Smash

Stephen Pearcy

27/01/2017

Frontiers Records

J’ai un peu traîné les pieds, pour plusieurs raisons. De l’intérêt de chroniquer un quatrième album solo du leader d’un groupe noyé dans un marasme juridique depuis plusieurs années ?

Je n’en sais rien. La nostalgie peut-être. Car oui, comme des millions d’autres fans, ricains ou européens, j’ai moi-même été un sale accro de RATT, au point de traquer le moindre piège à rat planqué derrière la cuisinière de mes parents.

On ne tue pas un rongeur. Il est increvable. Et c’est un peu la maxime qu’on pourrait tirer de ce Smash, qui en effet, écrase bien des idées trop reçues.

Stephen a vieilli et d’ailleurs, sur certaines photos live, il ressemble de plus en plus à Dee Snider, et non, ça n’est pas un compliment. Mais si l’homme soigne toujours son image, il soigne encore plus sa musique. Ce que ce disque prouve avec une morgue bluffante et une assurance admirable. Et finalement, un disque de Stephen Pearcy en solo ressemble encore plus à un album de RATT qu’un album de RATT. Pas mal non pour un mec qui bouche les trous en attendant que ses anciens comparses en aient marre de se jeter des injonctions à la gueule.

La gueule. Celle de Pearcy porte les stigmates d’un passé agité, comme sa voix d’ailleurs, de plus en plus nasillarde et gouailleuse, et qui sonne comme un ersatz de Taime Downe après une cure de ventoline à l’hélium. Mais son backing band, ses compositions, ses arrangements eux, n’ont pas pris une ride, et sonnent même plus frais que certains albums de son groupe principal enregistrés il y a trente ans.

D’ailleurs, rien d’étonnant à trouver aux côtés de ceux de Stephen et Matt Thorn le nom de Beau Hill, planté derrière la console durant l’âge d’or Californien des années 80. Appelez-ça comme vous voulez, une caution, un hasard, le résultat est le même, nous nous retrouvons balancés quelques décennies en arrière et franchement ça fait du bien.

Puisqu’il faut quand même le reconnaître, Smash, malgré son caractère anecdotique, est une sacrée claque, qui fait réaliser que même seul, Pearcy assure pour cinq. Enfin, seul…

Non, il n’est pas seul, puisque outre Thorn à la basse, le Stephen s’est entouré d’Erik Ferentinos à la lead et en tant que co-compositeur, et du fameux Greg D’Angelo à la batterie. Plus Beau Hill, bien sûr.

Mais finalement, quoi de neuf depuis son dernier essai, et surtout, depuis le dernier album des rongeurs Infestation, sorti il y a sept ans ?

Rien, et c’est justement ça qui rassure, que les choses ne changent pas tant que ça. Sauf que le vocaliste gipsy s’en tire beaucoup mieux que ses anciens collègues, en faisant simplement ce qu’il sait faire de mieux. Un Hard Rock un peu dirty, un peu groovy, mais solide, et surtout, joué avec un mélange de conviction et de naturel qui force l’admiration. En gros, du RATT qui n’a pas peur des tapettes, et ça, sans aucune allusion graveleuse ou politically incorrect.

Et si en concert, la voix de l’homme à la coiffure improbable aurait grand besoin d’un bon coup d’autotune (ceux qui ont regardé/écouté certaines de ses dernières prestations en ont encore les larmes aux yeux et les oreilles qui saignent), en studio, tout passe à merveille et les hits s’alignent, comme autant de disques de platine sur le mur du bonhomme.

Good job.

Admettons-le, son disque est bon. Très bon même. Et si les mp3 promo sentent la compression un peu envahissante, le son est bon, chaud, un peu crade aux entournures, mais enjoué, et apte à mettre en valeur des morceaux tout aussi inspirés de la propre histoire du chanteur que de celle de ses idoles, AEROSMITH, ou les STONES, avec un peu de retenue sur cette dernière référence.

Pour aller droit au but, ce Smash pourrait être le nouvel album de RATT après le déluge sans que personne n’y trouve rien à redire.

Et pourtant tout commence sur un des titres les moins abordables et les plus biscornus, ce « I Know I’m Crazy » qui de son aveu module l’euphorie de plans de guitare un peu biaisés et d’une ambiance générale feutrée. Pas vraiment le genre de démarrage tonitruant qu’on est en droit d’attendre, mais ne vous inquiétez pas, le reste rétablit la tendance. La bonne. Celle du Hard Rock un peu sleaze, légèrement Glam, mais festif, paillard, et surtout, efficace. Et c’est bien là tout ce qu’on demande à un entertainer de la trempe de Pearcy.

Tiens, si « Hit me With a Bullet » ne vous rappelle pas les SMITH louchés d’une grosse cuillère des anciens ennemis de BULLET BOYS, je veux bien mettre ma dernière bouteille de laque au feu et risquer l’explosion.

Et si le riff de « Ten Miles Wide » ne vous ramène pas sur les rivages d’un LP comme Reach For The Sky, je ne comprends pas non plus. Mais bon, chacun ses références. Celles de Smash sont les bonnes.

Plaisirs sucrés Pop Rock pour jeune fille en fleur qui aime les sucettes, et pas forcément à l’anis (« Lollipop », mais dis-moi Stephen, tu n’aimerais pas plus que de raison des trucs comme « Love In An Elevator » ou les RUNAWAYS par hasard ?), citations personnelles des classiques d’antan accommodés à la sauce alternative des 90’s (« Want Too Much », style Detonator trempé dans une cuve d’acide Facelift), riffs déliés et basse coulée pour un « Jamie » qui impose un groove addictif d’une grosse caisse hyperactive, Rock sans ambages qui frime, trime et finit par faire payer sa dime à ses ex-collègues (« Dead Roses », un peu GUNS justement, mais MÖTLEY aussi, et puis quelques traces de Punk au fond du caleçon), petit détour du côté d’un Hard Rock à la VAN HALEN perdu dans un espace-temps AOR (« I Can’t Take It », gros hit du Strip qui met les demoiselles en transe), et pour la forme, un gros burner Glam qui lâche les confettis et assume le temps qui passe sans mépris (« Passion Infinity »).

Le compte est bon ?

Oui, et le mot n’est pas le plus long.

J’ai traîné les pieds, mais j’ai fini par y aller. Par respect pour l’homme et le musicien, par envie, et finalement, grand bien m’en a pris.

Alors de là, vous pouvez considérer Smash comme le quatrième album solo d’un chanteur à qui on ne la fait plus, ou un album conceptuel qui incarne une réunion qui n’arrivera peut-être plus. Du RATT sans RATT mais avec Stephen Pearcy, qui n’en a plus rien à foutre et qui joue sa carte, presque grandi. Mais toujours jeune dans le timbre et l’esprit.

Un sens de la fête dans un temps imparti, et pas grand-chose à jeter aux rats. Qui avec les années, semblent avoir les crocs plus affûtés par le pognon que par un Rock béton.

 Stephen lui, ne ronge pas son frein. Il écrase. Les mauvaises langues surtout, et le destin qu’on voudrait lui imposer. Pas mal pour une grande gitane défrisée…


Titres de l'album:

  1. I Know I'm Crazy
  2. Ten Miles Wide
  3. Shut Down Baby
  4. Dead Roses
  5. Lollipop
  6. Hit Me With A Bullet
  7. Rain
  8. Want Too Much
  9. What Do Ya Think
  10. Jamie
  11. I Can't Take It
  12. Passion Infinity
  13. Summers End

Site officiel


par mortne2001 le 23/02/2017 à 11:33
75 %    582

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bizarre

Thanks for spreading the news. Just a minor correction...I live in Oslo, Norway (although the band started in Russia) 

06/03/2021, 20:50

Trooper666

J'ai en vinyl. Acheté sur la commune Cour-Cheverny en Loir et Cher, là ou les deux protagoniste se sont rencontrés. 

06/03/2021, 18:36

Jus de cadavre

Je trouve ça excellent en tout cas !

06/03/2021, 17:58

Gargan

Marrant, ça me fait penser par moments à du Hakuja, la thématique étant nipponne, ça colle.

06/03/2021, 13:20

Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07