Vous savez, le lundi au soleil, c’est une chose que l’on aura jamais…Chaque fois c’est pareil…Je crois que c’est quand on est derrière les carreaux, que l’on travaille et hop…le soleil est beau.

Sauf qu’aujourd’hui, je travaille à l’exhumation de bandes underground pour quelques chroniques que j’espère informatives, et lorsque je regarde à travers les carreaux…le soleil n’est pas beau puisqu’il n’est pas là. Alors je me concentre sur des sorties confidentielles pour les faire émerger des tréfonds du Net.

Tiens, les KING REST. Je ne sais pas s’ils sont les rois de la sieste, mais ils semblent particulièrement à l’aise avec la pratique d’un Metal extrême libre, dont l’instrumentation n’évoque pas vraiment le repos ou le dilettantisme.

Peu d’infos à leur sujet, comme souvent dans le cas de ce genre d’olibrius sans attaches, un simple Bandcamp avec l’intégrale de leurs sorties, pas de page Facebook, et un gros mystère qui plane au-dessus de leur musique.

Qu’est-elle vraiment ? Est-ce encore de la musique ou un exercice rythmique complexe et empruntant à divers courants leurs tics les plus symptomatiques pour les faire converger vers un centre pas vraiment clair ni définitif ?

Si j’en juge par les détails vagues fournis, on pourrait assimiler par facilité leur style à du Death expérimental, ce qui après écoute attentive, est diablement réducteur. Les rares personnes à parler d’eux sur la toile évoquent du Free Mathcore, ou du Mathcore/Hardcore expérimental et violent, et admettons que la vérité se situe entre ces deux affirmations…

Il est certain toutefois que ce trio ne fait rien comme les autres, et propose des exactions bruyantes certes, rythmiquement instables, mais aussi beaucoup de violence et d’agressivité, traitées sous un mode un peu trivial, qui doit tout autant au Free Hardcore qu’au Nintendocore, dans ses instants les plus délurés, et…bien d’autres choses, plus ou moins avouables.

Plus simplement, KING REST est l’association de trois musiciens, Jack Pfiester, Christopher Ross French II et Will Foley, accompagnés par quelques featuring vocaux de Joel Pfieste sur un seul et unique morceau. Ils viennent de Navarre, en Floride, et semblent affectionner les affaires bien rangées puisque chacune de leur sortie s’accompagne d’une numérotation logique, qui détonne de son pragmatisme dans le marasme ambiant.

Musicalement, les affaires sont plutôt complexes.  Les KING REST sont un peu les cousins Américains de nos 6:33 et CARNIVAL IN COAL à nous, quoique légèrement moins barrés, et plus sombres dans la philosophie de métissage des genres.

Mais on en retrouve un certain nombre dans l’élaboration de leurs morceaux, du Grind, du Mathcore, du Death, du Djent même pourquoi pas, pour un rendu qui vaut sans doute plusieurs prêtés, mais qui laisse coi de tant de versatilité.

On pense irrémédiablement à des formations très libres comme IWRESTLEDABEARONCE, à THE TONY DANZA TAPDANCE EXTRAVAGANZA, WAR FROM A HARLOTS MOUTH, voire à HORSE THE BAND ou THE NUMBER 12 LOOKS LIKE YOU, mais tous ces noms ne peuvent servir que de repères d’affranchissement total des règles, et non à des influences stricto-sensu, chacun possédant sa propre identité, dont les contours sont très flous.

D’ailleurs, les KING REST revendiquent la paternité de sens d’artistes comme CLOUDKICKER, projet plutôt Post Metal technique, et même de THE « J » IS FOR JACK, artiste solo énigmatique, naviguant lui aussi à vue dans des courants au débit plutôt irrégulier.

Alors, que penser au final de cet assemblage de titres aux intitulés aussi énigmatiques que leur contenu ?

Complexe, un peu déstabilisant, mais cathartique d’une certaine façon. Si le trio aime à brouiller les pistes par des assemblages de concepts étranges, matérialisés par des « Bizarre Narcissism », « Epoch In Disarray », et autres « Insecticide Ritual », ils aiment aussi noyer l’auditeur perdu sous une masse énorme d’informations musicales parfois complémentaires, mais souvent antagonistes.

Ils sont ainsi capables de passer d’un proto Mathcore frondeur et bruyant (« Epoch in Disarray » et son break à la UZEB de l’espace, déchiré par des cris glauques et stridents), à un Néo space Deathcore écrasant et foisonnant de plans enivrants (« Nexus of Infinity », limite Free Death quand même), en passant par des intermèdes tétanisant de brutalité outrancière et paillarde (« Summer of 16 », synthèse du DEATH le plus tardif et du MESHUGGAH le plus incisif, le tout en quarante-quatre secondes).

Bref, ils sont à l’aise dans tous les non styles, et le démontrent d’une technique instrumentale de haute volée, révélant des qualités personnelles indéniables, mais mises en application par des cerveaux malades constamment sur la brèche de la schizophrénie musicale.

Le tout peut dérouter, surtout lorsque la bande empile des tranches de vie contradictoires lors de l’enchaînement final entre le terriblement Mathdeath « Delerium Of Negation », qui ose les heurts rythmiques à l’overdose, et « The Exorcism of Christmas Yet To Come », qui n’est qu’apaisement mélodique et douceur de ton, un peu comme un FAITH NO MORE qui se lâcherait dans un Post Rock cathartique et assez complaisant.

Entre les déluges de violence limite Free Black (« Amduat », ça fait quand même un peu peur), les écrasements volontaires sous accélération d’un Death sous inspiration Black sympho lo-fi (« The Mystic Seizure », ça fout carrément les jetons), et les fausses contemplations Post ruinées par des gamins sous possession Blackcore (« Pillars Of Thoth »), la route traversant la lande des KING REST n’est pas facile à arpenter, et il est aussi facile de s’y perdre que de se laisser séduire par ses circonvolutions parfois…en boucle. Basse supersonique et claquante à la Les Claypool, guitares à la BUTTHOLE SURFERS/DILLINGER/CONVERGE, et dualité de chant qui se dédouble, se triple, et vous attrape par le col de la chemise…Tels sont les ingrédients de cette quatrième sortie des tarés de Navarre, qui visiblement, ne sont pas vraiment sur la voie de la guérison.

A réserver aux fans de musique extrême incapable de se caler sur la ligne d’un parti quelconque. Mais tant que j’y suis, je précise que toutes leurs productions sont gratuites sur leur Bandcamp, alors ne vous privez pas, et pénétrez leur univers aussi ubuesque que kafkaïen.

 Et comme le lundi au soleil est une chose que vous n’aurez jamais, faites-en sorte qu’à chaque fois, ça ne soit pas pareil…


Titres de l'album:

  1. Rent-a-Tent
  2. Epoch in Disarray
  3. The McGuffin
  4. Baal's Canticle
  5. Nexus of Infinity
  6. Bizarre Narcissism
  7. The Mystic's Seizure
  8. Pillars of Thoth
  9. Summer of '16
  10. Earth Mother (Save Her)
  11. Amduat
  12. Cottage Thirteen - Thanks
  13. Insecticide Ritual
  14. Delerium of Negation
  15. The Exorcism of Christmas Yet to Come

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/11/2016 à 17:02
72 %    342

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)