Hour of the Centaur

Hate Forest

25/12/2020

Osmose Productions

Saluons le retour d’une des entités les plus diaboliques d’Ukraine, agitant l’underground depuis les mid nineties. Toujours aussi mystérieux et peu prolixe en commentaires, la bête HATE FOREST passe par Osmose pour nous avertir de son retour impitoyable, via un nouveau longue-durée mettant fin à quinze années de silence. Nous étions sans nouvelles des enfers de l’est depuis la parution en 2005 du manifeste Sorrow, et si les fans du monstre savaient très bien qu’il reviendrait chasser un jour sur ses terres, le plus gros des hordes avait depuis longtemps prononcé l’homélie. Mais tel est l’apanage des plus grandes références, savoir attendre le bon moment pour frapper, et avec ce cinquième album, HATE FOREST sort une nouvelle fois de la forêt les dents affutées et le verbe enragé. Formé en 1995 à Kharkiv, ce concept abscons dans le fond et classique dans la forme a donc largement établi sa réputation en dix ans d’existence, lâchant à intervalles réguliers des pamphlets haineux et bruyants, se constituant une base de fidèles dont la foi n’a de limite que celle des capacités de leur idole. Et toujours drivé par le seul et unique Roman Saenko (guitare, chant et basse), Hour of the Centaur continue de saper les fondations du Black Metal moderne pour le ramener vers ses racines les plus primales. Pas question ici d’adaptation des standards, de concession à la modernité, le BM est joué tel qu’il l’était aux origines, sauvage, brut, sans artifices, et à la violence reposant uniquement sur la densité de l’interprétation.

Décliné dans tous les formats possibles par Osmose, Hour of the Centaur se présente donc comme une aubaine pour les collectionneurs avides de vinyle et autres tapes. Et il est certain que pour en ressentir les effluves les plus nauséabonds, autant opter pour l’un de ces deux formats, qui nous rappelleront la grande époque du BM incompressible et sans pitié. Sans changer d’un iota sa recette, Roman accepte la programmation rythmique d’un acolyte, mais n’abandonne pas ses conceptions sur la brutalité la plus viscérale, en traitant sa musique comme il considère ses options : sans lâcher un pouce de terrain. Traité comme le furent les quatre premiers albums du projet, ce cinquième tome n’est qu’un bloc gigantesque de haine noire comme la nuit, une charge de violence ininterrompue, laissant la concurrence jouer dans le bac à sable des bacs à solde. Impossible en effet de trouver sur le marché une telle somme de bestialité avide, à moins d’accepter le grand raout des démos mal enregistrées et soldées pour tout compte. Mais ici, le chaos est traité avec admiration, et si les sept pistes de cette nouvelle épitre se ressemblent beaucoup, il ne faut y voir qu’une volonté de ne pas édulcorer la violence, et de laisser la vitesse faire son office.

Ce qui n’empêche pas Roman de savoir ralentir le phrasé de temps à autres, pour retrouver l’emphase du BM le plus impitoyable et écrasant. En témoigne le suffocant « Anxiously They Sleep in Tumuli », énorme pavé progressif de plus de neuf minutes, qui parvient à faire le lien entre la grandiloquence du BATHORY viking et le nihilisme du BM de l’est. Impeccablement produit, Hour of the Centaur amalgame la guitare, la basse et la batterie dans un même bloc, et laisse le chant faire son office en arrière-plan. Méchamment noyée dans le mixage, la voix infâme de Roman égrène ses litanies comme un prêtre Death défroqué, offrant à l’instrumental une patine encore plus malsaine. De fait, si « Those Who Worship the Sun Bring the Night » et « No Stronghold Can Withstand This Malice » parviennent à vous convaincre de leur caractère frondeur et de leur intensité démoniaque, le reste de l’album ne vous décevra pas.

Entre poussées de brutalité d’une densité rare, riffs cycliques éminemment redondants, mélodies maladives planant dans un ciel de brume, et agencements plus posés et progressifs (la coda de « Anxiously They Sleep in Tumuli » est un véritable modèle d’hypnose mélodique comme seul le regretté Jon Nödtveidt savait en composer), Hour of the Centaur est donc un manifeste de purisme poussé à son extrême, ne tolérant aucune adaptation à des canons actuels. Et s’il n’y avait cette production rêche symptomatique des enregistrements des années 2000, on pourrait croire cet album constitué d’inédits composés entre deux LPs précédents. Mais l’album a bien été construit l’année dernière, et représente le visage 2020 de la monstruosité HATE FOREST, bête au comportement linéaire mais inquiétant, traquant ses proies avec une efficacité redoutable, et une gestuelle véloce. Rien d’autre à retirer de cette sortie que sa vilénie et sa haine palpables, et heureusement, certains artistes se rappellent encore que le Black Metal sait rester pur sans se trahir de son propre statisme, le compteur s’arrêtant sous la barre des quarante minutes pour nous laisser digérer cette véhémence incroyable.

A réserver aux nostalgiques de la bestialité la plus traditionnelle, et ceux qui réfutent toute théorie d’évolution.             

                                                                                                                                               

Titres de l’album:

01. Occidental, Beware the Steppe (Intro)

02. Those Who Worship the Sun Bring the Night

03. No Stronghold Can Withstand This Malice

04. To the North of Pontos Axeinos

05. Anxiously They Sleep in Tumuli

06. Melanchlaeni

07. Shadowed by a Veil of Scythian Arrows



par mortne2001 le 21/04/2021 à 14:46
78 %    137

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
22/04/2021, 10:06:19

Et oui...

Bizarrement HATE FOREST fait du HATE FOREST.

Et c'est bien tout ce que je voulais.


Orphan
@193.248.54.231
22/04/2021, 12:22:36

Exactement !

C'est pas tant la nostalgie de retrouver un black sans concession, mais celle d'un plaisir coupable d'etre face à une vraie pureté dans l'execution.

un bon 95% pour moi  



aFD
@78.192.38.132
23/04/2021, 10:43:17

l'un des rares albums intéressants dans le style

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41