Sleepwalking

Mariana Semkina

14/02/2020

Kscope

Le nom de Mariana SEMKINA ne vous dira peut-être pas grand-chose. Pas plus si j’ajoute qu’elle est une des deux moitiés créatives du duo IAMTHEMORNING de Saint Petersburg. Il faut dire que ce nom n’est pas forcément associé à la scène Metal, loin de là, mais qu’il fait pourtant partie du paysage Rock depuis bientôt une décennie, avec quatre superbes albums à la clé, mais certainement différente de celles que vous utilisez pour ouvrir vos donjons musicaux. IAMTHEMORNING n’est en effet pas une sensation forte de la scène extrême russe, mais bien l’un de ses représentants Rock les plus recherchés, et pour cause. Avec une musique tenant tout autant du Progressif, de la Chamber Pop, que de la recherche acoustique, ses liens avec le classique de l’Est, ses délicates harmonies et ses textures fines, le duo n’est pas vraiment à sa place dans les colonnes d’un webzine Metal mais n’en mérite pas moins une attention particulière. Et si vous avez le temps - ce qui n’est pas le propos de cette chronique - je ne saurais que trop vous engager à tendre une oreille sur des albums comme Benighted, Ocean Sounds ou The Bell. Mais aujourd’hui, IAMTHEMORNING n’est pas entièrement à l’affiche, mais à moitié, via sa représentante féminine, pour la première fois séparée de son compagnon de route Gleb Kolyadin. Mariana SEMKINA aura donc attendu près de dix ans avant de sa lancer en solo, elle qui écrit, compose, envisage, visualise tant de choses dans son contexte habituel. Alors, pourquoi au bout de dix ans la chanteuse s’est-elle décidée à se lancer en solitaire ? Rien de mystérieux à ça, ni de conceptuel, juste une envie de signer des chansons sous son propre nom, sans le contexte rassurant d’un groupe, soit la prise de risque absolue pour un artiste longtemps caché dans l’ombre d’un collectif aussi réduit soit-il.    

Marina explique d’ailleurs son geste et son envie sans complexes, ni faire grand cas de son acte. « Je n’avais aucunement l’intention d’inscrire Sleepwalking dans une démarche particulière, son but était purement thérapeutique. Ce projet devait m’aider à traverser une période difficile, mais lorsqu’il fut terminé, je me suis retrouvé moi-même, mais j’avais aussi accumulé un certain nombre de chansons qui étaient trop personnelles pour être sorties sous un autre nom que le mien ». C’est donc pour cette raison que Sleepwalking n’a pas été flanqué du nom IAMTHEMORNING, puisque les textes de ces onze morceaux touchaient Marina d’un peu trop près pour qu’elle ne les associe à son acolyte artistique Gleb Kolyadin. Et si ces titres auraient très bien pu coller à l’éthique du duo, ils n’en sont pas moins différents de l’approche habituelle, avec des atmosphères plus confinées, des directions différentes, et des liens plus ténus avec la scène Néo-Folk de ces dix dernières années. Si les critiques ont eu beau jeu de comparer Marina à Kate Bush, la comparaison n’est pas forcément viable, puisque d’autres artistes viennent plus facilement en tête. Je pense notamment à Charlotte MARTIN, Tori AMOS, Anna VON HAUSSWOLFF (en moins sombre s’entend), Emilie AUTUMN et même Maria MCKEE lorsque la pureté vocale est débarrassée de tout arrangement superflu. Sans vouloir affirmer que Sleepwalking est trop chargé, loin de là, mais il faut reconnaître qu’il a souvent tendance à tomber dans les travers habituels de la Chamber Pop, avec ces nappes de cordes qui soulignent les inflexions vocales. Nonobstant cette remarque qui ne tient pas de la critique, ce premier album solo de l’auteure/compositrice/interprète est de toute beauté, atteignant parfois les moments les plus tragiques de pathos de Tori AMOS, lorsque l’orchestration se met au diapason de la passion (« How to be Alone », le plus court, mais intense de l’ensemble).

« Je voulais utiliser Sleepwalking pour traduire des émotions de la façon la plus sincère et spontanée. Sans enrobage, sans filtre, juste une réflexion créative honnête. Transformer cette période difficile et ces sentiments en pure énergie créative, en quelque chose de beau, quelque chose qui ait un but ». Et c’est exactement ce qu’on ressent lorsque nos oreilles se posent sur le fragile « Dark Matter », introduction parfaite à l’univers de Mariana, présentations de ses traumas en poésie musicale délicate. Pour parvenir à ce résultat, il lui fallait donc s’éloigner de son contexte habituel, ce qui n’imposait pas un travail complet en solo. En effet, l’artiste a su s’entourer pour ce projet, en s’assurant l’aide de musiciens confirmés. Nous retrouvons donc le grand Jordan Rudess de DREAM THEATER aux claviers, mais aussi Craig Blundell et Nick Beggs, d’ordinaire seconds de Steven WILSON pour assister la diaphane interprète dans sa mission de retranscription, et le travail accompli par ces guests de luxe à l’élégance de leur classe naturelle. Jordan tisse donc des nappes de claviers très discrètes, la plupart du temps en support de la voix et non en assise, ce qui permet au timbre éthéré de la chanteuse d’officier en toute quiétude. La plupart des morceaux reposent d’ailleurs sur les mots de Marina et ses volutes vocales, même si l’ambiance cotonneuse supporte très bien une multitude d’overdubs vocaux. « Am I Sleeping Or Am I Dead » témoigne de cette volonté de créer des couches de chant superposées, ce qui n’empêche nullement l’album de s’éloigner parfois de sa zone de confort pour taquiner un Rock plus traditionnel, notamment grâce à l’énergique « Turn Back Time ». Violons, piano, chant, rythmique souple mais ferme, le tableau dépeint très bien les différentes étapes d’un processus personnel, mais la musique sait garder cette pertinence et cette accroche qui a fait d’IAMTHEMORNING l’un des groupes les plus fondamentaux de sa génération.

Pas de grosse surprise donc à l’écoute de Sleepwalking, mais beaucoup de beauté, de poésie, des références lettrées, qui ne jouent toutefois pas l’élitisme. Mais on tombe complètement sous le charme de moments de grâce pure, lorsque les notes évanescentes de « Ars Longa Vita Brevis » s’évanouissent dans l’air, utilisant avec beaucoup de pudeur les silences. Habile mélange de modernité et de tradition, désir de se rapprocher d’artistes comme Marissa NADLER, et surtout, une très belle collaboration avec le St Petersburg Orchestra 1730, qui parvient avec beaucoup de discrétion à soutenir la chanteuse dans son travail de recherche d’elle-même. Certes, la démarche est assez éloignée de nos obsessions habituelles, mais on ne peut que s’incliner face à la superbe d’un morceau acoustique comme « Lost at Sea », qui évoque Nick Drake et sa nostalgie, ou face à la sobre tristesse de « Mermaid Song » qui retrouve les envolées lyriques de Tori AMOS. Et loin d’être une introspection pénible et narcissique, Sleepwalking s’avère d’une légèreté incroyable et d’une profondeur indéniable, comme ces gouttes d’eau que l’on reçoit sur le visage après qu’une gigantesque vague se soit écrasée sur la grève.       

        

Titres de l’album :

                      01. Dark Matter

                      02. Am I Sleeping Or Am I Dead

                      03. Turn Back Time

                      04. Ars Longa Vita Brevis

                      05. Invisible

                      06. Lost at Sea

                      07. Skin

                      08. How to be Alone

                      09. Everything Burns

                      10. Mermaid Song

                      11. Still Life

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/03/2020 à 14:40
85 %    164

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16

Jus de cadavre

C'est bien qu'il y ai de temps en temps des albums qui rappellent aux gens ce que c'est le Black Metal. Comment c'est sensé sonner. Sans compromis, nihiliste, violent, sombre et dérangeant.Une autre tuerie de 2020 (oubliée dans mon top tiens !). Et (...)

14/01/2021, 20:33

Jus de cadavre

Une des baffes de 2020. Y a pas à chier la scène Death Metal nord-américaine a su se renouveler et nous propose des trucs de plus en plus sauvages et violents tout en gardant les pieds dans la tradition. Et ça moi ça me plait !Excellent.

14/01/2021, 20:21

Saddam Mustaine

Peter Tagtgren pour le remplacer j'avais pensé, ça serait un delire c'est sur.

14/01/2021, 18:58

Saddam Mustaine

Clairement, on oublie presque qu'il est arrivé qu'en 2001 apres 3 albums de Nightwish, il était encré dans le groupe.

14/01/2021, 18:57

metalrunner

Un très bon groupe l Angelcorpsemorbidangel Français 

14/01/2021, 17:48

Steelvore 666

Génial !!!!!!!

14/01/2021, 12:25

Chemikill

Ça le fait ! 

14/01/2021, 11:09

JTDP

@jus : hmm...je suis à la fois d'accord et pas d'accord avec toi. D'accord parce que oui, là son message, ça sent clairement le mec qui va pas bien. Je pense aussi que lorsque les choses se seront tassées il reviendra. Mais de toute faç(...)

13/01/2021, 23:42

Jus de cadavre

"Je suis le seul à n'avoir pas tout compris à son message ? J'ai relu l'original en anglais et c'est pareil, on dirait un remake de Kamoulox..."Oui le message d'origine en anglais est chelou, c'est pour ça que je pense q(...)

13/01/2021, 18:41

Bones

Show business.5% show.95 % business.Les groupes nous apportent passion, art, divertissement... mais il ne faut pas se voiler la face, autour d'eux gravite un business et une industrie qui souhaitent se gaver, comme autour de n'importe quelle activité humaine.(...)

13/01/2021, 18:11

Hoover

Je viens de voir que le mec avait gagné l'édition finlandaise de Masked singer. Quand t'en arrives là tu as quand même un léger déficit d'amour propre...

13/01/2021, 17:26

Hoover

Il était plus que temps d'arrêter la blague... Nightwish ça aurait pu être un truc rafraichissant sur 1 ou 2 albums du temps de Tarja, là ça fait longtemps que la date de péremption est passée.

13/01/2021, 17:16

Arioch91

Le documentaire d'ANVIL montrait bien les choses justement, sur ce point là.

13/01/2021, 16:26

Simony

La situation actuelle accentue les mauvais côté du music business car les musiciens cherchent des sources de revenus qui leur reviennent justement. Je suis assez d'accord sur le gavage de mecs peu scrupuleux et surtout chez les tourneurs. Combien de groupes ont reçu une p(...)

13/01/2021, 15:57