Ce jeudi sera Hardcore ou ne sera pas. Ce jeudi sera Hardcore Français ou ne sera pas. Il y a des jours comme ça, des points de convergence…

Tous les chemins ne mènent pas à Rome, mais parfois à Tours, ou Rouen dans le cas présent, pour vous présenter un jeune quatuor qui sait montrer les dents et jouer lourdement et puissamment. Mais qui sont donc ces éléphants, qui finalement, ne trompent pas énormément ?

Baboune (chant), Grégoire (guitare), Pierrot (basse) et Benito (batterie), sont quatre potes, ont formé leur groupe en 2012 sur les cendres de feu BACK TO SQUARE, et le moins que l’on puisse dire, c’est que la mue leur a plutôt réussi.

ELEPHANTS, nom qui convient à merveille à ce Loudcore (pardonnez le néologisme, mais il décrit si bien leur barrissement…) qui marche à pas lourds avant de ruer dans les brancards de ses défenses pointues et acérées. Parfois proche d’un Downtempo qui n’aurait pas oublié la puissance du Métal au cimetière de ses potes, la musique des Rouennais est éminemment compacte, grasse, grave, et pourtant frappe pile là où ça fait mal, c'est-à-dire un peu partout.

Sickness Before Us est leur premier effort, disponible en digipack via une bordée de labels qui les soutiennent, de terrain Vague à Guru Disques, en passant par Emergence Records, pour une distro qui couvre pas mal de terrain, qu’ils prennent eux-mêmes un sale plaisir à défricher avec férocité et efficacité.

Alors, le Hardcore de Rouen, fait-il aussi mal que celui de Ouessant ou de Mont-de-Marsan ? Il est pertinent, c’est le moins que l’on puisse dire, et le mélange des riffs plombés et densifiés de Grégoire et du chant méchamment violent de Baboune se prend en plein dans les dents, et fait encore plus mal aux gencives lorsqu’il se conjugue en chœurs majeurs (« Take a Look »).

Pas de chichis, pas de quartier, il faut jouer lourd, uni et énervé, et la production énorme aide les quatre tueurs à remplir leur contrat Core en temps et en heure.

On pense aux meilleures réalisations du genre, avec toutefois cette patte locale qui rend leurs morceaux assez uniques. Finesses rythmiques, déliés guitaristiques, et violence pratique, ce premier EP/LP démontre bien des qualités tout en préservant la cohérence de ton. Pas de raison de se perdre sur les détours de la versatilité, ici on cogne, on cogne encore jusqu’à ce que le clou rentre dans le cercueil de la réalité ambiante.

C’est terriblement Heavy, mais ça n’hésite pas à briser le moule selon l’envie (« What’s Next » ? De la brutalité maîtrisée mais bien concentrée), en lâchant un mid tempo bien suivi qui racole l’école du gros Downcore US made in NYC (« If I »). Somme toute, c’est classique dans l’effort, mais percutant comme la mort au bout du tournant. Pour un premier effort, les ELEPHANTS marquent le pas, et chassent en troupeau, alors autant se méfier de leurs trompe qui vous ramone les naseaux.

Rarement patronyme n’aura été en telle adéquation avec une démarche, et même si l’originalité n’est pas inscrite dans l’ADN du pachyderme, son cheminement tout en tremblements du sol sous ses pattes est vraiment impressionnant.

Il termine même son périple par une course tout à fait impromptue (« Pigs Make The Rule »), blâmant la race porcine pour son infortune avec force contretemps avant une fois de plus d’écraser la concurrence d’un ralentissement concassant.

Comment se porte le Hardcore en France ? Je pense que vous aurez eu une bonne réponse à cette interrogation ce matin, et les Rouennais d’ELEPHANTS vous convaincront sans peine de la vitalité de la scène.

Le Core frenchie est lourd, suintant, s’inspirant des racines en les faisant pousser loin du passé vers l’avenir, qu’ils pressentent aussi noir que leurs défenses sont blanches.

Une tranche de réalité ne se refuse pas, surtout lorsqu’elle est nourrissante de lucidité. Sickness Before Us est sans doute un constat de pathologie, mais tout sauf un arrêt de travail. L’ordonnance est claire, et recommande de grosses guitares accompagnées d’épaisses gouttes de sueur rythmiques, le tout avalé d’un trait par un gosier en feu.

 Merci Rouen, merci ELEPHANTS, nous allons donc marcher avec vous d’un pas lent pour constater votre allant dans les années à venir.


Liste des titres:

  1. I Need More
  2. Remove Your Brain
  3. This Life
  4. If I
  5. Take a Look
  6. What's next
  7. The Way Out
  8. Pigs Make The Rules

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/10/2016 à 17:19
80 %    306

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Kryzees + Manigance + King Crown

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)