Towards Death

Deathwards

08/06/2018

Invictus Productions

Les chiliens nous ont habitués à une approche radicale de l’art décibellique, depuis l’émergence de leur scène Death et Thrash dans les années 80, et même si la plupart des groupes locaux sont trop longtemps restés dans l’ombre, la lumière semble rejaillir sur ce pays depuis quelques années, alors que les amateurs de sensations fortes commencent à réaliser que l’Amérique du Sud pourrait bien être l’Eldorado de cruauté qu’ils attendaient. Nouvelle preuve en est donnée, ou plutôt en sera donnée dès le mois de juin par le label irlandais Invictus Productions, qui publiera avec fierté la première démo des locaux loco de DEATHWARDS, l’une des plus jouissives qu’il m’ait été donnée d’écouter depuis très longtemps. Nouveau groupe, mais figures de l’underground, ce quintette sans peur ni stupeur aux pseudos rageurs et vengeurs (Hellavenger - chant, Extravasation et The Usurper - guitares, The Magus - basse et The Penance - batterie) nous propose donc une approche radicale, à base de Thrash séculaire trempé dans un marigot Death mortifère, mais surtout, l’un des plus beaux hommages au radicalisme de série B des années 80. En écoutant leurs titres, une référence m’a aussitôt sauté aux oreilles, celle d’INFERNAL MAJESTY, dont les chiliens reprennent le vocable, les accents, mais aussi le son. Et c’est donc sans surprise que je découvris au fin fond du tracklisting la présence d’une cover du groupe référence en question, via une appropriation de l’éternel « Overlord », qui entamait les hostilités du classique None Shall Defy.

Influence marquée donc, et appropriation remarquée, pour une valse sans hésitation entre des références plus ou moins prononcées. Si leur label aime à les rapprocher de SLAYER, SLAUGHTER LORD, PESTILENCE ou même plus hasardeusement VOÏVOD, tout en admettant des accointances avec la technique des SADUS, SINDROME, ou OBLIVEON, le quintette dispose d’armes tout à fait personnelles pour se défendre. Et autant dire qu’ils préfèrent attaquer, privilégiant la nuance sur la distance, malgré la durée très limitée de cette première apparition. En à peine vingt-trois minutes les DEATHWARDS nous prouvent leur potentiel exponentiel, débutant ce Towards Death sur les chapeaux de roue, avant de faire preuve d’un panache plein de finesse, histoire de ne pas simplement nous condamner au supplice de la roue. Celle qui avance et broie les os sans chercher à comprendre, et qui laisse les victimes sur le bord de la route en pleine crise de démence. Mais si ici cette fameuse démence a le droit de cité, les chiliens ont aussi le privilège de la détourner pour lui faire emprunter des chemins moins profondément creusés, histoire d’affiner de technique des hymnes à la débauche parfaitement cavaliers (« Impending Prophecies », pas totalement Technical Death, mais pas foncièrement Brutal Thrash pour autant). Pas d’inquiétude à avoir au demeurant, puisque la véhémence semble être l’obsession du moment, ce que le bestial et déjanté « The Hierarchist » prouve de sa rythmique nucléaire, de sa basse incendiaire et de ses riffs de mercenaires. Le parallèle avec le PESTILENCE le moins complaisant trouve là son point de convergence, en admettant une perméabilité avec la cruauté typiquement sud-américaine, mais aussi avec le sadisme à la ricaine, celui des DARK ANGEL et des INFERNAL MAJESTY bien sur…

Mais dès « In Death I Become », le ton sombre est donné, et les débats placés sur le terrain de la virile qualité. On sent que le potentiel des cinq musiciens est à son zénith, et qu’ils ont jeté tous leurs efforts dans la bataille, tant les guitares hululent, les crises de folie pullulent, le tout sous couvert d’un hommage rendu à la vilénie instrumentale de la charnière 80’s/90s, encore indécise quant au destin d’un extrémisme musical incertain. Aussi fatalement Thrash qu’elle n’est violemment Death, cette première démo est sidérante de radicalisme, tout en acceptant parfois d’adoucir un peu les angles les plus tranchants. Et au-delà de cette fabuleuse reprise déjà abordée, et qui se retrouve complètement vampirisée, c’est le répertoire original des chiliens qui surprend de sa validité. On y retrouve des tics inhérents à la vague déclenchée par Chuck Shuldiner lui-même, son pendant européen, mais aussi un réel amour du Thrash un peu bancal, de celui que les fans écoutaient dans le noir en préférant déclarer leur amour aux SLAYER et autres ANTHRAX. Pas mal de citations érudites donc, mais surtout, une violence, une vraie, une brutalité, méchamment secouée, mais de réelles capacités, instrumentales, un chant de tous les diables, des soli qui lacèrent les chairs, et un son tout à fait casher, qui nous replonge dans nos jeunes années de branleur bruitiste invétéré. Une démo qui fait donc très chaud aux oreilles, et qui laisse présager d’un suite de carrière dorée pour les DEATHWARDS, qui n’ont plus qu’un petit effort à faire pour confirmer en longue-durée la formidable impression suscitée par Towards Death, leur premier jet. Une démo qui a de faux airs de premier véritable EP, et qui laisse la concurrence à des kilomètres. Et surtout, une affirmation de la prédominance chilienne sur la véhémence. Mais qui songerait à leur contester ce leadership mérité ?


Titres de l'album:

  1. In Death I Become
  2. The Hierarchist
  3. Epitaph from the Underworld
  4. Impending Prophecies
  5. Overlord (Infernal Majesty cover)

Page album Bandcamp label


par mortne2001 le 04/06/2018 à 18:09
85 %    351

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07