Posons les bases suivantes :

  • Je ne suis pas spécialiste en Visual Key
  • J’ai une sainte horreur des groupes qui misent tout sur le look et pas grand-chose sur la musique
  • Je m’attaque à une référence du genre (semble-t-il) qui a déjà une longue carrière à mettre en avant.

Dès lors, les questions fusent dans votre inconscient. Pourquoi chroniquer un album alors même qu’on se juge personnellement le dernier capable de le faire dans des conditions acceptables ? Prenez ça comme un défi, comme une envie de sortir des sentiers battus,  de savoir si ma plume peut s’accorder de n’importe quelle gageure et s’en sortir non grandie, mais pas forcément décrédibilisée pour autant.

Je le concède aussi, l’apparence des musiciens en question, l’artwork de la pochette m’ont grandement intrigués, et certainement poussé à parler de cet EP plutôt que d’une énième sorte Thrash que j’aurais abordée en pilotage automatique.

Mais revenons à nos moutons nippons.

Les THE SOUND BEE HD sont donc une quasi légende du genre, et affichent une carrière riche de nombreux albums, et longue de près d’une quinzaine d’années.

Ils ont durant ce temps changé plusieurs fois de patronyme, mais jamais de style, qui reste fidèle aux canons de ce que l’on appelle le Visual Key, ce genre à cheval entre Metal alternatif, Neo Metal et J-Rock…

Autrefois désigné sous les appellations respectives de LOOSAR, LOOSAR POP MART FAMILY ou plus simplement SOUND BEE, le quatuor japonais est un véhicule pour sa chanteuse Daisuke, anciennement membre de MEDIA YOUTH, qui depuis le début des années 2000 mène sa barque sur le fleuve d’un monde fantasmagorique peuplé de créatures étranges, de silhouettes menaçantes, de princesses charmantes et de guitares dévorantes…

Selon la bible Discogs, le groupe aurait déjà six albums à son actifs, plus un EP, et bien sûr, des dizaines de vidéos hautes en couleurs, ainsi qu’un DVD sorti il y a deux ans. Ne comprenant pas le Japonais, je serais bien à mal de vous en dire plus, même si leur page Facebook offre quelques renseignements…Si l’on en croit la mini bio fournie, les THE SOUND BEE HD se détacheraient de la masse grouillante des autres combos du créneau par des performances scéniques hors-normes, mais aussi par la qualité technique de ses musiciens. Le line-up à pas mal évolué avec le temps, et s’articule aujourd’hui autour de la chanteuse Daisuke Dark Side, du guitariste Yuu, du bassiste You et du batteur Hiro, celui-là même que nous retrouvons au générique de ce nouveau mini-LP, Walking Dead, qui reprend peu ou prou les mêmes recettes que ces prédécesseurs.

Vous noterez à la lecture de ma prose qu’elle se veut plus factuelle qu’à l’habitude, mais il faut reconnaître que je ne suis pas vraiment à l’aise avec ce genre d’ensemble typiquement caractéristique des us et coutumes musicaux d’un pays que je connais assez peu.

Mais une fois associés l’image et le son, je dois admettre qu’il n’est pas vraiment étonnant que les THE SOUND BEE HD soient considérés comme des cadors dans leur créneau, puisque leur Metal à tendance Dark et horrifique est vraiment très bien foutu, et multiplie les allusions à divers courants avec un panache indéniable.

Si l’instrumental use et abuse d’effets divers, et plutôt portés sur l’électronique, la voix envoutante de Daisuke reste le point de focalisation central de toute l’opération, avec ses envolées opératiques entrecoupées de grognements tout à fait convaincants, qui parfois permettent d’instaurer des ambiances assez mystiques. Le superbe « Stay » en est d’ailleurs la preuve, avec son incursion en terre Metal symphonique et gothique, qui ménage des instants d’émotion palpable à l’occasion d’un refrain devant autant au J-Metal le plus symptomatique, qu’aux caverneuses litanies des 69 EYES ou d’un TYPE O plus léger que d’ordinaire.

Comme tout album de Visual Key qui se respecte, Walking Dead aménage son développement, et n’est finalement constitué que de cinq vrais morceaux agrémentés d’une intro grouillante et d’une outro qui ne l’est pas moins.

Ce mort-vivant déambule donc dans des allées plutôt mal éclairées, et qui pourtant surprennent parfois d’une lumière agressive et aveuglante. Ainsi, la véritable ouverture « Walking Dead » se complait dans un manège entre Metal électronique et Indus synthétique, rappelant tout autant la flamboyance d’un WITHIN TEMPTATION que le rigorisme d’un SPINESHANK, pour un ballet étourdissant d’efficacité qui ne ménage pas sa peine pour nous embarquer dans un univers très personnel.

« Sophia » s’agite un peu de soubresauts plus volontiers J-Rock et nous fait tournoyer autour d’un up tempo martelé avec conviction, alors même que la voix de Daisuke hésite entre susurrements sensuels sur les couplets et velouté Pop sur le refrain vraiment entêtant. Licks de guitare classiques mais percutants, et toujours ces tapis de sons tournoyants en arrière-plan, du très bon boulot, à n’en point douter.

« Tell Me !!! » joue la carte du gros Metalcore bien dark, place en avant une guitare tonitruante, et se veut pendant négatif d’un THE MURDER OF MY SWEET en aussi cinématique, tandis que « Death Road » retrouve les tics des MUSHROOMHEAD et autres SLIPKNOT pour une compression majeure presque étouffante.

Chronique difficile, mais objective, pour un EP qui vaut son pesant de sensations fortes et qui vous offre une visite guidée d’un style musical assez peu connu dans nos contrées, qui pourtant depuis des années fait les beaux jours des scènes asiatiques et européennes.

Sans révolutionner le genre, THE SOUND BEE HD s’affirme avec Walking Dead comme l’un des chefs de file de ce mouvement Visual Key/J-Rock, et propose un EP intriguant, qui saura satisfaire les fans de mise en scène visuelle soulignée d’une incarnation musicale solide et ténébreuse.  

 Défi relevé, et qui je l’espère vous aura donné envie d’en savoir un peu plus sur ce quatuor qui n’a pas oublié qu’une image forte n’est rien sans une musique qui l’est tout autant.


Titres de l'album:

  1. Birth-M1-100
  2. Walking Dead
  3. Sophia
  4. Tell Me!!!
  5. Death Road
  6. Stay
  7. Death-M1-65

Site officiel


par mortne2001 le 16/02/2017 à 17:14
70 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)