Cette journée sera ensoleillée et brutale ou ne sera pas. Après tout, il est parfaitement possible de placer son vendredi sous le signe du Hardcore et du Grind non ?

Et puis le Grind, c’est l’assurance de passer un (très) court moment, en écoutant (beaucoup) de bruit. Alors allons-y, et pour ceci, rendons nous dans la ville de Nottingham, Angleterre, qui rime avec Birmingham, mais qui sans avoir les mêmes racines, laisse aussi traîner ses blasts dans l’underground.

Ces groupes ébouriffants sont-ils cocasses…Nous avions déjà les JESUS CROST, les JACKSON FIGHT, nous voici aujourd’hui face au duo FILTH COLLINS qui de son nom et sa pochette semble défier les lois rythmiques imposées par l’ancien leader de GENESIS…

A propos de genèse, la leur semble dater de…je ne sais pas quand puisque leur Bandcamp et leur page Facebook n’en disent rien. Mais en partant du principe que cette démo est parue en début d’année, gageons qu’une fiesta tardive de la Saint-Sylvestre a pu être à l’origine de leur désir de rejoindre les rangs serrés des canonniers du Grind-Tsé.

Outre sa fantastique pochette, cette démo a le mérite de présenter un peu moins d’une quinzaine de titres pour cinq minutes et des poussières de bordel incontrôlable, autrement surnommé « Grind à l’Anglaise ». Mais pour être honnête, ce foutoir-là aurait pu émaner de New-York, de Mexico ou du Bangladesh sans que personne n’eusse trouvé à y redire.

Qui sont donc ces joyeux fantaisistes ? Ils sont deux, donc, Kez Whelan (guitare, chant) et Danial Malik (batterie, chant), et s’inspirent évidemment des grandes légendes du cru pour nous la mettre bien profond dans le…

Alors, un soupçon des ANAL CUNT justement, un poil d’AGATHOCLES, pas mal de bruit venant des côtes Américaines, et surtout, beaucoup d’enthousiasme dans les riffs et les poilades.

Mais le tout est bien joué, carré, et offre un maximum de breaks et autres facéties qui font passer cette poignée de minutes encore plus vite.

Indéniablement, malgré leur air absent et leur goût prononcé pour le calembour fumant, ces mecs savent manier leur instrument, et parviennent parfois à tenir le cap d’un thème solide avant de partir en vrille.

Mais loin de moi l’idée de mettre un titre en avant, d’autant plus que cette démo a plus été pensée comme un bloc à jeter en plein nez, plutôt que comme la somme de hits bien troussés.

Alors, du Grind, du Powerviolence, un brin de Fastcore, des délires sonores étourdissants pour terminer le truc sur un feedback strident et déplaisant (« The Contrarian »). Rien qui ne dépasse la minute évidemment, et la tranche de vie la plus longue ne dure que cinquante-quatre secondes et se veut aussi bordélique que Stevie Wonder passant l’aspirateur dans un magasin de porcelaine.

Veuillez évidemment ne pas me pardonner ce trait d’esprit très déplacé, mais pour cinq minutes de Grind, je ne vais quand même pas me fouler.

En substance, FILTH COLLINS s’adresse à tous les maniaques de blasts torrides et de riffs limpides et gras de bide, et cette Démo 2017 (assez bien produite au demeurant) laisse augurer d’une suite systématique, qui sera bien évidemment la même à chaque fois. Mais si les groupes cités dans ce laïus sont votre lot de coups de boule journaliers, alors n’hésitez pas, ça le fera.

Grave.

 Bon, par contre, pas sûr que notre Phil Collins adoré ait donné son accord pour cette pochette un peu osée. Mais après tout, on s’en cogne, puisqu’en termes d’accords, le Grind lui-même n’en exige qu’une poignée. Et si possible, graves et répétés.


Titres de l'album:

  1. Taste The Haste
  2. Cameron's Britain
  3. World In Turmoil
  4. Dawn Of The Smug
  5. Careerist
  6. Fashionable Facism
  7. Infested
  8. Lardcore
  9. False Economy
  10. Return
  11. Fly Guts
  12. Choleric Disposition
  13. The Contrarian

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/01/2017 à 18:37
65 %    450

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.