Désolé, mais avant ma majorité, je n’avais jamais bu une goutte d’alcool ni fumé de Marie-jeanne qui fait rire. Promis. Et c’est sans doute pour ça qu’à quarante-six ans, je me retrouve derrière mon écran, grippé, en train d’écrire sur une bande de lascars qui doivent connaître le goût de la bière et du haschich sur le bout des lèvres, alors même qu’ils ont à peine atteint l’âge légal pour conduire (oui, car aux USA, on doit d’abord apprendre à conduire avant d’apprendre à boire, on ne peut pas choisir). Nonobstant le mensonge éhonté qui a servi d‘introduction à cette pitoyable chronique (car oui, j’ai vomi quand j’étais petit, et pas seulement à cause d’une indigestion de crêpes de ma maman), le concept de Minor In Possession aux Etats-Unis est un dogme avec lequel on ne plaisante pas, et qui caractérise les délits commis par les moins de vingt-et-un ans surpris avec une bouteille ou un joint, et qui en plus n’en ont pas honte les petits sagouins. Mais ce concept sert aussi de point de départ et de nom de baptême à un jeune groupe venu d’Olympia, état de Washington, dont la photo ornant le Bandcamp trahit avec une certaine acuité leur état-civil, nous présentant un quatuor assez blasé, défiant l’appareil photo de leurs poses étudiées, histoire de bien marquer leur territoire. Et avec un blaze comme celui de MINOR IN POSSESSION, il était fort illusoire d’attendre d’eux autre chose qu’une forme très expressive de Punk-Hardcore, ce qu’ils nous servent bouillant sur cette première démo qui ne manquera pas de faire parler d’eux, et pas seulement auprès des autorités locales. Eux risquent d’en devenir une, pour avoir osé graver pour la postérité une démo aussi chargée, et emprunte de Powerviolence salement dosé, et de Grind méchamment débridé.

En huit titres pour une minute de plus, ces sales gosses de Washington nous démontrent que l’avaleur n’attend pas le nombre des années, et qu’il n’est pas nécessaire d’avoir l’âge légal pour pratiquer. Se saoulant de sonorités directement héritées de leur propre scène Punk Hardcore des 80’s, ces branleurs en profitent pour y adjoindre une méchante dose de Crust à tendance Grind typiquement anglaise, à grosse dominante EXTREME NOISE TERROR, tout en louchant sur le côté BLACK FLAG des débuts vers lequel ils risquent de sombrer. Mais on n’est pas prêts de les retrouver dans un caniveau quelconque, parce ces gamins ont la lucidité de leurs ambitions. Loin de torcher une maquette vite fait parce qu’ils viennent de braquer une carte-son valable, ces mioches savent pertinemment ce qu’ils font, et jouent crânement leur carte de violence en la saupoudrant de quelques références bien senties. D’ailleurs, l’allusion à la tournée US catastrophique des SEX PISTOLS en sample d’intro n’est certainement pas là par hasard, et place sous des augures rebelles cette première réalisation qui ne risque pas de finir à la poubelle. C’est méchamment bourrin, mais construit malin, avec une multitude de breaks venant consteller des morceaux instinctifs mais agencés, ce qui nous permet d’apprécier le barouf de ces mineurs en toute tranquillité. Et à peine le machin dégusté, on en vient à regretter que les marmots ne se soient pas montrés plus prolixes, et on se prend à rêver à la possibilité d’un LP complet. Il faut dire que ce Minor In Possession est un concentré de rage juvénile joué avec le professionnalisme de pros invétérés, et que cette démo se place dans la plus droite lignée de la culture Powerviolence ricaine.

On y sent l’ennui et la colère d’une jeunesse qui voit son avenir ruiné à grands coups de libéralisme forcené, mais qui préfère se consacrer à une pratique artistique plutôt que de plonger le nez sur des smartphones branchés. C’est un témoignage d’urgence que ces quatre-là nous livrent sans fioritures, disposant d’un son apte à rivaliser avec les formations les plus rompues, sans perdre de cette fraîcheur qui mérite d’être connue. Et de « Predator Stomp » (le morceau le plus court) à « Man » (le titre le plus long), ces gamins qui n’en sont plus vraiment nous donnent une leçon de savoir composer et de savoir jouer qui laisse assez admiratif, et qui donne envie de brûler sa carte d’identité pour retrouver une jeunesse agitée. Car ils ont beau faire les beaux et nous laisser croire que seule la débauche les intéresse, nous ne sommes pas dupes et comprenons assez vite qu’ils se sentent impliqués socialement (« Anti Facist », au son énorme et à la basse qui crapote), et qu’ils manipulent l’art du contretemps et de l’accélération fatale en deux temps avec un indéniable talent. Alors on encaisse, d’autant que le tout va très vite, et une saillie comme « Break Rules », de sa folie rythmique et de son riff simple comme ta gueule nous prend à rebours. Rondement mené, et achevé dans la démence d’un futur dystopien (« Dystopian », une apologie du Powerviolence sans remords, mais avec de sales touches Core), ce premier effort est d’une respectable densité, et valide cette entrée en matière, aussi modeste que fière.

Tiens, ça me fait même comprendre pourquoi j’ai arrêté l’alcool il y a vingt ans. Sont loin d’être cons ces mômes quand même…


Titres de l'album:

  1. Anti Fascist
  2. Break Rules
  3. Predator Stomp
  4. "Man"
  5. Regime
  6. Fallout
  7. Graffiti
  8. Dystopian

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/03/2018 à 18:12
78 %    95

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Napalm Ted

Mouthful

Manes

Slow Motion Death Sequence

Torturer

Die In Pain

Binah

Phobiate

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Samedi

Jus de cadavre / 31/08/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Pain Of Salvation + Kingcrow

18/09 : L'empreinte, Savigny Le Temple (91)

Defeated Sanity + Acranius + Epicardiectomy

19/09 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Pain Of Salvation + Kingcrow

19/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Heart Of A Coward

19/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Pain Of Salvation + Kingcrow

20/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Acidez + Banane Metalik

20/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Evadne + Lying Figures + The Holeum

20/09 : Le Klub, Paris (75)

Heart Of A Coward

20/09 : Olympic Café, Paris (75)

Tagada Jones + Opium Du Peuple

21/09 : Le Rio Grande, Montauban ()

Acidez + Banane Metalik

21/09 : Le Db, Narbonne (11)

Lonewolf + Speed Queen + Venin

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Alcest + Vampillia

21/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Les Ramoneurs De Menhirs

21/09 : Le Clapier, Saint-etienne (42)

Heart Of A Coward

21/09 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Batushka

21/09 : Cco, Villeurbane (69)

Lower Than Atlantis

21/09 : Backstage, Paris (75)

Khaos Dei + Black Bomb A + The New Roses

21/09 : Parc De Villeroy, Mennecy (91)

+ Bukowski + Shoeilager

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.


Les compagnons des gras jambon !!!! là il y a du nom qui fouette


énorme en effet, wait and see


Une bien belle affiche, vénère comme il faut et surtout qui se différencie pas mal de beaucoup de fest Metal !


Je manque encore un peu de recul sur cet album mais les premières écoutes m'ont bien plu. On retrouve effectivement la patte Vilosophe.


Putain ! Toujours aussi bon malgré le poids des années...
Ce break de basse bordel !
Hâte d'entendre l'album complet.


Enorme fan du groupe, j'ai plus que hâte de me fourrer ça dans les oreilles bordel...


J'avais le souvenir d'un groupe plus suffocant, là y a un goût de Morbid Angel et j'aimebeaucoup


Énorme date à Rennes hier soir, à ne pas rater pour tous fans de Brutal Death qui se respecte ! Le report en ligne dans quelques jours...


Ce titre n'a pas pris une ride mais nous si !
Quelle chanson et quel album en tous cas !
Pis effectivement, sacrée prise de risque à l'époque. Fallait avoir les couilles de le faire mais putain que cela ne valait le coup bordel ! Un son quasi inimitable...
Par contre, faudra que(...)


Pfff, l'album de Voivod s'annonce ÉNORME.


Magnifique chronique ! Elle met des images en tête ! Bravo ! Et l'album est, comme tu le dis, sublime. J'ai mis du temps à apprécier "The Devil Puts Dinosaurs Here" que je trouve assez aride. Ce n'est pas le cas de "Rainier Fog", plus lumineux ("Fly", "Never Fade", "Rainier Fog"), plus pop en que(...)