Impureza

Zen-aku

05/08/2017

Autoproduction

Une journée de merde, un temps de merde, un boulot de merde qui vous bouffe les neurones jour après jour, un appart de merde, des voisins de merde. Vous terminez enfin, il est dix-huit heures, vous rentrez chez vous, et sur le chemin du retour, au détour d’une ruelle pour accéder enfin à votre immeuble décati, des branquignols vous tombent sur la gueule pour vous la défoncer, et piquer le peu que vous aviez dans votre portefeuille. Comment les choses pourraient dégénérer encore plus ? Voir votre mère se faire sodomiser alors qu’on verse du sucre dans votre réservoir ? Que votre sœur vous appelle pour vous dire que votre père à qui vous ne parlez plus depuis des années vient de clamser en laissant une sale ardoise à régler ?

La haine vous avez la haine. Mais dites-vous que dans certains pays, les injustices du destin sont encore plus cruelles et que le quotidien ressemble à un combat mené en vain contre l’adversité. Alors, la tension monte, les tempes palpitent, et vous êtes soudain envahi d’un désir certain de prendre un surin pour régler leur compte à quelques petits malins. Cette rage qui fait gonfler les veines, et qui finit par exploser dans un déluge de violence gratuite laissant des traces de sang sur les murs. Cette sensation, immatérielle et impalpable, trouve un exutoire certain dans certaines pratiques musicales artistiques borderline, dont le Powerviolence se veut chantre incontestable. Et dans le domaine, les colombiens de ZEN/AKU font figure de nouvelle référence absolue. Pourtant, dans le genre, on a tout entendu, du barouf inaudible à la transgression Fastcore un peu trop facile. Sauf que ces trois-là sont vraiment remontés, et osent bousculer les conventions à grands coups de tête dans le mur. Celui du destin.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins qui ne mèneront sans doute pas à Rome mais bien en Colombie, mais avec Impureza, les ZEN/AKU viennent de sortir l’un des EP les plus puissants du système, dont ils ne font pas partie. A trois seulement (Daniel Rubiano – batterie, Oscar Alzate – guitare et David Ramirez – chant), ces originaires de Cali sont parvenus à synthétiser le gêne de la violence pure qui fait muter des cellules Hardcore en virus létal, contaminant votre organisme pour vous transformer en machine à haïr. En douze minutes seulement, cet assemblage de Crust, de Powerviolence, de Grind et de Hardcore méchamment crade réussit le pari de tenir en haleine un cœur pourtant déjà soumis à de rudes pression, sans chercher la révolution, mais en la provocant. Dotés d’un son monstrueux qui amplifie encore plus leurs radicales attaques, Impureza n’est qu’un jet de bile presque ininterrompu, qui utilise le larsen comme arme de dissuasion massive, les arrangements électroniques comme gimmick irritant, et l’osmose entre guitare et batterie comme coup de massue dans les parties. Difficile de trouver incarnation plus pertinente de la brutalité quotidienne subie aux quatre coins du monde, tant ces neuf pistes une fois assemblées se constituent partie civile des plaintes portées à l’encontre d’un destin partial et incertain. Riff sales et vomitifs, chant schizophrénique qui régurgite son excès de bile pour vous le cracher en pleine face, variations rythmiques qui écrasent le thorax et broient les articulations, pour une gigue certes brève, mais lapidaire qui renvoie les petits copains faire leurs cartons. Pourtant, rien de bien neuf là-dedans, si ce n’est dans ce désir de réunir en un même juron les incartades bruitistes des débuts du Grind, et les revendications cacophoniques d’un Powerviolence cathartique. Mais tout est plus ou moins expliqué par l’intro « En Mis Oidos », qui se veut mur du son et de bruit, et qui vous frappe violemment le crane de ses invectives choisies.

La tournure que prennent les choses est assez traumatique, tant les ZEN/AKU refusent tout compromis de modération, pour aller toujours plus loin dans leur abnégation. Ça joue très lourd, très puissant, très rapide, et ce compte-rendu hystérique risque de laisser des traces concrètes, stigmates bordéliques d’une souffrance tangible. Rarement déflagration n’aura fait tomber les murs avec une si rapide succession de détonations, même si les colombiens parfois, jouent légèrement le jeu de la musicalité Crust en appuyant sur ses aspects les plus véhéments (« Ceguera », l’hystérie poussée à son paroxysme et bénéficiant d’une précision rythmique bluffante).  

Ça vous pousse dans les escaliers pour vous faire appréhender toute la dangerosité d’une vie passée à réprimer ses émotions les plus cachées, et vous exhorte à les exprimer en un cri primal qui vous forcera à vous découvrir et avancer (« Muerte En Vida »). Mais à la rigueur, je ne vois même pas pourquoi je m’emmerde à vous expliquer par A+B un état de fait qu’une simple écoute de cet EP vous fera réaliser en quelques secondes bien tassées. Impureza est sans conteste possible le meilleur EP de Powerviolence de cet été, et ne pas l’écouter reviendrait à fermer les yeux en regardant les infos à la télé. Oui, la vie est une p***, oui chaque journée est une lutte, mais parfois, rentrer chez soi et hurler son désespoir est la meilleure thérapie illusoire. Alors criez, beuglez, à vous en arracher des oreilles épuisées. C’est ce que font les ZEN/AKU, et ça marche. Au moins le temps de comprendre qu’on ne peut rien changer à quoi que ce soit.


Titres de l'album:

  1. En Mis Oidos
  2. Venerea
  3. Trafico De organos
  4. Ceguera
  5. Poderviolencia
  6. Imperio De Las Maquinas
  7. Capitulo Negro
  8. T.L.T.S.B
  9. Muerte En Vida

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/11/2017 à 14:56
78 %    485

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
09/11/2017, 19:48:18
Je n'écoute pas vraiment ce style, mais énorme chronique... violence.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03