Constellation

Stargazery

29/05/2020

Pure Steel Records

Encore un groupe finlandais ? Oui, mais pas vraiment neuf celui-là, puisque les origines de STARGAZERY remontent à 2005, lorsque Pete Ahonen composa une chanson qui ne convenait pas au répertoire de ses deux projets BURNING POINT et GHOST MACHINERY. De là germa l’idée de monter un nouveau concept, plus porté sur le Hard Rock traditionnel légèrement teinté de Heavy Metal. Vite épaulé par le formidable chanteur Jari Tiura (ex-MSG, SNAKEGOD), Pete se mit en quête d’un complément de line-up et enrôla son vieux compère Jukka Jokikokko à la basse. Après avoir trouvé de quoi boucher les trous de la formation, Pete commença son nouveau voyage, qui débuta humblement avec un simple, avant de produire un premier longue-durée en 2011, Eye on the Sky. Quatre ans plus tard, Stars Aligned, toujours obsédé par le ciel et les étoiles offrit une digne suite aux aventures, avant que cinq ans de silence ne viennent interrompre la progression. Et c’est aujourd’hui avec une certaine fierté que le quintet renouvelé (trois nouveaux musiciens depuis le dernier LP) nous présente le troisième tome de son histoire, sous la forme de ce flamboyant Constellation, qui décidément n’a pas l’intention de garder les pieds sur terre. Le groupe malgré sa longue absence n’a pas changé grand-chose à ses habitudes, et oscille toujours entre Hard Rock classieux et Heavy Metal mélodique, restant fidèle à son nom dont la référence n’aura échappé à aucun fan de musique précise et harmonique. C’est bien évidemment du côté de RAINBOW qu’il faut chercher l’influence majeure des danois, les tables de loi de Ritchie Blackmore servant encore aujourd’hui de dogmes absolus pour des milliers de musiciens du monde entier. Mais le collectif cite volontiers d’autres références, WHITESNAKE, DIO, Gary MOORE, et certains s’amusent même à voir des traces d’HAMMERFALL dans leur musique, ce qui est pour le moins osé. Mais dans son créneau de classicisme absolu, STARGAZERY reste le mètre-étalon de qualité qu’il a toujours été, et ce nouvel album ne trahira aucunement la confiance de ses fans.

Je parlais de trois nouveaux instrumentistes depuis Stars Aligned, avec l’adjonction d’Ilkka Leskelä à la batterie depuis 2017, de Marko Pukkila à la basse et Pasi Hiltula aux claviers depuis 2019. Ne restent donc plus du line-up original que la tête pensante Pete Ahonen à la guitare et Jari Tiura au chant, qui assurent la liaison depuis le début. Constellation dans le fond, ne change pas grand-chose à l’histoire de STARGAZERY, et poursuit l’exploration d’un Heavy Metal de tradition, très perméable aux mélodies, et assez symptomatique d’une fusion 70’s/90’s, avec ce vocable RAINBOW traduit dans un langage finlandais plus tardif. Sous cette superbe pochette de cachent donc dix nouveaux morceaux royaux, d’une emphase caractéristique, avec toujours en exergue les superbes lignes vocales de Tiura qui n’a rien perdu de son talent et de son dramatisme lyrique. Un troisième album qui s’adresse donc aux fans les plus puristes du Heavy des origines, et qui supportent très bien quelques concessions Hard Rock plus souples et mélodiques. L’alternance est donc de mise, entre morceaux en mid et d’autres plus rapides, avec quelques touches de lenteur disséminées avec beaucoup d’intelligence. Le quintet commence d’ailleurs très fort avec un morceau haut en couleurs, « Sinners In Shadows », qui a tout d’un tube des eighties remis au goût d’un jour énergique. Tout est en place, et le groupe semble nous avoir quitté la veille, tant les vieilles habitudes reviennent aussi vite que le plaisir ressenti. Avec un refrain hautement fédérateur, un riff formel mais redondant, une rythmique solide et stable, le tout s’avale d’un trait, comme un inédit de MAIDEN revu et corrigé RAINBOW. Rien de novateur, mais là n’est pas le propos, et entre des chœurs enchanteurs, et une virilité de surface mâtinée d’une émotion bien tangible, ce premier titre nous plonge dans le bain d’un Heavy en fusion.   

Comme à son habitude, STARGAZERY explore toutes les facettes du Hard Rock d’antan, retrouvant la théâtralité de DIO pour la confronter à la foi d’un Jorn LANDE, avec un « Self-Proclaimed King » que les groupes les plus True-Metal des années 90 auraient pu composer avec fierté. Mais pas question de clichés ici, juste d’un amour sincère pour une musique franche et riche, basée sur une guitare omniprésente, mais allégée d’un clavier ludique et pertinent. L’école Blackmore donc, avec ce petit plus contemporain mais délibérément nostalgique. Pas le temps de s’ennuyer, d’autant que les compositions varient les climats et les ambiances, allégeant parfois le propos pour le rendre plus accessible et radiophonique, avec un prenant « Ripple The Water ». La sensibilité affleure toujours à la surface, souvent cachée par des riffs épais, qui parfois se font plus discrets pour laisser le synthé officier aux avant-postes. Ainsi, « I Found Angels » offre une pause bienvenue dans la démonstration de puissance, sans sombrer dans la mièvrerie, en évoquant un savant mélange de WHITESNAKE, DIO, et MANOWAR. Quelques démonstrations de force pimentent un peu l’aventure, et lorsque le tempo décolle et que les sextolets s’affolent, on tombe dans une sorte de proto-Power Metal énergique et convaincant. Avec « Constellation », STARGAZERY affole les débats sans se départir de son sérieux, et signe un hymne incontestable rappelant HELLOWEEN, STRATOVARIUS et tous ceux ayant un jour accepté d’unir l’harmonie à la fougue. Une fois encore, rien à jeter sur un album aussi pensé qu’il n’est instinctif, et les chansons se suivent sans se ressembler, ce qui donne à ce troisième album des allures de Greatest Hits.

Mid tempo jumpy et sautillant (« Caught In The Crossfire »), Hard Rock séduisant et emphatique (« Dark Side Of The Moon »), ballade lacrymale soyeuse (« In My Blood »), avant d’en finir avec une dernière démonstration de classe teintée d’une charge à peine déguisée à l’encontre d’un chef d’état bien connu (« Raise The Flag » et son impitoyable « Pompous and arrogant, the king and the master/Shamelessly ignorant, walking disaster »), Constellation tape le carton plein et accepte le caractère particulier d’un troisième album toujours attendu au tournant et qui doit confirmer. Ce qui est immanquablement le cas ici, le Heavy des finlandais étant toujours aussi magnifique et pluriel. Belle réussite qui rattrape cette longue absence avec les excuses les plus sincères et recevables qui soient.      

    

Titres de l’album :

01. Sinners In Shadows

02. War Torn

03. Self-Proclaimed King

04. Ripple The Water

05. I Found Angels

06. Constellation

07. Caught In The Crossfire

08. Dark Side Of The Moon

09. In My Blood

 10. Raise The Flag


Facebook officiel


par mortne2001 le 06/12/2020 à 14:50
80 %    86

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Je trouve ça excellent en tout cas !

06/03/2021, 17:58

Gargan

Marrant, ça me fait penser par moments à du Hakuja, la thématique étant nipponne, ça colle.

06/03/2021, 13:20

Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26