Il est de notoriété publique que les Italiens sont d’indécrottables romantiques et des séducteurs invétérés. Ce qui s’avère juste à la terrasse d’un café ou celle d’un hôtel quatre étoiles l’est aussi en matière de musique où nos amis transalpins font preuve d’une douceur de ton et de caresse de fond, et ce depuis de nombreuses années. Et lorsque le label national mythique Frontiers fait une petite pause, c’est une autre maison de disques qui prend le relais pour propager la bonne parole du Hard Rock sensible mais viril, en l’occurrence les locataires de la Via Balbi d’Ospedaletto Lodigiano de Tanzan Music.

Que nous proposent donc ces latins malins en ce dimanche matin ?

Un album sorti il y a quelques mois, et qui perpétrait la tradition des combos du cru, les MARKONEE, SHINING LINE et autres LIONVILLE, pour développer une approche assez généraliste d’un Hard-Rock à haute tendance mélodique, qui fait autant bouger les petons que défaire les boutons…de chemisier.

Alors, plantez le décor, un soleil couchant, une jolie romaine aux cheveux brillants et au sourire aveuglant, un verre de chianti, et quelques astuces de bonimenteur charmant…Vous visualisez ? Maintenant, faites tourner Matter Of Faith et croyez-moi, vous y serez…

Pourtant, ce deuxième album des SOUL SELLER est tout sauf une affaire de séduction cliché, mais bien un regard lucide et sans fard sur notre société. De l’aliénation des média aux conflits internationaux en passant par la crise économique ou les problèmes environnementaux, le sextette Italien mené par les frères Zublena (Dave – guitare et Mike – basse) passe en revue tous les maux de notre époque, mais a la gentillesse et la délicatesse de le faire sur fond de Hard-Rock puissant et racé, symptomatique de l’école Italienne contemporaine.

Ce second LP annonce donc le grand retour d’un groupe que l’on avait presque oublié depuis son premier méfait, Back To Life, publié en 2011, et qui leur avait ouvert les portes d’un certain succès.

Depuis, des tournées, mais aussi une longue période de silence, et de gros problèmes de formation. C’est donc un groupe aux visages renouvelés que nous retrouvons, avec la moitié de sa composition ajustée. Outre les frangins Zublena et Cris Audisio (lead guitar), seuls rescapés de la purge, nous accueillons donc en fanfare les petits nouveaux Eric Concas (chant) Simone Morandotti (claviers) et Italo Graziana (batterie), pour célébrer un second effort qui après quelques écoutes s’avère aussi riche que son aîné, et d’une maturité flagrante.

Si les trois anciens assurent le lien avec le passé, une autre de ses figures occupe toujours son poste clé, le producteur Alessandro Del Vecchio (Joe Lynn Turner, Glenn Hughes, Fergie Frederiksen, Deen Castronovo, Roger Glover, Bobby Kimball, entre autres), qui renifle toujours les bons coups et offre une fois de plus aux SOUL SELLER un son béton, mettant en relief des compositions solides, ne recherchant pas l’originalité, mais misant sur une qualité constante qui laisse quand même admiratif. Pas de surprise donc si vous aviez été enchanté par Back To Life puisqu’on retrouve sur son successeur les mêmes ingrédients, à savoir un peu moins d’une heure de Hard Rock mélodique de grand classe qui n’hésite pas à tirer la couverture de l’AOR du pied du lit pour réchauffer vos petits cœurs aigris.

Si la base instrumentale est toujours plus ou moins fidèle à la même éthique, c’est bien sûr la voix d’Eric qui reste le point de focalisation, puisqu’elle amène le changement, assez subtil il faut l’admettre. L’homme a donc un organe puissant, certes un peu monocorde dans ses envolées, mais qui supporte très bien les efforts accomplis par son backing band qui assure dans les grandes lignes en respectant celle tracée par le Hard Rock national, aussi versé dans les mélodies séduisantes que dans les attaques saignantes.

En gros, une belle illustration de la dualité machisme/romantisme à l’Italienne, avec ce mélange de violence maîtrisée et de séduction assumée, qui a fait les plus belles heures du Metal transalpin depuis une bonne dizaine d’années.

Si parfois le groupe n’hésite pas à loucher du côté des valeurs sûres du patrimoine ricain (JOURNEY et tous les autres) sur des morceaux comme « Given To Live », tout ça ne l’empêche pas de rugir sur des accès de fièvre Heavy à la limite du Power Progressif (« Get Away » et ses soli incendiaires nuancés d’une intro synthétique bien frappée), avant de retomber dans des tics typiques de l’AOR en vogue outre Atlantique (« Alchemy », la vôtre est la bonne).

En gros, de la variété, des refrains travaillés, des guitaristes qui connaissent le boulot, pour un survol de tout ce que le Hard Rock à tendance Heavy et harmonique propose de plus chaud et beau. Classique ? Oui, mais terriblement bien fait.

La patte Del Vecchio est reconnaissable entre mille, avec cette production qui brille de mille feux et qui polit les lignes vocales jusqu’à les rendre aussi éclatantes que les étoiles dans les yeux d’une milanaise, tout en patinant les guitares pour qu’elles s’enflamment à la moindre étincelle de passion.

En gros comme en détail, Matter Of Faith et sa profession de foi envers un Hard Rock traditionnel est l’archétype même d’album qui aurait pu grossir les rangs de l’écurie Frontiers, tant son style colle de près à l’éthique du célèbre label.

Ce qui, vous en conviendrez, est un sacré gage de qualité…

De là, à vous de faire vos courses sur l’étal mis en place par les Italiens, que vous ayez l’humeur sensible et les nerfs fragiles (« Wipe Your Tears Away », jolie ballade qui évite les poncifs les plus éculés et sur laquelle la voix de Cocas module plus varié), que vous soyez prêt pour une virée downtown qui finira sur la plage avec des guitares et un bourbon vingt ans d’âge (« Tide Is Down », et son Hard Rock survitaminé qui mime très bien les mouvements oscillants de la marée), ou que votre état d’esprit soit coincé entre deux pensées, l’une à tendance mélodique policée, l’autre plus revancharde et aiguisée (« Get Stronger », le genre de tube que les PRIDE OF LIONS auraient pu enfanter).

De tout, des petits riens, de grandes déclarations, des confessions murmurées, du lyrisme et de l’intimisme, tel est donc le modus operandi de ce Matter Of Faith qui effectivement, risque de raviver votre foi en un groupe qu’on avait à tort cru disparu corps et biens.

Ces Italiens sont vraiment les plus forts finalement…Il ne manquerait plus qu’ils délocalisent Venise du côté de Stockholm pour faire alliance avec les Suédois et dominer le monde de leur mélodies de choix.

Vous imaginez le tableau ?

Arrivederci bella


Titres de l'album:

  1. Neverending
  2. Given To Live
  3. Tide Is Down
  4. Memories
  5. Get Stronger
  6. Echoes from a distant future
  7. Get Away
  8. Alchemy
  9. Wipe Your Tears Away
  10. Matter Of Faith
  11. Strangers Apart
  12. Made of Stone

Site officiel


par mortne2001 le 19/02/2017 à 15:39
75 %    494

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Coma

Disorder

Hellraiser

Heritage

Obsidian Sea

Strangers

Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Iron Bastards + Paranoid Cats + Sweeping Death

31/08 : Millenium, Haguenau ()

Photo Stream

Derniers coms

@Buck : oui j'ai vu ça... Là ça fout les boules quand même !
Autant je n'aime vraiment pas Megadeth, mais les caler en dessous de cette bouse appelé Five finger machin, c'est juste une honte. Littéralement le monde à l'envers...


La situation à te faire péter un câble...


J'ai en tête un morceau des CLASH, "I'm so bored with the USA" et aussi un titre d'EXPLOITED plus explicite...pour cette chère administration "pussy grabbin" trumpesque :-)


Où Megadeth en première partie de Five finger death punch?


Behemoth qui ouvre pour Slipknot... Et pourquoi pas Metallica en guest de KoRn ou Black Sabbath en 1re partie de Limp Bizkit ?


Slipknot et Behemoth a ouais lol deux salles deux ambiances.


Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !