The Metal Opera by Magnus Karlsson

Heart Healer

12/03/2020

Frontiers Records

A night at the Opera.

Quand Serafino a envie de s’amuser, il ne va pas au cinéma, ne joue pas au polo ou ne savoure pas une pizza. Non, il va à l’opéra. Enfin, plus exactement, l’opéra vient à lui. Le boss du label transalpin Frontiers voit les choses en grand, et s’aménage des espaces de loisir au sein même de sa maison de disques, en supervisant, produisant et distribuant le dernier délire en date du guitariste/compositeur/producteur/arrangeur suédois Magnus Karlsson, trop heureux de concrétiser une vision qui le ronge depuis des années. On connaît bien ce sympathique musicien scandinave, impliqué dans de nombreux projets à grande échelle (ALLEN/OLZON, KISKE/SOMMERVILLE, MAGNUS KARLSSON’S FREE FALL, PLANET ALLIANCE, PRIMAL FEAR, THE FERRYMEN, ALLEN/LANDE, LAST TRIBE, MIDNIGHT SIN, etc…), boulimique de travail, et on reconnait immédiatement sa patte en écoutant un album, qu’il en soit le compositeur, le simple exécutant ou bien le maitre d’œuvre. Et c’est ainsi que Magnus nous livre sa version des faits, en dévoilant la genèse de ce nouveau concept opératique qui a tellement enthousiasmé Serafino qu’il en a oublié son sac sur le terrain de golf :

Mon intérêt pour la musique orchestrale s’est accru depuis des années. Je voulais mélanger l’approche dramatique et épique de l’opéra et le Metal pour produire une musique sans limites. Fin 2019, j’ai commencé à travailler des idées, et j’ai testé de nouveaux sons et arrangements dans le but de créer quelque chose d’épique et de grandiose. C’est à ce jour mon travail le plus accompli et complexe, de par ses arrangements gigantesques et l’utilisation d’un orchestre. Mais aussi par le fait qu’il m’a fallu trouver les bons chanteurs pour les parties adéquates, pour que chacun donne le meilleur de lui-même. Ensuite, il a fallu intégrer le tout à une histoire intéressante, à propos de ce « guérisseur de cœurs »… 

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Karlsson se montre enthousiaste quant à son projet, et qu’il a travaillé d’arrache-pied pour le rendre valide. Pour ça, l’homme a fouillé dans son carnet d‘adresses pour y trouver des noms évidents mais a dû aussi prospecter pour que tous les rôles de cet opéra soient attribués. C’est ainsi que pas moins de sept chanteuses se répartissent les personnages pour donner corps à l’histoire, assez simple et manichéenne il faut l’admettre. Les concepts d’Opéra-Metal sont rarement les plus fascinants d’un point de vue scénaristique, privilégiant souvent l’affrontement entre bien et mal, entre donjons et dragons, et naïades et monstres de l’océan. L’histoire - si tant est qu’elle vous intéresse - concerne donc le personnage principal du Heart Healer, qui se réveille sans aucun souvenir. Elle découvre rapidement qu’elle est capable de guérir les gens par simple apposition des mains, don précieux dont l’utilisation la rend toutefois de plus en plus faible. Nous la suivons donc sur le chemin du souvenir, rencontrant des alliés et ennemis, dans une quête impossible, mais traduite en musique avec une acuité certaine. Pour en arriver au résultat souhaité, Magnus Karlsson a donc fait appel au gotha des chanteuses opératiques du monde Metal, et affiche au final un libretto assez conséquent. On retrouve sur l’album des chanteuses comme Adrienne Cowan (SEVEN SPIRES, SASCHA PAETH'S MASTERS OF CEREMONY, AVANTASIA), Netta Laurenne (SMACKBOUND, LAURENNE/LOUHIMO), Youmna Jreissati (OSTURA), Ailyn (HER CHARIOT AWAITS, ex-SIRENIA), Noora Louhimo (BATTLE BEAST), Margarita Monet (EDGE OF PARADISE), et Anette Olzon (THE DARK ELEMENT, ex-NIGHTWISH), avec Adrienne Cowan dans le rôle principale de la HEART HEALER.

Les fans de Metal symphonique et opératique risquent donc d’être aux anges. Pour l’occasion, Magnus s’est évidemment occupé de toutes les parties de guitare et de basse, mais aussi des claviers, laissant le violoncelle aux bons soins de Daniel Tengberg, le violon à Erika Sävström Engman et la batterie à son complice Anders Köllerfors (ALLEN/OLZON, STARBREAKER). Le cahier des charges est donc respecté, avec des morceaux aux ambiances choisies pour correspondre aux chapitres de l’histoire, et force est de remarquer que le fougueux suédois a mis les petits plats sur la grande table, pour proposer un banquet à la hauteur de ses invités. Mais plus qu’un opéra mis en Metal, HEART HEALER propose une forme très aboutie de Metal progressif et symphonique dans la plus droite lignée des précédents efforts du cru. On trouve donc dans cette musique une assise Metal très prononcée, et un côté opératique plus allusif que concret, et heureusement pour nous, le guitariste/compositeur s’est surtout focalisé sur la qualité des chansons qui possèdent toute cette accroche Pop les rendant assez catchy. Inutile donc de vous attendre à un décorum à la Disney avec poutres en plastique apparent, et château de Cendrillon en carton-pâte, puisque cet album, débarrassé de tous les gimmicks les plus insupportables du genre, se concentre sur la puissance Metal, augmentée d’une interprétation délicate et investie des sept participantes.  

Toutes livrent une performance au-dessus de tout soupçon, en directe lignée de leurs groupes respectifs, et donnent tout ce qu’elles ont pour offrir un écrin de choix à cette histoire assez banale, mais propice au cadre instrumental choisi. La production est évidemment impeccable et brillante, avec une rythmique bombastic, une guitare tranchante, et des effets synthétiques suffisamment bridés pour ne pas prendre le pas sur l’agressivité et le naturel d’un Heavy vraiment costaud. En bon concepteur suédois qu’il est, Magnus Karlsson a pris soin de ne pas déborder du cadre de famille et de céder aux effets de manche. Il nous offre donc des compositions sinon originales, du moins efficaces, avec des soli pertinents et pas trop bavards, et des arrangements d’arrière-plan en soutien.

De là, deux solutions s’offrent à vous. Soit vous acceptez de jouer le jeu et découvrez un album qui mérite d’être écouté, soit le style vous laisse de marbre et vous claquez la porte. Pourtant, il y a quelque chose d’humain et d’artisanal qui émane de ce The Metal Opera by Magnus Karlsson, et si l’émotion a encore une portée trop limitée par le registre opératique des chanteuses, si l’histoire laisse de marbre, les moments orchestraux sont menés avec fermeté (l’intro de « Evil’s Around The Corner » peut en témoigner), et les quelques tubes qui jonchent l’effort (« Back To Life », « When The Fire Burns Out ») équilibrent les tentatives plus élaborées comme l’entame « Awake » ou l’évolutif « Into The Unknown » qui embrassent tous les codes du Metal opératique tels que QUEENSRYCHE les a définis il y a fort longtemps avec Operation Mindcrime.

Mais en tant que réfractaire absolu au genre, je dois avouer que l’écoute de cet album, à défaut de me transporter m’a suffisamment enthousiasmé pour que j’en parle. Bravo donc à Magnus Karlsson de s’être laissé aller de la sorte, et de nous avoir offert une heure de musique riche et mélodique. L’album ne vous guérira sans doute pas de votre allergie à l’épique, mais elle vous permettra d’en supporter les effets dramatiques avec plus d’efficacité.  

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Awake

02. Come Out Of The Shadows

03. Who Can Stand All Alone

04. Back To Life

05. Into The Unknown

06. When The Fire Burns Out

07. Evil’s Around The Corner

08. Mesmerized

09. Weaker

10. This Is Not The End


Facebook officiel


par mortne2001 le 22/03/2021 à 14:52
80 %    75

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51