Devisons ensemble sur les mérites du Black Metal scandinave. Nous tenons d’ailleurs en cette fin de mois de juin la sortie parfaite pour remettre le débat sur le tapis, puisqu’un des groupes les plus cultes du cru nous honore de son retour après une très longue absence. Pour éviter les malentendus, il ne s’agit pas de MARDUK (mais nous y reviendrons plus tard), mais d’un de leurs homologues, plus récent dans la naissance, mais pas moins complaisant dans la violence. De Dalarna nous en revient donc une créature immonde des abysses, CRAFT, l’un des plus dignes représentants du BM national, fondé en 1998, mais dont les origines remontent à 1994 sous un autre patronyme (NOCTA), et qui semble toujours aussi pertinent en 2018, vingt ans après son apparition. Disposant d’une discographie irrégulière mais impeccable, avec quatre longue-durée depuis leurs débuts (Total Soul Rage en 2000, Terror Propaganda en 2002, Fuck The Universe en 2005 et Void en 2011), les seigneurs du chaos brisent donc le lourd silence de sept ans de réflexion avec ce cinquième volet nommé fort à propos White Noise And Black Metal. Comment en effet être plus franc et mieux jouer la transparence pour décrire leur tonitruant et bruyant retour sous les feux ardents des projecteurs, que cette combinaison sémantique qui colle aux os d’une musique aussi aride qu’une nuit sans pluie et aussi brutale qu’une société à la dérive ? C’est impossible j’en conviens, et même si le groupe prend légèrement ses distances avec les orientations de son dernier LP pour mieux se replonger dans ses origines, les fans acharnés de Void ne seront pas surpris du déferlement de haine viscérale que vomit ce nouvel effort.

Car CRAFT, comme son nom l’indique, sait créer des ambiances délétères et des atmosphères mortifères. En se calant sur le purisme d’un BM des nineties, et en admettant les leçons apprises des DARKTHRONE, d’IMMORTAL et MARDUK, ils assument pleinement leur identité, tout en proposant quelques digressions intéressantes et non dénuées d’un groove assez marqué. Les adorateurs de Transilvanian Hunger et groupies absolues de CAPATHIAN FOREST, KHOLD, SHINING ou WATAIN seront ravis de retrouver ces rythmiques épileptiques, ces soudaines pesées compressant les tympans, ces vocaux décharnés se rapprochant de ceux de Nocturno Culto, ces riffs empestant la pourriture, et ce climat froid comme un hiver sans fin, composantes essentielles de la musique du quatuor (Joakim Karlsson - guitare, John Doe - guitare, Nox - chant et Phil A.Cirone - basse). De fait, White Noise And Black Metal est en effet égal à la somme de ses parties, et nous réconcilie enfin avec le rigorisme du BM le plus traditionnel, qui ne crache pas sur un brin de modernisme par touches fugaces. Ce modernisme, ou plutôt ce subtil désir de s’inscrire dans son époque se matérialise surtout autour de quelques parties empruntes de Black N’Roll, loin d’être aussi putassières que l’ADN du DARKTHRONE le plus cocasse, mais très efficaces pour obliger l’auditeur à ne pas se reposer sur ses certitudes. Pourtant, les certitudes sont bien là, et le mélange de nihilisme des débuts de la scène s’accommodant fort bien d’une production à faire pâlir Morgan et Mortuus, le résultat est une fois de plus terrifiant, envoutant, bruyant, et incroyablement puissant.

Ces sept années dans l’ombre n’ont donc en rien entamé la foi des suédois, qui en profitent pour mettre quelques détails au point dans leur communiqué de presse. Non, le groupe ne s’est jamais séparé, mais les compositeurs préfèrent prendre leur temps et ne hurler que lorsqu’ils ont quelque chose à exhorter, et c’est effectivement ce que l’on constate en dégustant les huit morceaux de cet album, qui tout en collant à une philosophie bien précise, se montrent suffisamment variés pour ne pas lasser. Entre dérive haineuse et séduction en tempo bondissant, les CRAFT revisitent les dogmes à leur façon et donnent une bonne leçon à tous les amateurs de dérive Post et autres adaptations modernes, prouvant qu’on peut encore sortir un excellent album de BM sans chercher la petite bête ou accepter n’importe quelle concession. Ici, la froideur est palpable et digne d’une rigor mortis, les guitares geignent, invectivent, menacent, préviennent, blessent et font mal, mais savent aussi trouver l’accroche fatale pour propulser la peur dans une dimension létale (« Darkness Falls », presque Heavy à la IMMORTAL dans le fond, mais plus primaire et sombre que le FROST dans la forme). Si certains titres s’appuient sur une assise thématique classique, ils ont le mérite de proposer un monochrome aux ambitions artistiques indéniables (« The Cosmic Sphere Falls », difficile de faire plus traditionnel depuis le MAYHEM de 1994), ou une lourdeur poisseuse à rendre les DARKTHRONE de Panzerfaust blêmes de honte (« Tragedy Of Pointless Games », hypnotique, insinueux, mais cathartique dans sa lenteur, avec encore une basse proéminente qui évite l’écueil du lo-fi). En gros, quelle que soit l’optique choisie, les solutions proposées sont les bonnes, et surtout, les plus funestes et honnêtes.

Les mélodies constatables sur Void sont ici malmenées au-delà du raisonnable, déformées, torturées, mais elles finissent par épouser les contours d’une misanthropie de toujours (« Again », riff ultra redondant pour litanie concentrique trépidante et élastique), tandis que les blasts, évidemment au cœur des débats, savent s’effacer devant un mid tempo incroyablement entêtant, supportant une guitare ludique, mais sadique (« Undone »). Sûr de ses qualités, le groupe avance à visage découvert, n’hésite pas à user de dissonances pour provoquer la stridence (« Crimson », monolithique mais beau succès critique), laissant à ses plans le temps de respirer, de s’imposer, sans atténuer la violence ni la diluer (« Shadow », un chant au sommet de son art horrifique qui donnera des nausées aux nostalgiques de De Mysteriis, mais aussi des suées aux abonnés des délires de DEATHSPELL OMEGA). Et en arrêtant le timing au moment parfait, les suédois entérinent leur retour par un final empestant le Thrash glauque à cent tombes à la ronde (« White Noise »), et signent là l’un des retours les plus probants de l’histoire de la scène. Sans avoir vraiment disparu, mais sans avoir donné de nouvelles pendant sept ans, CRAFT a durement travaillé sa partition, et rend non copie blanche, mais libretto impeccablement rempli d’un Black Metal formel et diablement créatif dans son déroulé classique. Une belle preuve de vitalité, et l’assurance que la pérennité du genre peut encore compter sur de fidèles et talentueux représentants.                                 

       

Titres de l'album:

                         1. The Cosmic Sphere Falls

                         2. Again

                         3. Undone

                         4. Tragedy of Pointless Games

                         5. Darkness Falls

                         6. Crimson

                         7. Shadow

                         8. White Noise

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/07/2018 à 14:33
85 %    475

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
10/07/2018 à 16:34:46
Une seule écoute pour le moment, mais j'ai beaucoup aimé... Superbe artwork qui plus est ! J'y reviendrais très certainement à cet album !

Simony
membre enregistré
10/07/2018 à 19:05:24
Pareil que toi Jus de cadavre, j'avais écouté les extraits au fur et à mesure de leur parution et ça m'avait intrigué...

Humungus
membre enregistré
14/07/2018 à 05:44:26
Très, très bon album comme quasi à chaque fois avec ce groupe.
En fait, je viens de pondre une légère critique du dernier MARDUK et me dis que j'aurai à peu de chose prêt pu mettre exactement la même pour CRAFT.
Et comme le dit Jus de cadavre, cette pochette est absolument géniale. Quand on voit le nombre de covers dégueulasses et ridicules qui pullulent à gauche à droite, je me dis qu'il y a vraiment des groupes qui gâchent totalement leur art auditif par ce genre de faux pas hein...

Humungus
membre enregistré
14/07/2018 à 05:56:00
Ah pis au fait !!!
"Putassière" DARKTHRONE ?!?!
Non mais sérieux mortne2001 ? C'était juste pour la beauté de l'adjectif j'espère ce qualificatif hein ?

Ajouter un commentaire


Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)