Difficile de comparer ce qui n’est comparable qu’à soi-même. C’est un peu la problématique posée par la sortie du premier longue durée des THY FEEBLE SAVIOUR, qu’on ne peut pas vraiment juxtaposer à un autre parcours, tant le leur est personnel, chaotique, émaillé d’ennuis et de pauses pas vraiment souhaitées. La preuve, puisque fondé en 2004, le combo a dû attendre plus de quatorze ans pour enfin sortir son premier album, que j’ai écouté ce soir même pour vous en entretenir dans la foulée. Historiquement parlant, les originaires de Clute au Texas ont donc connu une trajectoire pas vraiment linéaire, avec une première partie de carrière s’étalant sur deux ans, et sanctionnée par une démo (And the Vomit Shall Spill Forth...2004) et un split (Industrial Blackness, en compagnie des JHESU MASTURBATOR et leur patronyme en or), avant de sombrer dans le néant le plus total et se dissimuler sous un hiatus d’une dizaine d’années. Tirés de leur léthargie en 2014, ils reviennent sur le derrière de la scène via une seconde démo (Blasphemic Disgust), avant de partager une fois de plus leurs faces avec les RUIN, pour finalement se consacrer à l’élaboration d’une œuvre un peu plus conséquente, que les frappés locaux de Hells Headbangers se feront une joie de distribuer en tape dès le mois de mars entamé. Nous retrouvons donc aux ficelles de la bête Francisco Pulido (guitare/basse/chant, et ex-SACRELIGIOUS TORMENT) et Matt Heffner (batterie, BLASPHERIAN, MORBOSIDAD, OATH OF CRUELTY), qui s’en reviennent nous conter fleurette sur fond de Black Death pas vraiment peaufiné, mais salement malmené. Et si l’inspiration se veut classique dans l’agression, le fond de l’air est méchamment bouillant, et la puissance vraiment remarquable de violence.

Il faut dire qu’avec un background pareil, le sieur Pulido n’a rien d’un Poulidor (private joke que les principaux intéressés ne comprendront évidemment pas…) et peut se prévaloir d’une certaine importance dans l’underground, puisque les noms de SACRELIGIOUS TORMENT et THY FEEBLE SAVIOUR bavent des lèvres des fans d’extrême bestial depuis un bon paquet de temps. Et il faut les comprendre, tant la chose déborde de haine viscérale et de brutalité glaciale…Les morceaux sont menés tambour battant par un cogneur qui connaît son affaire, et qui n’accepte ni pause, ni temps mort, et agencés par un musicien qui maîtrise sa bile vocale au point de proposer les vocaux les plus ignobles du marché. Difficilement discernables, ils sont certes enterrés dans le mix, mais constituent une troisième ligne rythmique, dans la plus grande tradition des gosiers irrités par le va-et-vient d’un vomi que rien ne retient, et s’adaptent parfaitement à la ligne de conduite globale qui piétine la frontière entre le Black sud-américain et le Death nord-américain, pour une affaire totalement américaine qui ne supporte ni la médiocrité, ni la demi-mesure. Véritable déclaration de guerre, ce BM qui se veut aussi guerrier que nucléaire est d’une intensité rare, et pourrait presque se mesurer sur l’échelle de Richter tant les tremblements qu’il provoque modifient la trajectoire des plaques tectoniques. Tectoniques, mais pas Tektonik, car ici pas d’électronique, encore moins de groove électrique, juste une gigantesque violence qui s’articule toujours autour des mêmes tendances, cavalcades affolées pour symphonie en outrance revendiquée, et extrême bestialité histoire de pas décevoir les plus allumés. Alors, bien sûr, les plus pointilleux auront du mal à se reconnaitre dans tel foutoir qui relègue la technique à un vieux souvenir oublié dans un placard, mais les amateurs de sensations fortes et les nostalgiques du groupe seront ravis de retrouver une expérience aussi épidermique qu’un glaviot Black Death brésilien pris en pleine face sur le chemin.

Compositions délibérément courtes, structures bâties sur le même moule, hurlements, grognements, accélérations sous contrôle, tempo qui s’affole, riffs monolithiques qui jouent à cache-cache Death avec le Black, pour une AOC qui s’est bonifiée et personnalisée durant cette absence remarquée et regrettée, et finalement, l’un dans l’autre, l’intensité développée par And Darkness Fell vous rappellera en effet les ténèbres risquant de s’abattre sur vous à chaque fois qu’un espoir s’éteint. Manifeste d’individualisme forcené et de misanthropie savamment dosée, ce premier album se repose sur un vécu qui trouve enfin ici un exutoire à la mesure de sa frustration, et gobe au passage les pilules d’un Death barbare, d’un Black paillard, le tout parfois enrobé dans un joli paquet cadeau Grind. Les guitares semblent en effet citer la violence inhérente au style avec un flair imparable, au point de laisser concevoir l’ensemble comme le fruit des exactions entre REVENGE, GNAW THEIR TONGUES, SARCOFAGO, et NASUM, ce qui nous donne vous l’admettrez un produit qui sonne, et qui bénéficie d’ailleurs d’une production étonnamment performante au regard des sévices étalés. Ici, c’est la méchanceté qui domine, et pas la peine d’attendre ou d’espérer une basse de régime, puisqu’en trente minutes, le duo ne relâche jamais son étreinte histoire de vous laisser reprendre votre souffle.

Un cocktail chargé pour une fête qui méritait telle célébration, et la conséquence de causes qui ont transformé la colère en haine, et la violence en barbarie. Mais pas étonnant que ces musiciens relâchent un peu la vapeur après avoir supporté la torpeur. Que tous les fans de blasphèmes sonores se réjouissent, ici la bienséance n’a pas droit de cité, et les jurons musicaux s’enchaînent sans discontinuer. 


Titres de l'album:      

  1. Corpse of the Crucified
  2. Engulfed in Abhorrence
  3. Torture Stake
  4. And Darkness Fell
  5. Provoked Crucifixion
  6. Procession to Calvary
  7. Destruction of the Holy Sepulchre
  8. Scourge Him
  9. Obscenity of the Cross
  10. Carrion for Beasts
  11. Disgrace the Throne
  12. Darkest Path to Death
  13. Crurifracture (The End)
  14. Mocked and Despised

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/03/2018 à 14:12
75 %    360

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
22/03/2018 à 17:19:37
Terrible ! Bien crade comme il faut :D !

James
@176.179.144.12
26/03/2018 à 20:26:17
Artwork signé Chris Moyen non ?
Ça y ressemble beaucoup en tout cas...

Ajouter un commentaire


Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !