We Will Rise

Inglorious

12/02/2021

Frontiers Records

COVID, couvre-feu, COVID, sorties repoussées, COVID, confinement, COVID, attestation de sortie, léger mieux, vous pouvez bouger mais…COVID, re-couvre-feu, COVID, reconfinement…Tout ça commence à ressembler à une vieille rengaine entonnée par une chanteuse de rue décatie à la robe fanée. Mais puisqu’il faut bien s’adapter à son époque, les groupes ont posé leur mouchoir plein de larmes sur les concerts éventuels, pour s’enfermer en studio en respectant les distances de sécurité, prenant acte de dates de sortie sans cesse modifiées pour s’adapter au marché. Mais cette absence de musique live aura produit une quantité impressionnante de matériel studio, les musiciens n’ayant rien d‘autre à faire qu’enregistrer leurs idées pour pouvoir un jour les défendre sur scène. Les anglais d’INGLORIOUS n’ont pas échappé à cette règle, eux qui ont vu leur quatrième album repoussé par deux fois. Et c’est aujourd’hui avec un certain soulagement teinté de fierté que le groupe renouvelé nous présente le quatrième tome de ses aventures sous la forme d’un LP complet, riche, et d’une énergie renouvelée. Il faut dire que ce We Will Rise formalise le remplacement des trois/cinquièmes du line-up, avec l’arrivée de trois nouveaux musiciens venus soutenir les deux têtes pensantes habituelles.

C’est ainsi que le chanteur Nathan James et le batteur Phil Beaver ont accueilli à bras ouverts trois nouvelles recrues, les deux guitaristes Danny Dela Cruz et Dan Stevens et le bassiste Vinnie Colla. Et ce soutien estampillé 2021 a fort à faire pour garder la légende à flots, et lui permettre d’affronter la tempête pandémique de 2020. Avec trois albums depuis sa formation en 2014 (Inglorious en 2016, Inglorious II en 2017 et Ride to Nowhere en 2019), INGLORIOUS est devenu l’un des fers de lance de la scène Hard-Rock européenne. Son chanteur Nathan James, loin d’être inconnu au moment des faits avait déjà collaboré à divers projets d’envergure, dont l’orchestre de danse TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA et l’hommage à SCORPIONS initié par le grand Uli Jon Roth. Avec un tel vocaliste à la barre, le projet était condamné à jouer une musique de qualité, et c’est exactement ce qu’il fit (avec en ces temps reculés Wil Taylor, Drew Lowe, et Colin Parkinson), recueillant les louanges de légendes de la scène anglaise comme Brian May, qui les avait gratifiés d’un honorifique « jeune DEEP PURPLE avec un sacré chanteur ». Un tel parrainage pourrait être lourd à porter pour certains, mais à nouveau sur les rails, Nathan James et Phil Beaver assument totalement avec un nouvel album brillant, qui ne dénotera pas dans leur discographie.

Les arguments promotionnels étalés par Frontiers, qui une fois encore soutient le groupe, témoignent de l’enthousiasme de musiciens pas si mécontents de leur sort, ou qui en ont tiré le meilleur parti. Chacun y va de son dithyrambe, de ses compliments déguisés, et de sa joie avouée, comme si cette situation avait réveillé la partie la plus créative sommeillant en eux. Enregistré à Cardiff avec le producteur capé Romesh Gogandoda (BRING ME THE HORIZON, BULLET FOR MY VALENTINE, MOTÖRHEAD), We Will Rise a donc des airs de phœnix renaissant de ses cendres pour prendre son envol dans un ciel noirci par les soucis et la peur. Affichant un taux de satisfaction optimal, Nathan James parle de ce disque avec un entrain notable, et donne même le sentiment que cette expérience fut la plus agréable de sa carrière de musicien :

« Le processus d’écriture pour cet album fut l’expérience la plus agréable et détendue de ma carrière d’auteur. Nous avons vraiment pris du bon temps, et nous n’avons pas essayé de nous imposer des chansons qui ne fonctionnaient pas. L’une de mes chansons préférées est « She Won't Let You Go », que j’ai écrite avec Danny bien avant qu’il ne fasse partie du groupe. »

Certes, les discours promotionnels étant ce qu’ils sont - et toujours les mêmes - on serait à même de douter de la sincérité du chanteur. Mais en écoutant ce quatrième album, la vérité éclate au grand jour, et l’enthousiasme dont parle le vocaliste devient évident au fur et à mesure des pistes. Visiblement, l’apport de sang neuf et les circonstances pour le moins particulières ont galvanisé les deux leaders, qui proposent ici une musique fraîche et résolument optimiste. Comme si le groupe voulait conjurer le sort et rendre un peu de soleil à cette époque nuageuse et tourmentée, We Will Rise sonne sinon neuf, tout du moins frais et dispo, avec en exergue une cohésion de groupe totalement bluffante. D’ailleurs, outre le bonheur de Nathan, le guitariste Dan Stevens se fend aussi d’un sourire verbal assez convaincant :

« Je suis très fier de cet album. Les séances d’enregistrement étaient très organiques, et on trouve même sur l’album une chanson dont le riff fut capté pendant un soundcheck. L’osmose dans le groupe était palpable dès les premiers jours, et je pense que la musique le reflète. »

Et en découvrant les onze morceaux de cette nouvelle livraison confinée, l’impression se confirme : We Will Rise est un album joyeux et heureux. Sans s’éloigner du style qui a fait sa réputation, le groupe remet sa couronne sur le tapis, et emprunte une nouvelle fois aux grandes figures du Hard Rock leurs astuces et leur talent. On sent pas mal de LED ZEP au détour des riffs (« Messiah » aux cocottes de guitare très mutines), pas mal de WHITESNAKE, mais aussi des allusions aux anciens de RAM JAM (« Medusa » et son riff sudiste à la « Black Betty »). Le spectre de Coverdale se montre parfois sous son jour le plus rassurant sur la superbe demi-ballade « Eye Of The Storm » qui prouve s’il en était besoin que le talent incroyable de Nathan est toujours intact, et la variété étalée par cette réalisation permet au quintet de présenter son travail le plus ouvert à ce jour. Les deux nouveaux guitaristes se sont formidablement bien intégrés, au point de laisser croire qu’ils font partie de l’aventure depuis ses débuts, et l’album offre un véritable festival de hits.

Je placerai en avant en toute subjectivité le sublime « My Misery » et son refrain explosif, « He Will Provide » et son énergie exubérante, « God Of War » pour son déhanché de basse à la Glenn Hughes, mais chaque fan aura son moment de gloire favori. Pour une fois, les arguments publicitaires censés vous persuader de la qualité supérieure d’un œuvre n’avaient rien d’exagérés. INGLORIOUS a trouvé une seconde jeunesse et a tiré le meilleur parti d’une situation compliquée. Mais We Will Rise leur permettra un envol live de toute beauté, transportant les foules dans des cieux enchantés.  

        

                                                                                             

Titres de l’album:

01. She Won't Let You Go

02. Messiah

03. Medusa

04. Eye Of The Storm

05. Cruel Intentions

06. My Misery

07. Do You Like It

08. He Will Provide

09. We Will Meet Again

10. God Of War

11. We Will Ride


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/02/2021 à 18:25
88 %    156

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52