Devisons ensemble sur les mérites du Black Metal scandinave. Nous tenons d’ailleurs en cette fin de mois de juin la sortie parfaite pour remettre le débat sur le tapis, puisqu’un des groupes les plus cultes du cru nous honore de son retour après une très longue absence. Pour éviter les malentendus, il ne s’agit pas de MARDUK (mais nous y reviendrons plus tard), mais d’un de leurs homologues, plus récent dans la naissance, mais pas moins complaisant dans la violence. De Dalarna nous en revient donc une créature immonde des abysses, CRAFT, l’un des plus dignes représentants du BM national, fondé en 1998, mais dont les origines remontent à 1994 sous un autre patronyme (NOCTA), et qui semble toujours aussi pertinent en 2018, vingt ans après son apparition. Disposant d’une discographie irrégulière mais impeccable, avec quatre longue-durée depuis leurs débuts (Total Soul Rage en 2000, Terror Propaganda en 2002, Fuck The Universe en 2005 et Void en 2011), les seigneurs du chaos brisent donc le lourd silence de sept ans de réflexion avec ce cinquième volet nommé fort à propos White Noise And Black Metal. Comment en effet être plus franc et mieux jouer la transparence pour décrire leur tonitruant et bruyant retour sous les feux ardents des projecteurs, que cette combinaison sémantique qui colle aux os d’une musique aussi aride qu’une nuit sans pluie et aussi brutale qu’une société à la dérive ? C’est impossible j’en conviens, et même si le groupe prend légèrement ses distances avec les orientations de son dernier LP pour mieux se replonger dans ses origines, les fans acharnés de Void ne seront pas surpris du déferlement de haine viscérale que vomit ce nouvel effort.

Car CRAFT, comme son nom l’indique, sait créer des ambiances délétères et des atmosphères mortifères. En se calant sur le purisme d’un BM des nineties, et en admettant les leçons apprises des DARKTHRONE, d’IMMORTAL et MARDUK, ils assument pleinement leur identité, tout en proposant quelques digressions intéressantes et non dénuées d’un groove assez marqué. Les adorateurs de Transilvanian Hunger et groupies absolues de CAPATHIAN FOREST, KHOLD, SHINING ou WATAIN seront ravis de retrouver ces rythmiques épileptiques, ces soudaines pesées compressant les tympans, ces vocaux décharnés se rapprochant de ceux de Nocturno Culto, ces riffs empestant la pourriture, et ce climat froid comme un hiver sans fin, composantes essentielles de la musique du quatuor (Joakim Karlsson - guitare, John Doe - guitare, Nox - chant et Phil A.Cirone - basse). De fait, White Noise And Black Metal est en effet égal à la somme de ses parties, et nous réconcilie enfin avec le rigorisme du BM le plus traditionnel, qui ne crache pas sur un brin de modernisme par touches fugaces. Ce modernisme, ou plutôt ce subtil désir de s’inscrire dans son époque se matérialise surtout autour de quelques parties empruntes de Black N’Roll, loin d’être aussi putassières que l’ADN du DARKTHRONE le plus cocasse, mais très efficaces pour obliger l’auditeur à ne pas se reposer sur ses certitudes. Pourtant, les certitudes sont bien là, et le mélange de nihilisme des débuts de la scène s’accommodant fort bien d’une production à faire pâlir Morgan et Mortuus, le résultat est une fois de plus terrifiant, envoutant, bruyant, et incroyablement puissant.

Ces sept années dans l’ombre n’ont donc en rien entamé la foi des suédois, qui en profitent pour mettre quelques détails au point dans leur communiqué de presse. Non, le groupe ne s’est jamais séparé, mais les compositeurs préfèrent prendre leur temps et ne hurler que lorsqu’ils ont quelque chose à exhorter, et c’est effectivement ce que l’on constate en dégustant les huit morceaux de cet album, qui tout en collant à une philosophie bien précise, se montrent suffisamment variés pour ne pas lasser. Entre dérive haineuse et séduction en tempo bondissant, les CRAFT revisitent les dogmes à leur façon et donnent une bonne leçon à tous les amateurs de dérive Post et autres adaptations modernes, prouvant qu’on peut encore sortir un excellent album de BM sans chercher la petite bête ou accepter n’importe quelle concession. Ici, la froideur est palpable et digne d’une rigor mortis, les guitares geignent, invectivent, menacent, préviennent, blessent et font mal, mais savent aussi trouver l’accroche fatale pour propulser la peur dans une dimension létale (« Darkness Falls », presque Heavy à la IMMORTAL dans le fond, mais plus primaire et sombre que le FROST dans la forme). Si certains titres s’appuient sur une assise thématique classique, ils ont le mérite de proposer un monochrome aux ambitions artistiques indéniables (« The Cosmic Sphere Falls », difficile de faire plus traditionnel depuis le MAYHEM de 1994), ou une lourdeur poisseuse à rendre les DARKTHRONE de Panzerfaust blêmes de honte (« Tragedy Of Pointless Games », hypnotique, insinueux, mais cathartique dans sa lenteur, avec encore une basse proéminente qui évite l’écueil du lo-fi). En gros, quelle que soit l’optique choisie, les solutions proposées sont les bonnes, et surtout, les plus funestes et honnêtes.

Les mélodies constatables sur Void sont ici malmenées au-delà du raisonnable, déformées, torturées, mais elles finissent par épouser les contours d’une misanthropie de toujours (« Again », riff ultra redondant pour litanie concentrique trépidante et élastique), tandis que les blasts, évidemment au cœur des débats, savent s’effacer devant un mid tempo incroyablement entêtant, supportant une guitare ludique, mais sadique (« Undone »). Sûr de ses qualités, le groupe avance à visage découvert, n’hésite pas à user de dissonances pour provoquer la stridence (« Crimson », monolithique mais beau succès critique), laissant à ses plans le temps de respirer, de s’imposer, sans atténuer la violence ni la diluer (« Shadow », un chant au sommet de son art horrifique qui donnera des nausées aux nostalgiques de De Mysteriis, mais aussi des suées aux abonnés des délires de DEATHSPELL OMEGA). Et en arrêtant le timing au moment parfait, les suédois entérinent leur retour par un final empestant le Thrash glauque à cent tombes à la ronde (« White Noise »), et signent là l’un des retours les plus probants de l’histoire de la scène. Sans avoir vraiment disparu, mais sans avoir donné de nouvelles pendant sept ans, CRAFT a durement travaillé sa partition, et rend non copie blanche, mais libretto impeccablement rempli d’un Black Metal formel et diablement créatif dans son déroulé classique. Une belle preuve de vitalité, et l’assurance que la pérennité du genre peut encore compter sur de fidèles et talentueux représentants.                                 

       

Titres de l'album:

                         1. The Cosmic Sphere Falls

                         2. Again

                         3. Undone

                         4. Tragedy of Pointless Games

                         5. Darkness Falls

                         6. Crimson

                         7. Shadow

                         8. White Noise

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/07/2018 à 14:33
85 %    234

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
10/07/2018 à 16:34:46
Une seule écoute pour le moment, mais j'ai beaucoup aimé... Superbe artwork qui plus est ! J'y reviendrais très certainement à cet album !

Simony
membre enregistré
10/07/2018 à 19:05:24
Pareil que toi Jus de cadavre, j'avais écouté les extraits au fur et à mesure de leur parution et ça m'avait intrigué...

Humungus
membre enregistré
14/07/2018 à 05:44:26
Très, très bon album comme quasi à chaque fois avec ce groupe.
En fait, je viens de pondre une légère critique du dernier MARDUK et me dis que j'aurai à peu de chose prêt pu mettre exactement la même pour CRAFT.
Et comme le dit Jus de cadavre, cette pochette est absolument géniale. Quand on voit le nombre de covers dégueulasses et ridicules qui pullulent à gauche à droite, je me dis qu'il y a vraiment des groupes qui gâchent totalement leur art auditif par ce genre de faux pas hein...

Humungus
membre enregistré
14/07/2018 à 05:56:00
Ah pis au fait !!!
"Putassière" DARKTHRONE ?!?!
Non mais sérieux mortne2001 ? C'était juste pour la beauté de l'adjectif j'espère ce qualificatif hein ?

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!