Sleepwalking

Mariana Semkina

14/02/2020

Kscope

Le nom de Mariana SEMKINA ne vous dira peut-être pas grand-chose. Pas plus si j’ajoute qu’elle est une des deux moitiés créatives du duo IAMTHEMORNING de Saint Petersburg. Il faut dire que ce nom n’est pas forcément associé à la scène Metal, loin de là, mais qu’il fait pourtant partie du paysage Rock depuis bientôt une décennie, avec quatre superbes albums à la clé, mais certainement différente de celles que vous utilisez pour ouvrir vos donjons musicaux. IAMTHEMORNING n’est en effet pas une sensation forte de la scène extrême russe, mais bien l’un de ses représentants Rock les plus recherchés, et pour cause. Avec une musique tenant tout autant du Progressif, de la Chamber Pop, que de la recherche acoustique, ses liens avec le classique de l’Est, ses délicates harmonies et ses textures fines, le duo n’est pas vraiment à sa place dans les colonnes d’un webzine Metal mais n’en mérite pas moins une attention particulière. Et si vous avez le temps - ce qui n’est pas le propos de cette chronique - je ne saurais que trop vous engager à tendre une oreille sur des albums comme Benighted, Ocean Sounds ou The Bell. Mais aujourd’hui, IAMTHEMORNING n’est pas entièrement à l’affiche, mais à moitié, via sa représentante féminine, pour la première fois séparée de son compagnon de route Gleb Kolyadin. Mariana SEMKINA aura donc attendu près de dix ans avant de sa lancer en solo, elle qui écrit, compose, envisage, visualise tant de choses dans son contexte habituel. Alors, pourquoi au bout de dix ans la chanteuse s’est-elle décidée à se lancer en solitaire ? Rien de mystérieux à ça, ni de conceptuel, juste une envie de signer des chansons sous son propre nom, sans le contexte rassurant d’un groupe, soit la prise de risque absolue pour un artiste longtemps caché dans l’ombre d’un collectif aussi réduit soit-il.    

Marina explique d’ailleurs son geste et son envie sans complexes, ni faire grand cas de son acte. « Je n’avais aucunement l’intention d’inscrire Sleepwalking dans une démarche particulière, son but était purement thérapeutique. Ce projet devait m’aider à traverser une période difficile, mais lorsqu’il fut terminé, je me suis retrouvé moi-même, mais j’avais aussi accumulé un certain nombre de chansons qui étaient trop personnelles pour être sorties sous un autre nom que le mien ». C’est donc pour cette raison que Sleepwalking n’a pas été flanqué du nom IAMTHEMORNING, puisque les textes de ces onze morceaux touchaient Marina d’un peu trop près pour qu’elle ne les associe à son acolyte artistique Gleb Kolyadin. Et si ces titres auraient très bien pu coller à l’éthique du duo, ils n’en sont pas moins différents de l’approche habituelle, avec des atmosphères plus confinées, des directions différentes, et des liens plus ténus avec la scène Néo-Folk de ces dix dernières années. Si les critiques ont eu beau jeu de comparer Marina à Kate Bush, la comparaison n’est pas forcément viable, puisque d’autres artistes viennent plus facilement en tête. Je pense notamment à Charlotte MARTIN, Tori AMOS, Anna VON HAUSSWOLFF (en moins sombre s’entend), Emilie AUTUMN et même Maria MCKEE lorsque la pureté vocale est débarrassée de tout arrangement superflu. Sans vouloir affirmer que Sleepwalking est trop chargé, loin de là, mais il faut reconnaître qu’il a souvent tendance à tomber dans les travers habituels de la Chamber Pop, avec ces nappes de cordes qui soulignent les inflexions vocales. Nonobstant cette remarque qui ne tient pas de la critique, ce premier album solo de l’auteure/compositrice/interprète est de toute beauté, atteignant parfois les moments les plus tragiques de pathos de Tori AMOS, lorsque l’orchestration se met au diapason de la passion (« How to be Alone », le plus court, mais intense de l’ensemble).

« Je voulais utiliser Sleepwalking pour traduire des émotions de la façon la plus sincère et spontanée. Sans enrobage, sans filtre, juste une réflexion créative honnête. Transformer cette période difficile et ces sentiments en pure énergie créative, en quelque chose de beau, quelque chose qui ait un but ». Et c’est exactement ce qu’on ressent lorsque nos oreilles se posent sur le fragile « Dark Matter », introduction parfaite à l’univers de Mariana, présentations de ses traumas en poésie musicale délicate. Pour parvenir à ce résultat, il lui fallait donc s’éloigner de son contexte habituel, ce qui n’imposait pas un travail complet en solo. En effet, l’artiste a su s’entourer pour ce projet, en s’assurant l’aide de musiciens confirmés. Nous retrouvons donc le grand Jordan Rudess de DREAM THEATER aux claviers, mais aussi Craig Blundell et Nick Beggs, d’ordinaire seconds de Steven WILSON pour assister la diaphane interprète dans sa mission de retranscription, et le travail accompli par ces guests de luxe à l’élégance de leur classe naturelle. Jordan tisse donc des nappes de claviers très discrètes, la plupart du temps en support de la voix et non en assise, ce qui permet au timbre éthéré de la chanteuse d’officier en toute quiétude. La plupart des morceaux reposent d’ailleurs sur les mots de Marina et ses volutes vocales, même si l’ambiance cotonneuse supporte très bien une multitude d’overdubs vocaux. « Am I Sleeping Or Am I Dead » témoigne de cette volonté de créer des couches de chant superposées, ce qui n’empêche nullement l’album de s’éloigner parfois de sa zone de confort pour taquiner un Rock plus traditionnel, notamment grâce à l’énergique « Turn Back Time ». Violons, piano, chant, rythmique souple mais ferme, le tableau dépeint très bien les différentes étapes d’un processus personnel, mais la musique sait garder cette pertinence et cette accroche qui a fait d’IAMTHEMORNING l’un des groupes les plus fondamentaux de sa génération.

Pas de grosse surprise donc à l’écoute de Sleepwalking, mais beaucoup de beauté, de poésie, des références lettrées, qui ne jouent toutefois pas l’élitisme. Mais on tombe complètement sous le charme de moments de grâce pure, lorsque les notes évanescentes de « Ars Longa Vita Brevis » s’évanouissent dans l’air, utilisant avec beaucoup de pudeur les silences. Habile mélange de modernité et de tradition, désir de se rapprocher d’artistes comme Marissa NADLER, et surtout, une très belle collaboration avec le St Petersburg Orchestra 1730, qui parvient avec beaucoup de discrétion à soutenir la chanteuse dans son travail de recherche d’elle-même. Certes, la démarche est assez éloignée de nos obsessions habituelles, mais on ne peut que s’incliner face à la superbe d’un morceau acoustique comme « Lost at Sea », qui évoque Nick Drake et sa nostalgie, ou face à la sobre tristesse de « Mermaid Song » qui retrouve les envolées lyriques de Tori AMOS. Et loin d’être une introspection pénible et narcissique, Sleepwalking s’avère d’une légèreté incroyable et d’une profondeur indéniable, comme ces gouttes d’eau que l’on reçoit sur le visage après qu’une gigantesque vague se soit écrasée sur la grève.       

        

Titres de l’album :

                      01. Dark Matter

                      02. Am I Sleeping Or Am I Dead

                      03. Turn Back Time

                      04. Ars Longa Vita Brevis

                      05. Invisible

                      06. Lost at Sea

                      07. Skin

                      08. How to be Alone

                      09. Everything Burns

                      10. Mermaid Song

                      11. Still Life

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/03/2020 à 14:40
85 %    75

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57