Une journée de merde, un temps de merde, un boulot de merde qui vous bouffe les neurones jour après jour, un appart de merde, des voisins de merde. Vous terminez enfin, il est dix-huit heures, vous rentrez chez vous, et sur le chemin du retour, au détour d’une ruelle pour accéder enfin à votre immeuble décati, des branquignols vous tombent sur la gueule pour vous la défoncer, et piquer le peu que vous aviez dans votre portefeuille. Comment les choses pourraient dégénérer encore plus ? Voir votre mère se faire sodomiser alors qu’on verse du sucre dans votre réservoir ? Que votre sœur vous appelle pour vous dire que votre père à qui vous ne parlez plus depuis des années vient de clamser en laissant une sale ardoise à régler ?

La haine vous avez la haine. Mais dites-vous que dans certains pays, les injustices du destin sont encore plus cruelles et que le quotidien ressemble à un combat mené en vain contre l’adversité. Alors, la tension monte, les tempes palpitent, et vous êtes soudain envahi d’un désir certain de prendre un surin pour régler leur compte à quelques petits malins. Cette rage qui fait gonfler les veines, et qui finit par exploser dans un déluge de violence gratuite laissant des traces de sang sur les murs. Cette sensation, immatérielle et impalpable, trouve un exutoire certain dans certaines pratiques musicales artistiques borderline, dont le Powerviolence se veut chantre incontestable. Et dans le domaine, les colombiens de ZEN/AKU font figure de nouvelle référence absolue. Pourtant, dans le genre, on a tout entendu, du barouf inaudible à la transgression Fastcore un peu trop facile. Sauf que ces trois-là sont vraiment remontés, et osent bousculer les conventions à grands coups de tête dans le mur. Celui du destin.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins qui ne mèneront sans doute pas à Rome mais bien en Colombie, mais avec Impureza, les ZEN/AKU viennent de sortir l’un des EP les plus puissants du système, dont ils ne font pas partie. A trois seulement (Daniel Rubiano – batterie, Oscar Alzate – guitare et David Ramirez – chant), ces originaires de Cali sont parvenus à synthétiser le gêne de la violence pure qui fait muter des cellules Hardcore en virus létal, contaminant votre organisme pour vous transformer en machine à haïr. En douze minutes seulement, cet assemblage de Crust, de Powerviolence, de Grind et de Hardcore méchamment crade réussit le pari de tenir en haleine un cœur pourtant déjà soumis à de rudes pression, sans chercher la révolution, mais en la provocant. Dotés d’un son monstrueux qui amplifie encore plus leurs radicales attaques, Impureza n’est qu’un jet de bile presque ininterrompu, qui utilise le larsen comme arme de dissuasion massive, les arrangements électroniques comme gimmick irritant, et l’osmose entre guitare et batterie comme coup de massue dans les parties. Difficile de trouver incarnation plus pertinente de la brutalité quotidienne subie aux quatre coins du monde, tant ces neuf pistes une fois assemblées se constituent partie civile des plaintes portées à l’encontre d’un destin partial et incertain. Riff sales et vomitifs, chant schizophrénique qui régurgite son excès de bile pour vous le cracher en pleine face, variations rythmiques qui écrasent le thorax et broient les articulations, pour une gigue certes brève, mais lapidaire qui renvoie les petits copains faire leurs cartons. Pourtant, rien de bien neuf là-dedans, si ce n’est dans ce désir de réunir en un même juron les incartades bruitistes des débuts du Grind, et les revendications cacophoniques d’un Powerviolence cathartique. Mais tout est plus ou moins expliqué par l’intro « En Mis Oidos », qui se veut mur du son et de bruit, et qui vous frappe violemment le crane de ses invectives choisies.

La tournure que prennent les choses est assez traumatique, tant les ZEN/AKU refusent tout compromis de modération, pour aller toujours plus loin dans leur abnégation. Ça joue très lourd, très puissant, très rapide, et ce compte-rendu hystérique risque de laisser des traces concrètes, stigmates bordéliques d’une souffrance tangible. Rarement déflagration n’aura fait tomber les murs avec une si rapide succession de détonations, même si les colombiens parfois, jouent légèrement le jeu de la musicalité Crust en appuyant sur ses aspects les plus véhéments (« Ceguera », l’hystérie poussée à son paroxysme et bénéficiant d’une précision rythmique bluffante).  

Ça vous pousse dans les escaliers pour vous faire appréhender toute la dangerosité d’une vie passée à réprimer ses émotions les plus cachées, et vous exhorte à les exprimer en un cri primal qui vous forcera à vous découvrir et avancer (« Muerte En Vida »). Mais à la rigueur, je ne vois même pas pourquoi je m’emmerde à vous expliquer par A+B un état de fait qu’une simple écoute de cet EP vous fera réaliser en quelques secondes bien tassées. Impureza est sans conteste possible le meilleur EP de Powerviolence de cet été, et ne pas l’écouter reviendrait à fermer les yeux en regardant les infos à la télé. Oui, la vie est une p***, oui chaque journée est une lutte, mais parfois, rentrer chez soi et hurler son désespoir est la meilleure thérapie illusoire. Alors criez, beuglez, à vous en arracher des oreilles épuisées. C’est ce que font les ZEN/AKU, et ça marche. Au moins le temps de comprendre qu’on ne peut rien changer à quoi que ce soit.


Titres de l'album:

  1. En Mis Oidos
  2. Venerea
  3. Trafico De organos
  4. Ceguera
  5. Poderviolencia
  6. Imperio De Las Maquinas
  7. Capitulo Negro
  8. T.L.T.S.B
  9. Muerte En Vida

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/11/2017 à 14:56
78 %    302

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
09/11/2017 à 19:48:18
Je n'écoute pas vraiment ce style, mais énorme chronique... violence.

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !