Lorsque les mots "Doom" et "psychedelic 60's et 70's" sont accolés pour désigner la musique d'un groupe on imagine immédiatement le mouvement Occult Rock emmené par des BLOOD CEREMONY ou CASTLE. Pour le cas des Polonais de DOOMSTER REICH, cela va un peu plus loin mais en guise d'introduction et pour libérer les moins intéressés, il faut imaginer BLACK SABBATH s’accoquinant avec HAWKWIND et le côté d'un SHEAVY pour la facette contemporaine. 

Reste-t-il encore des gens intéressés par cette mixture, très bien, alors bienvenue dans le monde psychédélique de DOOMSTER REICH où la simplicité et le minimalisme lié au Doom sont omniprésents, où les solos ou leads provenant du Stoner voire même déviant du Desert Rock par le côté sensation d'improvisation ou de jam-session, où le chant est posé sans chercher la moindre efficacité lyrique, une certes monotonie s'en dégageant à la longue d'ailleurs et puis enfin, il y a ces structures qui n'en sont pas vraiment, inutile de vous préciser que le côté radio edit est totalement exclu de cette galette et c'est tant mieux car les Polonais finissent par tisser un univers plutôt personnel à la croisée des groupes précités même si parfois l'hommage est un peu trop appuyé comme sur "Round The Bend Satan" 

Alors, oui tout cela peut ressembler à ELECTRIC WIZARD, d'autant plus que les guitares sont bien graves, que la voix bénéficie des effets assez semblables, allant même jusqu'à l'imagerie sexy associé à l'occultisme de nos chers anglais. Mais il reigne un esprit Rock'n'roll qui renvoie vers SHEAVY, NEBULA ou SLEEP, pas le Rock'n'roll qui donne envie de danser, plutôt le nonchalent avec cette arrière pensée malsaine et d'ailleurs l'ouverture d'album qu'est "Gimme Skelter" en est un parfait exemple allant même jusqu'à cette petite accélération en milieu de morceau qui se poursuit en mode jam-session sur la fin du morceau où les versions alternatives du riff tournent ratissent large, peut-être un peu trop, une progression un peu plus courte (d'au moins 1mn30) aurait fait gagner en impact ce morceau très dynamique et qui a le mérite de planter le décor ! Un décor qui se poursuit jusqu'au très Black Sabbathien "Round The Bend Satan" et son all right now ! comme Ozzy Osbourne en son temps et ce pont qui suit en guise de clin d'oeil tournant à l'appel du pied peu discret, un peu comme le tonton Roland qui sort une blague déjà entendu et qui te lâche des clins d'oeil en rafale signifiant "t'as compris, hein t'as compris ?", on est presque gêné quand même ! Ce morceau aussi renferme une structure faite de succession de riffs où les cassures rythmiques vous cueillent à froid pour un effet semblable aux creux dans les montagnes russes sans l'envie de vomir, juste cette impression de vertige qui vous domine et à laquelle vous finissez par être accro. 

Cependant, cet album atteint parfois, en de très rares occasions, ses limites avec ces solos sans queue ni tête et même sans vraiment d'intérêt pour le morceau, une dissonance gratuite dirons-nous sur un "Meet The Dead" qui a pourtant quelques atouts comme des riffs bien plombés mais c'est celui qui possède le chant le plus psychédélique ou enfumé et ces errances solistes manquant d'intérêt. Et avec un "Chemical Funeral" de bonne facture mais pas marquant, se noyant dans la moyenne des titres du style, on obtient un tiers d'album un ton en dessous et c'est bien dommage car avec "Black Earth, Red Sun", on retrouve le DOOMSTER REICH incisif martelant une rythmique minimaliste mais tellement désespérée, une sorte de j'ai plus rien à perdre et je lâche mon dernier souffle de vie. Avec cette production crade, ce grain de guitare bien gras, cet enregistrement en condition live, ce Drug Magick est bourré de petites imperfections sans dommage pour l'écoute et l'appréciation du feeling, un esprit domine cette galette et les Polonais finissent par tirer leur épingle du jeu, être le groupe sympathique que l'on va se caler dans les esgourdes entre 2 classiques de Doom Metal, une parfaite combinaison qui n'a cependant pas totalement respecté, à mon sens, le postulat de départ avec l'esprit psychédélique d'HAWKWIND, il pourrait être poussé plus loin que ces dissonances et ces errances pour y apporter une véritable dimension psychédélique suggérée. Mais, l'intégration de Pawel aux claviers pour assumer ce rôle étant encore extrêmement frais, on attendra la suite pour se faire un avis définitif sur cet aspect. En attendant, cet album est bien plus qu'un simple outsider, disons que c'est la bonne surprise de ce début d'année (même s'il est sorti fin 2017) et comme Aesthetic Death est plutôt du genre à signer de bonnes choses, on aurait pu s'en douter.

Track-listing :

  1. Gimme Skelter
  2. Rites Of Drug Magick
  3. Round The Bend Satan
  4. Meet The Dead
  5. Chemical Funeral
  6. Black Earth, Red Sun

Facebook


par Simony le 19/02/2018 à 07:40
74 %    283

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

The Brink

Nowhere to Run

Crazy Lixx

Forever Wild

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?


Enormissime ce titre !! J'adore. Terrible !


Boucherie absolue !!! Oh la vache ! Trop pressé d'écouter ça en entier !


et le sujet *


Tu m'étonnes mec !!!
Et oser "Marc Dutroux national hero" pour un groupe belge… Quand tu sais le drame national que cela a été à l'époque (est le sujet "taboo" que c'est encore désormais), au delà de l'outrage, faut limite avoir de sacrées couilles au cul pour pondre un titre pareil(...)


Tel père tel fils bordel ! C'est marrant, en à peine 5 secondes tu sais que tu es dans la Bay Area...


Pas mal ce truc, connaissais pas du tout ! Merci pour la découverte, mais du coup fait chier de pas avoir été les voir au ND !
Joli titres de morceaux en tout cas :,D !


Only Theater of Pain, l'ultime chef d'oeuvre.


Merci, oui c'est souvent ça.


ah cool ! j'y croyait plus !