J’ai un peu traîné les pieds, pour plusieurs raisons. De l’intérêt de chroniquer un quatrième album solo du leader d’un groupe noyé dans un marasme juridique depuis plusieurs années ?

Je n’en sais rien. La nostalgie peut-être. Car oui, comme des millions d’autres fans, ricains ou européens, j’ai moi-même été un sale accro de RATT, au point de traquer le moindre piège à rat planqué derrière la cuisinière de mes parents.

On ne tue pas un rongeur. Il est increvable. Et c’est un peu la maxime qu’on pourrait tirer de ce Smash, qui en effet, écrase bien des idées trop reçues.

Stephen a vieilli et d’ailleurs, sur certaines photos live, il ressemble de plus en plus à Dee Snider, et non, ça n’est pas un compliment. Mais si l’homme soigne toujours son image, il soigne encore plus sa musique. Ce que ce disque prouve avec une morgue bluffante et une assurance admirable. Et finalement, un disque de Stephen Pearcy en solo ressemble encore plus à un album de RATT qu’un album de RATT. Pas mal non pour un mec qui bouche les trous en attendant que ses anciens comparses en aient marre de se jeter des injonctions à la gueule.

La gueule. Celle de Pearcy porte les stigmates d’un passé agité, comme sa voix d’ailleurs, de plus en plus nasillarde et gouailleuse, et qui sonne comme un ersatz de Taime Downe après une cure de ventoline à l’hélium. Mais son backing band, ses compositions, ses arrangements eux, n’ont pas pris une ride, et sonnent même plus frais que certains albums de son groupe principal enregistrés il y a trente ans.

D’ailleurs, rien d’étonnant à trouver aux côtés de ceux de Stephen et Matt Thorn le nom de Beau Hill, planté derrière la console durant l’âge d’or Californien des années 80. Appelez-ça comme vous voulez, une caution, un hasard, le résultat est le même, nous nous retrouvons balancés quelques décennies en arrière et franchement ça fait du bien.

Puisqu’il faut quand même le reconnaître, Smash, malgré son caractère anecdotique, est une sacrée claque, qui fait réaliser que même seul, Pearcy assure pour cinq. Enfin, seul…

Non, il n’est pas seul, puisque outre Thorn à la basse, le Stephen s’est entouré d’Erik Ferentinos à la lead et en tant que co-compositeur, et du fameux Greg D’Angelo à la batterie. Plus Beau Hill, bien sûr.

Mais finalement, quoi de neuf depuis son dernier essai, et surtout, depuis le dernier album des rongeurs Infestation, sorti il y a sept ans ?

Rien, et c’est justement ça qui rassure, que les choses ne changent pas tant que ça. Sauf que le vocaliste gipsy s’en tire beaucoup mieux que ses anciens collègues, en faisant simplement ce qu’il sait faire de mieux. Un Hard Rock un peu dirty, un peu groovy, mais solide, et surtout, joué avec un mélange de conviction et de naturel qui force l’admiration. En gros, du RATT qui n’a pas peur des tapettes, et ça, sans aucune allusion graveleuse ou politically incorrect.

Et si en concert, la voix de l’homme à la coiffure improbable aurait grand besoin d’un bon coup d’autotune (ceux qui ont regardé/écouté certaines de ses dernières prestations en ont encore les larmes aux yeux et les oreilles qui saignent), en studio, tout passe à merveille et les hits s’alignent, comme autant de disques de platine sur le mur du bonhomme.

Good job.

Admettons-le, son disque est bon. Très bon même. Et si les mp3 promo sentent la compression un peu envahissante, le son est bon, chaud, un peu crade aux entournures, mais enjoué, et apte à mettre en valeur des morceaux tout aussi inspirés de la propre histoire du chanteur que de celle de ses idoles, AEROSMITH, ou les STONES, avec un peu de retenue sur cette dernière référence.

Pour aller droit au but, ce Smash pourrait être le nouvel album de RATT après le déluge sans que personne n’y trouve rien à redire.

Et pourtant tout commence sur un des titres les moins abordables et les plus biscornus, ce « I Know I’m Crazy » qui de son aveu module l’euphorie de plans de guitare un peu biaisés et d’une ambiance générale feutrée. Pas vraiment le genre de démarrage tonitruant qu’on est en droit d’attendre, mais ne vous inquiétez pas, le reste rétablit la tendance. La bonne. Celle du Hard Rock un peu sleaze, légèrement Glam, mais festif, paillard, et surtout, efficace. Et c’est bien là tout ce qu’on demande à un entertainer de la trempe de Pearcy.

Tiens, si « Hit me With a Bullet » ne vous rappelle pas les SMITH louchés d’une grosse cuillère des anciens ennemis de BULLET BOYS, je veux bien mettre ma dernière bouteille de laque au feu et risquer l’explosion.

Et si le riff de « Ten Miles Wide » ne vous ramène pas sur les rivages d’un LP comme Reach For The Sky, je ne comprends pas non plus. Mais bon, chacun ses références. Celles de Smash sont les bonnes.

Plaisirs sucrés Pop Rock pour jeune fille en fleur qui aime les sucettes, et pas forcément à l’anis (« Lollipop », mais dis-moi Stephen, tu n’aimerais pas plus que de raison des trucs comme « Love In An Elevator » ou les RUNAWAYS par hasard ?), citations personnelles des classiques d’antan accommodés à la sauce alternative des 90’s (« Want Too Much », style Detonator trempé dans une cuve d’acide Facelift), riffs déliés et basse coulée pour un « Jamie » qui impose un groove addictif d’une grosse caisse hyperactive, Rock sans ambages qui frime, trime et finit par faire payer sa dime à ses ex-collègues (« Dead Roses », un peu GUNS justement, mais MÖTLEY aussi, et puis quelques traces de Punk au fond du caleçon), petit détour du côté d’un Hard Rock à la VAN HALEN perdu dans un espace-temps AOR (« I Can’t Take It », gros hit du Strip qui met les demoiselles en transe), et pour la forme, un gros burner Glam qui lâche les confettis et assume le temps qui passe sans mépris (« Passion Infinity »).

Le compte est bon ?

Oui, et le mot n’est pas le plus long.

J’ai traîné les pieds, mais j’ai fini par y aller. Par respect pour l’homme et le musicien, par envie, et finalement, grand bien m’en a pris.

Alors de là, vous pouvez considérer Smash comme le quatrième album solo d’un chanteur à qui on ne la fait plus, ou un album conceptuel qui incarne une réunion qui n’arrivera peut-être plus. Du RATT sans RATT mais avec Stephen Pearcy, qui n’en a plus rien à foutre et qui joue sa carte, presque grandi. Mais toujours jeune dans le timbre et l’esprit.

Un sens de la fête dans un temps imparti, et pas grand-chose à jeter aux rats. Qui avec les années, semblent avoir les crocs plus affûtés par le pognon que par un Rock béton.

 Stephen lui, ne ronge pas son frein. Il écrase. Les mauvaises langues surtout, et le destin qu’on voudrait lui imposer. Pas mal pour une grande gitane défrisée…


Titres de l'album:

  1. I Know I'm Crazy
  2. Ten Miles Wide
  3. Shut Down Baby
  4. Dead Roses
  5. Lollipop
  6. Hit Me With A Bullet
  7. Rain
  8. Want Too Much
  9. What Do Ya Think
  10. Jamie
  11. I Can't Take It
  12. Passion Infinity
  13. Summers End

Site officiel


par mortne2001 le 23/02/2017 à 11:33
75 %    368

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Mötley Crüe

Dr. Feelgood

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 3

L'Apache / 04/09/2019
2019

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.


Avec une pochette hommage à RAZOR...


https://youtu.be/fgNl-aD64F8


Excellent xD ! Un groupe qui fait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.. Et le morceau est bien cool !