En matière de boue épaisse (ou sludge), la France fait aujourd'hui figure de proue. Loin de la vase des marécages de Louisiane le groupe Rennais FANGE, créé en 2013, en est un des plus solides apôtres. Il sort en septembre 2016 son premier full-length, le bien nommé Purge. Le groupe s'entoure du gueuleur fou de CALVAIIRE, également papa de l'excellent label Throatruiner, Matthias Jungbluth. L'objectif est sur la forme toujours identique aux précédents méfaits du groupe et se veut en apparence simple. Lâcher la purée et se purger de tout ce que ce monde nous livre comme bassesses et comme absurdités sont les maîtres mots. En ce qui concerne le fond, FANGE s'est mué. La volonté d'anéantir les tympans est toujours présente mais revêt cette fois d'autres facettes. 

« Cour Martial » entame ce périple de vingts mille lieux sous la terre. La terre il y en a dans cet opus, à l'image de ce riff graveleux et lourdingue (dans le bon sens du terme) qui succède à une intro inquiétante. La recette reste donc inchangée pour FANGE concernant le riffing. Le groupe cherche à noyer l'auditeur dans un épais mur du son qu'il agrémente de passages parfois groovy parfois carrément dissonants. Les amplis sont toujours à 11 et les compos faites de power-chord nous rappellent les bonnes heures du Death Metal Suédois du début des années 90 en plus lent évidemment. Des coups de batterie lents et accablés viennent ponctuer le tout. Le but du combo étant de nous écraser, de nous étouffer jusqu'à ce que nous le supplions d'arrêter. Le chant est moins en retrait que sur les précédents EPs mais est cependant toujours étouffé par l’amas de fumées sonore créé par la saturation volontairement excessive de la guitare. Cela renforce le côté misanthropique et caverneux du groupe. Le résultat est des plus abouti et c'est un des points positifs de l'arrivé de Matthias Jungbluth dans la formation. La musique de FANGE est plus variée qu'à l'accoutumé. Certes l'influence du blues burné et lent des EYEHATEGOD et consorts est toujours présente dans ce disque,à l'image du riff de « De Guerre Lasse » qui aurait bien pu être composé par celui que je me permets de désigner comme le roi du pourris car il est pour moi l'unique précurseur (involontaire ?) de la naissance du son Sludge (king of the rotten pour reprendre le titre d'un morceau de CORROSION OF CONFORMITY, autre entité importante de cette scène encore et toujours bouillonnante) J'ai nommé... Jimmy Bower. Ce riff groovy en fait un des morceaux les plus réussis de l'album. Cependant, certains passages nous attirent dans les contrées plus froides du BM à travers un chant glacé et déchiré comme sur « Girone Della Merda » ou les passages plus étranges et cosmiques (oui cosmique, il y a de la boue aussi sur les étoiles) comme au milieu de « Roy-Vermine ». La fin de ce même morceau peut rappeler également les expérimentations d'un SWANS période Filth. Certains riffs bien punks viennent donner du rythme à la bête et apportent de la fraîcheur à ce brasier. La force de cet album est donc cette variété sonore. Autant l'album est dur à avaler en raison de sa violence et de son caractère jusqu'au-boutiste, autant il est difficile pour l'amateur de son cradingue et lent de s'ennuyer à l'écoute de celui-ci en raison de cette multitude d'influences.

Quant à l'artwork de Purge, le résultat est mitigé. Cette pochette m'évoque la mythique pochette de Reek Of Putrefaction de CARCASS avec son ramassis de chères et de saletés en tout genre. Elle est une représentation fidèle de la musique, dense répugnante et sanglante mais n'apporte rien à celle-ci de particulier. C'est peut être pas si négatif tout compte fait. Ça sent presque le travail bâclé, le je-m’en-foutisme assumé et ça colle bien au style en fait. "On s'en bat les steaks, on fait de la bouillasse et toi tu achètes ça." Ça ça me plaît et oui j'achète. 

La musique de FANGE prend tout son sens sur scène. Les show intenses que propose le combo sont d'une incroyable frénésie. Matthias Jungbluth est véritablement possédé lorsqu'il prend le micro, micro qu'il n'hésite pas à utiliser afin de se donner des coups. La souffrance est à la fois musicale et visuelle chez FANGE. Elle est réelle, pas comme le sang artificiel d'un bon nombre de formations de BM. Ce fût pour moi un des meilleurs concerts du Motocultor 2016.

Le groupe porte donc l'étendard du son lent et abrupte français avec brio au côté de CULT OF OCCULT, VERDUN, LOVE SEX MACHINE, COWARDS et j'en oublie certainement...

En conclusion, FANGE atteint un nouveau pallier avec cet album. A l'instar d'Emmanuel Macron, le monstre est est en marche, bien décidé à tout ravager sur son passage sans toutefois tomber dans l'attaque bête et méchante. Pourtant ça fait bien mal quand même. Il se nourrit de vermines et de larves gluantes et nous recrache ce charment repas à la gueule sous forme de larsen et de riffs visqueux. On en redemande !


1 - Cour Martial 6:33

2 - Mâchefer 6:47

3 - Roy-Vermine 7:10

4 - Étouffoir 5:09

5 - De Guerre Lasse 7:26

6 - Girone Della Merda 4:49


bandcamp officiel




























par ThirstyAndMiserable le 20/01/2017 à 07:00
70 %    459

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
21/01/2017 à 13:04:02
Album extrêmement intéressant.

Ajouter un commentaire


Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Hate Force

Hate Force

Notheist

Notheist

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !


Excellent morceau en effet ! Je ne connais pas bien ce groupe du tout, va falloir y remédier. Et en effet Ledney, ça a l'air d'être un personnage !


C'est exactement ce que je me suis dis ;)
Et sur scène ça dérouille sévère !
Vivement !