MetallicA…. Combien d'entre nous passèrent par eux pour aller vers l'extrême ? Vous souvenez-vous de ce que ce nom représentait au début des années 90 ? Les quatre cavaliers ne sont plus mon groupe favori depuis fort longtemps, mais je ne les ai pas reniés malgré moult errements. La grosse machine est tellement connue, tant rappelée à longueur de nouveaux DVD que depuis Nîmes, il avait fallu du temps pour que remonte assez le désir d'une nouvelle rencontre. J'y étais aidé par l'accompagnement d'un vieil ami qui, lui, ne les avait jamais vus et dont l'enthousiasme était nécessairement contagieux. Par commodité, nous avions choisi le second soir à Paris plutôt que les autres dates.

Je ne connaissais pas l'intérieur de Bercy. Le long protocole de sécurité au fil des halls, escalators, et larges couloirs plastiques faisait plutôt penser qu'on allait prendre l'avion… La salle est bien mieux conçue, une fois en place, que l'Arena bâtie par chez moi.

Évidemment le public était nombreux, familial, bon enfant et de tous âges, plus franchement masculin que ce que j'aurais pu attendre. Cette foule était en grande partie aux couleurs de MetallicA, mais aussi d'autres grands classiques fédérateurs, de Led Zep' à Gojira. Très peu de t-shirts rappelaient l'existence d'une scène indépendante, de formations plus modestes. Si l'on constate depuis une quinzaine d'années le morcellement des courants, n'en reste pas moins le clivage entre le grand public Metal focalisé sur les grosses affiches, grands festivals, groupes renommés dans des styles définis depuis longtemps, et les autres, qui étaient sans doute en nombre au Fall of Summer en même temps par exemple…


Jamais je n'avais soumis KVELERTAK à un examen approfondi, jusqu'à ce que se présente le batteur clopinant sur béquilles, suivi de ses cinq comparses dont le chanteur le torse à l'air avec un masque en forme de papillon, assez ridicule. La suite fut mieux séduisante. Les Norvégiens mélangent beaucoup de choses dans leurs compositions : MetalCore épique ou écrasant, Rock voire Hard traditionnel par moments, blasts plutôt Black gentil, galopades Punky… tout doit leur sembler bon pour peu que cela serve leur inspiration. Les trois guitares écrasaient inévitablement tout le reste, mais contrairement à la malédiction bien connue de toutes les premières parties de MetallicA, Kvelertak avait un son tout à fait correct. Le Norvégien, on le savait déjà, se prête aussi bien au Metal que l'Anglais. L'un des guitaristes appuyait parfois le chanteur. Le sextet prit l'ensemble de l'espace offert sur la large scène centrale sans timidité ni arrogance. La variété des titres s'enchaînant dévoilait un groupe assez original qui sonnait néanmoins dans le vent. Une minorité importante de l'assistance, confirmant de plus fort l'observation sur les deux publics Metal, n'en avait cure et laissa de vastes zones de gradins vides. Je ne crois pas que ce soit la conséquence de l'anticipation de l'arrêt des ventes d'alcool pendant le set de la tête d'affiche.

Peu communicatif entre les titres à part vers la fin, le chanteur empoigna une lourde bannière pour illustrer le dernier titre. Je ne suis pas sorti totalement conquis de cette quarantaine de minutes réglementaire, mais cette fois l'invité de MetallicA était plus consistant qu'un groupe déjà assez établi demeuré au niveau de gamins plus ou moins attardés.


La pause dura le double de ce qui était annoncé, meublée sur le tard par l'un de mes classiques préférés d'AC/DC.

Blasé au long de cette attente, lorsque les lumières s'éteignirent dans une clameur de bataille épique, et que la gueule d'Eli Wallach apparut sur les cubes tandis que montait "The Ecstasy of Gold' repris en chœur comme l'hymne de la nation des fans… mes yeux s'embuèrent comme mon cœur de fillette craquait sous la poussée des souvenirs…

METALLICA grimpa au son de l'intro de "Hardwired", dans la configuration traditionnelle de la scène centrale avec la batterie au centre qui tournera sur les quatre côtés au fil du set. Véloce et direct, le morceau titre de l'album que les Californiens venaient défendre précéda "Atlas, Rise !", plus représentatif de ce dernier répertoire qui roule à peu près droit généralement jusqu'aux refrains, qui mettent deux roues dans les bas-côtés avant de revenir sur la route… Et nous allions en bouffer, du dernier ! Les peaux de la batterie, sous la frappe forte et toujours un peu approximative de Lars, sonnaient très sec. Les guitares, abrasives, obligeaient James à lutter un peu pour se faire entendre, et laissèrent définitivement la basse noyée dans le mix. C'était très loin du son retravaillé des DVD, et encore plus du rendu plus que parfait au Parc des Princes il y a treize ans… et c'était tant mieux car je n'avais sans doute jamais entendu MetallicA avec un son aussi live et accrocheur.

Les cubes coulissants pour afficher les projections étaient assez esthétiques, bien qu'en descendant au plus  bas ils bouchaient la vue de la scène quelques instants. Les projections d'anciennes affiches de vieux concerts en France et autres images d'archive pour illustrer "Seek and Destroy" étaient sympathiques. Comme les vestes à patches d'Hetfield. Les deux classiques suivants permirent à Kirk Hammett de montrer qu'il était dans un bon soir, toujours dans le tempo pour ses solos, et peu enclin à s'égarer dans ses improvisations de moins en moins inspirées au fil des ans. Du pur plaisir sans prise de tête avec le MetallicA intemporel.

Pour "Now that we're Dead", quatre autres gros cubes sortirent de la scène, le morceau glissa tout à coup vers un intermède où les trois membres mobiles s'emparèrent de mailloches, et battirent chacun la face supérieure d'un de ces objets, vite rejoints par Lars. Ce n'était pas aussi bon que Sepultura dans le même exercice, mais assez inattendu. Puis vint "ManUNkind", titre récent encore jamais joué sur scène, avec projection d'extraits édulcorés de son clip troublant, pastiche assumé du Mayhem des tous débuts (jamais de tête de porc entièrement en plan) !! Si la tension retombait un peu sur ces nombreux extraits du dernier album, ces vieux monuments du Metal comme "For Whom the Bell Tolls" faisaient se relever sans peine tous les ramollis. Il faut admettre que le groupe n'a guère faibli en énergie communicative malgré les années dans le sillage d'un Hetfield qui n'a rien perdu de son charisme légendaire et dont le chant compense aisément l'usure par une diction plus claire que jamais (et sans doute un léger coup de potard en plus).

Après une nouvelle scie tirée de "Hardwired" dont le rythme et l'architecture relâchaient mécaniquement l'excitation, place était faite au moment de bravoure attendu pour Hammett et Trujillo. Il passa par une reprise instrumentale du tube mondial de Joe Dassin que j'eus du mal à reconnaître avec assurance sur le moment tant c'était incongru (vendredi c'était plus cohérent dans cet exercice). Et l'éternelle dernière roue du carrosse, ce pauvre vieux Rob put enfin se faire voir en première ligne… pour reprendre le mythique "Anesthesia" tandis que Cliff Burton apparaissait sur les écrans cubiques ! Effet garanti et apprécié d'une restitution impeccable, très respectueuse et facile, prélude à un leste, endiablé et irrésistible "Helpless", seule – vraie – reprise extérieure de la soirée. Avec "Fuel" ensuite, on vit moins de flammes que jadis comme sur l'ensemble du concert. Ce titre restait encore l'indéboulonnable représentant d'une certaine période, et faisait penser que certains albums et pas des moindres restaient encore absents, alors que le terme commençait à poindre au loin. Pire même, on revenait encore une fois au dernier après un bref échange de James avec un enfant dans la fosse et l'explication de texte de ce "Moth into Flames" dont le refrain boiteux illustre bien les points faibles de la dernière cuvée.

Ressortant le rituel "You like Heavy ? MetallicA gives you heavy.", Hetfield lança un assassin et inusable "Sad but True" porté par un Hammett décidément bien dans le coup. MetallicA, c'est une évidence, est sur une autre planète que le reste du big four sans parler d'en-dessous, vue l'armée de techniciens à l'œuvre en coulisses, dont ceux qui apparaissaient discrètement mais régulièrement sur scène n'étaient que la part émergée. Tout est millimétré et connu de longue date des fans, même si selon le sondage à main levée beaucoup prétendaient faire leur première, de certaines boutades de Hetfield aux promenades arrogantes et grimacières d'Ulrich. Même le numéro de tournis de Trujillo est devenu à présent un gimmick attendu. Mais personne n'attendait autre chose. Introduit de loin par des citations plus longues que d'habitude du film, plutôt que par les mitraillades interminables, "One" fut l'occasion d'un hommage épique et grave aux combattants des deux bords et acteurs divers de la Grande Guerre, sans doute car nous étions à quelques jours près au centenaire de l'entrée effective des premières troupes américaines dans ce carnage. C'était beau. Enfin "Master of Puppets", toujours sublime, était certes en version complète, mais ce n'est plus une surprise depuis longtemps.

Le rappel fut tout d'abord entamé par un explosif "Fight Fire…" mortellement thrashy et rogue, laissant croire que le groupe en avait encore bien sous la semelle. Mais cette énergie se déploya dans une interprétation parfaitement conforme de l'un des derniers grands slows du Hard et du Metal réunis. L'occasion de se dire que cette fois il n'y a pas eu de gros pain comme d'autres fois, juste de tous petits à côtés de live. Merci Lars. Comme couronnement fédérateur vint enfin "Enter Sandman" évidemment, avec ses quelques fusées d'artifice de bon aloi. Curieusement, MetallicA semble donc délaisser les finaux old-school auxquels nous étions habitués de si longue date.

Comme toujours par contre, le groupe revint longuement saluer ses fans, Hetfield dirigeant un clapping qui permettait habilement d'offrir une ultime communion non musicale, par un geste signifiant grossièrement à l'inconscient collectif titubant entre le contentement et l'envie d'en avoir encore que c'était bon mais que c'était fini. Absolument tout est calculé, vous disais-je.

Dernière tradition, chaque membre prononça quelques mots, Trujillo se lançant en français bien sûr (grâce à sa femme, vous savez) et Ulrich, toujours le dernier et encore excité, promit qu'ils reviendraient.

Il fallut quelque temps pour se retrouver dans la foule en mouvement et le vent piquant qui soufflait dessous le ministère, l'allégresse de mon compère rappelant l'effet que cela fait la première fois et combien donc la grosse machine susnommée est puissante. Cela se termina dans un estaminet de la rue de Lyon que je connaissais. Très étrangement j'appris que Denis Barthe, l'ancien batteur de Noir Désir que j'avais vu quelques jours avant dans une petite ville des Pyrénées avec son nouveau groupe, avait passé le concert assis non loin.

Si la setlist n'était pas bien équilibrée à mon avis, si l'on peut faire tant de procès rebattus à une institution aussi énorme, et autant de reproches à ceux qui y ont communié semble-t-il, je ne regrette en rien d'en avoir été.


The Ecstasy of Gold/ Hardwired/ Atlas, Rise !/ Seek and Destroy/ Through the Never/ Fade to Black/ Now that we're Dead/ ManUNkind/ For Whom the Bell Tolls/ Halo on Fire/ Eye of the Beholder-Champs Élysées/ Anesthesia/ Helpless/ Fuel/ Moth into Flames/ Sad but True/ One/ Master of Puppets/

Fight Fire with Fire/ Nothing Else Matters/ Enter Sandman.


par RBD le 13/09/2017 à 21:20
   375

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
14/09/2017 à 18:14:17
Excellent report mec ! Pour répondre à la première question : moi.
Sinon faut te pencher sur Kvelertak, c'est du putain de groupe...
Ça fait plaisir de voir que les Mets sont encore au taquet... ça commence à dater pour moi en live (Sonisphere à amneville avec le big 4 !), mais je ne dirais pas non... la prochaine fois :)

Bocchi
membre enregistré
14/09/2017 à 20:53:57
Excellent report en effet !
Mais pour ma part, les ayant vu il y a 2 jours à Lyon, je suis loin de partager ton enthousiasme, pire, ce fût une énorme déception...
Si la motivation s'est pas mal atténuée en voyant les premières setlist, elle a carrément disparue une fois que les Mets ont pris leurs instruments.
Hardwired était, j'ai trouvé, d'une mollesse incroyable, les différents morceaux du dernier album étaient tous inintéressants, les classiques sans patate, les ballades carrément chiante et frustrante (et on a eu droit à Sanitarium), bref, tout m'a semblé fade et sans vie...
Le problème est venue principalement du son que j'ai trouvé très lisse, très "pop" si je puis dire, mais aussi, la voix de James Hetfield que j'ai trouvé peu adapté à la musique qu'ils sont censés jouer.
Enfin bref, j'ai haïs, mai au vu de l'ambiance dans la salle et de ton live report, je ne fais pas partie de la majorité, donc je vais arrêter d'abuser et laisser les autres kiffer.
Mais bon payer 92e pour voir le groupe censé être "le plus grand groupe de Metal du monde" et assister à ce décès de mon adolescence, ça pique, surtout quand on sait qu'à ce pris là, on a droit à Iron Maiden qui eux, n'ont même plus besoin de prétendre à ce titre, tellement ils sont impressionnants de justesse et de maîtrise en live, alors qu'ils ont presque de 10 ans de plus que la multinationale qu'est devenue Metallica.

Vania Pocket
@77.151.54.26
23/09/2017 à 17:08:12
Présent le vendredi soir à bercy, mais vu le prix des places j'étais pour une fois en gradin ( d'ailleurs au dernier rang, l horreur ) plutôt que dans la fosse et vu où j'étais situé, j'ai d'abord eu peur de ne jamais me sentir vraiment dans le concert mais dès les premières notes de "The Ecstasy of Gold" et ensuite de de " Harwired" mes doutes se sont envolés.
Même si ce n'était pas mon meilleur concert récent de Metallica ( je garde un grand souvenir du Sonisphère à Amneville Jus de cadavre ! ) à cause de 2/3 déception dans la set list et finir sur Enter Sandman laisse un goût d inachevé, rien a redire sur l'énergie et la sincérité donné par ces gars là sur scène avec un James Hetfield qui vous retourne une salle à lui tout seul. Donc encore un bonheur d'entendre tous ces grands classiques en live et j'espère bien que ce ne sera pas la dernière fois pour moi.

Ajouter un commentaire


Convictors

Atrocious Perdition

Hayser

Beige

Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Incantation + Defeated Sanity + Skinned

RBD / 25/03/2019
Brutal Death Metal

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Pulmonary Fibrosis je les ai loupés il y a quelques années, j'espère avoir une seconde chance.


Il me semble que je n'avais pas plus accroché que ça à Crimson Slaughter (découvert ici même, évidemment), par contre, Fusion Bomb, ça me parle carrément. Eux et Fabulous Desaster sont mes deux grosses découvertes récentes en thrash metal.


Pas con le pere Flynn, on rappel les gars de Burn My Eyes.


Vu, en effet, merci je connaissais pas du tout les Madrilènes. C'est en effet très bien foutu comme truc. Merci pour la découverte. C'est con, leur histoire de financement participatif, j'aurai bien pris leur CD si c'était déjà sorti. Je note pour plus tard.


Korpse, c'est le genre de truc que je n'écouterais jamais sur album, mais faut avouer que sur scène c'est vraiment ultra bœuf et frontal...


Et bien fonce parce que ça déboite sévère !


MorbidOM :Mais ça ils le comprendront plus tard !


CRIMSON SLAUGHTER, jamais entendu parler.


Vrai que AA se "mélodise" au fil des disques, avec de grosses ficelles à la Maiden les concernant. C'est la tendance des groupes qui commencent par du gros death en ce moment (Deserted Fear, Chapel of Disease...), c'est sans doute eux qui ont d'ailleurs instauré cette mode, avec le succès que l'(...)


Ça sent bon tout ça, entre les clins d’œil à The Key (pochette, titre de morceau - "Paleolithic") et musique qui renvoie aussi à ce premier album mythique, achat en vue.


@Buck Dancer : c'est pas nous qui sommes vieux c'est les jeunes qui sont cons..


J'aime bien Virtual de Maiden.


Le crowdkill ? C'est quand tu dois aller vérifier sur internet des mots que tu connais pas, et que en plus tu trouves ça débile comme "pratique", que tu te dis que tu te fais vieux....


"Car entre prendre une vie d'un animal et l'*nc*l*r sans son consentement... Il n'y a pas grand chose"
Phrase qui va me faire la semaine !


Je suis d'accord avec vous sur le faite que censuré le concert ne servirait à rien, et la dessus je vous soutient à 100%... Mais par pitié arrêter de vouloir défendre Hery parce que vous l'avez rencontrer et qu'il vous à dit tels ou tels chose... C'est plus logique de vouloir défendre la mu(...)


@Kerry : et Halmstad de Shining


L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037