Lorsque mes chers amis de Sentient Ruin m’envoient un promo, j’y prête toujours la plus grande attention. Je connais leur délicatesse de choix, inversement proportionnelle à la subtilité des groupes qu’ils me recommandent, mais je dois reconnaître qu’une fois encore, ils ont trouvé le moyen de me surprendre au-delà de mes attentes…En tapant dans le BM le plus noisy et diffus possible, le label a mis la barre très haute, et nous déstabilise de son audace en osant franchir les barrières séparant la brutalité du nihilisme musical le plus absolu…Il faut dire qu’en accordant leur confiance à un individu connu pour ses exactions dans l’underground depuis plus de vingt ans, ils ne risquaient pas de se tromper, et le projet solitaire VESSEL OF INIQUITY les a certainement comblés…A la barre de ce navire en pleine perdition bruitiste, SP.White, acteur fameux d’une certaine frange de l’extrême anglais le moins complaisant, qui depuis la fin des années 90 se consacre à divers projets de déconstruction, au sein d’entités aussi effrayantes que DYNAMICAL SYSTEM COLLECTIVE, EDGE OF DARKNESS, THE NULLL COLLECTIVE, THORAXEMBALMER, UNCERTAINTY PRINCIPLE, ou THIS EMPTY VESSEL, et même un concept au nom sans doute lucide et prédestiné, AN AUDIENCE OF NONE, qui en effet semble à même de baliser le public potentiel des délires cataclysmiques de son auteur…Alors, sir White, âme solitaire perdue dans un dédale de produits tous plus honteusement commerciaux les uns que les autres ? C’est un peu ça, et il semblerait que l’impétueux musicien a trouvé sa propre voie depuis longtemps, entre bruitages cauchemardesques, et Ambient Black de la mort…

La plaquette promo fournie par le label nous prévient, ici, le plaisir passe par la douleur, et la croyance par le nihilisme, ce qui fait de ce Vessel Of Iniquity un des EP les plus définitifs dans le créneau si complexe et rédhibitoire du Black à tendance expérimental. Les références affluent, et sont citées par les principaux responsables, de l’inévitable GNAW THEIR TONGUES à TEITANBLOOD en passant par IMPETUOUS RITUAL, sans pour autant vraiment définir les contours de l’ignominie qui vous attend au détour des trois pistes de cette sortie éponyme. S’il est certain que la créature de Mories partage quelques points commun avec celle de White, les deux évoluent plus en parallèle qu’en croisement, même si le Black sombre et diffus de l’anglais n’a rien à envier en termes d’intensité irritative aux émanations crépusculaires de son estimé collègue. Ici, les notions de structure, d’agencement, d’évolution sont foulées au pied de la provocation, qui dès l’entame « Void of Existential Terror » met les choses au point. Boîte à rythme déchaînée, riffs indiscernables, voix d’outre-tombe, tempo épileptique, pour une litanie linéaire et cacophonique de plus de cinq minutes qui ne laisse que peu de place à l’imagination. Il est évident que les plus modérés des affreux d’entre vous fuiront cette chose abominable dès ses premiers cris, mais il y a quelque chose de cathartique dans cette débauche de sons intraduisibles en langage musical, un peu comme si les aspects les plus repoussants du BM étaient portés à un paroxysme total. On peut trouver ça d’une futilité crasse, voire considérer la chose avec un mépris affiché, pourtant, il se dégage de ce morceau une ambiance d’apocalypse qui prend à la gorge, et qui resserre son étreinte sans jamais modifier son emprise ou ses mouvements.

« Where Even Nothing Is Something », reprend en trois minutes les mêmes principes, en se targuant d’arrangements sombres et impénétrables, mais nous laisse quand même apercevoir des silhouettes fantomatiques à travers le brouillard de violence, en adaptant sa rythmique à un mid tempo écrasant et laissant toujours la guitare agoniser en arrière-plan, incapable de s’imposer parmi ces fréquences gravissimes. Le chant, si tant est qu’on puisse le nommer ainsi, joue le rôle d’un narrateur linéaire hurlant ses litanies d’une voix à laisser BURZUM chancelant de sa propre empathie, tandis que les quelques espaces positifs nous laissent en suspens dans le néant de textures organiques inconnues. C’est éminemment bruyant, volontairement hideux, et rangé de fait dans la catégorie des déjections les plus nauséabondes par les gardiens du bon goût, mais « Choronzon » change un peu la donne de son intro inquiétante aux voix cacochymes. Le tempo se stabilise, et les strates mélodiques s’affirment plus, pour finalement presque abandonner les oripeaux BM pour se concentrer sur un Ambient plus à même de trouver clémence aux oreilles des plus sensibles. Pourtant, en version plus abordable, VESSEL OF INIQUITY ne se veut pas moins terrifiant, juste plus concevable pour des esprits peu rodés à l’exercice de l’extrême bruitiste, et on sent que ce dernier morceau peut ouvrir des perspectives fort intéressantes pour le projet, pour peu que son concepteur accepte de suivre des chemins de traverse moins orientés vers le néant.

Un EP qui devrait s’accompagner d’un avertissement pour les plus impressionnables, mais qui saura rassasier les psychotiques de ses sonorités maléfiques.


Titres de l'album:

  1. Void of Existential Terror
  2. Where Even Nothing Is Something
  3. Choronzon

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/01/2018 à 17:45
70 %    186

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thrashback

Sinister Force

Sylvaine

Atoms Aligned, Coming Undone

Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

C'est surréaliste cette histoire !
Pendant que sa baraque crame, le mec s'introduit chez ses voisins alors que ces mêmes voisins sont présents ! Et lorsque les flics débarquent il tente de se cacher derrière une clôture avant de les menacer avec un couteau ! Heuuuuu... clairement la dro(...)


C'est vraiment chiant. C'est un super guitariste qui était vraiment dans l'esprit du groupe. Le genre de gars qui est rentré dans Cannibal Corpse en cours de route et qui veut y rester... mais il a merdé. Pour le remplacer, ça ne va pas être facile et, mis à par Jack Owen qui est maintenant ch(...)


Ben, mince alors ! :(


Le gars qui joint le geste à la parole en somme...


Fin de carriere chez Cannibal Corpse j'imagine...


La drogue, c'est mal.


Mercyless au top comme d'hab quoi. La classe ce groupe franchement.


On est loin de ...and Oceans, pour le coup !


Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.