Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, j’aime le Thrash. Cela dit, si vous suivez de près mes chroniques et que ce détail vous a échappé, vous êtes sacrément étourdi.

Oui, je suis un enfant du Baby Thrash Boom de 84/85, et j’ai été élevé au biberon METALLICA, SLAYER, EXODUS et autres nounous de l’extrême qui m’ont nourri de leurs riffs saccadés et de leurs rythmiques motivées.

Après tout, chacun son éducation, je n’ai jamais empêché personne d’embaucher Michael Bolton en tant que tuteur. Bien que ce choix m’aurait grandement intrigué…

Alors bien sûr, depuis cette époque, j’ai grandi. Je ne bois plus au biberon, mais j’ai toujours gardé ces gènes qui ont fait de moi ce que je suis, à savoir un grand sot qui agite toujours sa chevelure dans tous les sens dès qu’il entend parler de la Bay Area ou de la Ruhr, ou que des effluves de KREATOR ou VIO-LENCE flottent dans l’air.

Alors lorsque je tombe sur un nouveau parfum qui s’imprègne des fragrances d’antan, je suis vigilant, la truffe en l’air et prompt à dégainer mon clavier pour coucher sur écran mes impressions. Ce matin, un air connu m’a été joué du Venezuela, celui d’un crossover de fort bon aloi. Parlons-en ?

Et comment…

Les DESMOTERION nous en viennent donc de la jolie ville de Caracas, mais ne rendent surement pas hommage au folklore local. Comptez plutôt sur eux pour vous étriller les tympans d’un Metal forcené, qui puise son inspiration du côté de l’Amérique du Nord des années 80, mais aussi du Hardcore sud-américain. Le mélange est bien évidemment connu, mais la mixture goulue, puisque nos amis du jour sont des esthètes du genre qui n’ont pas la syncope ni la double croche dans leur poche.

Ce quintette (Angel López – chant, Christian Pérez & Luis Ramirez – guitares, Felix Capote – basse et George Rosales – batterie) a vu le jour aux alentours de 2008, et a déjà proposé un premier EP en 2013 (Testimonia de Sangre), puis un single avant-coureur l’année dernière (« Pandemia », que l’on retrouve ici en tant qu’entame fatale).

Leurs références avouées ?

SOZIEDAD ALKOHOLIKA, SLAYER, TESTAMENT, EXODUS, MOTORHEAD, METALLICA, ANTHRAX, CALIBAN, TERROR, AGNOSTIC FRONT, PANTERA, THE HAUNTED, SEPULTURA, KREATOR, SICK OF IT ALL, PESTILENCE, HATESPHERE, MUNICIPAL WASTE, SUICIDAL TENDENCIES, DEW-SCENTED, NAPALM DEATH, DEATH, LAMB OF GOD, SODOM, S.O.D., pour tenter un enrobage exhaustif des sonorités assumées. Et cette liste, aussi hétéroclite qu’homogène balise assez bien l’inspiration des Vénézuéliens, qui ne donnent pas dans la dentelle, mais cisèlent quand même un Thrash furieux agrémenté des rondeurs d’un Hardcore plantureux, trouvant ainsi un sacré équilibre qui penche quand même du côté Thrash où il va tomber.

Le gros atout des DESMOTERION, outre leur indéniable efficacité, est leur volonté de ne pas tourner autour du pot. Ne comptez pas sur eux pour digresser pendant d’interminables minutes, leur propos est concis, brutal et précis.

Une seule compo dépasse la barre des quatre minutes sans manquer d’intensité, et représente même une sorte de pic de créativité sur ce D.T.N. qui n’en manque pourtant pas.

Morceau évolutif mais raisonnablement technique, « La Otra Cara De La Moneda » peut se targuer d’un bon tour d’horizon des modes en vogue il y a trente ans, puisque des soli typiquement NWOBHM jusqu’à la rythmique en coup du lapin à la NUCLEAR ASSAULT/VIO-LENCE, en passant par les riffs à la ACROPHET/AGNOSTIC FRONT, tout y fleure bon la violence paillarde d’il y a quelques décennies. Violent, mais pas indécent, puisque l’écueil du Thrashcore est savamment évité, et que les paroles font preuve d’une belle lucidité sociale bien éveillée.

L’immédiate suite « Involucion » fait preuve du même allant, tout en se cantonnant au champ d’action Thrash, mais distille quand même de sales tornades Heavy aptes à décoiffer le plus hirsute d’entre vous. La mélodie parvient même à percer l’épaisse carapace de ténèbres Thrash, pour un final explosif qui déménage. Mais c’est assurément le format court que les DESMOTERION souhaitent mettre en avant, puisque cinq interventions sur huit restent sous la limite des trois minutes, comme tout bon pamphlet Crossover qui se respecte.

Dès lors, entre le radicalisme d’ouverture de « Pandemia », qui ménage une intro diablement efficace, avant d’alterner couplets véloces et refrain Hardcore féroce, la brièveté de « Falso Profeta », qui n’a guère besoin de plus de cent-vingt-neuf secondes pour mettre le Hardcore aux poings, « Thrash » et son thème concentrique dégénérant en valse Thrash ébouriffante, ou « Madeleine » qui n’a rien à voir avec celle de l’ami Proust ou la belle des WINGER, le choix est libre et chacun saura retenir son hymne favori parmi cet étalage de savoir-faire diablement bien construit.

Enregistré aux studios Arturo's Records entre juin 2015 et octobre 2016, et produit par Luis Salas et les DESMOTERION, D.T.N. a donc bénéficié d’un temps de maturation conséquent, sans que ce timing ne nuise à sa cohérence.

Il présente une belle facette du Crossover sud-américain, dissimulé sous le masque d’un artwork efficace et géographique de Federico Cavero, et peut se targuer de faire partie des meilleurs représentants d’un style qui n’est pas prêt de tomber en désuétude.

Loin d’incarner la énième sortie Thrash/Hardcore du mois, ce premier LP présente un groupe sûr de son fait et fier de sa musique, qui joue simple et direct, mais pas simpliste.

Une belle façon de célébrer les presque dix années d’existence d’un groupe qu’on on n’a certainement pas fini d’entendre thrasher.

Pour peu que vous passiez le mot, s’entend. Mais avec une furia pareille, difficile de faire la sourde oreille.


Titres de l'album:

  1. Pandemia
  2. D.T.N
  3. Falso Profeta
  4. Thrash
  5. Madeleine
  6. La Otra Cara De La Moneda
  7. Involución
  8. Matanza

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/05/2017 à 17:18
75 %    327

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.