Nous parlions dans la chronique d’hier de la facilité déconcertante avec laquelle on peut classer un groupe dans le créneau « Progressif », sans qu’il n’y soit directement affilié, par facilité. Mais certains groupes s’y rattachent d’eux-mêmes, conscients de leur approche, et désireux de perpétrer une certaine optique de composition. C’est le cas des lillois de BLACKCUBE, qui depuis 2005 n’ont cessé de peaufiner leur concept pour devenir aujourd’hui une référence. D’abord concentré sur un répertoire de reprises, le groupe n’a pas tardé à affirmer sa personnalité pour développer une partition plus personnelle, certes sous influence, mais qui aujourd’hui a réussi à se débarrasser de ses parrainages les plus encombrants pour devenir une entité viable par elle-même. Et au moment de sortir leur tant attendu second album, les lillois ont donc pris grand soin de souligner encore plus efficacement ce détachement, au point aujourd’hui d’incarner une entité singulière, dont la musique étrange et hypnotique saura convaincre les plus difficiles de leurs particularités. Toujours hébergés par l’écurie Brennus, le quintet nous a donc offert en janvier dernier les fruits de sa réflexion, sous la forme de neuf nouveaux morceaux qui renforcent encore plus cette impression de distanciation, et d’affranchissement des références, développant de beaux et longs climats instrumentaux qui ne cèdent jamais à la félicité démonstrative. Et là est véritablement le point fort de ce groupe qui réfléchit longuement avant d’agir tout en gardant cette spontanéité d’interprétation, articulant sa pensée autour de structures évolutives ne se perdant jamais dans le dédale inextricable de la complexité. Pourtant, on retrouve toujours cette volonté de s’écarter des sentiers battus, et surtout, de rester collé à un Heavy Metal puissant et racé, qui n’hésite pas à tremper sa plume dans le Rock plus accessible histoire de toucher le plus grand nombre. En résulte un LP aux ambitions affichées, au dramatisme revendiqué, mais à la portée émotionnelle indéniable, composante qui fait souvent défaut aux groupes du créneau nous assommant souvent de fausses harmonies aussi stériles qu’une promesse politique emballée dans des discours pompeux.

A l’adresse des fans, sachez que ce Silencing the Sun est loin d’être une simple redite, et qu’il adopte des tonalités bien plus sombres que Last Exile. Mais il n’est pas vraiment surprenant de constater que le groupe a changé, six ans séparant ces deux opus, et assister à cette évolution en maturation est un plaisir que tous les accros au Progressif dit « intelligent » sauront savourer à sa juste valeur, et c’est avec un bonheur non feint que nous observons le groupe prendre ses distances avec ses influences, adoptant une théâtralité peu coutumière du fait. Exit donc les évidences à la SYMPHONY X, exit les aspirations emphatiques de DREAM THEATER, bien que les BLACKCUBE en gardent les aspects les plus durs et profonds. L’heure est à la cinématographie musicale, et les neuf pistes de ce nouvel album s’enfoncent un peu plus à chaque minute dans la psyché humaine, en ramenant à la surface les émotions et les souvenirs les plus durs, pour teinter leur musique d’une patine presque Post-Grunge qui n’occulte pas l’amour des mélodies travaillées. Et pour un peu, en faisant preuve d’un minimum d’imagination, on pourrait rapprocher les frenchies d’une union contre nature entre les KORDZ, MYRATH, PINK FLOYD et ALICE IN CHAINS, tant les harmonies qui constellent ce second chapitre tentent d’illuminer les ténèbres, sans se départir d’un accent subtilement oriental, sous-jacent, et jamais vraiment présent au premier- plan. De fait, Silencing the Sun se présente comme une sorte de space-opera explorant les confins d’une galaxie inconnue, et travestissant le Progressif le plus pur en dogme musical perméable à la Pop, au Jazz, au Rock, détaché de toute contrainte de retour. Et si les guitares sont toujours aussi agressives et versatiles, si la rythmique adopte des postures élastiques, et si le tout se couvre parfois d’un drap pudique de Post-Rock sensible et pertinent (« Thy Flesh Consumed », le segment le plus long et mouvant du lot, avec ce passage central tout en délicatesse et en volutes de claviers enfumés), le fond reste d’une puissance  incroyable, propulsant le Heavy Metal dans le système solaire Rock, sans trahir l’un ou l’autre des deux mondes.

Et de temps à autres, le quintet se lâche pour oublier un peu sa condition, et nous sert sur un plateau de légèreté le très catchy « Zombies Inc. », à l’entame délicatement Jazzy de guingois, avant de se concentrer sur des riffs redondants et hachés, que des chœurs superposés mettent admirablement bien en exergue. Seule concession que nous dirons populaire de cet album, ce morceau est une petite bouffée de lumière dans un contexte plus sombre que la moyenne, et ose la tentative de hit improbable, gageure qu’il relève avec brio. Mais s’il vous plaît, considérez plutôt ça comme une saine récréation, le reste de l’œuvre faisant preuve d’une homogénéité palpable, dont les fondements de base sont posés dès l’entame « Building the Machine ». Les musiciens s’y révèlent toujours aussi précis et précieux, mais toujours aussi rebutés par un quelconque élitisme, et par une superficialité émotionnelle qu’ils prennent un malin plaisir à contredire de parties toujours étonnantes, à cheval entre le RUSH le plus riche et le DREAM THEATER le plus métallique. A l’image de sa pochette, énigmatique et pourtant claire come de l’eau de roche, Silencing the Sun sonne parfois comme l’acceptation fataliste d’une fin du monde programmée beaucoup plus tôt que prévu, et anticipe la mort de l’astre solaire avec une rancœur un peu triste, mais aux propos énoncés avec beaucoup de colère (« Cartographers of Your Mind »). Ne laissant jamais la technique s’exprimer à leur place, les cinq musiciens font le tour de la question du Progressif en l’abordant par tous ses versants, les plus puissants évidemment, mais aussi les plus subtils, lorsque cette basse omniprésente décide de se détacher de la rythmique pour officier en tant que deuxième guitare. Le chant, assez particulier et à cent lieues des tics usuels suraigus se focalise surtout sur un lyrisme viril et plein de sens, et pourra peut-être rebuter ceux lui préférant les sempiternelles arabesques de Castafiore, mais il s’accorde à merveille avec cette optique instrumentale ambivalente, entre noir et blanc, lumière et ténèbres, et le tout présente un visage d’une cohérence rare.

Mais autant l’avouer, et aussi surprenant que cela puisse paraître, ce sont bien les claviers qui sortent grands vainqueurs de cette fausse confrontation. Si d’ordinaire, leurs prétentions classiques les confinent au rôle d’invité pompeux et encombrant, ils trouvent ici une impulsion nouvelle, enrichissant les textures de leur choix de son, et trouvant toujours le bon interstice pour s’y glisser. Ils peuvent même parfois nous rappeler les épisodes les plus occultes des années 80, lorsqu’ils adoptent une attitude gothique sur « Giant », suggérant que l’Horror Metal de KING DIAMOND trouve toujours des échos aujourd’hui. Et finalement, après avoir constaté que chaque partie du puzzle est parfaitement à sa place et que chaque instrumentiste a joué sa partition avec créativité, on se prend de passion pour un album qui parvient miraculeusement à ne répéter aucune de ses idées pour en imposer de nouvelles à chaque instant. Et si « A Fortress on the Moon », en tant que clôture, reste sans doute la conclusion la plus logique qui soit, elle laisse le soleil se taire et se terrer dans le silence, nous obligeant à reprendre l’aventure au début pour espérer une fin moins inéluctable. BLACKCUBE signe donc avec Silencing the Sun plus qu’un simple album, mais une véritable déclaration d’intention, et l’un des LP les plus nobles d’un genre qui a souvent regardé ses armoiries se ternir sans rien faire.   

    

Titres de l'album :

                        1.Building the Machine        

                        2.Silencing the Sun

                        3.Cartographers of Your Mind

                        4.Enter the Night

                        5.Giants

                        6.Zombies Inc.

                        7.Thy Flesh Consumed

                        8.Ruins of Dawn       

                        9.A Fortress on the Moon

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/03/2019 à 14:54
85 %    246

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)