Mirrors

Forgive

22/05/2020

Krod Records

C’est le printemps, je vais à Bourges. Excusez cette mauvaise blague eu égard au contexte actuel, mais c’est pourtant la vérité. Peu importe que plus de cent kilomètres me séparent de cette ville, puisque le déplacement est virtuel. Je n’ai en effet pas besoin de bouger de chez moi pour aller à la rencontre de ces musiciens, qui ont pris la peine de m’envoyer leur travail via la magie du réseau. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de FORGIVE, groupe fondé en 2016, et qui sort enfin après quatre ans d’existence son premier long. Quintet (Jean-Charles Guimard - chant, Alban Morin - batterie, Guillaume de Sutter - basse/chœurs, Xavier Ponelle &

Julien Rogozinski - guitares), FORGIVE est ce qu’on pourrait appeler sans condescendance un archétype de groupe Hardcore de la nouvelle génération. Un groupe qui se situe à la croisée des chemins entre le Hardcore classique, le Post Hardcore des années 90, mais aussi le Hardcore mélodique de la scène américaine des nineties. Non que les mecs ne puissent pas choisir leur voie avec fermeté, ils préfèrent simplement proposer une musique plus riche que la moyenne, qui ne se satisfait pas d’une violence omniprésente ou d’une contemplation mélodique un peu trop facile et ennuyeuse. Proposé par le label Krod Records, ce premier LP est riche de ses expériences personnelles et de son Crossover fameux. En acceptant le legs de FUGAZI, de HUSKER DU, de TENGIL, d’UNSANE aussi quelque part, d’HYPNO5E même parfois, dans une version simplifiée, les résidents de Bourges prouvent qu’ils sont des gens cultivés, et ouverts. On trouve dans leur musique la rage des pionniers, mais aussi la soif de renouveau de la génération 2K qui a proposé des perspectives différentes. C’est ainsi que d’un morceau à l’autre, nous passons d’une saine colère originelle à une réflexion plus posée sur l’avenir d’un style qui a refusé d’être entravé.

Ne jouons pas les prosélytes, et n’essayons pas de vous convaincre que Mirrors est une révolution, ni une percée quelconque. Avouons que ce premier album est juste une façon très pertinente de se présenter au public, dont certains ont déjà pu apercevoir le groupe sur scène. Mirrors est en fait à l’image de sa superbe pochette, qui dévoile de son trait des éléments de contenu, des symboles, des images qui vous mettront sur la voie. Le premier véritable morceau de l’album, « I'll Finally Sleep » a la rage sèche et âpre du Hardcore new-yorkais des années 90, avec ses riffs tendus, son chant tout en colère, mais on décèle vite de grosses traces de mélodies qui traînent, comme si Bob Mould et Ian MacKaye partageaient des revendications. Intelligence de composition, agencement avec espaces négatifs trompeurs, soudaines montées qui explosent en une gerbe de riffs, et basse énorme qui alourdit le tout. C’est particulièrement bien fait, le dosage est excellent, et on sent des capacités notables, individuellement évidemment, mais c’est l’effort collectif qui frappe le plus. La production, équilibrée, ne cherche pas la gravité excessive et laisse les instruments respirer, laissant une guitare traîner à droite pour mieux lâcher la basse au centre. Et lorsque la reprise est vraiment effective, l’impression de puissance énorme saute aux tympans. Et en un titre, FORGIVE prouve qu’il a assimilé tous les courants Hardcore ayant accepté la densité du Metal. D’ailleurs, Hardcore ou Post Metal, là n’est pas le propos, puisque nous parlons de musique. Une musique plurielle, parfois viscérale, très brutale et épidermique, ne rechignant pas à intégrer des rythmes plus souples et des guitares moins hargneuses, pour oser la séduction rapide sur « Engraved ». En évitant le piège putassier du Pop Punk le plus vulgarisateur, mais en adoptant les tics du Hardcore le plus abordable, le quintet rappelle la scène frenchy des années 90, mais se plaît dans son époque. On trouve des choses assez formelles, des approches classiques, pourtant le traitement est résolument personnel.

En faisant grimper la tension d’un cran, « Broken Family » hurle et tempête, mais une fois encore, le groupe s’arrange pour proposer des interstices plus lumineux, toujours inondés de mélodies plus amères que réellement avouées. Les riffs sont parfois complètement Metal, à la limite d’un Thrash digéré, mais la sincérité de l’ensemble en appelle au Rock Noisy le plus abordable, et la complexité de certaines progressions fait montre de prétentions artistiques au-dessus de la moyenne. « Psyche », morceau proposé en avance, renouvelle le propos, et se montre plus friendly, presque radiophonique dans son couplet et ses boucles de guitare. Mais ne comptez pas sur eux pour se compromettre dans une quête de popularité, l’idée n’est pas là, et « Faceless » le démontre assez rapidement de sa philosophie presque REFUSED. On sent de la rigueur suédoise dans ce Hardcore qui n’en est pas vraiment, mais aussi de la souplesse américaine, via l’ambiancé « Trust & Commitment », instrumental qui offre une pause bienvenue dans la chaleur ambiante. En évitant la redondance et les répétitions trop évidentes, FORGIVE s’éloigne des schémas les plus usuels pour proposer une violence plus larvée, et osons le terme, plus « mature ». D’ailleurs, ce premier LP étonne de la sienne. On se croit parfois face à un groupe à la discographie riche, enfin stabilisé, et osant son album le plus équilibré. Le problème majeur de cet album réside dans sa diversité. Trop Hardcore pour les fans de Post Metal, trop multiple pour les fans de Hardcore. Certains titres comme « Stars Are Expected To Shine By Night », peineront à trouver un public franc, et pourtant, ils montrent tout simplement une autre facette du groupe de Bourges, dont le visage entier se révèle sur cette magnifique pochette aux symboles multiples.

Résumer l’affaire en quelques termes conclusifs n’est pas chose facile, et je m’y refuse. D’ailleurs, « Solace » sera plus explicite que les mots que je pourrais employer. Une dernière dérive, une humeur en demi-teinte, et l’affaire est pliée. C’est le printemps à Bourges et pourtant personne n’est dans les rues malgré ce soleil éclatant. Le paradoxe d’un siècle qui nous entraîne vers un ailleurs incertain.           

              

Titres de l’album :

                       01. Lost

                       02. I'll Finally Sleep

                       03. Engraved

                       04. Find What's Lost

                       05. Broken Family

                       06. Psyche

                       07. Faceless

                       08. Trust & Commitment

                       09. Smokescreen

                       10. Stars Are Expected To Shine By Night

                       11. Hell Is the Others

                       12. Solace

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/05/2020 à 14:16
82 %    508

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

Concerts à 7 jours
Freedom Call + Primal Fear 23/09 : Machine, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chemikill

Euh...donc pardon, pour répondre à ta question,  non je n'ai pas joué dans Mercyless,  on avait partagé l'affiche avec mon groupe sur une paire de dates en Bretagne. 

22/09/2020, 13:22

Chemikill

Yyrkoon. De Picardie.

22/09/2020, 13:01

Jus de cadavre

Eh beh... merci beaucoup pour les coms plus haut ! Ça fait rudement plaisir on va pas se mentir ! Ça motive carrément pour continuer ! Concernant le "bouton like" des news, Raumsog à tout résumé : "Perso j'y vois en fait un(...)

22/09/2020, 12:53

Humungus

"Les emojis (...) permettent de nuancer un propos, sachant que la perception que chacun peut avoir de la lecture d'un commentaire est très variable"J'ai bien compris le truc cher grinder92...Et c'est bien ce que je regrette (en plus du look "chou(...)

22/09/2020, 12:39

Arioch91

Anéfé :)

22/09/2020, 12:00

grinder92

Certes, sauf que j'aime bien maîtriser les choses et que j'héberge également le forum... Ca permet aussi d'avoir un forum avec notre nom de domaine plutôt qu'un domaine externe. Et de plus les inscriptions sur le forum se repor(...)

22/09/2020, 11:59

Arioch91

Concernant le forum, pour en avoir un moi-même, je ne me suis pas pris le chou : solution gratuite et complète chez forumactif.com.C'est du PHPbb derrière, maintenu par ForumActif qui propose templates et autres outils pour le personnaliser à sa convenance.(...)

22/09/2020, 11:48

grinder92

Salut à tous, merci pour vos retours... c'est aussi pour ça qu'on bosse !   Concernant les li(...)

22/09/2020, 11:13

LeMoustre

En effet, je pense être l'auteur de la chronique plus mesurée sue un autre site. Assez d'accord avec ce papier du coup. 

22/09/2020, 10:29

Arioch91

@Raumsog : "Et je rejoins les comms ci-dessus, metalnews est devenu un passage journalier incontournable et c'est très agréable donc continuez comme ça!"Carrément !Je me régale à lire les chroniques, les news, Metal News est(...)

22/09/2020, 10:17

Raumsog

@grinder92 : hahahaha LET THE FIGHT BEGIN   @humungus : en tant que vieux con en devenir, je me suis aussi(...)

22/09/2020, 09:58

Arioch91

Suis pas très Napalm Death d'habitude mais j'adore le fait qu'en écoutant cet album, la plupart des morceaux s'insinuent rapidement dans la tronche et je me surprend à en avoir en tête certains toute la journée.A côté, j&a(...)

22/09/2020, 08:56

coquerelle

J,  aime. Beaucoup ce. Titre de ce groupe. Cà. Me rapeelle rammstein. Et fear factory

22/09/2020, 07:56

Living Monstrosity

Un bon petit riffing et une vidéo... pfouuuu !  impeccable ! 

22/09/2020, 07:55

Eliminator

De Metallica je ne connaissais que le Black album et Master, à l'époque j'écoutais  surtout Pantera, Sepultura, Fear Factory, Machine head et puis ensuite le metal extrème autant black que death. Metallica c'était pour moi trop mainstream. Pl(...)

22/09/2020, 03:20

Simony

Bien d'accord avec toi Saddam Mustaine, un homme de l'ombre mais dont l'apport à la scène Rock est juste énorme.

21/09/2020, 21:52

metalrunner

C est brutal haineux malsain du vrai Death.Monsieur Otero beau boulot et félicitation au batteur il défonce tout..Pour les actions chez Mercyless vous allez pas être millionnaire

21/09/2020, 20:34

Saddam Mustaine

@Chemikill.Tu étais membre du groupe ?

21/09/2020, 20:24

Saddam Mustaine

Une légende.

21/09/2020, 20:21

Humungus

Simony + 1 concernant les notes d'albums.Par contre, pour ce qui est des likes et autres émojis, là, le vieux con que je suis, conchie la chose...

21/09/2020, 20:16