Edge of Existence

Silvertomb

05/11/2019

Long Branch Records

Consciemment, inconsciemment, directement, indirectement, il est assez impressionnant de constater le nombre de groupes que BLACK SABBATH a influencés. Tiens, j’en prends quelques-uns comme ça à la volée. ST VITUS, SOUNDGARDEN, ALICE IN CHAINS et TYPE O NEGATIVE. Vous noterez avec un peu de malice que deux sont certainement employés à dessein dans cette chronique…En effet, lorsqu’on apprend que SILVERTOMB a été fondé par Kenny Hickey and Johnny Kelly, deux ex-TYPE O, et deux ex-SEVENTH VOID, il n’est pas incongru de dresser des comparaisons évidentes, tant la musique proposée par Edge of Existence se rapproche dangereusement des exactions verdâtres de leurs anciens combos, et spécialement celles menées par feu Peter Steele. Et si le géant vert vous manque autant qu’à moi, nous, et eux, alors je ne saurais que trop vous conseiller de jeter une oreille sur ce premier LP, qui sans reprendre exactement les mêmes recettes, s’abreuve à la même source originelle des seventies. On retrouve aussi le côté Hardcore des débuts de TYPE O, via la présence de Joseph James (AGNOSTIC FRONT, INHUMAN), le tout saupoudré d’une touche de légèreté avec la prise en charge des claviers par Aaron Joos (AWAKEN THE SHADOW, EMPYREON). Alors, supergroupe SILVERTOMB ? Dans les faits, c’est indéniable au vu du pedigree des musiciens impliqués, et pourtant, à l’écoute de cette musique, il est difficile de concevoir le projet comme une simple association de mercenaires en mal de reconnaissance. D’abord, parce que la carrière de Hickey et Kelly parle d’elle-même. En deux groupes, les deux hommes/amis ont balisé une passion, qui s’est formalisée autour d’un amour inconditionnel pour les sons anciens et sombres, pour la lourdeur poignante et la profondeur sincère. Ensuite, parce que les chansons offertes par ce nouveau projet suintent de franchise, et ne misent pas simplement sur un passé glorieux pour s’ouvrir un avenir clément. Et si les recettes employées sont d’usage depuis longtemps, et au moins depuis le premier LP de BLACK SABBATH, elles sont ici adaptées à un vécu qui n’a rien d’un scénario commercial.

Avec Edge of Existence, Hickey touche en plein cœur, le sien, et le met à nu. Il nous parle de ses addictions, de ses amours, de sa relation ténue avec le suicide, et de la perte de son ancien ami/leader Steele. Il ouvre donc son âme, et nous en livre les états, qui ma foi, ne sont pas de la première gaieté. Pourtant, il exsude de ce premier album une tendresse infinie pour la vie, qui se matérialise autour de mélodies nostalgiques, de longues complaintes pleines de sens, et qui s’articule dans une dualité lourdeur/légèreté, comme le prouve le hit naturel « Not Your Savior ». On y reconnaît l’utilisation d’une rythmique appuyée si chère à TYPE O, mais aussi les harmonies que SOUNDGARDEN utilisait sur ses deux derniers albums, pour créer des textures évanescentes, et terriblement concrètes à la foi. Mais tout ça ne doit pas faire oublier que depuis le crash de TYPE O, Kenny et Johnny ont parcouru du chemin ensemble, au travers de l’expérience SEVENTH VOID, et que leur personnalité s’est accoutumée à l’absence, et au besoin d’exister par eux-mêmes. Inutile donc de chercher dans cet album une sorte de retour en arrière et de fascination morbide pour un hier qui n’a plus lieu d’être, même si l’ombre de Steele plane bas au-dessus de certains morceaux. Ainsi, « One Of You » aurait parfaitement eu sa place sur un album posthume, sans la voix de Peter remplacée habilement par celle de Hickey, mais un album posthume intelligent, et tout sauf opportuniste, qui aurait profité d’une connaissance approfondie de la vague NOLA des DOWN, CORROSION OF CONFORMITY. Beaucoup de pesanteur donc, mais aussi du groove, et finalement, un disque qui s’appuie sur trois ou quatre décennies d’apprentissage pour proposer non de nouvelles pistes, mais un résumé poignant de nos années Heavy Metal.

Et avec cette pochette conçue par les deux géniteurs du projet, en référence aux posters sci-fi des années 70, le ton est donné. Edge of Existence ne sera rien d’autre qu’un regard en arrière, une sorte de constat temporel personnel musical et émotionnel. Et lorsque Hickey martèle le mantra « suicide » sur « Right Of Passage / Crossing Over », nous n’avons aucun mal à être convaincus de son implication dans le sujet tant le mot prend une connotation glaçante entre ses lèvres. C’est certainement pour ça, et quelques autres raisons aussi, que ce premier album sonne si authentique, et fragile. Fragile, car les harmonies font constamment trembler les fondations rythmiques sur leurs bases, ces mélodies subtiles que la guitare initie mais que les claviers transcendent. Ces claviers manipulés par Aaron Joos qui ont permis au tandem de base de revisiter d’anciens morceaux pour les adapter à une vision commune, et dont Hickey dit qu’ils ont permis au concept de franchir une frontière supplémentaire. Le parallèle serait bien sûr facile à dresser entre SILVERTOMB et TYPE O, en se souvenant de l’apport incroyable de Josh Silver qui sans édulcorer les riffs, parvenait à les métamorphoser en les allégeant d’un trop plein de gravité. Ici, la gravité est reine et domine les débats, de l’entame « Insomnia / Sunrise » jusqu’à « Eulogy / Requiem », introduction et clôture qui sont évidemment intimement liées, et symptomatiques d’une philosophie de souffrance dans la guérison, et de plaisir dans l’abandon, cet abandon qui permet au Doom de s’unir au Post Grunge, et de relier le SAB, TYPE O et SOUNDGARDEN, trois groupes aux points plus que communs finalement. Le chant de Hickey a gagné en maturité bien sûr, ce qui lui permet même parfois de s’adapter à des lignes mélodiques héritées des BEATLES et des LA’S (« Eulogy / Requiem »), mais sa guitare est toujours aussi convaincue de l’importance de la puissance, se déchirant sur le trépidant « So True » pour mieux casser le schéma sans trahir les convictions.

Avec un fil rouge évident, qui cite les LIFE OF AGONY, ALICE IN CHAINS (« One Of You »), qui se souvient avec émotion de Peter et Chris (« Love You Without No Lies »), un pré-final en boucle clin d’œil d’acoustique tendre et doucereuse (« Sleeping On Nails And Wine »), avant la conclusion totalement inattendue de « Waiting », le hit acoustico-électrique de l’album, Edge of Existence se montre cohérent, mais ne souhaite pas se voir enfermé dans une petite case de Post Doom commercialisable et rentable. On sent derrière le projet global une réelle envie de chérir le souvenir d’êtres perdus, mais aussi de célébrer la vie sans occulter l’inéluctabilité de la mort. Une tendance à glorifier le passé sans craindre le futur pour autant. Et mieux que ça, une belle musique, riche et pleine, certes un peu monolithique parfois, mais qui parvient toujours à susciter chez l’auditeur les émotions qu’elle dégage elle-même.        

                           

Titres de l’album :

                         01. Insomnia / Sunrise

                         02. Love You Without No Lies

                         03. So True

                         04. Not Your Savior

                         05. One Of You

                         06. Right Of Passage / Crossing Over

                         07. Eulogy / Requiem

                         08. Sleeping On Nails And Wine

                         09. Waiting

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 31/05/2020 à 17:25
80 %    409

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Boudiou
@134.59.146.253
19/10/2020, 13:22:52

!!!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50