Je n’aime pas jouer les fans, et m’extasier sur l’ensemble d’une œuvre, ni faire la génuflexion face aux CEO de labels histoire de recevoir de jolis digipack, mais je dois reconnaître que je suis assez admiratif du flair dont fait preuve Gérald des Acteurs de l’Ombre. Il y a déjà quelques années que je suis son travail et ses signatures, et en 2019, l’homme nous réserve encore quelques surprises de taille, en nous proposant deux nouvelles références, HEAUME MORTAL et TRISTE TERRE, deux groupes encore une fois résolument à part et qui ne feront qu’enrichir son cheptel déjà bien garni. Mais qu’attendre de moins de la part d’une maison de disques qui nous a déjà offert AU-DESSUS, AORLHAC, REGARDE LES HOMMES TOMBER, PENITENCE ONIRIQUE ou MOONREICH ? Certes, l’audience type du label est constituée de fans de BM plus ouverts que la moyenne, mais totalement obsédés par la violence musicale érigée en art majeur, et le BM étant le sous-genre le plus riche de la musique extrême, la discographie des Acteurs est aussi homogène qu’elle n’est hétéroclite, et cette première sortie prévue pour le mois de mars le démontre avec une emphase toute particulière. Certes, Gérald en fait l’article, comme à chaque promotion, mais la confiance aveugle se substitue à la défiance dans son cas, ce que ce Grand Œuvre démontre de ses soixante-cinq minutes bien tassées en six morceaux seulement, dressant un pont entre toutes les rives du Black pour se poser en synthèse étrange d’un courant qui décidément, admet des limites de plus en plus floues. Le projet TRISTE TERRE est de ceux presque sortis de nulle part, et une fois encore, imaginé par un seul homme. Naâl, musicien très actif de la scène lyonnaise a donc enfin remisé son humilité au placard pour affirmer ses intentions, et accepte enfin la grandiloquence en version longue-durée pour marquer les esprits, après avoir publié un nombre conséquent d’œuvres courtes. Et c’est donc après trois EP et une compilation que l’homme honore sa signature sur Les Acteurs, en nous livrant un travail à la mystique sombre, sorte de labyrinthe d’émotions qui prennent leur temps pour s’imprégner en vous, et vous laisser pantois d’admiration, mais aussi de questionnement.

Secondé par le batteur de DEATHCODE SOCIETY, Naâl s’est une fois de plus chargé de la composition et de l’instrumentation, ne laissant que l’artwork aux mains de Marianne Plasse et ses sublimes gravures originales, l’enregistrement à Rob Carlson, le mix à Arnaud Menard et le mastering à Dave Otero. Et si le groupe aujourd’hui est prêt à affronter la scène, son essence même est toujours aussi solitaire, démontrant s’il le fallait encore tout le talent de ce musicien et créatif à l’imagination débordante, qui nous délivre ici une composition quasiment parfaite, loin du maniérisme de la scène Post-Black, et des turpitudes nihilistes de l’underground Raw Black. Mais autant le dire - ce que Gérald confirme avec beaucoup de lucidité - Grand Œuvre n’est pas un album facile à apprivoiser, d’autant plus que sa véritable richesse globale ne se découvre qu’avec le temps, les idées s’accumulant comme autant de gouttes de sang sur le parterre d’une scène de crime où la normalité agonise d’avoir été trop prisée. Se voulant aussi original que théâtral, ce premier long fait la part belle aux atmosphères, que l’auteur a eu le temps de déployer sur des morceaux atteignant ou dépassant largement les dix minutes. Mais ces dix minutes ou plus, loin d’être de simples prétextes à des débordements itératifs, donnent lieu à des vignettes horrifiques, des humeurs primales, et à un voyage aux confins des genres, espace-temps trouble où le Black, le Doom, le Post Black, le symphonique aussi parfois se croisent et se confondent pour mieux duper nos sens et les entraîner sur la voie de l’illusion narrative et mélodique. Car en dépit d’une intensité rarement atteinte à un niveau de technique pareil, Grand Œuvre ne rechigne pas à laisser une place conséquente aux mélodies torturées et aux harmonies maladives, ce que l’emploi d’un harmonium suggère de ses touches oniriques. Autre point notable, le travail accompli sur le chant, qui se partage entre deux approches différentes et complémentaires, tissant un canevas sonore en superposition qui confère aux compositions une profondeur lyrique dans l’absence de compromis. En restant précis dans la description, admettons que la direction globale choisie par Naâl pour TRISTE TERRE soit d’obédience atmosphériqueMalgré cet état de fait, il convient de préciser que le terme revêt ici un sens différent, puisque loin de se contenter de longues digressions monolithiques ou d’arrangements faciles et épars, l’homme a musicalement travaillé sa partition pour se rapprocher d’une forme Néo-Classique de BM sans les prétentions académiques de ses contemporains, et surtout, sans laisser de côté l’efficacité et la brutalité que tout album de BM se doit de prôner au risque de sombrer dans les affres du Post lénifiant de vacuité et de flagornerie. Chaque plan est validé de sa pertinence propre et de son appartenance à un tout plus grand, et quelle démonstration plus probante que « Œuvre au Noir », morceau le plus long de l’album très judicieusement proposé en ouverture qui assume son exubérance et sa pluralité sans avoir à s’en cacher.

Difficile toutefois de situer la démarche de Grand Œuvre autrement qu’en la comparant aux autres signatures du label. On retrouve le fil rouge qui a toujours lié les groupes des Acteurs entre eux, cette ambition démesurée, presque désespérée dans l’espoir de proposer une musique vraiment riche et originale sans tomber dans le piège de l’incohérence, cette facilité à empiler les textures pour ériger des cathédrales sonores que les fidèles peuvent admirer à des kilomètres à la ronde. Les guitares ici sont employées au maximum de leurs capacités, distillant des arpèges acides corrosifs et des riffs mythiques à l’épaisseur conséquente, et la rythmique, loin d’être une simple excuse de vitesse ou de lourdeur se partage entre des blasts hérités de l’école nordique des 90’s et des parties plus alambiquées et techniques dignes du Death progressif le plus imperfectible de la décennie suivante. Et une fois n’est pas coutume, malgré un laïus aussi long que d’ordinaire, je ne parlerai pas plus en détail des six chapitres qui constitue l’ossature de ce premier album, car justement cet album est un tout indissociable, qu’une analyse segmentaire insulterait de sa facilité lénifiante. Comme son nom l’indique, Grand Œuvre est un travail de fond, un travail de longue haleine, qu’il faut d’abord envisager dans sa globalité avant d’en remarquer les moindres détails ciselés. Une sorte de plafond de chapelle Sixtine revue et délocalisée à Lyon, mais qui pourrait se trouver n’importe où en Europe, là où les grandes orgues résonnent à des heures incongrues. Libre à vous évidemment de désosser l’ensemble pour en retirer la substantifique moelle, ce que les nombreux ponts, breaks, accalmies vocales et autres embardées de cruauté vous permettront de faire, mais laissez-moi garder cet album en l’état, et vous convaincre de son caractère d’importance sans avoir à tomber dans la vulgarité de détail. Avec sa production d’une ampleur majestueuse, ses allusions à MY DYING BRIDE qui n’en sont pas, ses accès de rage larvée nous ramenant aux grandes heures du BM des origines, et ses longs crescendos de douleur, Grand Œuvre est une allégorie fascinante sur la situation actuelle du Black, qui semble chercher une voie de sortie tout en proposant ses travaux les plus fondamentaux. Paradoxe d’une époque en impasse créative qui pourtant nous présente ses artistes les plus exemplaires…

Mélodique, lent, extrêmement véloce, harmonieux, dissonant, TRISTE TERRE est un peu le reflet d’une mystique de siècles de lucidité qui voient les époques se succéder et les problématiques rester les mêmes. Une leçon de spiritualité qui admettrait le caractère foncièrement violent de la nature humaine, mais qui ne laisserait pas ses philosophies pointues prendre le pas sur l’efficacité d’une musique qui en a besoin pour convaincre. Dualité prosaïque, dichotomie ultime qui justement permet à la création de franchir une étape de plus sur le chemin de la rédemption, et plus simplement, encore une preuve de bon goût de la part d’un label qui devient pénible à refuser de se tromper.                  


Titres de l'album :

                           1.Œuvre au Noir                    

                           2.Corps Glorieux                   

                           3.Nobles Luminaires             

                           4.Grand Architecte               

                           5.Lueur Emérite

                           6.Tribut Solennel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/03/2019 à 14:51
88 %    255

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.