Towards Death

Deathwards

08/06/2018

Invictus Productions

Les chiliens nous ont habitués à une approche radicale de l’art décibellique, depuis l’émergence de leur scène Death et Thrash dans les années 80, et même si la plupart des groupes locaux sont trop longtemps restés dans l’ombre, la lumière semble rejaillir sur ce pays depuis quelques années, alors que les amateurs de sensations fortes commencent à réaliser que l’Amérique du Sud pourrait bien être l’Eldorado de cruauté qu’ils attendaient. Nouvelle preuve en est donnée, ou plutôt en sera donnée dès le mois de juin par le label irlandais Invictus Productions, qui publiera avec fierté la première démo des locaux loco de DEATHWARDS, l’une des plus jouissives qu’il m’ait été donnée d’écouter depuis très longtemps. Nouveau groupe, mais figures de l’underground, ce quintette sans peur ni stupeur aux pseudos rageurs et vengeurs (Hellavenger - chant, Extravasation et The Usurper - guitares, The Magus - basse et The Penance - batterie) nous propose donc une approche radicale, à base de Thrash séculaire trempé dans un marigot Death mortifère, mais surtout, l’un des plus beaux hommages au radicalisme de série B des années 80. En écoutant leurs titres, une référence m’a aussitôt sauté aux oreilles, celle d’INFERNAL MAJESTY, dont les chiliens reprennent le vocable, les accents, mais aussi le son. Et c’est donc sans surprise que je découvris au fin fond du tracklisting la présence d’une cover du groupe référence en question, via une appropriation de l’éternel « Overlord », qui entamait les hostilités du classique None Shall Defy.

Influence marquée donc, et appropriation remarquée, pour une valse sans hésitation entre des références plus ou moins prononcées. Si leur label aime à les rapprocher de SLAYER, SLAUGHTER LORD, PESTILENCE ou même plus hasardeusement VOÏVOD, tout en admettant des accointances avec la technique des SADUS, SINDROME, ou OBLIVEON, le quintette dispose d’armes tout à fait personnelles pour se défendre. Et autant dire qu’ils préfèrent attaquer, privilégiant la nuance sur la distance, malgré la durée très limitée de cette première apparition. En à peine vingt-trois minutes les DEATHWARDS nous prouvent leur potentiel exponentiel, débutant ce Towards Death sur les chapeaux de roue, avant de faire preuve d’un panache plein de finesse, histoire de ne pas simplement nous condamner au supplice de la roue. Celle qui avance et broie les os sans chercher à comprendre, et qui laisse les victimes sur le bord de la route en pleine crise de démence. Mais si ici cette fameuse démence a le droit de cité, les chiliens ont aussi le privilège de la détourner pour lui faire emprunter des chemins moins profondément creusés, histoire d’affiner de technique des hymnes à la débauche parfaitement cavaliers (« Impending Prophecies », pas totalement Technical Death, mais pas foncièrement Brutal Thrash pour autant). Pas d’inquiétude à avoir au demeurant, puisque la véhémence semble être l’obsession du moment, ce que le bestial et déjanté « The Hierarchist » prouve de sa rythmique nucléaire, de sa basse incendiaire et de ses riffs de mercenaires. Le parallèle avec le PESTILENCE le moins complaisant trouve là son point de convergence, en admettant une perméabilité avec la cruauté typiquement sud-américaine, mais aussi avec le sadisme à la ricaine, celui des DARK ANGEL et des INFERNAL MAJESTY bien sur…

Mais dès « In Death I Become », le ton sombre est donné, et les débats placés sur le terrain de la virile qualité. On sent que le potentiel des cinq musiciens est à son zénith, et qu’ils ont jeté tous leurs efforts dans la bataille, tant les guitares hululent, les crises de folie pullulent, le tout sous couvert d’un hommage rendu à la vilénie instrumentale de la charnière 80’s/90s, encore indécise quant au destin d’un extrémisme musical incertain. Aussi fatalement Thrash qu’elle n’est violemment Death, cette première démo est sidérante de radicalisme, tout en acceptant parfois d’adoucir un peu les angles les plus tranchants. Et au-delà de cette fabuleuse reprise déjà abordée, et qui se retrouve complètement vampirisée, c’est le répertoire original des chiliens qui surprend de sa validité. On y retrouve des tics inhérents à la vague déclenchée par Chuck Shuldiner lui-même, son pendant européen, mais aussi un réel amour du Thrash un peu bancal, de celui que les fans écoutaient dans le noir en préférant déclarer leur amour aux SLAYER et autres ANTHRAX. Pas mal de citations érudites donc, mais surtout, une violence, une vraie, une brutalité, méchamment secouée, mais de réelles capacités, instrumentales, un chant de tous les diables, des soli qui lacèrent les chairs, et un son tout à fait casher, qui nous replonge dans nos jeunes années de branleur bruitiste invétéré. Une démo qui fait donc très chaud aux oreilles, et qui laisse présager d’un suite de carrière dorée pour les DEATHWARDS, qui n’ont plus qu’un petit effort à faire pour confirmer en longue-durée la formidable impression suscitée par Towards Death, leur premier jet. Une démo qui a de faux airs de premier véritable EP, et qui laisse la concurrence à des kilomètres. Et surtout, une affirmation de la prédominance chilienne sur la véhémence. Mais qui songerait à leur contester ce leadership mérité ?


Titres de l'album:

  1. In Death I Become
  2. The Hierarchist
  3. Epitaph from the Underworld
  4. Impending Prophecies
  5. Overlord (Infernal Majesty cover)

Page album Bandcamp label


par mortne2001 le 04/06/2018 à 18:09
85 %    503

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Le clip, it was a good idea at the time, comme y disent les englishes.

02/08/2021, 15:18

Simony

oui pardon, problème de dyslexie sur le clavier... c'est corrigé !

02/08/2021, 15:14

Fabior destructor

Il s'agit bien de Thyrfing   , espérons qu'il soit bon

02/08/2021, 14:24

Simony

Groupe hautement sous-estimé et un titre qui les replace sur de bons rails, j'attends l'album avec délectation maintenant... 

02/08/2021, 11:19

KKMetal

Merci pour vos retours !On en tiendra compte pour la suite !Juste pour clarifier : Le podcast tente d'être "fun" comme une discussion de comptoir dans un bar et en format assez court !Vous pouvez nous replayer sur

02/08/2021, 10:04

Buck Dancer

De mon côté, de Grave, je retiens surtout "Soulless" que je prends encore plaisir à écouter à l'occasion. 

01/08/2021, 22:13

Humungus

Ah y m'semblait bien !Etonnant, il n'apparait nulle part sur METAL ARCHIVES...

01/08/2021, 12:55

RBD

Oui, j'ai écouté un certain nombre d'épisodes de DLSDD, c'est sans doute celui qui me botte le mieux dans ce que j'ai essayé au long du confinement. L'approche plus austère dans la forme et limite intello sur le fond me va pa(...)

01/08/2021, 00:43

Kerry King

Sinon HS mais pour aller dans le sens d'un commentaire plus haut, je fais aussi parti des fans de X Factor, perso Sign of the Cross est l'un de mes titres favoris de la vierge de fer, et Man on the Edge un des titres qui me donne une pèche d'enfer. 

01/08/2021, 00:26

Kerry King

C'est Duff des Guns qui tient la basse. 

01/08/2021, 00:22

Buck Dancer

J'ai pas écouté tous les épisodes mais c'est vrai que "Dans le secret des dieux" est plutôt agréable à écouter.Pour l'instant le meilleur reste, pour moi, "Métal Bunker " qui était toujours(...)

01/08/2021, 00:14

Bones

J'écouterai ce podcast sur le chemin des vacances.RBD : as-tu suivi "Dans le secret des Dieux" (par Sylvain Bégot, membre de Monolith) ? Je trouve ce podcast vraiment bien troussé, intéressant, posé, les arguments sont creusés, il y (...)

31/07/2021, 23:33

Humungus

C'est qui à la basse là ?

31/07/2021, 22:01

Humungus

Hé hé hé...Je trouvais bizarre aussi que tu mettes autant de temps à commenter ta propre news mec...

31/07/2021, 21:54

Kerry King

Ce mec est juste un génie et restera un monstre du genre.

31/07/2021, 19:24

Joni

Pour ma part après un seventh son qui confirmait la tendance mou du genou amorcée sur le précédent, les merdiques no prayer et fear of m'ont achevé... Le reste je n'en parle même pas. 

31/07/2021, 19:10

poair

Calmez-vous les chialeuses made in "up the irons".

31/07/2021, 18:31

RBD

Mentionner des sorties de groupes importants pour donner un avis négatif ne me choque pas - même si pour ma part ce FF est une petite bonne surprise par contre. C'est plutôt qu'effectivement ça balance beaucoup sans trop argumenter, avec une musique de fond par(...)

31/07/2021, 18:17

metalrunner

Pas finauds les mecs .

31/07/2021, 17:18

Simony

Moi ce qui me choque le plus c'est dire adorer le grand Maiden des années 90, donc les années où ils ont été les moins bons artistiquement et en plus balancer "Run To The Hills" pour illustrer ces années 90. Mais bon.... à la limite (...)

31/07/2021, 13:29