Cacophony of Souls

Reece

13/03/2020

El Puerto Records

Lorsqu’on évoque le nom de David REECE, un nom et un seul émerge immédiatement des lèvres des personnes interrogées, celui d’ACCEPT. On résume beaucoup trop souvent le parcours du chanteur américain à sa non moins fameuse participation au très controversé Eat the Heat, album sous-estimé et délibérément orienté US, alors même que cette anecdote ne couvre qu’une infime partie de la carrière du chanteur de l’Oklahoma. Il serait donc très injuste de relier systématiquement David à cette période relativement brève et faussement euphorique, surtout que depuis la fin des années 80, l’artiste n’a pas vraiment chômé question implications et productions. On retrouve son nom au casting de groupes comme BANGALORE CHOIR, SIRCLE OF SILENCE, et plus récemment BONFIRE et SAINTED SINNERS, et un simple coup d’œil à sa discographie suffit à comprendre que l’épisode ACCEPT n’était qu’une heureuse coïncidence le plaçant sous les feux des projecteurs. Outre tous ces groupes aux noms plus ou moins connus et aux albums aux divers rayonnements, REECE est aussi un nom déposé en tant que concept musical, puisque David fête aujourd’hui la sortie de son quatrième album solo, après Universal Language en 2009, Compromise en 2013 et Resilient Heart en 2018. Cacophony of Souls, loin d’être une surprise est donc une continuité, celle d’un travail ininterrompu depuis la fin des années 80, qui aura connu des hauts et des bas, mais qui aura eu le mérite de révéler l’essentiel : la passion d’un musicien pour un Hard-Rock sans fioritures, très proche de ses racines et en adéquation avec ses goûts personnels. Certes, le nom de David ne servira jamais aux historiens et aux musicologues pour défendre le culot ou l’avant-gardisme, on ne retrouvera jamais son patronyme dans les références aux œuvres les plus essentielles, mais sa dévotion envers un genre force le respect, d’autant plus que David n’a jamais produit un travail médiocre et encore moins passable.

Pour Cacophony of Souls, l’américain a travaillé avec un ex-UDO/SINNER, Andy Susemihl, et a réduit sa configuration de quintet en quatuor. On retrouve donc aux côtés de David et Andy la basse de Malte Frederik Burkert et Andrea Gianangeli à la batterie, pour douze nouveaux morceaux qui adoptent encore une fois la même ligne de conduite. Ignorer tout ce qui s’est passé en termes de Metal depuis les années 80, occulter le Grunge, le Néo, le Progressif, l’extrême, pour se concentrer sur l’essentiel, ce Rock qu’on jouait du côté de Berlin ou Los Angeles entre 87 et 89, soit l’âge d’or d’une musique que David n’a jamais pu oublier. Il faut dire que si David signe des albums solos sous son propre nom, c’est qu’il tient à affirmer son allégeance à une musique formelle et classique qu’il ressent de tout son corps, son cœur et son âme. Ses albums en solitaire ont cette continuité dans la stabilité que Cacophony of Souls ne vient aucunement contredire. Et si les morceaux sont parfois lourdement sous influence, il convient d’y voir un respect des artistes, et non un plagiat stupide et stérile d’avance. Ainsi, en écoutant le tonitruant déclencheur « Chasing The Sun », impossible de ne pas penser au SKIDROW de Slave to the Grind, tant les deux riffs sont similaires et les ambiances aussi surchauffées. Certes, David n’a ni le coffre ni la puissance de Sebastian Bach, mais son chant est toujours aussi convaincant dans sa gravité, et nous évite les envolées lyriques castratrices des chanteurs désirant à tout prix copier Kiske, Dickinson ou Halford. On trouve évidemment d’autres citations plus ou moins habiles sur cet album, du RAINBOW, du DIO, du JUDAS PRIEST, du ACCEPT évidemment, mais aussi des touches de PRIMAL FEAR, de MAIDEN, et de Hard californien, avec un surplus de délicatesse d’outre-Atlantique pour ne pas passer pour un simple macho.

On le sait depuis quelques années maintenant, on n’attend rien d’exceptionnel d’un album de REECE. Juste du bon Hard-Rock qui nous rappelle notre jeunesse, de bonnes chansons aux couplets rageurs et aux refrains fédérateurs, et c’est encore une fois ce que propose Cacophony of Souls. Loin d’une cacophonie des âmes, ce quatrième album sous sa seule bannière est une réussite flagrante de Rock classique, avec des tempi variés, des ambiances travaillées, et un éventail de sous-styles assez conséquent. Mais David l’affirme lui-même sur un tempo très JUDAS PRIEST, il est une « Metal Voice », et n’a pas peur d’assumer ses penchants formels. Alors, entre une collection de riffs efficaces lâchés par Andy Susemihl, une rythmique solide sinon inventive, et des thèmes classiques mais transcendés par cette voix investie et puissante, ce nouvel album est une nouvelle source de plaisir, qu’on se repasse lorsqu’on est en manque de Metal. Une fois encore, tous les titres sonnent comme des classiques, qu’ils soient agressifs et à la limite du Power Metal (« Blood On Our Hands », du JUDAS avec une pointe de PRETTY MAIDS), lourds et emphatique comme du DIO de la grande époque (« Judgement Day »), ou beaucoup plus aérés et à deux croches d’un Hard-FM burné (« Collective Answer »). David se permet de revisiter les années de sa jeunesse, et continue sa carrière en toute simplicité, nous réservant parfois des moments de pure émotion (« Another Life, Another Time », une ballade plus eighties qu’un néon bleu dans un clip de WINGER), sans jamais oublier que la lourdeur et la pression sont les meilleurs atouts d’un Metal non dilué (« Over And Over »).

Et alors que les groupes les plus connus se perdent dans ses considérations futiles et des redites embarrassantes, REECE joue l’humilité et la qualité, et soigne ses compos pour ne pas léser ses fans. C’est ainsi que les trois quarts d’heure passent très vite en sa compagnie, avec de subtils mélanges entre agressivité et douceur (« A Perfect World », qu’on imagine bien chanté par Jorn ou ECLIPSE), et des inserts puissants, aiguisés et symptomatiques d’un Hard 90’s (« Bleed »). Et c’est peut-être le final « No Disguise » qui représente l’aveu le plus explicite de cette réalisation, présentant le chanteur sans fard, sans astuce de production, juste lui-même, fidèle à sa passion. Un disque qui ne fera pas l’histoire mais qui en fait partie, de la part d’un artiste qui n’a jamais triché, et qui continue de nous faire plaisir sans prétendre être autre chose que ce qu’il est.      

                                                

Titres de l’album :

                           01. Chasing The Sun

                           02. Blood On Our Hands

                           03. Judgement Day

                           04. Collective Answer

                           05. Cacophony Of Souls

                           06. Another Life, Another Time

                           07. Metal Voice

                           08. Over And Over

                           09. Back In The Days

                           10. A Perfect World

                           11. Bleed

                           12. No Disguise

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/07/2020 à 17:48
78 %    342

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Nornes + Mad Act 21/05 : Le Garage Café, Cambrai (59)
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02

Jus de cadavre

Je pense que c'est surtout pour éviter le squatage en ville et éviter ainsi d'énerver les Clissonais à la longue. Concernant les vans : les véhicules aménagés pourront "camper" sur les nouveaux parking (tout sauf les tentes quoi(...)

19/05/2022, 15:58

Fred

Donc on t’enlève la voiture si t’a envie d’aller te balader ou faire autre chose que les concerts sauf si t’ai immatriculé du coin 

19/05/2022, 15:06

Chemikill

Quelle pompe a fric... je me souviens du graspop en 1999, on garait la voiture à côté de la tente

19/05/2022, 11:54

l\'anonyme

@ Chemikill: je comprends ton point de vue mais c'est une chance que vous avez en France. En Belgique, le parking du Graspop Metal Meeting est payant à 15 euros de la journée. Si ta voiture y reste les 4 jours, tu payes 15 euros. Mais si tu re(...)

19/05/2022, 10:27

Chemikill

C'est moche... tu peux même plus planter ton van sur un trottoir ou un parking autre pour faire ta popote tranquille et dormir au calme... parké comme du bétail maintenant. Trop grosse machine pour moi....

19/05/2022, 10:16

Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47