En matière de boue épaisse (ou sludge), la France fait aujourd'hui figure de proue. Loin de la vase des marécages de Louisiane le groupe Rennais FANGE, créé en 2013, en est un des plus solides apôtres. Il sort en septembre 2016 son premier full-length, le bien nommé Purge. Le groupe s'entoure du gueuleur fou de CALVAIIRE, également papa de l'excellent label Throatruiner, Matthias Jungbluth. L'objectif est sur la forme toujours identique aux précédents méfaits du groupe et se veut en apparence simple. Lâcher la purée et se purger de tout ce que ce monde nous livre comme bassesses et comme absurdités sont les maîtres mots. En ce qui concerne le fond, FANGE s'est mué. La volonté d'anéantir les tympans est toujours présente mais revêt cette fois d'autres facettes. 

« Cour Martial » entame ce périple de vingts mille lieux sous la terre. La terre il y en a dans cet opus, à l'image de ce riff graveleux et lourdingue (dans le bon sens du terme) qui succède à une intro inquiétante. La recette reste donc inchangée pour FANGE concernant le riffing. Le groupe cherche à noyer l'auditeur dans un épais mur du son qu'il agrémente de passages parfois groovy parfois carrément dissonants. Les amplis sont toujours à 11 et les compos faites de power-chord nous rappellent les bonnes heures du Death Metal Suédois du début des années 90 en plus lent évidemment. Des coups de batterie lents et accablés viennent ponctuer le tout. Le but du combo étant de nous écraser, de nous étouffer jusqu'à ce que nous le supplions d'arrêter. Le chant est moins en retrait que sur les précédents EPs mais est cependant toujours étouffé par l’amas de fumées sonore créé par la saturation volontairement excessive de la guitare. Cela renforce le côté misanthropique et caverneux du groupe. Le résultat est des plus abouti et c'est un des points positifs de l'arrivé de Matthias Jungbluth dans la formation. La musique de FANGE est plus variée qu'à l'accoutumé. Certes l'influence du blues burné et lent des EYEHATEGOD et consorts est toujours présente dans ce disque,à l'image du riff de « De Guerre Lasse » qui aurait bien pu être composé par celui que je me permets de désigner comme le roi du pourris car il est pour moi l'unique précurseur (involontaire ?) de la naissance du son Sludge (king of the rotten pour reprendre le titre d'un morceau de CORROSION OF CONFORMITY, autre entité importante de cette scène encore et toujours bouillonnante) J'ai nommé... Jimmy Bower. Ce riff groovy en fait un des morceaux les plus réussis de l'album. Cependant, certains passages nous attirent dans les contrées plus froides du BM à travers un chant glacé et déchiré comme sur « Girone Della Merda » ou les passages plus étranges et cosmiques (oui cosmique, il y a de la boue aussi sur les étoiles) comme au milieu de « Roy-Vermine ». La fin de ce même morceau peut rappeler également les expérimentations d'un SWANS période Filth. Certains riffs bien punks viennent donner du rythme à la bête et apportent de la fraîcheur à ce brasier. La force de cet album est donc cette variété sonore. Autant l'album est dur à avaler en raison de sa violence et de son caractère jusqu'au-boutiste, autant il est difficile pour l'amateur de son cradingue et lent de s'ennuyer à l'écoute de celui-ci en raison de cette multitude d'influences.

Quant à l'artwork de Purge, le résultat est mitigé. Cette pochette m'évoque la mythique pochette de Reek Of Putrefaction de CARCASS avec son ramassis de chères et de saletés en tout genre. Elle est une représentation fidèle de la musique, dense répugnante et sanglante mais n'apporte rien à celle-ci de particulier. C'est peut être pas si négatif tout compte fait. Ça sent presque le travail bâclé, le je-m’en-foutisme assumé et ça colle bien au style en fait. "On s'en bat les steaks, on fait de la bouillasse et toi tu achètes ça." Ça ça me plaît et oui j'achète. 

La musique de FANGE prend tout son sens sur scène. Les show intenses que propose le combo sont d'une incroyable frénésie. Matthias Jungbluth est véritablement possédé lorsqu'il prend le micro, micro qu'il n'hésite pas à utiliser afin de se donner des coups. La souffrance est à la fois musicale et visuelle chez FANGE. Elle est réelle, pas comme le sang artificiel d'un bon nombre de formations de BM. Ce fût pour moi un des meilleurs concerts du Motocultor 2016.

Le groupe porte donc l'étendard du son lent et abrupte français avec brio au côté de CULT OF OCCULT, VERDUN, LOVE SEX MACHINE, COWARDS et j'en oublie certainement...

En conclusion, FANGE atteint un nouveau pallier avec cet album. A l'instar d'Emmanuel Macron, le monstre est est en marche, bien décidé à tout ravager sur son passage sans toutefois tomber dans l'attaque bête et méchante. Pourtant ça fait bien mal quand même. Il se nourrit de vermines et de larves gluantes et nous recrache ce charment repas à la gueule sous forme de larsen et de riffs visqueux. On en redemande !


1 - Cour Martial 6:33

2 - Mâchefer 6:47

3 - Roy-Vermine 7:10

4 - Étouffoir 5:09

5 - De Guerre Lasse 7:26

6 - Girone Della Merda 4:49


bandcamp officiel




























par ThirstyAndMiserable le 20/01/2017 à 07:00
70 %    267

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
21/01/2017 à 13:04:02
Album extrêmement intéressant.

Ajouter un commentaire


Cxfxcx

Assuma a Culpa

Atavisma

The Chthonic Rituals

Espionage

Digital Dystopia

Vesztegzár

Damnation

In Purulence

Putrid Valley

Converge

Beautiful Ruin

Vyre

Weltformel

Crystal Viper

At the Edge of Time

Hell Patröl

Leather and Chrome

Satan's Basement

Appeal to Your Denial

Marduk

Viktoria

Dreadful Fate

Vengeance

Killing

Toxic Asylum

Malsanctum

Malsanctum

Iron Hunter

Mankind Resistance

Baptists

Beacon of Faith

Craft

White Noise And Black Metal

The Night Flight Orchestra

Sometimes The World Ain't Enough

Hatchet

Dying to Exist

Hellfest Open Air 2018 en Image

Simony / 13/07/2018
Hellfest Open Air

HELLFEST 2018 - Live-report part. 3 et fin : dimanche

Jus de cadavre / 05/07/2018
Death Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 2 : Samedi

Jus de cadavre / 04/07/2018
Black Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 1 : Jeudi / Vendredi

Jus de cadavre / 03/07/2018
Heavy Metal

Interview SPHAERA

youpimatin / 28/06/2018
Djent Death Progressif

Concerts à 7 jours

+ Nick Oliveri

23/07 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Nick Oliveri

25/07 : Le Galion, Lorient (56)

Photo Stream

Derniers coms

Il y a des nouvelles comme ça qui vous mettent de bonne humeur... Hâte d'entendre le résultat !


Pas un grand drame de ne pas connaître ce groupe...


connais pas...


Il parait qu'il n'y a pas que sur la musique qu'il est précoce mais chuuut... ;-)


"Nicolas, 20 ans, passionné de musique extrême au sens très large depuis 2006"...
Le mec a commencé le Metal à 8 ans ?!?!?!
Bah putain...
J'avais même pas acheté ma première K7 de Michaël Jackson moi à cette âge là... ... ...


Bienvenu mec ;) Et bon fest !!!


"faut-il faire boire de la bière à des enfants ?"
Ah la par contre... bon... Faut en discuter mais j'ai mon avis ! :D


+1 Jus de cadavre... les enfants (de 6 et 8 ans surtout) n'ont pas de second degré et donc l'imagerie renvoyée par un groupe comme WATAIN est prise au premier degré, il faut faire très attention à cela. Ensuite, le point positif, c'est qu'ils passent du temps avec leurs parents et qu'ils partag(...)


Amener ses gosses dans un gros fest Metal, je trouve ça irresponsable. Point barre. C'est l'un des problème avec l'énorme succès du Hell... "C'est familiale" etc... Du coup les gens amènent leurs gamins. Impressionnant le nombre cette année ! Mais en pleins cagnard avec le monde, le bruit etc.(...)


intéressante cette chro, soit on fonce dedans , soit.... ben on fonce aussi mais on oublie pas de découvrir les autres albums non death d'une référence suédoise, à savoir Entombed. C'est ce que je suis en train de découvrir et je découvre de chouettes albums ( same difference , uprisng ,infe(...)


désolé pour le doublon, boulet un jour....


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


ha quel boulet je fais,!! ;) dommage j'ai loupé exhorder mais vu Accept que je n'avais encore jamais vu et pourtant je suis vieux , mais j'ai laissé tombé le heavy depuis trop longtemps . J'étais aussi présent au Fury. re ;)
pour le dimanche j'ai énormément apprécié Rotten sound, cri(...)


PUTAIN !!! !!! !!!
LA news quoi !!!
"The lady rides a black horse"... Ce que j'ai pu l'écouter cet album à l'époque bordel ! Une tuerie...
Hâte ! Hâte ! Hâte !


POUAH !!! !!! !!!
FAKE NEWS !!! !!! !!!
(Comme dirait l'autre con...)
Tout content d'écouter de nouveaux titres, me voilà tout dépité de me retrouver face à une bête compilation.
Tout ce qui est là était déjà paru il y a des années sur "Under the black sun", la sec(...)


BOUDIOU !!! !!! !!!
Je n'étais pas au courant...
Je télécharge de suite le bazar bordel !!!
Un des plus grands (si ce n'est le plus grand) groupe ricain du genre...


Pressé de l'écouter celui la ! Ce titre m'a étonné dans le bon sens !


probablement leur pire album et l'un des plus pauvres de l'année


toujours au top. du Deicide classique
et toujours ce coté démoniaque qu'aucun autre groupe n'est capable de capturer