Loop of Yesterdays

Azusa

10/04/2020

Indie Recordings

Après avoir secoué l’underground il y a deux ans avec Heavy Yoke, le complot international AZUSA n’avait pas la tâche facile. On pourrait croire que l’étape de prise de connaissance est la plus complexe, mais c’est certainement le processus de confirmation qui l’est. Séduire de son étrangeté au premier rendez-vous n’est pas chose ardue, mais persuader le public du bienfondé de votre excentrisme n’est pas donné à tout le monde, spécialement lorsque les fans conquis vous ont accordé leur confiance. Alors, deux ans après avoir encaissé cette claque initiale, deux ans après s’être perdu en conjectures, à se gratter la tête pour essayer de savoir quelle direction les musiciens allaient emprunter, la réponse est là, sous nos oreilles. Une fois de plus prodiguée par les norvégiens d’Indie Recordings, certainement trop heureux de s’y obliger. Retrouvons donc la bande au grand complet, qui après mure réflexion, dure composition et choix artistique nous en revient avec un questionnement à la Jour sans Fin, et une boucle du passé dont on souhaite ardemment s’extirper à certaines époques de notre vie. Loop of Yesterdays bien que lardé de similitudes, n’est pas Heavy Yoke, il n’en a pas le choc initial, il n’en a pas la surprise, et ne pouvait pas tabler sur l’effet d’étonnement, son prédécesseur ayant déjà trop balisé le terrain pour ça. Et la question était de savoir comment le collectif international allait s’y prendre sans pouvoir tabler sur cet effet de manche, ne pouvant se reposer que sur ses qualités propres pour séduire l’auditeur avide de sensations inédites. Et après quelques écoutes de ce sophomore, les inquiétudes laissent la place à une satisfaction dépassant le simple cadre du soulagement. Loop of Yesterdays est d’une qualité égale, parfois supérieure, plus varié, plus affirmé et plus posé à la fois, et se hisse au niveau d’un successeur/ascendant, résultat qu’il n’a pas atteint par hasard et sans réfléchir. Car aussi talentueux soient-ils, les musiciens qui composent le groupe n’en sont pas nés de la dernière pluie, et on bien relu leur copie.

L’équation du line-up étant la même (Liam Wilson des DILLINGER ESCAPE PLAN à la basse, mais aussi Christer Espevoll (guitare) et David Husvik (batterie) d'EXTOL, et Eleni Zafiriadou (chant), des SEA + AIR), la seule inconnue restait la direction artistique de l’album, qui se devait de proposer le même éclectisme extrême de son illustre aîné. Après écoute superficielle de quelques morceaux, la variable s’imposait d’elle-même, et évitait le piège en boucle de son titre. Avec des textes focalisés sur la prise d’âge et de maturité, le deuil, la perte, les souvenirs et tout autre thème lié à l’humain. Du baptême de ce second LP, Eleni nous avoue un rêve qu’elle a fait, lié à ce vers qu’elle utilise, « cannot lose myself in a loop of yesterdays ». Une Eleni qui s’est perdue elle-même, et qui pour revenir à la réalité du présent a dû se prendre en main. L’aide précieuse de ses collaborateurs lui a permis de puiser en elle-même les mots nécessaires pour expliquer sa démarche, et l’amplitude stylistique de Loop of Yesterdays prouve que la combinaison des quatre talents différents fonctionne toujours aussi bien. Techniquement, le disque a été une fois de plus élaboré par les deux frères siamois EXTOL, avec un enregistrement aux Hawk studios d’Oslo, fief de David Husvik, et un mastering peaufiné par les deux hommes. Les sessions se sont d’ailleurs étalées sur deux ans, commençant alors que le premier LP sortait à peine du pressage, et avec un coup de pouce de Nick Terry (SERENA MANEESH, KVELERTAK, TURBONEGRO) au mixage, et un mastering peaufiné par Jens Bogren (OPETH, AT THE GATES, BETWEEN THE BURIED AND ME), Loop of Yesterdays possède cette patine unique, un peu floue, un peu jaunie, un peu plurielle dans la cire qui permet aux morceaux les plus crus de sonner très sec, et aux titres les plus expérimentaux et évanescents de s’échapper d’un rêve.

Une fois encore, l’ambiance a donc été travaillée à l’extrême, ce qui a permis aux musiciens/artistes de taper tous azimuts. Entre les inserts éclair d’une violence inouïe, les titres atmosphériques plus élaborés, et les surprises en entre-deux, ce second chapitre surprend de sa lucidité et de son culot. Toujours aussi à cheval entre les genres qu’ils ont pratiqué/pratiquent, ces représentants de la première ligne extrême internationale ont eu un vaste choix pour que la magie opère encore, optant pour une attaque franche et massive. D’ailleurs, avec son titre en clin d ‘œil, « Memories of an Old Emotion » semble opter pour la double référence, avec en premier lieu un clin d’œil au premier album, et en second une allusion absolument pas déguisée à la thématique de cette fameuse boucle qu’évoque Eleni dans ses textes. D’ailleurs, le sentiment exposé par la chanteuse prend forme au travers d’un morceau en dualité, reposant d’un côté sur l’un des riffs les plus denses du répertoire du groupe, et de l’autre sur une mélodie désincarnée symptomatique de la scène Pop alternative des années 90. En gommant l’aspect le plus rude et en utilisant des ficelles Pop et Rock, « One Too Many Times » reprend peu ou prou le même schéma que Heavy Yoke exposait. On reconnaît évidemment la signature des membres d’EXTOL, et leur façon totalement nordique de traiter le Thrash non comme un simple exutoire, mais comme un art à part entière. Les instruments semblent tous en place, et s’imposent avec logique, pourtant le tout exhale d’un parfum irréel, comme une boite à musique étrange, ou une station de radio mal calée entre deux émissions contraires, et le particularisme du groupe n’a donc pas laissé la place à un consensus de surface, ce qui est extrêmement rassurant.  

Entre les deux chapitres n’existe pas une distance infranchissable. Ils semblent parfois reliés par une corde assez grossière (« Detach »), ou un thème conducteur remarquable (« Seven Demons Mary »). Mais ce qu’on apprécie surtout sur ce deuxième longue-durée, c’est cette capacité renouvelée à surprendre et mélanger les genres sans sonner « forcé », sans que l’originalité soit constamment convoquée, mais plus suggérée. Et si « Loop of Yesterdays » retrouve l’évanescence de la Folk nordique puriste des années 70, « Kill / Destroy » contrebalance avec son ambiance de Thrash/Hardcore, qui scelle l’union entre les EXTOL et l’ex-DILLINGER ESCAPE PLAN. Rien de foncièrement surprenant de la part de ces gars-là, mais toujours cette symbiose entre des artistes d’horizons différents, qui ne souhaitent pas plus aujourd’hui être classés qu’hier, et qui avancent, à leur rythme, pour peut-être accoucher d’un style unique (« Golden Words »), propre à leur démarche, en acceptant l’influence de décades s’étant écoulées avant leur existence. Ayant eu la chance de disséquer Heavy Yoke et d’interviewer les membres du groupe à l’occasion de sa sortie, je n’ai rien trouvé de fondamentalement surprenant sur Loop of Yesterdays. La qualité de l’album lui-même ne m’a guère déstabilisé, car j’avais totale confiance en ces musiciens toujours capables d’assurer même là où on les attend forcément. Ce second volet ne m’a donc ni rassuré (je n’étais pas inquiet), ni déséquilibré, mais j’en ai apprécié les nouvelles tendances (« Monument » et son PIXIES style revu et corrigé MY RUIN), et la densité générale. Un disque qui ne risque pas de vous piéger dans une boucle d’ennui, tant sa créativité évite toute redondance.       

                                                      

Titres de l’album :

                        01. Memories of an Old Emotion

                        02. One Too Many Times

                        03. Detach

                        04. Seven Demons Mary

                        05. Support Becomes Resistance

                        06. Monument

                        07. Loop of Yesterdays

                        08. Rapture Boy

                        09. Skull Chamber

                        10. Kill / Destroy

                        11. Golden Words

                        12. Ritual Aching

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/04/2020 à 14:48
88 %    317

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

One Small Voice

mortne2001 07/06/2020

Concerts à 7 jours
Pendrak + Insane Order + Nervous Impulse + Unsu 04/07 : La Brat Cave, Lille (59)
Trepan Dead + Nervous Impulse + Unsu 05/07 : Mcp Apache, Fontaine L'evêque ()
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kolka

Un bouquin qui fait parler les idiots incultes.

03/07/2020, 08:48

loka

Pas terrible. Ultra polissé et des parties mélodiques inutiles et embarrassantes....

03/07/2020, 08:45

Simony

Pour en revenir au bouquin, je pense que les photos doivent dégager une certaine atmosphère bien plaisante. Je me laisserai peut-être tenté... on verra

02/07/2020, 22:15

Saddam Mustaine

Si j'ai trouvé ça.

"Je te le dis franchement, j’ai voulu tuer cet enfoiré à la fin. Imagine que quelqu’un que tu penses être ton ami rentre chez lui et trouve un autre ami qui s’est suicidé, et décide de prendre des photos de son cadavre. Qui de sensé aurait pu faire une c(...)

02/07/2020, 20:00

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48

Saddam Mustaine

J'ai pas le film sous la main donc je sais pas perso.

02/07/2020, 19:46

Humungus

"Based on truth and lies"... ... ...

02/07/2020, 14:25

youpimatin

"When the Moment of Death Arrives" est une reprise de Sentenced, le tout 1er titre de "Shadows of the Past" sorti en 1992.

02/07/2020, 10:32

Pomah

Marrant tout de même, il est indiqué sur plusieurs sites que c'est le prod. de Tormentor qui est vendu un fragment du crane de Dead, pour 3.500 boules. Je ne trouve rien sur le fait que ce soit Necrobutcher qui confirme t'es dires. Cela dit les preuves sur net parfois ...

02/07/2020, 03:55

Pomah

Hahahaa "mon ptit gars", un peu de respect tout de même, Je suis surement pas ton petit gars ;). j'en ai rien a foutre que le gars revende des bout d'os de poulet. "Renseigne toi", je viens de te dire que c'est ce que je vais faire, MON propre opinion, y'a de quoi que tu comprends pas dans ce que j(...)

02/07/2020, 03:13

Satan

@ : Un jugement de valeur arbitraire? Ce sont des faits mon petit gars, pas une invention de mon esprit farfelu. Je récidive : renseigne-toi. Qui plus est, ce Mr a dit et répété pendant des années qu'il avait été outré par le collier collectant les os de Dead, alors que l'année passée il f(...)

01/07/2020, 21:57

Pomah

Maybe, mais je préfère me faire mon opinion moi même que de suivre bêtement un jugement de valeur très arbitraire.

01/07/2020, 00:01

Satan

L'indice est : "Helvete".

30/06/2020, 22:17

Satan

@ Pomah : Si tu te renseignais un peu, tu trouveras exactement ce que je mentionne dans des interviews récentes du Mr.

30/06/2020, 22:16

RBD

Vu en 2012, bon souvenir, le report a été exhumé il y a quelque temps si vous suivez...

30/06/2020, 20:14

Saddam Mustaine

Les mecs de Darkthrone qui rencontrent Euronymous ?

C'est là qu'ils laissent le Death pour faire du Black.

30/06/2020, 18:53

Pomah

Vous semblez le connaitre mieux que quiconque... Chapeau bas.

Hâte de perdre mon temps à le lire alors.

30/06/2020, 14:00

Arioch91

Pas transcendé par cet extrait mais j'attends l'album.

30/06/2020, 08:40

NecroKosmos

Lui (ou elle), je l'attends comme le messie !! Un groupe extra trop peu reconnu.

30/06/2020, 06:29