Désolé, mais avant ma majorité, je n’avais jamais bu une goutte d’alcool ni fumé de Marie-jeanne qui fait rire. Promis. Et c’est sans doute pour ça qu’à quarante-six ans, je me retrouve derrière mon écran, grippé, en train d’écrire sur une bande de lascars qui doivent connaître le goût de la bière et du haschich sur le bout des lèvres, alors même qu’ils ont à peine atteint l’âge légal pour conduire (oui, car aux USA, on doit d’abord apprendre à conduire avant d’apprendre à boire, on ne peut pas choisir). Nonobstant le mensonge éhonté qui a servi d‘introduction à cette pitoyable chronique (car oui, j’ai vomi quand j’étais petit, et pas seulement à cause d’une indigestion de crêpes de ma maman), le concept de Minor In Possession aux Etats-Unis est un dogme avec lequel on ne plaisante pas, et qui caractérise les délits commis par les moins de vingt-et-un ans surpris avec une bouteille ou un joint, et qui en plus n’en ont pas honte les petits sagouins. Mais ce concept sert aussi de point de départ et de nom de baptême à un jeune groupe venu d’Olympia, état de Washington, dont la photo ornant le Bandcamp trahit avec une certaine acuité leur état-civil, nous présentant un quatuor assez blasé, défiant l’appareil photo de leurs poses étudiées, histoire de bien marquer leur territoire. Et avec un blaze comme celui de MINOR IN POSSESSION, il était fort illusoire d’attendre d’eux autre chose qu’une forme très expressive de Punk-Hardcore, ce qu’ils nous servent bouillant sur cette première démo qui ne manquera pas de faire parler d’eux, et pas seulement auprès des autorités locales. Eux risquent d’en devenir une, pour avoir osé graver pour la postérité une démo aussi chargée, et emprunte de Powerviolence salement dosé, et de Grind méchamment débridé.

En huit titres pour une minute de plus, ces sales gosses de Washington nous démontrent que l’avaleur n’attend pas le nombre des années, et qu’il n’est pas nécessaire d’avoir l’âge légal pour pratiquer. Se saoulant de sonorités directement héritées de leur propre scène Punk Hardcore des 80’s, ces branleurs en profitent pour y adjoindre une méchante dose de Crust à tendance Grind typiquement anglaise, à grosse dominante EXTREME NOISE TERROR, tout en louchant sur le côté BLACK FLAG des débuts vers lequel ils risquent de sombrer. Mais on n’est pas prêts de les retrouver dans un caniveau quelconque, parce ces gamins ont la lucidité de leurs ambitions. Loin de torcher une maquette vite fait parce qu’ils viennent de braquer une carte-son valable, ces mioches savent pertinemment ce qu’ils font, et jouent crânement leur carte de violence en la saupoudrant de quelques références bien senties. D’ailleurs, l’allusion à la tournée US catastrophique des SEX PISTOLS en sample d’intro n’est certainement pas là par hasard, et place sous des augures rebelles cette première réalisation qui ne risque pas de finir à la poubelle. C’est méchamment bourrin, mais construit malin, avec une multitude de breaks venant consteller des morceaux instinctifs mais agencés, ce qui nous permet d’apprécier le barouf de ces mineurs en toute tranquillité. Et à peine le machin dégusté, on en vient à regretter que les marmots ne se soient pas montrés plus prolixes, et on se prend à rêver à la possibilité d’un LP complet. Il faut dire que ce Minor In Possession est un concentré de rage juvénile joué avec le professionnalisme de pros invétérés, et que cette démo se place dans la plus droite lignée de la culture Powerviolence ricaine.

On y sent l’ennui et la colère d’une jeunesse qui voit son avenir ruiné à grands coups de libéralisme forcené, mais qui préfère se consacrer à une pratique artistique plutôt que de plonger le nez sur des smartphones branchés. C’est un témoignage d’urgence que ces quatre-là nous livrent sans fioritures, disposant d’un son apte à rivaliser avec les formations les plus rompues, sans perdre de cette fraîcheur qui mérite d’être connue. Et de « Predator Stomp » (le morceau le plus court) à « Man » (le titre le plus long), ces gamins qui n’en sont plus vraiment nous donnent une leçon de savoir composer et de savoir jouer qui laisse assez admiratif, et qui donne envie de brûler sa carte d’identité pour retrouver une jeunesse agitée. Car ils ont beau faire les beaux et nous laisser croire que seule la débauche les intéresse, nous ne sommes pas dupes et comprenons assez vite qu’ils se sentent impliqués socialement (« Anti Facist », au son énorme et à la basse qui crapote), et qu’ils manipulent l’art du contretemps et de l’accélération fatale en deux temps avec un indéniable talent. Alors on encaisse, d’autant que le tout va très vite, et une saillie comme « Break Rules », de sa folie rythmique et de son riff simple comme ta gueule nous prend à rebours. Rondement mené, et achevé dans la démence d’un futur dystopien (« Dystopian », une apologie du Powerviolence sans remords, mais avec de sales touches Core), ce premier effort est d’une respectable densité, et valide cette entrée en matière, aussi modeste que fière.

Tiens, ça me fait même comprendre pourquoi j’ai arrêté l’alcool il y a vingt ans. Sont loin d’être cons ces mômes quand même…


Titres de l'album:

  1. Anti Fascist
  2. Break Rules
  3. Predator Stomp
  4. "Man"
  5. Regime
  6. Fallout
  7. Graffiti
  8. Dystopian

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/03/2018 à 18:12
78 %    69

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Espionage

Digital Dystopia

Vesztegzár

Damnation

In Purulence

Putrid Valley

Converge

Beautiful Ruin

Vyre

Weltformel

Crystal Viper

At the Edge of Time

Hell Patröl

Leather and Chrome

Satan's Basement

Appeal to Your Denial

Marduk

Viktoria

Dreadful Fate

Vengeance

Killing

Toxic Asylum

Malsanctum

Malsanctum

Iron Hunter

Mankind Resistance

Baptists

Beacon of Faith

Craft

White Noise And Black Metal

The Night Flight Orchestra

Sometimes The World Ain't Enough

Hatchet

Dying to Exist

Sacrificed

Enraged

Acrid

Wonderland

Hellfest Open Air 2018 en Image

Simony / 13/07/2018
Hellfest Open Air

HELLFEST 2018 - Live-report part. 3 et fin : dimanche

Jus de cadavre / 05/07/2018
Death Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 2 : Samedi

Jus de cadavre / 04/07/2018
Black Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 1 : Jeudi / Vendredi

Jus de cadavre / 03/07/2018
Heavy Metal

Interview SPHAERA

youpimatin / 28/06/2018
Djent Death Progressif

Concerts à 7 jours

+ Nick Oliveri

23/07 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Photo Stream

Derniers coms

"faut-il faire boire de la bière à des enfants ?"
Ah la par contre... bon... Faut en discuter mais j'ai mon avis ! :D


+1 Jus de cadavre... les enfants (de 6 et 8 ans surtout) n'ont pas de second degré et donc l'imagerie renvoyée par un groupe comme WATAIN est prise au premier degré, il faut faire très attention à cela. Ensuite, le point positif, c'est qu'ils passent du temps avec leurs parents et qu'ils partag(...)


Amener ses gosses dans un gros fest Metal, je trouve ça irresponsable. Point barre. C'est l'un des problème avec l'énorme succès du Hell... "C'est familiale" etc... Du coup les gens amènent leurs gamins. Impressionnant le nombre cette année ! Mais en pleins cagnard avec le monde, le bruit etc.(...)


intéressante cette chro, soit on fonce dedans , soit.... ben on fonce aussi mais on oublie pas de découvrir les autres albums non death d'une référence suédoise, à savoir Entombed. C'est ce que je suis en train de découvrir et je découvre de chouettes albums ( same difference , uprisng ,infe(...)


désolé pour le doublon, boulet un jour....


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


ha quel boulet je fais,!! ;) dommage j'ai loupé exhorder mais vu Accept que je n'avais encore jamais vu et pourtant je suis vieux , mais j'ai laissé tombé le heavy depuis trop longtemps . J'étais aussi présent au Fury. re ;)
pour le dimanche j'ai énormément apprécié Rotten sound, cri(...)


PUTAIN !!! !!! !!!
LA news quoi !!!
"The lady rides a black horse"... Ce que j'ai pu l'écouter cet album à l'époque bordel ! Une tuerie...
Hâte ! Hâte ! Hâte !


POUAH !!! !!! !!!
FAKE NEWS !!! !!! !!!
(Comme dirait l'autre con...)
Tout content d'écouter de nouveaux titres, me voilà tout dépité de me retrouver face à une bête compilation.
Tout ce qui est là était déjà paru il y a des années sur "Under the black sun", la sec(...)


BOUDIOU !!! !!! !!!
Je n'étais pas au courant...
Je télécharge de suite le bazar bordel !!!
Un des plus grands (si ce n'est le plus grand) groupe ricain du genre...


Pressé de l'écouter celui la ! Ce titre m'a étonné dans le bon sens !


probablement leur pire album et l'un des plus pauvres de l'année


toujours au top. du Deicide classique
et toujours ce coté démoniaque qu'aucun autre groupe n'est capable de capturer


Il a l'air fatigué le blasphème...


Chouette morceau, c'est carré, classique mais ça envoie du bois comme on dit . Par contre ce look, j'y arrive pas, en tous cas cela leur permet de se démarquer.


Ah pis au fait !!!
"Putassière" DARKTHRONE ?!?!
Non mais sérieux mortne2001 ? C'était juste pour la beauté de l'adjectif j'espère ce qualificatif hein ?


Très, très bon album comme quasi à chaque fois avec ce groupe.
En fait, je viens de pondre une légère critique du dernier MARDUK et me dis que j'aurai à peu de chose prêt pu mettre exactement la même pour CRAFT.
Et comme le dit Jus de cadavre, cette pochette est absolument génia(...)


« Viktoria ne sera sans doute pas leur plus grande victoire, mais son synthétisme et sa rigueur en font une étape de plus sur le chemin de la glorification »...
Que dire de plus ?
Peut-être un très léger ajout : « Viktoria » fait sans nul doute partie d'une de leur grande victoi(...)


Jeff n'est plus dans TGGO depuis de nombreux mois...