Edge of Existence

Silvertomb

05/11/2019

Long Branch Records

Consciemment, inconsciemment, directement, indirectement, il est assez impressionnant de constater le nombre de groupes que BLACK SABBATH a influencés. Tiens, j’en prends quelques-uns comme ça à la volée. ST VITUS, SOUNDGARDEN, ALICE IN CHAINS et TYPE O NEGATIVE. Vous noterez avec un peu de malice que deux sont certainement employés à dessein dans cette chronique…En effet, lorsqu’on apprend que SILVERTOMB a été fondé par Kenny Hickey and Johnny Kelly, deux ex-TYPE O, et deux ex-SEVENTH VOID, il n’est pas incongru de dresser des comparaisons évidentes, tant la musique proposée par Edge of Existence se rapproche dangereusement des exactions verdâtres de leurs anciens combos, et spécialement celles menées par feu Peter Steele. Et si le géant vert vous manque autant qu’à moi, nous, et eux, alors je ne saurais que trop vous conseiller de jeter une oreille sur ce premier LP, qui sans reprendre exactement les mêmes recettes, s’abreuve à la même source originelle des seventies. On retrouve aussi le côté Hardcore des débuts de TYPE O, via la présence de Joseph James (AGNOSTIC FRONT, INHUMAN), le tout saupoudré d’une touche de légèreté avec la prise en charge des claviers par Aaron Joos (AWAKEN THE SHADOW, EMPYREON). Alors, supergroupe SILVERTOMB ? Dans les faits, c’est indéniable au vu du pedigree des musiciens impliqués, et pourtant, à l’écoute de cette musique, il est difficile de concevoir le projet comme une simple association de mercenaires en mal de reconnaissance. D’abord, parce que la carrière de Hickey et Kelly parle d’elle-même. En deux groupes, les deux hommes/amis ont balisé une passion, qui s’est formalisée autour d’un amour inconditionnel pour les sons anciens et sombres, pour la lourdeur poignante et la profondeur sincère. Ensuite, parce que les chansons offertes par ce nouveau projet suintent de franchise, et ne misent pas simplement sur un passé glorieux pour s’ouvrir un avenir clément. Et si les recettes employées sont d’usage depuis longtemps, et au moins depuis le premier LP de BLACK SABBATH, elles sont ici adaptées à un vécu qui n’a rien d’un scénario commercial.

Avec Edge of Existence, Hickey touche en plein cœur, le sien, et le met à nu. Il nous parle de ses addictions, de ses amours, de sa relation ténue avec le suicide, et de la perte de son ancien ami/leader Steele. Il ouvre donc son âme, et nous en livre les états, qui ma foi, ne sont pas de la première gaieté. Pourtant, il exsude de ce premier album une tendresse infinie pour la vie, qui se matérialise autour de mélodies nostalgiques, de longues complaintes pleines de sens, et qui s’articule dans une dualité lourdeur/légèreté, comme le prouve le hit naturel « Not Your Savior ». On y reconnaît l’utilisation d’une rythmique appuyée si chère à TYPE O, mais aussi les harmonies que SOUNDGARDEN utilisait sur ses deux derniers albums, pour créer des textures évanescentes, et terriblement concrètes à la foi. Mais tout ça ne doit pas faire oublier que depuis le crash de TYPE O, Kenny et Johnny ont parcouru du chemin ensemble, au travers de l’expérience SEVENTH VOID, et que leur personnalité s’est accoutumée à l’absence, et au besoin d’exister par eux-mêmes. Inutile donc de chercher dans cet album une sorte de retour en arrière et de fascination morbide pour un hier qui n’a plus lieu d’être, même si l’ombre de Steele plane bas au-dessus de certains morceaux. Ainsi, « One Of You » aurait parfaitement eu sa place sur un album posthume, sans la voix de Peter remplacée habilement par celle de Hickey, mais un album posthume intelligent, et tout sauf opportuniste, qui aurait profité d’une connaissance approfondie de la vague NOLA des DOWN, CORROSION OF CONFORMITY. Beaucoup de pesanteur donc, mais aussi du groove, et finalement, un disque qui s’appuie sur trois ou quatre décennies d’apprentissage pour proposer non de nouvelles pistes, mais un résumé poignant de nos années Heavy Metal.

Et avec cette pochette conçue par les deux géniteurs du projet, en référence aux posters sci-fi des années 70, le ton est donné. Edge of Existence ne sera rien d’autre qu’un regard en arrière, une sorte de constat temporel personnel musical et émotionnel. Et lorsque Hickey martèle le mantra « suicide » sur « Right Of Passage / Crossing Over », nous n’avons aucun mal à être convaincus de son implication dans le sujet tant le mot prend une connotation glaçante entre ses lèvres. C’est certainement pour ça, et quelques autres raisons aussi, que ce premier album sonne si authentique, et fragile. Fragile, car les harmonies font constamment trembler les fondations rythmiques sur leurs bases, ces mélodies subtiles que la guitare initie mais que les claviers transcendent. Ces claviers manipulés par Aaron Joos qui ont permis au tandem de base de revisiter d’anciens morceaux pour les adapter à une vision commune, et dont Hickey dit qu’ils ont permis au concept de franchir une frontière supplémentaire. Le parallèle serait bien sûr facile à dresser entre SILVERTOMB et TYPE O, en se souvenant de l’apport incroyable de Josh Silver qui sans édulcorer les riffs, parvenait à les métamorphoser en les allégeant d’un trop plein de gravité. Ici, la gravité est reine et domine les débats, de l’entame « Insomnia / Sunrise » jusqu’à « Eulogy / Requiem », introduction et clôture qui sont évidemment intimement liées, et symptomatiques d’une philosophie de souffrance dans la guérison, et de plaisir dans l’abandon, cet abandon qui permet au Doom de s’unir au Post Grunge, et de relier le SAB, TYPE O et SOUNDGARDEN, trois groupes aux points plus que communs finalement. Le chant de Hickey a gagné en maturité bien sûr, ce qui lui permet même parfois de s’adapter à des lignes mélodiques héritées des BEATLES et des LA’S (« Eulogy / Requiem »), mais sa guitare est toujours aussi convaincue de l’importance de la puissance, se déchirant sur le trépidant « So True » pour mieux casser le schéma sans trahir les convictions.

Avec un fil rouge évident, qui cite les LIFE OF AGONY, ALICE IN CHAINS (« One Of You »), qui se souvient avec émotion de Peter et Chris (« Love You Without No Lies »), un pré-final en boucle clin d’œil d’acoustique tendre et doucereuse (« Sleeping On Nails And Wine »), avant la conclusion totalement inattendue de « Waiting », le hit acoustico-électrique de l’album, Edge of Existence se montre cohérent, mais ne souhaite pas se voir enfermé dans une petite case de Post Doom commercialisable et rentable. On sent derrière le projet global une réelle envie de chérir le souvenir d’êtres perdus, mais aussi de célébrer la vie sans occulter l’inéluctabilité de la mort. Une tendance à glorifier le passé sans craindre le futur pour autant. Et mieux que ça, une belle musique, riche et pleine, certes un peu monolithique parfois, mais qui parvient toujours à susciter chez l’auditeur les émotions qu’elle dégage elle-même.        

                           

Titres de l’album :

                         01. Insomnia / Sunrise

                         02. Love You Without No Lies

                         03. So True

                         04. Not Your Savior

                         05. One Of You

                         06. Right Of Passage / Crossing Over

                         07. Eulogy / Requiem

                         08. Sleeping On Nails And Wine

                         09. Waiting

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 31/05/2020 à 17:25
80 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

One Small Voice

mortne2001 07/06/2020

Concerts à 7 jours
Pendrak + Insane Order + Nervous Impulse + Unsu 04/07 : La Brat Cave, Lille (59)
Trepan Dead + Nervous Impulse + Unsu 05/07 : Mcp Apache, Fontaine L'evêque ()
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Pomah

Marrant tout de même, il est indiqué sur plusieurs sites que c'est le prod. de Tormentor qui est vendu un fragment du crane de Dead, pour 3.500 boules. Je ne trouve rien sur le fait que ce soit Necrobutcher qui confirme t'es dires. Cela dit les preuves sur net parfois ...

02/07/2020, 03:55

Pomah

Hahahaa "mon ptit gars", un peu de respect tout de même, Je suis surement pas ton petit gars ;). j'en ai rien a foutre que le gars revende des bout d'os de poulet. "Renseigne toi", je viens de te dire que c'est ce que je vais faire, MON propre opinion, y'a de quoi que tu comprends pas dans ce que j(...)

02/07/2020, 03:13

Satan

@ : Un jugement de valeur arbitraire? Ce sont des faits mon petit gars, pas une invention de mon esprit farfelu. Je récidive : renseigne-toi. Qui plus est, ce Mr a dit et répété pendant des années qu'il avait été outré par le collier collectant les os de Dead, alors que l'année passée il f(...)

01/07/2020, 21:57

Pomah

Maybe, mais je préfère me faire mon opinion moi même que de suivre bêtement un jugement de valeur très arbitraire.

01/07/2020, 00:01

Satan

L'indice est : "Helvete".

30/06/2020, 22:17

Satan

@ Pomah : Si tu te renseignais un peu, tu trouveras exactement ce que je mentionne dans des interviews récentes du Mr.

30/06/2020, 22:16

RBD

Vu en 2012, bon souvenir, le report a été exhumé il y a quelque temps si vous suivez...

30/06/2020, 20:14

Saddam Mustaine

Les mecs de Darkthrone qui rencontrent Euronymous ?

C'est là qu'ils laissent le Death pour faire du Black.

30/06/2020, 18:53

Pomah

Vous semblez le connaitre mieux que quiconque... Chapeau bas.

Hâte de perdre mon temps à le lire alors.

30/06/2020, 14:00

Arioch91

Pas transcendé par cet extrait mais j'attends l'album.

30/06/2020, 08:40

NecroKosmos

Lui (ou elle), je l'attends comme le messie !! Un groupe extra trop peu reconnu.

30/06/2020, 06:29

Buck Dancer

Le plus important c'est qu'il se porte bien et continue de chanter le plus longtemps possible.
Simplement dommage pour Goatess.

30/06/2020, 01:57

Saddam Mustaine

Mdr.

Necrobutcher c'est le gentil de classe qui est pote avec les voyous mais qui fait rien et se barre en courant des qu'il y a une bagarre.

29/06/2020, 23:03

Satan

A Humungus : Cherche aux alentours des 46 minutes...

29/06/2020, 22:28

Satan

Dans ce livre on apprend comment il aurait failli tuer Euronymous, comment il a feint d'apprécier Dead... bref, un ramassis de conneries de la part d'un opportuniste.

29/06/2020, 22:26

Simony

Je pense qu'il est beaucoup sollicité de part son génie derrière un micro et comme en plus c'est un mec en or et bien il ne doit pas savoir dire non jusqu'à ce que ses obligations avec LORD VICAR ou d'autres le rattrapent. Non j'en sais rien du tout mais je me suis déjà fait la même réflexio(...)

29/06/2020, 21:28

Simony

Super chronique pour un achat obligatoire pour moi. Ce groupe est vraiment excellent, tellement loin des groupes de Funeral lambdas. L'analyse de Sir mortne2001 et tellement juste !
La différence entre un groupe qui fait un album et un groupe qui fait de la musique, qui retrouve son statut d'(...)

29/06/2020, 21:26

LeMoustre

Ah tiens, un nouveau Cro-Mags. Donc, Flanagan peut utiliser le nom, ok. A te lire ça a l'ait bien. Bon, ben, si on est du niveau de Best Wishes, ça ira parfaitement, même si ça serait inespéré. Sympa la contribution de Rocky G. aussi, ça attise ma curiosité. Merci pour ce papier

29/06/2020, 16:49

Buck Dancer

Il a d'ailleurs abandonné beaucoup de projet Chritus. Problème de santé ? La vieillure ? Ou l'envie de se concentrer a Lord Vicar ?

29/06/2020, 15:04

Simony

Ça me fait penser que j'attends toujours l’hypothétique sorti du dernier excellent album de LORD VICAR en vinyl...

29/06/2020, 15:02