaînant les hits avec une facilité déconcertante. En jouant sur du velours encore plus doux que les superstars de l’époque, le combo suédois prouve que son pays est vraiment devenu le maître en la matière, pays qui n’avait pourtant pas grand-chose à offrir à l’époque.

« My Heart Won't Let You Go » joue un peu plus moderne avec ses allusions alternatives bien intégrées, mais c’est « Raised On Radio » qui enflamme les cœurs, avec son up tempo rappelant le « Blood on Blood » de BON JOVI. Aucun temps mort, aucun grain de sable dans les interstices, mais une variété de ton qui fait plaisir à entendre, avec des inserts plus Heavy (« Remission », au riff énorme), des accélérations jumpy (« Closer To Forever »), un brin de tendresse avec acoustique en délicatesse (« Come What May »), et en gros, tout ce qui séduisait les ondes en cette ère reculée.

Si cet album était sorti en 1986/87, il aurait indéniablement fait un carton et trusté le Billboard à chaque sortie de 45 tours. Aujourd’hui, il incarne un flashback des plus séduisants, euphorisants, galvanisants, avec toujours en exergue des mélodies semblant sortir de nulle part et des refrains à faire fondre les groupies FM les plus difficiles (« Halfway To Anywhere »). Sans avoir assez de recul, mais en connaissant la discographie du groupe, je peux d’ors et déjà affirmer que We Were Raised on Radio fait partie des plus grandes réussites d’ANGELINEpuisque tous ses morceaux se reprennent en cœur. J’ignore si We Were Raised on Radio finira par acquérir le statut culte de son illustre modèle Raised on Radio, mais il est certain qu’on le réécoutera dans dix ans avec le même plaisir.        

              

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Helpless

02. Closer

03. My Heart Won't Let You Go

04. Raised On Radio

05. Remission

06. Closer To Forever

07. Baby Come Back

08. Come What May

09. Halfway To Anywhere

10. Welcome To Paradise


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/03/2021 à 15:12
90 %    144

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35