Paradigm

Eclipse

11/10/2019

Frontiers Records

Erik Martensson, c’est un peu l’Alessandro Del Vecchio suédois, le musicien prolifique qui ne peut se contenter d’un seul cadre pour s’exprimer. Pas étonnant de retrouver les deux musiciens au service de la même écurie italienne, et pas surprenant de constater non plus qu’ils ont chacun un CV à rendre dingue un DRH. Je ne dresserai pas ici le parcours de l’italien, que tout le monde connaît bien, mais pas question non plus de me lancer dans la bio d’Eric, autrement qu’en mentionnant ses projets phare. Outre ECLIPSE, qu’il mène d’une main de compositeur ferme depuis la fin des années 90, on retrouve aussi son nom célèbre au casting d’autres concepts tels que NORDIC UNION ou W.E.T, deux autres entités qui règnent sur le Metal mélodique depuis des années. Mais malgré cette dispersion qui n’émousse en rien son talent, c’est bien ECLIPSE qui reste son fils préféré, celui qu’il élève depuis vingt ans avec un amour et une attention particuliers. Sept albums studio en deux décades, le ratio n’est quand même pas très élevé, mais outre sa productivité externe, le faible quota a une autre explication. Erik réserve en effet ses compositions les plus peaufinées pour des albums paraissant tous les deux ou trois ans, et faisant le bonheur des amateurs de Hard Rock mélodique à tendance FM. Et deux ans après le miraculeux Monumentum, qui méritait son titre à plus d’un égard, c’est Paradigm qui prend la suite et qui se montre d’un même niveau de qualité. Un paradigme donc, au sein duquel par définition et interprétation, « les idées ne se séparent jamais de l'exemple qui les suggère ». L’exemple étant donc ce septième album du combo, les idées qu’il défend sont toujours les mêmes. Proposer le meilleur Hard-Rock mélodique de la création, composé à la suédoise mais interprété avec une énergie toute européenne, avec des inflexions américaines indéniables, et une ambiance générale propice à la nostalgie des eighties. Et Paradigm est donc bien le parangon de cette théorie, avec ses mélodies imparables et son énergie de tous les diables n’éclipsant pas le romantisme ambiant.

Le line-up (Erik Martensson - chant/guitare/clavier, Magnus Henricksson - guitare, Magnus Ulfstedt - basse, et Robban Back - batterie) s’est donc une fois de plus plié aux idées de son leader, qui a appris pas mal de nouvelles astuces avec les années et ses incartades dans W.E.T et NORDIC UNION. A savoir mélanger la brillance d’un Glam light à l’efficience d’un Metal mélodique traditionnel, pour pouvoir accoucher d’hymnes intemporels et irrésistibles. En se plaçant dans la directe lignée de son prédécesseur, Paradigm prolonge donc le travail entrepris sur Monumentum, gardant le cap sur le même niveau de qualité pour ne léser personne. Et si depuis l’enregistrement de l’album, Magnus Ulfstedt a rejoint l’ombre en quittant ses anciens camarades, l’histoire continue, et la légende aussi, écrite à grands coups de riffs tranchants et de lignes vocales puissantes. Produit par Erik Martensson himself qui fait tout le travail aussi bien que quiconque (encore un parallèle avec Del Vecchio), ce septième effort studio des suédois met encore une fois en valeur deux facteurs. Le premier, la qualité des compositions d’Erik, le second, le talent guitaristique de Magnus, toujours prompt à durcir les idées les plus fluides pour leur conférer une aura plus métallique. C’est ce qu’on sent sur les morceaux les plus hargneux et durs, à l’image de « .38 Or .44 », l’un des plus salés du répertoire du groupe. Rythmique à l’abattage conséquent, atmosphère à la HAREM SCAREM de Mood Swing, pour une ruade que le DOKKEN historique n’aurait pas reniée. Mais ECLIPSE, avant de rugir, miaule d’abord de plaisir, celui ressenti par les fans se délectant d’une entame comme « Viva La Victoria ». Le type même de morceau à la fausse intro acoustique qui nous mène sur un Hard trépidant comme seuls les suédois et les italiens savent encore le faire. Un tube dont W.E.T aurait pu se satisfaire le sourire aux lèvres, et qui achève de transformer ECLIPSE en point de convergence de tous les projets de son leader. On y sent du Glam des 80’s, du Metal moderne du nouveau siècle, l’influence conjointe de l’Amérique et de l’Europe du nord, mais surtout la volonté d’approcher la perfection harmonique d’encore un peu plus près, sans faire de concessions inutiles et sirupeuses.

Sirupeux, le mot n’a d’ailleurs pas lieu d’être sur un album d’ECLIPSE, malgré quelques incartades sur le terrain de la ballade lacrymale. Mais même lorsqu’Erik laisse son petit cœur s’exprimer, la naïveté et la mièvrerie n’ont pas droit de cité, l’émotion se voulant aussi brute qu’un musicien viril subissant le contrecoup de la solitude nocturne. Alors, « Shelter Me », aux dégoulinades de chant certes un peu emprunté, mais aux harmonies superbes, et « Take Me Home », en final révérence à DARE et ces groupes aux emprunts légèrement irlandais sur les bords, mais Folk avant tout. Il semblerait donc que les thèmes de l’abri, de la protection, du retour à la maison soit les plus susceptibles de générer l’émotion chez les suédois, qui n’hésitent pas à célébrer les sentiments les plus purs et sincères pour s’éloigner d’un Hard Rock un peu trop tendu. Mais deux ballades (dont une demie, au regard de sa puissance lyrique) pour onze morceaux, le fan n’est donc pas abusé et trop titillé sur sa corde sensible, puisque le reste du répertoire bande les muscles tout en caressant la radio de l’autre main pour ne pas perdre la sienne. C’est ainsi qu’entre un hommage bien senti (« Mary Leigh », militante politique et suffragette britannique, qui lutta pour les droits des femmes au début du vingtième siècle, et qui se retrouve honorée d’un morceau de pur Hard à tendance Heavy), des allusions au parcours multiple et complexe de Martensson (« Blood Wants Blood » qui parvient à synthétiser tous ses projets en un timing de hit-single), des évidences mélodiques qui en appellent à la tradition (« When The Winter Ends » qui semble exhumé de bandes oubliées de Monumentum), Paradigm raconte une aventure simple mais riche, qu’on prend plaisir à suivre puisque son prologue a déjà été écrit il y a quelques décennies.

Sans changer d’un iota la formule magique trouvée il y a bien longtemps, ce septime effort studio conserve les mêmes objectifs, et taquine le même degré de qualité. Les plus chafouins et exigeants regretteront que le groupe n’ait pas pris plus de risques en signant une suite un peu trop logique, mais pourquoi dévier lorsque la ligne droite mène au paradis ?  

        

Titres de l’album :

                           01. Viva La Victoria

                           02. Mary Leigh

                           03. Blood Wants Blood

                           04. Shelter Me

                           05. United

                           06. Delirious

                           07. When The Winter Ends

                           08. .38 Or .44

                           09. Never Gonna Be Like You

                           10. The Masquerade

                           11. Take Me Home

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/12/2019 à 14:33
85 %    412

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07