Certes, j’en conviens, traiter du cas des HIEROPHANT le jour du réveillon n’est sans doute pas la façon la plus primesautière d’aborder les fêtes de Noël. Mais ça n’est pas parce que les victuailles attendent gentiment dans le frigo d’être étalées sur une table à la richesse gastronomique indécente qu’il faut pour autant oublier que le monde va mal, très mal.

Que la nature humaine est fort peu portée sur l’empathie, l’abnégation, la générosité et le partage. Et ça, par extension, les Italiens l’ont très bien compris depuis longtemps, depuis le début de leur carrière à vrai dire, et encore plus aujourd’hui.

D’ailleurs, ne déclarent-ils pas sans ambages :

« Notre nouvel album, Mass Graves, est l’aboutissement de deux années à accumuler du dégoût et de la déception à l’égard de la nature humaine, et de transposer ce ressentiment en musique. Et nous en sommes très fiers ».

Et le dégoût accentué de mépris à l’encontre d’une espèce qui court à sa perte avec le sourire narquois aux lèvres a salement inspiré le quatuor de Ravenne qui avec son quatrième album prouve qu’il n’a rien perdu de sa puissance ni de son arrogante violence, bien au contraire.

Enregistré au Pit (NAILS, DISGRACE) par Taylor Young (NAILS), et emballé dans un artwork superbe de Paolo Girardi, Mass Graves est plus une déclaration de guerre totale qu’un constat résigné qui s’apitoie sur son sort et celui de ses contemporains.

D’ailleurs, les HIEROPHANT ne s’apitoient sur personne, et surtout pas sur eux. Ils continuent leur entreprise de démolition avec une philosophie brutale qui leur est chère, et cette empilement de tombes donne à ce quatrième effort des allures de fosse commune dans laquelle les corps s’amoncèlent sans qu’aucune prière ne soir prononcée.

Puisque de toute façon, personne ne mérite d’homélie, autant appuyer un peu plus sur les plaies et balancer la première pelletée de terre avec détachement…

J’avais quitté les Italiens avec un Peste en suspens il y a deux ans, et je m’étais déjà déclaré estomaqué par la véhémence dont ils faisaient preuve, à cheval sur toutes les fréquences extrêmes chatouillant leur inspiration. Tout autant Powerviolence que Death ou Grind, les HIEROPHANT m’avaient cloué sur place et j’attendais avec impatience la suite de leur analyse, qui une fois de plus, exagère dans tous les sens du terme, mais dans le bon sens.   

Agencé assez étrangement, Mass Graves impose son ambiance sans attendre, et pourtant, prend le temps de la développer pour s’enfoncer toujours un peu plus dans les traumas secouant son inhumanité. Et après trois morceaux d’une brièveté intense, les débats commencent, après nous avoir secoués jusque dans nos certitudes les plus absolues.

La comparaison avec NAILS n’est d’ailleurs pas déplacée, même si le son des HIEROPHANT est assez étrange dans sa concrétisation d’une violence tangible. Graves ambivalents, médiums agressant, et voix bien évidemment placée en avant pour vomir ses désillusions, les trois premiers morceaux passent comme dans un cauchemar, avant que le terrifiant « Mass Grave » n’impose son Death pesant et écrasant sans prévenir, et en contredisant de fait l’hystérie collective des trois premières minutes.

Certains ont reproché à cet album son manque de clarté, et sa direction artistique extrême un peu floue. Je pense au contraire que le quatuor savait très bien ce qu’il faisait, en transposant le triste spectacle d’une société condamnée à l’errance et la déchéance aléatoire.

Alors il est évident que la versatilité de cet effort peut surprendre pour qui s’attend à une attaque brutale de front, et à un tir ininterrompu de blasts et autres hurlements de colère.

Mais c’est justement cette ambivalence qui rend cet album aussi dangereux, comme la concrétisation outrancière d’un destin capricieux, imprévisible, mais inéluctable.

Et outre le parallèle tout sauf gratuit avec NAILS, la musique présentée ici rappelle aussi le ENTOMBED le plus gras et excessif, tout autant que la scène Sludgecore/Crustcore la plus affolée, TRAP THEM et PRIMITIVE MAN en tête de gondole.

Alors, on se sent déstabilisé par les successions de crises épidermiques, spécialement lorsque des morceaux aussi radicaux que « Crematorium » et « In Decay » s’enchainent sans transition. Si le premier joue la vitesse et la crudité d’un Grind/Death terrassant de claustrophobie, le second n’est que pesanteur, moiteur, et impasse d’espoir putride, à la lisière d’un Death Suédois manipulé par des Américains.

Et les Italiens ne reculent devant aucun détail glauque pour nous rallier à leur cause pessimiste, ce que le traumatique « Sentenced To Death » démontre en quatre minutes et quelques. Tempo de marche funèbre, ambiance d’enterrement global de seconde classe, pas lourds qui s’enfoncent dans un charnier, pour une relecture des cauchemars les plus sombres d’AUTOPSY par un psy SLUDGEHAMMER aux yeux éteints à la conclusion résignée.

« The Great Hoax » tente pourtant de le réveiller de son Grind tétanisant, reléguant même les FULL OF HELL au rang de simple attraction Freudienne, immédiatement suivi par l’aveu « Trauma », qui ne cache rien de ses desseins condescendants et appuyés d’un trait grossier et sans complaisance…

Mais c’est évidemment la chute vertigineuse de « Eternal Void », qui de son titre et de ses onze longues minutes vous laisse sur une impression de malaise. En avançant prudemment mais sans hésiter à s’enfoncer dans la boue d’arrangements baroques et bruyants, cet ultime pamphlet joue le nauséabond jusqu’au bout, se permettant même un drop avant les quatre minutes fatidiques, pour vous laisser seuls face à un mantra bourdonnant qui pourrait se concevoir comme seule conclusion possible en forme de point final qui s’évanouit dans une syntaxe de mort…

Mass Graves est plus qu’un album de musique extrême, c’est un regard de biais et mauvais sur une civilisation à l’agonie, qui ne trouvera le salut que dans le néant. En refusant de choisir clairement son camp, et en privilégiant une brutalité glauque, les Italiens s’affirment comme les leaders d’un nihilisme musical glaçant, empruntant autant aux vocables du Death, du Hardcore, du Grind et du Crustcore leurs arguments.

Pas le plus beau Noël de votre vie, mais il n’est pas interdit de célébrer la nativité en ayant conscience de la mort lente de notre humanité.

Une sorte de dernière fête avant l’apocalypse. Glauque, plombée, mais explosive. On se demande juste quelle sera la prochaine étape d’un parcours qui semble s’enfoncer de plus en plus dans la noirceur et le pessimisme.

 Ah. Et joyeux Noël à vous. Non, je déconne.


Titres de l'album:

  1. Hymn of Perdition
  2. Execution of Mankind
  3. Forever Crucified
  4. Mass Grave
  5. Crematorium
  6. In Decay
  7. Sentenced to Death
  8. The Great Hoax
  9. Trauma
  10. Eternal Void

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/01/2017 à 17:01
85 %    370

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
08/01/2017 à 18:34:42
Un album impressionnant, terrassant de violence. On étouffe littéralement en l'écoutant. Ils ont perdu leur coté crust je trouve par rapport à Peste qui m'avais soufflé lui aussi ! J'aime beaucoup leur style mais je vais être honnête je ne l'écoutes pas tous les jours. Trop épuisant.
Merci pour la kro !

mortne2001
membre enregistré
08/01/2017 à 18:51:41
Terrassant c'est vraiment le bon mot, et merci de suivre mes chronique, ça fait plaisir ;)

grinder92
membre enregistré
11/01/2017 à 16:52:13
OMG ! La même baffe, peut être pire, qu'à la première écoute de Dead Congregation ! mortné, mon banquier ne te dit pas merci (mais moi oui :-) )...

Mass Grave : mes aïeux, quel riff, quel groove et quelle ambiance !

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.