Lorsque mes chers amis de Sentient Ruin m’envoient un promo, j’y prête toujours la plus grande attention. Je connais leur délicatesse de choix, inversement proportionnelle à la subtilité des groupes qu’ils me recommandent, mais je dois reconnaître qu’une fois encore, ils ont trouvé le moyen de me surprendre au-delà de mes attentes…En tapant dans le BM le plus noisy et diffus possible, le label a mis la barre très haute, et nous déstabilise de son audace en osant franchir les barrières séparant la brutalité du nihilisme musical le plus absolu…Il faut dire qu’en accordant leur confiance à un individu connu pour ses exactions dans l’underground depuis plus de vingt ans, ils ne risquaient pas de se tromper, et le projet solitaire VESSEL OF INIQUITY les a certainement comblés…A la barre de ce navire en pleine perdition bruitiste, SP.White, acteur fameux d’une certaine frange de l’extrême anglais le moins complaisant, qui depuis la fin des années 90 se consacre à divers projets de déconstruction, au sein d’entités aussi effrayantes que DYNAMICAL SYSTEM COLLECTIVE, EDGE OF DARKNESS, THE NULLL COLLECTIVE, THORAXEMBALMER, UNCERTAINTY PRINCIPLE, ou THIS EMPTY VESSEL, et même un concept au nom sans doute lucide et prédestiné, AN AUDIENCE OF NONE, qui en effet semble à même de baliser le public potentiel des délires cataclysmiques de son auteur…Alors, sir White, âme solitaire perdue dans un dédale de produits tous plus honteusement commerciaux les uns que les autres ? C’est un peu ça, et il semblerait que l’impétueux musicien a trouvé sa propre voie depuis longtemps, entre bruitages cauchemardesques, et Ambient Black de la mort…

La plaquette promo fournie par le label nous prévient, ici, le plaisir passe par la douleur, et la croyance par le nihilisme, ce qui fait de ce Vessel Of Iniquity un des EP les plus définitifs dans le créneau si complexe et rédhibitoire du Black à tendance expérimental. Les références affluent, et sont citées par les principaux responsables, de l’inévitable GNAW THEIR TONGUES à TEITANBLOOD en passant par IMPETUOUS RITUAL, sans pour autant vraiment définir les contours de l’ignominie qui vous attend au détour des trois pistes de cette sortie éponyme. S’il est certain que la créature de Mories partage quelques points commun avec celle de White, les deux évoluent plus en parallèle qu’en croisement, même si le Black sombre et diffus de l’anglais n’a rien à envier en termes d’intensité irritative aux émanations crépusculaires de son estimé collègue. Ici, les notions de structure, d’agencement, d’évolution sont foulées au pied de la provocation, qui dès l’entame « Void of Existential Terror » met les choses au point. Boîte à rythme déchaînée, riffs indiscernables, voix d’outre-tombe, tempo épileptique, pour une litanie linéaire et cacophonique de plus de cinq minutes qui ne laisse que peu de place à l’imagination. Il est évident que les plus modérés des affreux d’entre vous fuiront cette chose abominable dès ses premiers cris, mais il y a quelque chose de cathartique dans cette débauche de sons intraduisibles en langage musical, un peu comme si les aspects les plus repoussants du BM étaient portés à un paroxysme total. On peut trouver ça d’une futilité crasse, voire considérer la chose avec un mépris affiché, pourtant, il se dégage de ce morceau une ambiance d’apocalypse qui prend à la gorge, et qui resserre son étreinte sans jamais modifier son emprise ou ses mouvements.

« Where Even Nothing Is Something », reprend en trois minutes les mêmes principes, en se targuant d’arrangements sombres et impénétrables, mais nous laisse quand même apercevoir des silhouettes fantomatiques à travers le brouillard de violence, en adaptant sa rythmique à un mid tempo écrasant et laissant toujours la guitare agoniser en arrière-plan, incapable de s’imposer parmi ces fréquences gravissimes. Le chant, si tant est qu’on puisse le nommer ainsi, joue le rôle d’un narrateur linéaire hurlant ses litanies d’une voix à laisser BURZUM chancelant de sa propre empathie, tandis que les quelques espaces positifs nous laissent en suspens dans le néant de textures organiques inconnues. C’est éminemment bruyant, volontairement hideux, et rangé de fait dans la catégorie des déjections les plus nauséabondes par les gardiens du bon goût, mais « Choronzon » change un peu la donne de son intro inquiétante aux voix cacochymes. Le tempo se stabilise, et les strates mélodiques s’affirment plus, pour finalement presque abandonner les oripeaux BM pour se concentrer sur un Ambient plus à même de trouver clémence aux oreilles des plus sensibles. Pourtant, en version plus abordable, VESSEL OF INIQUITY ne se veut pas moins terrifiant, juste plus concevable pour des esprits peu rodés à l’exercice de l’extrême bruitiste, et on sent que ce dernier morceau peut ouvrir des perspectives fort intéressantes pour le projet, pour peu que son concepteur accepte de suivre des chemins de traverse moins orientés vers le néant.

Un EP qui devrait s’accompagner d’un avertissement pour les plus impressionnables, mais qui saura rassasier les psychotiques de ses sonorités maléfiques.


Titres de l'album:

  1. Void of Existential Terror
  2. Where Even Nothing Is Something
  3. Choronzon

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/01/2018 à 17:45
70 %    291

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.