Observing Madness

Rake-off

10/01/2022

Autoproduction

Après trois EP’s, les romains de RAKE-OFF se décident enfin à faire un effort, et nous offrent en 2022 leur premier longue-durée…qui ne passe pas la barre de la demi-heure. Mais considérant leur choix de Crossover, cette brièveté est justement une qualité, et permet de garder la violence dans un état de fraicheur notable, pas comme ces pizzas décongelées servies aux touristes un peu crédules. Formé en 2016, ce quintet s’est donc montré plutôt productif entre sa naissance et 2019, empilant trois formats moyens, avec In Twenty Sixteen, Feeding the Fake et Goin’ Mental parus à trois ans d’intervalle. Il a donc fallu deux ans aux italiens pour accoucher de leur première grande œuvre, et autant dire que cet Observing Madness méritait amplement d’être bichonné.

Enregistré à Rome, mixé et masterisé par Fabio Banfio et flanqué d’un superbe artwork signé Zeero, Observing Madness est l’archétype même de Crossover qui refuse le côté rigolard de l’affaire, et qui se montre aussi sérieux qu’un champion à une compète de skate. Ici, les figures imposées sont respectées, mais l’ambiance est académique, le ton grave, et la violence omniprésente, même si fluidifiée pour ne pas se rapprocher d’un Thrashcore trop vilain.

Valerio (basse), Mirko (batterie), Frank & Stefano (guitares), et Fabio « Banfio » (chant) se proposent donc de revisiter l’art du mélange Thrash/Hardcore des années 80 avec une vision très précise, celle de l’assombrissement des thèmes si chers à cette fusion née du côté de New-York et de la Californie. Et pour une fois qui n’est jamais coutume, ces italiens féroces montrent un visage plus fermé qu’à l’habitude pour se rapprocher des miraculeux EXCEL et LEEWAY, sans toutefois s’approcher de trop près du radicalisme des ENFORCED, mais en tournant le dos à l’esprit goguenard des GAMA BOMB. Ici, pas de galéjades, mais des hymnes Core qu’on reprend en chœur, et qui galvanisés par le chant sentencieux et le phrasé précis de Fabio prennent des allures de menaces jetées tout sauf en l’air.

Alors, évidemment, les morceaux sont courts, frappent fort, mais entre cette rythmique coulée et ces riffs heurtés, l’ambiance est surchauffée, et on prend ses distances avec le classicisme que certains respectent encore un peu trop. Vitesse modérée mais assise Metal augmentée, pour un passage en revue des années 90, lorsque le genre comprenait que ses tics Mosh le desservaient plus qu’autre chose. Alors, les RAKE-OFF restent sérieux comme des papes pendant leur discours d’intronisation, et nous proposent un menu de choix, à base de linéarité de surface mais de réelle profondeur de ton.

« The Glowing Descent » situe définitivement le contexte, et le reste n’a plus qu’à dérouler ses arguments sans faiblir. Beaucoup de breaks, de cassures, qui toutefois ne ralentissent pas la machine, et une vraie épaisseur lors de mid tempi assurés et fermement frappés, un professionnalisme acquis avec les années, et une belle confiance, qui permet aux musiciens d’afficher une morgue remarquable sur les titres les plus sombres, à l’image de ce « Evil From the Depths » qui rappelle clairement les options prises par les ENFORCED sur leur album éponyme que j’ai tant écouté. Une fois la méthode assimilée, pas de surprise, ni bonne ni mauvaise, si ce ne sont quelques détails notables, comme ce catchy « Trapped » au coulé en nœud coulant qui vous attache à la poutre du plafond, ou ce « Modern Slavery », Punk en diable, au riff plus joyeux et à l’ambiance Hardcore surchauffée.

Et comme les romains ne sont pas des ingrats, ils paient leur hommage aux rois incontestés du genre, nos bien-aimés ANTHRAX, via une reprise de leur early hit « Deathrider », jouée avec fougue et passion, et largement à la hauteur de l’original. Une sacrée bonne surprise donc que ce premier album, pour une affaire italienne qui pourrait avoir été fomentée à San Francisco, Venice ou NYC.

 

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. The Glowing Descent

02. To Live in Fear

03. Killing Machine

04. Evil From the Depths

05. Living Paradox

06. Push Me Down

07. Eternal Curse

08. Trapped

09. Modern Slavery

10. Deathrider


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/10/2022 à 18:02
82 %    90

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51