Lorsque mes chers amis de Sentient Ruin m’envoient un promo, j’y prête toujours la plus grande attention. Je connais leur délicatesse de choix, inversement proportionnelle à la subtilité des groupes qu’ils me recommandent, mais je dois reconnaître qu’une fois encore, ils ont trouvé le moyen de me surprendre au-delà de mes attentes…En tapant dans le BM le plus noisy et diffus possible, le label a mis la barre très haute, et nous déstabilise de son audace en osant franchir les barrières séparant la brutalité du nihilisme musical le plus absolu…Il faut dire qu’en accordant leur confiance à un individu connu pour ses exactions dans l’underground depuis plus de vingt ans, ils ne risquaient pas de se tromper, et le projet solitaire VESSEL OF INIQUITY les a certainement comblés…A la barre de ce navire en pleine perdition bruitiste, SP.White, acteur fameux d’une certaine frange de l’extrême anglais le moins complaisant, qui depuis la fin des années 90 se consacre à divers projets de déconstruction, au sein d’entités aussi effrayantes que DYNAMICAL SYSTEM COLLECTIVE, EDGE OF DARKNESS, THE NULLL COLLECTIVE, THORAXEMBALMER, UNCERTAINTY PRINCIPLE, ou THIS EMPTY VESSEL, et même un concept au nom sans doute lucide et prédestiné, AN AUDIENCE OF NONE, qui en effet semble à même de baliser le public potentiel des délires cataclysmiques de son auteur…Alors, sir White, âme solitaire perdue dans un dédale de produits tous plus honteusement commerciaux les uns que les autres ? C’est un peu ça, et il semblerait que l’impétueux musicien a trouvé sa propre voie depuis longtemps, entre bruitages cauchemardesques, et Ambient Black de la mort…

La plaquette promo fournie par le label nous prévient, ici, le plaisir passe par la douleur, et la croyance par le nihilisme, ce qui fait de ce Vessel Of Iniquity un des EP les plus définitifs dans le créneau si complexe et rédhibitoire du Black à tendance expérimental. Les références affluent, et sont citées par les principaux responsables, de l’inévitable GNAW THEIR TONGUES à TEITANBLOOD en passant par IMPETUOUS RITUAL, sans pour autant vraiment définir les contours de l’ignominie qui vous attend au détour des trois pistes de cette sortie éponyme. S’il est certain que la créature de Mories partage quelques points commun avec celle de White, les deux évoluent plus en parallèle qu’en croisement, même si le Black sombre et diffus de l’anglais n’a rien à envier en termes d’intensité irritative aux émanations crépusculaires de son estimé collègue. Ici, les notions de structure, d’agencement, d’évolution sont foulées au pied de la provocation, qui dès l’entame « Void of Existential Terror » met les choses au point. Boîte à rythme déchaînée, riffs indiscernables, voix d’outre-tombe, tempo épileptique, pour une litanie linéaire et cacophonique de plus de cinq minutes qui ne laisse que peu de place à l’imagination. Il est évident que les plus modérés des affreux d’entre vous fuiront cette chose abominable dès ses premiers cris, mais il y a quelque chose de cathartique dans cette débauche de sons intraduisibles en langage musical, un peu comme si les aspects les plus repoussants du BM étaient portés à un paroxysme total. On peut trouver ça d’une futilité crasse, voire considérer la chose avec un mépris affiché, pourtant, il se dégage de ce morceau une ambiance d’apocalypse qui prend à la gorge, et qui resserre son étreinte sans jamais modifier son emprise ou ses mouvements.

« Where Even Nothing Is Something », reprend en trois minutes les mêmes principes, en se targuant d’arrangements sombres et impénétrables, mais nous laisse quand même apercevoir des silhouettes fantomatiques à travers le brouillard de violence, en adaptant sa rythmique à un mid tempo écrasant et laissant toujours la guitare agoniser en arrière-plan, incapable de s’imposer parmi ces fréquences gravissimes. Le chant, si tant est qu’on puisse le nommer ainsi, joue le rôle d’un narrateur linéaire hurlant ses litanies d’une voix à laisser BURZUM chancelant de sa propre empathie, tandis que les quelques espaces positifs nous laissent en suspens dans le néant de textures organiques inconnues. C’est éminemment bruyant, volontairement hideux, et rangé de fait dans la catégorie des déjections les plus nauséabondes par les gardiens du bon goût, mais « Choronzon » change un peu la donne de son intro inquiétante aux voix cacochymes. Le tempo se stabilise, et les strates mélodiques s’affirment plus, pour finalement presque abandonner les oripeaux BM pour se concentrer sur un Ambient plus à même de trouver clémence aux oreilles des plus sensibles. Pourtant, en version plus abordable, VESSEL OF INIQUITY ne se veut pas moins terrifiant, juste plus concevable pour des esprits peu rodés à l’exercice de l’extrême bruitiste, et on sent que ce dernier morceau peut ouvrir des perspectives fort intéressantes pour le projet, pour peu que son concepteur accepte de suivre des chemins de traverse moins orientés vers le néant.

Un EP qui devrait s’accompagner d’un avertissement pour les plus impressionnables, mais qui saura rassasier les psychotiques de ses sonorités maléfiques.


Titres de l'album:

  1. Void of Existential Terror
  2. Where Even Nothing Is Something
  3. Choronzon

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/01/2018 à 17:45
70 %    317

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates