Back to Norway, once again…Il semblerait que tous les chemins ne mènent pas à Rome, mais plutôt à Oslo ou Stockholm, selon destination, tant les pays nordiques imposent leur patte sur la scène Rock et Metal internationale depuis des années. Il faut dire qu’ils ont quand même un sacré talent quel que soit le domaine artistique, que le style penche du côté Crust où il va chuter, qu’il caresse le poil dans le sens du Glam, ou qu’il flatte les sentiments d’un Hard vintage puisant son charme dans les volutes évaporées des 70’s bien aimées…Mais n’oublions pas une chose. Si dans tous ces secteurs, ils sont ou font partie des meilleurs, il y en a un qu’ils dominent de la tête et des refrains depuis les années 80, celui du Hard n’Heavy mélodique et subtilement radiophonique…Difficile en effet de battre les suédois, les norvégiens ou même les danois au petit jeu du couplet qu’on retient, et une nouvelle preuve nous en est donnée sous la forme d’un second album qu’on attendait, au moins depuis trois ans et la découverte de son aîné…En effet, 2015 fut l’année de publication de Shanghaied, premier du nom AMMUNITION, qui plaçait la barre très haute et qui trustait prématurément le sommet des charts de ses harmonies fatales…Il faut dire que le groupe réunissait quelques cadors à l’expérience bien tassée, et que leur rencontre avait provoqué quelques étincelles Glam et Rock, pour le plus grand plaisir des fans de sucré baroque et de rockeurs pas toc. Mais qui se cachait donc derrière ce pseudonyme fleurant bon la poudre et les champs de bataille ? Des professionnels locaux, bien décidés à unir leurs forces pour s’imposer. Défi facile à relever, tant le pedigree des acteurs impliqués suggérait une réussite presque logiquement programmée…

AMMUNITION a donc été fondé en 2014, né de la rencontre entre Age Sten Nilsen (chanteur de WIG WAM) et du multi-instrumentiste Erik Mårtensson (Eclipse, W.E.T., Nordic Union). Ils ont donc composé à deux les bases d’un répertoire axé sur leurs obsessions respectives, qui se rejoignent souvent d’ailleurs sur le même terrain, afin de proposer un premier LP solide qui affola les classements nationaux. Trois ans plus tard, sous l’égide des exigeants italiens de Frontiers, les deux hommes ont donc remis le couvert pour entériner cette collaboration, et nous offrir un second album éponyme qui relève la gageure de se montrer encore plus performant que le premier…Avec un line-up béton sentant bon les vieux briscards en embuscade (Victor Cito Borge - basse, Jon Pettersen - guitare, Lasse Finbrathen - claviers et Magnus Ulfstedt - batterie, soit d’anciens ou actuels WIG WAM, ECLIPSE, TNT, JACK IN THE BOX, excusez-les pour leur CV bien gonflé), Ammunition se veut donc démonstration de force et de douceur, se situant une fois de plus à la croisée des chemins Heavy, Hard-Rock mélodique et Glam, nous délivrant de fait une méchante bordée d’hymnes à reprendre la mèche sur les yeux, et le poing bien levé. En trois ans, la team n’a rien perdu de son pouvoir de persuasion, bien au contraire, et ce second effort ressemble presque à un Best-Of crossover des genres abordés, tant chacun de ses segments approche dangereusement d’une perfection à laquelle nous sommes habitués de la part de musiciens de ce calibre. Il faut dire qu’avec onze morceaux ne passant qu’en une seule occasion la barre des quatre minutes, des riffs qui marquent les esprits, des couplets rythmés qui donnent la bougeotte, et un niveau instrumental féroce, les norvégiens ne craignent personne, et peuvent taquiner les cadors en place de leur morgue affichée et de leur talent même pas forcé. La voix d’Age n’a pas pris une ride (évidemment), et se veut toujours aussi puissante et chaude, tandis que le canevas tissé par le magicien Erik Martensson a tout d’un tapis de soie (l’homme outre la guitare tâte de la basse, de la programmation, des claviers, et des chœurs, histoire d’être complet), qui permet à chaque mélodie de se voir déposée dans un écrin superbe…Et en moins de quarante minutes, le sextette s’affirme donc comme une valeur sûre de la scène norvégienne, au point même d’en incarner un leader naturel…

Difficile de faire son choix parmi tous ces morceaux qui respirent la joie, de jouer ensemble, et de donner du plaisir à un public avide d’harmonies subtiles et de soudaines embardées viriles, pour obtenir un équilibre parfait entre cohérence, confiance, violence et douceur. Et dès l’introductif « Time », le temps est justement compté, et les riffs lâchés d’emblée, histoire de ne pas perdre une âme en route sur le chemin du questionnement. Ambiance Heavy légère mais affirmée, voix qui monte au créneau, supportée par des chœurs chauds, guitare qui multiplie les figures, pour un résultat qui approche la finesse d’une union entre WIG WAM et ECLIPSE, sans pour autant rappeler l’un ou l’autre. On se croirait replongé trente ans en arrière, lorsque les groupes du cru cherchaient à tout prix à soulever la moindre pierre pour y trouver un trésor dans le désert, et faire fondre les afficionados d’un Rock métallisé mais subtilisé, hésitant à tremper les six cordes dans le Glam pour ne pas trop rebuter les fans d’un Rock musclé. Celui des AMMUNITION l’est mais il reste assez festif et romantique pour attirer dans son giron les plus sensibles, sans verser dans le sentimentalisme. Il faut dire qu’avec des motifs qui démangent comme celui ornant l’intro de « Freedom Finder », impossible de s’affaler dans la mièvrerie, tant cet hymne évoque les SLAUGHTER, les DANGER DANGER et autres maniaques de la mélodie incrustée dans un contexte Heavy. Et le tracklisting s’égrène dans une logique tout à fait nordique, passant au gré d’un tempo chaloupé et d’une thématique synthétique d’un standard Pop-Hard (« Virtual Reality Boy »), à un démarquage de dancefloor exilé du Roxy pour revenir se planter au centre-ville d’Oslo (« Gung Ho (I Told You So) »), tout en privilégiant parfois la demi-teinte histoire de jouer la carte de la sensibilité (« Eye For An Eye »).

Mais Ammunition est surtout là pour nous prévenir que ses concepteurs sont capables de mettre notre ville à feu et à sang, d’un tube flamboyant aux chœurs fédérateurs (« Tear Your City Down »), ou de nous faire revenir à l’âge de pierre en semant les cailloux de la discorde Hard N’Heavy à terre (« Caveman »). On pense parfois à une version imperfectible de nos BLACK RAIN nationaux (« Wrecking Crew »), qui n’oublieraient pas la romance au placard pour se faire passer pour des voyous machos (« Miss Summertime », archétype de la ballade à la BON JOVI qui fait mouche de minuit à midi). Et puis entre ces soudains accès d’agressivité, argumentés autour d’un riff bien taillé (« Bad Bones », DOKKEN style), et cette recherche de l’or qui s’accroche à leurs disques comme des récompenses échappant au fisc (« Klondike » un peu rimmel, un peu Gospel), on se retrouve le sourire aux lèvres, et la frustration en peine de ne pas pouvoir voir ces lascars sur scène, où ils doivent prendre une dimension éternelle et nous entraîner dans un monde parallèle. En gros, la quintessence d’un art pas si facile à manier que ça, qui consiste à extirper une mélodie d’un contexte, pour la replacer dans une structure complexe, tout en donnant le sentiment de jouer deux accords un peu trop facilement. Mais c’est aussi - et surtout - ça la Norvège. Le pays où le froid réchauffe, et où les musiciens s’échauffent. Et si d’aventure vous pensiez qu’après un tir de barrage pareil, il ne vous restait plus qu’à ramasser les douilles, détrompez-vous. Les mecs savent viser, et font toujours mouche.    


Titres de l'album:

  1. Time
  2. Freedom Finder
  3. Virtual Reality Boy
  4. Gung Ho (I Told You So)
  5. Eye For An Eye
  6. Tear Your City Down
  7. Caveman
  8. Wrecking Crew
  9. Miss Summertime
  10. Bad Bones
  11. Klondike

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/02/2018 à 14:00
87 %    204

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.