Perpétuel

Vesperine

26/04/2024

Autoproduction

La vie n’est certes pas simple. Elle est faite de contradictions, d’épreuves, de souffrance, de joie aussi, et nous oblige quotidiennement à la voir comme un combat à mener. Que vous soyez fataliste ou déterministe, le problème reste le même. Un jour après l’autre, ou des plans sur la comète, des plaisirs fugaces pour des traumas tenaces. Et quelle autre musique que le Post-Hardcore pour décrire tout ça ?

C’est en tout cas le chemin choisi par VESPERINE, quintet récemment installé sur la scène, et déjà responsable de plusieurs études en moyen ou long format. En 2024, le groupe a enfin décidé de rassembler ses esprits pour donner une suite au déjà formidable Espérer Sombrer, dont le grand âge réclamait un successeur. Le voici donc sous la forme de trois mouvements et six pistes, avec une fois encore, un décalage entre les ténèbres et la lumière, la trademark d’un genre qui confronte le chaos à la pureté.

Jéremy Piffady (basse), Pierre Prunier & Adam Courtinot  (guitares), Rémi Lasowy (chant) et Aurélien B. Tosolini  (batterie) présentent avec Perpétuel leur grand-œuvre. De par ses proportions évidemment, dantesques, avec près d’une heure de jeu pour six chapitres, mais aussi par son incroyable inspiration. Si les dédales du Post-Hardcore sont parfois complexes à arpenter, si de temps à autres, personne ne trouve la sortie, nos guides nous permettent de traverser les catacombes de la vie avec une faible lumière naturelle comme point de repère. Mais le voyage n’est pas de tout repos, et les fantômes du passé ses manifestent avec insistance.

Qu’en est-il d’une musique aussi ouverte et dévastatrice ? A l’image des tourments qu’elle décrit, elle se permet des allers retours permanents entre le Hardcore de NEUROSIS et le Post-Rock/Post-Punk des années 80, allant même jusqu’à citer le Black Metal avant-gardiste le plus français dans le texte. « Mouvement III - Tant qu'il y a de l'Espoir » plante les bases en quelques minutes, avant que l’introspection ne plonge plus en profondeur pour en extirper les sentiments les plus refoulés.

Enregistré et mixé avec Amaury Sauvé au studio The Apiary, masterisé au DeviantLab par Thibault Chaumont (IGORRR, FANGE, 20 SECONDS FALLING MAN), Perpétuel creuse, explore, tamise, explose et table sur de longues évolutions pour traiter son propos avec acuité. « Mouvement I - Universelle Liesse », et son côté Sludge progressif soudainement interrompu par un break Folk au son cristallin révèle toute la richesse d’une direction artistique ouverte, mais ferme à la fois. Les options sont multiples, et les expressions de genre libres. Le plus important restant les sentiments, les sensations, et la façon de les coucher sur bandes numériques, ce que le quintet fait avec une assurance impressionnante.

Difficile toutefois de décrypter un album qui se révèle dans son ensemble après de nombreuses écoutes. La somme d’informations musicales à traiter étant gigantesque, une approche superficielle condamnera l’auditeur à une incompréhension partielle, comme un film de Lynch qu’on regarderait par intermittence. Il convient donc de faire très attention aux détails, à ces voix qui s’entremêlent dans un discours rageur, à ces deux guitares qui ne se contentent pas de lâcher les riffs les plus amples, et à cette rythmique polyvalente qui s‘adapte parfaitement bien aux motifs choisis.

Le conflit détaillé dans cet album est simple : l’affrontement permanent entre l’espoir et la lucidité. Cet espoir presque dérisoire de voir l’homme prendre la mesure des catastrophes à venir, tout en étant parfaitement lucide quant à son incapacité à se remettre en question. En découle un habile jeu d’ombres qui ressemble parfois au théâtre japonais, avec ses découpages menaçants et ses lumières apaisantes. On prend la mesure de cette dualité en encaissant le choc énorme de « Mouvement I - À Cœur Joie », modèle de construction en gigogne qui passe en revue toutes les nuances d’émotions que la vie nous impose. Fonctionnant comme un journal intime exposé à la vue de tous, Perpétuel est un mouvement sans fin, un roulis terrestre, une secousse marine, qui provoque le futur pour assumer le présent.

Ou au moins, tenter de le faire.

Les structures et digressions sont évidemment riches, tout comme les textures sonores. Le groupe a vraiment tenu à peaufiner chaque aspect de sa musique pour coller à son concept, et proposer une œuvre complexe et dense qui agira sur la durée. Loin des systématismes épuisants du Post-Hardcore de base, VESPERINE emprunte au vocable de nombreux sous-genres de quoi enrichir son discours, et nous entraîner dans une course folle vers un avenir si incertain qu’il n’est lui-même pas conscient de son caractère aléatoire.

Avec des canaux bien séparés, des silences étudiés, des charges virales éléphantesques, Perpétuel joue constamment le contraste accentué, et prend des airs de bobine super-8 en noir et blanc que l’on découvre dans une boîte abandonnée. La fascination qu’exercent les images tient de l’hypnose volontaire, spécialement lorsque la délicatesse atteint des sommets sur l’entame de « Mouvement II - Le Poids du Silence ». Ce silence que le quintet accepte, pour mieux le briser en mille morceaux lors d’une reprise qui souffle un vent terriblement chaud sur la nuque. Mais les détails de ces guitares qui osent aller plus loin, dont la clarté tient parfois du miracle de mixage, permettent de s’immerger dans un monde que l’on croyait connaître, et qui finalement, reste aussi mystérieux qu’un message abscons.

En bon héritiers des travaux les plus progressifs des années 70, qu’ils actualisent d’une violence contemporaine, les VESPERINE tissent une toile ouvragée, dont les motifs divergent selon les émotions. Celle dégagée par « Mouvement II - Interférence » est apaisante, pour le moins, et prépare à la détonation finale de « Mouvement III - Mauvaise Herbe », gigantesque pavé mélancolique et lancinant qui pèse sur le cœur.

Les cris déchirent le ciel plombé, alors que les regards embués fixent un horizon qui se rapproche de plus en plus. Une ligne qui brûle dans la nuit, et qui nous promet des jours encore plus douloureux. Un cycle Perpétuel, une confusion des sens, pour une humanité qui crève de ne pas avoir su laisser mourir ses plus bas instincts.

          

   

Titres de l’album:

01. Mouvement III - Tant qu'il y a de l'Espoir

02. Mouvement I - Universelle Liesse

03. Mouvement I - À Cœur Joie

04. Mouvement II - Le Poids du Silence

05. Mouvement II - Interférence

06. Mouvement III - Mauvaise Herbe


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/04/2024 à 18:41
90 %    86

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35