Ne m’en racontez pas de foireuse, je sais bien que quatre-vingt pour cent d’entre vous êtes fans de films d’horreur, tout comme moi, donc pas la peine de faire semblant en serrant dans vos petits bras un exemplaire fantôme du « Cuirassé Potemkine ». Alors, une fois ce fait établi, plantons un peu le décor. Vous voilà projeté à l’intérieur d’un vieux truc Gore bien craspec’, ou d’un found-footage bien glauque. Vous sentez la mort roder autour de vous alors que tous vos comparses/compagnons/potes de lycée/inconnus se font dézinguer un par un par une force maléfique ou un gros taré en exil de torture-porn. Vous déambulez dans une vieille forêt maudite, ou dans les sous-sols d’une baraque aux murs décrépis, suintant de sang alors que votre front perle de sueur à mesure que vos espoirs de survie s’amenuisent. La trouille est palpable, tout comme votre fin, inéluctable entre les mains d’une famille creepy de dégénérés, qui vont se faire un plaisir de vous démembrer en se masturbant sur les restes de vos viscères. Ok, vous sentez le truc là, c’est assez concret ? Alors vous êtes fin prêt à affronter l’abomination du second LP des Floridiens de DRUID LORD, qui dépeint à peu de choses près un univers similaire. Mais laissez-moi d’abord vous les présenter succinctement, histoire de faire les choses « proprement ».

Fondé en 2010, ce quatuor (Pete Slate - guitare, Tony Blakk - chant/basse, Ben Ross - guitare et Elden Santos - batterie) nous l’a jouée à l’envers en sortant son premier LP dès sa première année d’existence, histoire de ne pas faire traîner les choses. L’objet en question, Hymns For The Wicked fut publié par les amateurs éclairés d’Horror Gore Pain Death, ce qui en dit long sur sa haute teneur en horreur musicale, et se repaissait de Doom à tendance Death, ou l’inverse, vraiment épais et sans concessions. Depuis cette initiale parution, les originaires d’Orlando se sont fait plutôt discrets, n’osant que quelques splits et EP, dont le dernier, Baron Blood, fut édité il y a maintenant cinq ans, nous laissant orphelins de cette bande de tarés congénitaux fondu de gore flicks et de giclées de sang souillé. Il faut dire que leur monde est plutôt particulier et attachant, et livré pur et sans détachant, et qu’il propose des décors aux boiseries éclaboussées du liquide séminal de leurs victimes, toutes abondamment torturées auditivement. Maintenant hébergés par l’écurie Hells Headbangers, les DRUID LORD se sont senti pousser des couteaux affutés dans les mains, à tel point qu’ils ont pris le temps de les aiguiser pour leur second massacre organisé, Grotesque Offerings, qui en effet redonne ses termes de noblesse au gore grotesque, à tel point qu’on n’aimerait pas vraiment finir entre leurs mains. Certainement rongées par les callosités créées par des frottements de cordes et de baguettes répétées, ces mêmes paluches font preuve d’un indéniable savoir-faire dans l’élaboration d’atmosphères lugubre et mortifères, transformant chaque intonation de voix et chaque riff en oraison de fond des bois, tétanisant leur public éventuel de sonorités travaillées pour grincer une fois minuit passé. D’ailleurs, les principaux intéressés ont une conception très particulière de leur scénario avancé :

« On adore tous ces séries B. L’idée de « Last Drop of Blood » est formulée du point de vue d’un tortionnaire de l’inquisition espagnole. Nous nous sommes inspirés du film de Paul Naschy, Inquisition, et de certaines versions de The Pit and the Pendulum, avec ce voyage aux confins d’une âme sadique, qui mutile lentement ses proies. Vous pouvez sentir cette lourdeur sombre dans chaque détail de la musique, dont les paroles coïncident avec chaque victime torturée de façon différente, mais débouchant à chaque fois sur une mort atroce et douloureuse »

Et en effet, les gaillards n’exagéraient et ne mentaient pas. Sur ce morceau, l’horreur et la souffrance sont presque palpables, et exsudent des sillons pour vous gicler sur les tympans, vous laissant seuls avec une lourdeur à faire pâlir les CATHEDRAL et vomir les ST VITUS. Mais ne croyez pas pour autant avoir affaire à de simples doomsters en mal d’écrasante pesanteur, puisque les DRUID LORD sont beaucoup plus que ça, et manipulent la malséance avec le même sadisme que les PARADISE LOST sur le fabuleux Gothic, sans oublier d’en diluer la vilénie dans une approche Death vraiment maladive, que les INCANTATION auraient pu valider comme extrême onction/mutilation. Un sacré mélange de barrés, qui en profitent pour trousser quelques intermèdes instrumentaux pour nous mettre dans le bain et se faire hérisser notre peau, traitant de fait ce second longue-durée comme le film d’horreur pour les oreilles qu’il est. Produit complet et finement ciselé malgré ses traits grossiers, Grotesque Offerings justifie de ses interventions les cinq longues années qu’il a exigées, et nous prend aux tripes dès l’orgue introductif de « House Of Dripping Gore », qui résonne comme un sale avertissement signé Anton LaVey, avant qu’un gigantesque riff ne se fasse une place, CELTIC FROST style, dans l’esprit des premières démos de HELLHAMMER, dotées d’un son à la MORTICIAN. Ici, tout est sombre, sale, suintant, dénué d’empathie, bien que de régulières mélodies ne s’avancent aux avant-postes histoire d’accentuer le dramatisme de l’affaire. 

Avec ce lent Doom traité au prisme d’un Death de fond de cercueil, les floridiens tapent juste, lourd et fort, et achèvent de convaincre les réfractaires à l’oppression de leur justesse de ton, suggérant parfois des accointances avec la mélancolie rance des MY DYING BRIDE, sans pour autant relâcher la pression. Celle-ci est énorme, et s’articule autour de morceaux longs et développés, aux idées multiples, ne se contentant jamais d’un ou deux riffs histoire de meubler le timing. Non, ici, chaque détail est à sa place, comme le démontre l’abyssal « Evil That Haunts This Ground », de sa rythmique en procession et de ses guitares en unisson. Tourbillon de notes concentriques en arrière-plan, tassement brutal pour enchaîner sur un couplet en mid, assombrissant encore l’avenir d’un passé à la Tom Warrior, pour une litanie presque progressive qui nous embarque dans les pas des tueurs en série les moins complaisants et les plus méchants. Musique très intelligente jouée par des pervers en free-lance, ressuscitant l’esprit des créatures d’antan, ces monstres difformes qui peuplaient les foires de nos cauchemars (« Creature Feature », presque opératique dans son déroulé, et hanté par des chœurs et des guitares spectrales résignés), ou les enfers mythiques de la littérature classique de Stevenson (« Murderous Mr. Hyde », qui habille ce pauvre double maléfique d’oripeaux Death/Doom pas vraiment à sa taille), Grotesque Offerings est une œuvre à part entière, extrême, grotesque, mais éminemment joussive dans le fond et la forme, jusqu’à sa pochette superbe et macabre plantant le décor.

Alors évidemment, avec l’image, le son serait transcendé. Mais en tentant d’imaginer pellicule idoine pour illustrer cette bobine sensorielle, j’ai du mal à pencher pour un style en particulier. Horreur gothique ? Slasher typique ? Monster dramatique ? Peu importe le format, tant que la peur s’installe sous les frimas, et que le sang gicle bas. Mais je préfère laisser travailler votre imagination. Après tout, nous n’avons pas tous les mêmes phobies ou les mêmes vices. Mais dites-vous que ceux des DRUID LORD sont plutôt du genre universel. La mort, la solitude, et la souffrance. Un triptyque couru d’avance…


Titres de l'album:

  1. House of Dripping Gore
  2. Night Gallery
  3. Spells of the Necromancer
  4. Evil That Haunts This Ground
  5. Black Candle Seance
  6. Creature Feature
  7. Into the Crypts
  8. Murderous Mr. Hyde
  9. Last Drop of Blood
  10. Final Resting Place

Site officiel


par mortne2001 le 18/01/2018 à 14:12
80 %    280

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

pas terrible


Déjà je ne me considère pas comme un "métalleux" et oui il est permi de penser que cet album est une déception totale.


Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.